À la une

a…

.

Au fait …

… Je devais parler d’amour dans mon village pour la Nuit de la lecture et cette nuit s’est enfoncée dans les ténèbres en emportant ses rêves d’étincelles. Mais l’amour triomphera.

… Je devais raconter la vie de mon cher Évariste Galois à un petit groupe de curieux désireux de faire sa connaissance, mais cette rencontre a reculé de quelques pas de géant.

… Je devais revoir des enfants de sixième, vifs et réfléchis, je les connais. Ils écrivent, sous la conduite de leur professeur de français, les métamorphoses des habitants fantastiques d’une mare, dont la création est un projet pédagogique du collège. Las, las, las ! ces retrouvailles sont différées, les écoles étant fort occupées à combattre deux monstres vigoureux : un virus protéiforme et les directives insanes du ministère de l’Éducation nationale.

… Je devais enfin évoquer le mystère de la naissance des contes et des mythes et montrer avec quelle ingéniosité ils voyagent, se propagent et sèment des vérités universelles à travers les peuples, mais il faudra encore patienter.

    Résistons aux méchants et méfions-nous des bonimenteurs. Bientôt, nous retournerons cueillir les jonquilles.

Jacques Cassabois  –  janvier 2022

.

.

Né en 1947, Jacques Cassabois interrompt sa scolarité pour devenir comédien. « L’année de mes 18 ans, mon bac en poche, je suis entré à l’école du Théâtre National de Strasbourg. Mon père ne l’a jamais su. Il était mort entre l’écrit et l’oral. » Il devient instituteur, entre à la Fédération des Œuvres Laïques de Seine-et-Marne et découvre la littérature pour la jeunesse. Il participe au comité de rédaction de Trousse-Livres qui deviendra Griffon. Participe, un samedi de 1984, avec une vingtaine de ses collègues, à la création de La Charte des auteurs et des illustrateurs dont il est président pendant trois ans. Parmi ses ouvrages : L’homme de pierre (Léon Faure, 1981), Le premier chant (Ipomée, 1983), Monsieur Pasteur (La Farandole, 1985), Les deux maisons (Hachette, 1990). Lauréat du grand prix de la Société des Gens de Lettres et du Ministère de la Jeunesse et des Sports, Jacques Cassabois s’intéresse aux textes fondateurs et aux héros mythiques tels Sindbad, Gilgamesh, Héraclès ou Jeanne d’Arc. Les Quatre Fils de la Terre, illustré par Daniel Maja, publié en 1991 aux éditions Albin Michel, a obtenu le Totem de l’album au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. Paru en 2020 en Livre de Poche Jeunesse : Je n’ai pas le temps : le roman tumultueux d’Évariste Gallois.

 

 

 

 

 

.

 

.