Une sacrée plaidoirie

 

A l’Institut universitaire de technologie de La Roche-sur-Yon (Vendée), non seulement le mémoire de recherche est en sujet libre, mais on encourage les étudiants à faire preuve d’une franche imagination lors de leur soutenance. Voilà pourquoi, contraints de venir en amphithéâtre, cette après-midi là, les condisciples de Léa Bouleau assistèrent à sa transformation soudaine en avocate convaincue. La littérature pour la jeunesse fut acquittée et fort bonne la note attribuée à l’auteure de la plaidoirie.

Mesdames et messieurs les jurés, chère audience

    « Si je suis présente devant vous en ce jour, ce n’est autre que pour défendre les intérêts de ma cliente, la littérature de jeunesse.

    Je suis aussi décontenancée que vous d’avoir à plaider en sa faveur. Comment la justice peut-elle à ce point défaillir qu’on en arrive à juger les dires d’une littérature à la moralité impeccable, alors même qu’il n’existe – comme je le démontrerai dans quelques instants – aucune raison valable de la condamner ? Est-il même nécessaire que je plaide ? Les recherches que j’ai effectuées dans le cadre de mon rapport d’AEP devraient amplement suffire à exonérer ma cliente des terribles stigmatisations dont elle est victime, tant elles sont injustifiées.

    Je n’ai pas besoin de lui chercher de circonstances atténuantes, puisqu’elle n’a rien à se reprocher. Mais si tant est que l’un d’entre vous possède encore un soupçon de doute, un simple rappel de son passé devrait achever de le convaincre.

    La littérature de jeunesse a eu une enfance des plus difficiles. Née tardivement, elle est, dès son entrée au monde, privée de considération. Dois-je rappeler qu’alors qu’elle rêvait de devenir aimée de tous les enfants en leur proposant aventures et voyages, on l’a entravée dans un rôle de potiche, contrainte à transmettre des histoires moralisatrices et frivoles ? Ah ça, on ne peut pas dire qu’elle ait été gâtée par la nature ! C’est probablement sa réussite qui a provoqué les accusations jalouses qui me font être présente face à vous aujourd’hui. Pourtant ma cliente s’est battue pour devenir ce qu’elle est, et a essuyé nombreux échecs et dénigrements avant de parvenir à se libérer du rôle éducatif et sermonneur qu’on lui avait imposé.

    C’est pourquoi je déclare que si quelqu’un devrait aujourd’hui être assis sur le banc d’infamie, ce n’est pas ma cliente qui s’évertue à conter nombre d’histoires pour faire rêver les enfants, mais bel et bien la littérature stéréotypée aux jolies images et aux textes vides de sens que certains cherchent rageusement à faire revenir. Oui, je pointe un doigt accusateur vers toutes ces personnes qui prônent une littérature de jeunesse lisse et aseptisée. Et plus encore vers les figures d’autorité qui utilisent les livres jeunesse comme des objets de pouvoir leur permettant d’asseoir leurs politiques conservatrices. Et je peux vous assurer qu’ils sont nombreux.

    Période électorale de 2014. Monsieur Jean-François Copé, président de l’ Union pour un mouvement populaire (UMP), condamne en direct lors de l’émission de télévision Grand Jury l’album Tous à poil ! tout retourné qu’il est par la vision des corps nus dessinés par Marc Daniau pour faire comprendre aux enfants les différences. Il est très rapidement suivi par le mouvement Printemps Français, proche du Front National, qui s’en prend à plusieurs livres de jeunesse abordant la théorie du genre. Puis, en octobre 2016, la mairie de Paris veut cacher Le dictionnaire fou du corps de Katy Couprie, puisque nous retrouvons dans cet ouvrage de 250 pages les mots pénis, vulve et clitoris.

    Eh oui, mesdames et messieurs les jurés, chère audience, ma cliente se voit salie par des adultes qui projettent sur elle leurs fantasmes et leurs craintes. Elle qui ne souhaite qu’ouvrir les yeux des enfants sur le monde, et offrir aventures et réponses à leur imagination foisonnante.

    Je vous propose donc d’entrer dans le jeu de tous ces censeurs. Voyons à quoi ressemblerait la littérature de jeunesse si elle se pliait à la volonté de ces entités politiques accusatrices.

    Je commencerai par un classique de la littérature jeunesse que vous connaissez probablement tous au moins de nom, Max et les Maximonstres. Récapitulons. Nous avons là un album qui met en scène non seulement un garçon colérique, désobéissant voire insolent, mais qui, de surcroît, s’autoproclame roi dans un monde de monstres. Inconcevable, censurons-le donc comme beaucoup le proposaient lors de sa sortie, et proposons de le remplacer par Martine. Ah, Martine ! Exemple même de l’enfant modèle, qui obéit à ses parents, s’habille comme une jeune fille se doit de le faire, et dont la plus grosse épreuve de sa jeune vie aura été d’attraper une grippe. N’est-ce pas là ce que l’on souhaite pour nos petites têtes blondes ?

    Mais ne nous arrêtons pas. Prenons Le Dictionnaire fou du corps dont j’ai parlé plus tôt. Nous avons ici les pires visions de l’horreur : des définitions obscènes et des dessins en filigrane aux représentations douteuses. Une des pages contient même une gravure de coït. Intolérable ! C’est à se demander quel éditeur irresponsable mettrait un tel livre sur le marché. Censurons-le ! Et proposons à la place ce merveilleux petit personnage qui apprend la vie et les mots de façon douce et raisonnable : T’choupi. Cet adorable T’choupi qui commence tout juste à faire pipi au pot, veut faire du manège et doit mettre un pansement quand il se fait bobo. Voilà une vision rassurante, non ?

     Dernier exemple : l’album Tango a deux papas. Vous rendez-vous compte que des enfants peuvent en venir à lire un tel ouvrage et qu’ils seront amenés à trouver acceptable d’avoir deux papas, car le plus important ne serait pas leur sexe, mais leur amour mis en commun pour élever un enfant ensemble ? Inadmissible. Une véritable apologie de la théorie du genre que nous nous devons censurer immédiatement. Restons sur nos modèles patriarcaux, ils sont tellement plus sûrs. Voyez comme Petit Ours Brun, que chaque enfant a lu et adore, montre bien, lui, comme le père a besoin de se reposer et de lire tranquillement son journal en rentrant du travail et comme la mère, elle,  rester tranquillement à la maison, met son tablier et concocte de bons petits plats pour son fils adoré.

    Dois-je comprendre que c’est honteux de la part de ma cliente d’essayer de balayer stéréotypes et préjugés auprès de nos enfants ? Et une honte plus encore qu’elle puisse leur parler du corps sans tabous ? Dans ce cas, pourquoi ne pas aller au bout de nos propos : allons dans les musées cacher les statue qui laisse voir un sexe ou une poitrine. Courons habiller le sein nu de la Marianne peinte par Eugène Delacroix dans La Liberté guidant le peuple comme cela aurait déjà dû être fait depuis longtemps.

    Vous l’aurez bien compris, mesdames et messieurs les jurés, chère audience, les accusations faites contre ma cliente la littérature de jeunesse sont dénuées de sens. Ce qui dérange ces politiciens et autres adultes incriminateurs, ce sont les récits qui sortent de leur politiquement correct, qui osent aborder leurs tabous. Est-donc pour cela que l’on condamne ma cliente ? Parce qu’elle élève l’enfant dans la connaissance plutôt que d’en faire un bébé-bulle ?

    Dois-je également rappeler, pour les plus sceptiques d’entre vous, que tous les livres incriminés ont été déclarés conformes à la loi n°49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, qui dispose que “les publications ne doivent comporter aucune illustration, aucun récit, aucune chronique, aucune rubrique, aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse, ou à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques ou sexistes. Elles ne doivent comporter aucune publicité ou annonce pour des publications de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse.”

    Ma cliente est tout ce qui peut être de mieux intentionnée. A aucun moment elle ne cherche à imposer aux enfants des opinions et des manières de penser. Je ne pense pas que ces accusateurs, pour ne pas dire ces censeurs, puissent en prétendre autant. Ils avancent que, par respect pour l’enfant, elle ne doit pas tout lui dire. Je réponds que c’est elle qui le respecte véritablement en tentant de l’éveiller progressivement à lui-même et au monde dans lequel il vit. Ma cliente ne le prend pas, pour reprendre les mots d’un célèbre philosophe, pour un vase que l’on remplit, mais pour un feu que l’on allume. Elle est le meilleur support de discussion qui soit, une occasion pour chaque enfant de grandir en le confrontant, en douceur, à tous les sujets. Elle lui apprend à réfléchir par lui-même et à poser des questions. Est-ce cela qui fait peur aux figures d’autorité conservatrices ? C’est pourquoi je terminerai, mesdames et messieurs les jurés, chère audience, par cette citation qui résume parfaitement mes propos : « Si le livre fait figure de pomme, de fruit défendu, donnant accès à la connaissance tout autant qu’à la jouissance, souhaitons à tous les enfants du monde qu’ils s’adonnent à sa consommation… sans modération. » Puisse donc votre délibération encourager, à son tour, ce précieux accès au plaisir et à la connaissance pour les citoyens de demain.

    Merci à tous pour votre attention. »

(juin 2018)

Léa Bouleau est actuellement étudiante à Paris-Descartes en Licence professionnelle édition de l’Asfored (Association nationale pour la formation et le perfectionnement professionnels dans les métiers de l’édition). Elle vient de rendre son mémoire.C’est l’année de son DUT (diplôme universitaire de technologie) information-communication, à l’Institut universitaire de technologie de La Roche-sur-Yon, qu’elle sent la vocation poindre : promouvoir la littérature jeunesse. Son mémoire de recherche est en sujet libre et elle décide de faire appel au CRILJ pour documenter les phénomènes de censure rattachés, à compris dans les années récentes, à cette littérature spécifique. Aujourd’hui apprentie au Pôle presse de l’école des loisirs, elle poursuit sa quête de livres capables d’éveiller les enfants au monde.