A la une

 

a

a

De l’urgence de rouvrir les portes

 

« Théâtre, viens à mon secours ! Je dors, éveille-moi. Je suis perdue dans le noir, guide-moi au moins vers une bougie. Je suis paresseuse, fais-moi honte. Je suis fatigué, lève-moi. Je suis indifférent, frappe-moi. Je reste indifférente, casse-moi la figure. J’ai peur, encourage-moi. Je suis ignorante, éduque-moi. Je suis monstrueuse, humanise-moi. Je suis prétentieux, fais-moi mourir de rire. Je suis cynique, démonte-moi. Je suis bête, transforme-moi. Je suis méchante, punis-moi. Je suis dominant et cruel, combats-moi. Je suis pédante, moque-toi de moi. Je suis vulgaire, élève-moi. Je suis muette, dénoue-moi. Je ne rêve plus, traite-moi de lâche ou d’imbécile. J’ai oublié, lance sur moi la mémoire. Je me sens vieille et rassie, fait bondir l’enfance. Je suis lourd, donne-moi la musique. Je suis triste, va chercher la joie. Je suis sourde, en tempête fais hurler la douleur. Je suis agité, fais monter la sagesse. Je suis faible, allume l’amitié. Je suis aveugle, convoque les lumières. Je suis soumise à la laideur, fais entrer la beauté conquérante. J’ai été recruté par la haine, fais donner toutes les forces de l’amour. »

Ariane Mnouchkine

( message à l’occasion de la Journée mondiale du théâtre de 2005 )