Textes amis

Vous avez écrit un beau texte (ou réalisé une image épatante) et vous voulez mettre texte (ou image) à la disposition de tous. Vous nous envoyez et nous mettons en ligne ici.

 

Comme une prolongation à notre colloque des 8 et 9 février 2019 auquel participait Carole Desbarats, très impliquée dans l’histoire d’École et cinéma, nous relayons la lettre de Jean-Pierre Daniel qui apprendra, pensons-nous, à de nombreux visiteurs de ce site, comment un dispositif donnant toute satisfaction, notamment aux enseignants, et relevant de cette queue de comète qui porte encore le beau nom d’éducation populaire, peut disparaitre. Ce n’est pas rien, pourtant, à l’heure des collants qui grattent, des culottes courtes et des jeans pas encore troués, de découvrir en salle Le Kid (Charles Spencer Chaplin, 1921), Nanouk l’esquimau (Robert Flaherty, 1922), La Belle et la bête (Jean Cocteau, 1946), Le cerf volant du bout du monde (Roger Pigault, 1958), Katia et le crocodile (Jan Kucera et Vera Simkova, 1966), Les aventures de Pinocchio (Luigi Comencini, 1972), Kirikou et la sorcière (Michel Ocelot, 1998), Max et les Maximonstres (Spike Jonze, 2009). N’hésitez pas à expliquer autour de vous.

 

 Des enfants de cinéma atterrés à Messieurs les Ministres  (1)

     Le Centre National de la Cinématographie et de l’image animée, dans le cadre d’un  « appel à initiative », destiné à régulariser et réorganiser la gouvernance de la coordination nationale de ses dispositifs éducatifs École et cinéma et Collège au cinéma, vient de décider de retirer cette mission à l’Association Les Enfants de cinéma et son équipe de salariés permanents. Aujourd’hui, les administrateurs des Enfants de cinéma négocient avec le CNC et l’association désignée pour lui succéder, Passeurs d’images, les conditions d’un transfert d’activité. C’est sans mandat de ces administrateurs et sans être impliqués dans leurs négociations que nous nous adressons à vous aujourd’hui. Acteurs et partenaires des Enfants de cinéma, sous différentes formes et depuis longtemps, nous souhaitons vous faire part de notre sidération devant cette décision. Pourquoi un tel passage en force, et à une telle vitesse ? Cette précipitation ressemble trop à un déni de démocratie.

    Ce projet d’éducation artistique par le cinéma que nous avons, à divers titre, contribué à créer, développer, et accompagner, a été fondé sur un partenariat entre une volonté politique, énoncée en 1994 par Dominique Wallon, alors Directeur général du CNC et soutenu par le Ministère de l’Éducation Nationale, et un collectif de militants (programmateurs, cinéastes, enseignants, critiques, chercheurs) engagés dans des actions de programmations de films à destination des enfants et porteurs d’un projet pédagogique et artistique, « École et cinéma les enfants du deuxième siècle », piloté par Ginette Dislaire. Ce projet vise à créer les conditions d’une rencontre entre le cinéma et l’enfant comme expérience sensible : la découverte, par les élèves d’une classe d’école élémentaire volontaire, d’une œuvre de l’art cinématographique projetée dans une salle de cinéma. Cette découverte vécue donne lieu à une multitude de pratiques, par la parole, l’écriture, le dessin, la photo, le cinéma, le modelage, la sculpture, le jeu dramatique; elle suscite la construction individuelle et collective d’un rapport au monde, aux autres ; elle se prolonge par des recherches historiques, scientifiques, et documentaires de toute nature, à l’initiative de l’enseignant et de ses élèves, dans la logique du projet pédagogique de la classe et des conditions concrètes de sa mise en œuvre.

    Chaque film proposé est accompagné d’un Cahier de notes destiné à l’enseignant. L’objectif étant de l’aider, dans son propre parcours de spectateur, afin qu’il construise son désir de montrer le film à ses élèves, et qu’il aide, à son tour, les enfants dans leur expérience de spectateur. Il est la base des actions de formations proposées par le projet.

    « École et cinéma les enfants du deuxième siècle » n’a donc pas été fondé comme l’enseignement d’un savoir, ni sur le cinéma, ni « sur l’image », mais comme un projet d’éducation artistique ouvert. Il relève, de ce point de vue, d’une longue tradition artistique et pédagogique particulièrement vivante dans notre pays. C’est à partir de cette proposition que, dans le cadre du dispositif École et cinéma, tout un équilibre fragile a été progressivement développé, rassemblant une multitude de situations locales autonomes, grâce au pilotage de l’association Les Enfants de cinéma. Vingt cinq ans plus tard, sans brader ses exigences, École et cinéma est devenu le plus important dispositif d’éducation artistique du pays. Il concerne, chaque année, 15% des élèves des écoles primaires, soit près d’un million d’enfants.

    La décision qui vient d’être prise remet en cause ce partenariat et le contenu même du projet, sans qu’aucune réflexion dans l’espace public ni aucune évaluation accessible aient démontré la nécessité de les abandonner. Le collectif artistique et pédagogique qui pilote École et cinéma est dissocié : les acteurs de terrain et tous leurs réseaux d’un côté et l’équipe permanente de l’autre, rattachée autoritairement à un autre collectif associatif qui n’a ni la structure, ni l’histoire, ni les objectifs des Enfants de cinéma. Cette décision ne peut que déstabiliser profondément et durablement tout le dispositif et le mettre en péril.

    C’est pourquoi, nous vous demandons de bien vouloir permettre que soit remise en question cette décision, à tout le moins dans sa dimension expéditive et fatale, afin que l’Association Les Enfants de cinéma poursuive sa mission et son projet d’éducation artistique par le cinéma des élèves des écoles élémentaires et maternelles de ce pays.

    Veuillez agréer, Monsieur le Ministre de la Culture, Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse, l’expression de notre très haute considération.

(vendredi 1er février 2019)

(1) Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, et Franck Riester, ministre de la Culture et de la Communication.

 

    Une copie de cette lettre (élaborée par Jean Pierre Daniel avec l’aide d’Alain Bergala et de Jean Michel Frodon) a également été adressée à Monsieur le Vice-Président du Haut Conseil pour l’éducation artistique et culturelle.

( pour signer, envoyez un mail à : lalettreEDCA@orange.fr  )

 

Le site des Enfants de cinéma est ici.

La liste des signataires est .