In memoriam

 

Parfois, une mauvaise nouvelle. Un ami avec qui nous aimions travailler ou dont nous ne manquions aucun livre, disparait. Lui rendre ici hommage est une autre façon de continuer l’histoire.

Carla Poesio

 

Carla Poesio, fondatrice de la Foire du livre de jeunesse de Bologne en 1964, est décédée le lundi 29 mai 2017 à l’âge de 91 ans. Pionnière dans le domaine de l’analyse et de la promotion de la littérature pour la jeunesse, chercheuse, enseignante, critique (notamment pour Liber, Schedario, Andersen), elle fut, dans son pays et dans le monde, une spécialiste appréciée. Jurée pour le prix Hans Christian Andersen en 1970 quand fut salué le travail de Gianni Rodari, elle était une infatigable défricheuse. On retrouvera l’un de ses derniers textes parus en français dans le catalogue que le musée de l’illustration jeunesse de Moulins (mij) consacra à Letizia Galli. Voir aussi ici – en italien. L’association culturelle bolognaise Hamelin déclare dans un communiqué : « Carla Poesio était pour nous tous un phare, une voix, une présence authentique, en toutes occasions. Elle ne manqua jamais une foire, une conférence, en Italie aussi bien qu’en Europe. » Le CRILJ avait, plusieurs fois, rencontré Carla Poesio, grâce à Janine Despinette, il y a quelques dizaines d’années et, plus récemment, à Moulins. Elle nous avait confié, en 2001, pour notre bulletin, l’article L’image de l’adulte dans la littérature contemporaine italienne.

Photo : Christiane Abbadie-Clerc

 

TEMOIGNAGES

« Triste nouvelle. C’était une grande dame. »   (Nicole Maymat)

« Engagée, passionnée, portant un regard pointu sur la production, Carla Poesio laisse le souvenir d’une figure intellectuelle exigeante et ouverte à toutes les formes de créations. »   (Claude Combet)

« Sur les 54 éditions de la Fiera de Bologne qu’elle a fondée, Carla Poesio n’en aura manqué que deux, celle de 2016, en raison d’une hospitalisation, et de 2017 après la perte douloureuse de son fils unique. Sinon, elle y fut toujours présente et tout ce qui compte dans l’édition mondiale pour la jeunesse venait faire antichambre devant son bureau du département de la presse pour avoir le plaisir de la saluer. C’est Carla qui m’a introduite à Bologne. Dès mon arrivée, le matin, je me précipitais dans son antre. Elle m’accueillait avec affection et me dressait la liste des livres, événements, éditeurs à ne pas rater, décrochant avec autorité son téléphone pour me ménager des rendez-vous sur les stands. Elle a toujours lu mes publications et catalogues avec bienveillance et acuité, curieuse de tout ce qui se faisait partout dans le monde. Parfaitement francophone, elle était assidue aux Salons du livre de Paris et de Montreuil et logeait alors chez son amie Letizia Galli qui ne manquait pas d’organiser, pour elle, de joyeuses soirées où se côtoyaient les Italiens vivant ou passant à Paris et ses amis français, illustrateurs, éditeurs, critiques. J’ai eu la joie de participer, à ses côtés, à des colloques et débats. Cette universitaire de haute volée commençait souvent, non sans coquetterie, son intervention par une malicieuse captatio benevolentiae, et ses analyses alliaient charme, pertinence, érudition et humour. Elle avait la plume alerte, et, à coup sûr, ce que Ronald Searle appelait The Biting eye. Notre dernière rencontre eut lieu le 7 avril à Florence, au Musée des Innocents, où nous participions au colloque adjoint à l’exposition Storie di Bambini de Letizia Galli dont elle aimait beaucoup le travail. Une apparition lumineuse. Un merveilleux endroit pour se dire adieu. »   (Janine Kotwica)

« J’avais de la tendresse pour Carla. A Bologne ou à Montreuil, on lui trouvait toujours une chaise (objet rare et convoité dans un salon du livre) et elle prenait le temps de lire et de relire nos nouveautés. J’imagine qu’elle est partie avec ce qu’il faut de livres. Ciao, Carla. »   (Christian Bruel)

« Carla, maintenant que tu n’es plus là, ces quelques mots pourront te ramener à nous. Tu ne disparaitras pas, toi qui fut pour moi une mère, une sœur, une amie prête à m’écouter, vive flamme d’intelligence et d’humour. Pour tous les autres, tu es l’objet d’une grande admiration et de beaucoup d »estime. Je sais que tu m’as attendu pour m’accompagner au vernissage florentin de l’exposition Storie di Bambini et au colloque du 7 avril dernier, Oltre la frontiera, auquel tu as participé. Je suis fort heureuse de t’annoncer que ta belle intervention fera l’objet d’une publication dans les  cahiers du colloque. Je poursuivrai mon chemin seule, mais tu es toujours là, cachée derrière le miroir de ton affection discrète et nous chuchotons de jolis mots ensemble. »   (Letizia Galli)