Fil d’actualité

Nous ne pouvons diffuser que ce que nous savons et comptons sur vous pour envoyer annonces et communiqués. Les informations les plus récentes sont au début du fil. Les très anciennes sont archivées en « Mémoire de l’actualité ».

a

ÉPIDÉMIE (58) – C’est aux États-Unis. James Daunt, patron de la chaine de librairies Barnes & Nobles, écrit à ses employés : « Nous devons vraiment être prêts à faire en sorte que cette entreprise puisse traverser cette tempête et une tempête qui peut durer un certain temps. […] La vérité est que nous ne pouvons pas fermer nos portes et continuer à payer nos employés à la manière d’Apple, Nike, Patagonia et REI. […] « En conséquence, lorsqu’un magasin sera fermé, les employés utiliseront d’abord leurs congés payés. Lorsque ceux-ci seront épuisés, nous paierons les employés comptant 1 an ou plus de service pendant un maximum de 2 semaines en fonction de leurs heures normales hebdomadaires. Temporairement, et avec de sincères regrets, à la fermeture, nous licencions tous les employés touchés ayant moins de 6 mois d’emploi le jour de la fermeture. »

SCHTROUMPFS – Il n’y a pas que les carnavaleux bretons qui en sont fan. La Monnaie de Paris aussi qui met en vente une collection de monnaies qui revisite (sic) l’univers graphique des Schtroumpfs. Cette série est composée de dix pièces de 10,00 euros en argent véritable 333 ‰., qualité de frappe « Belle Épreuve ». Tirage limité à 10 000 collections complètes. La collection de base de dix pièces est complétée par deux monnaie de 50,00 euros argent colorisées, la première à l’effigie du Grand Schtroumpf, la seconde représentant la Schtroumpfette et le bébé Schtroumpf. Une pièce de 200,00 euros en or pur illustre une ronde des Schtroumpfs, « symbole de la camaraderie qui règne au sein du village ». Si vous souhaitez acheter, choisissez la poste : depuis le lundi 16 mars 2020 et jusqu’au samedi 27 février 2021, un album pour ranger vos pièces est offert dès 50,00 euros d’achat.

ÉPIDÉMIE (57) – Le Muz, musée virtuel dédié aux œuvres des enfants, a une  idée : « Et si être confiné rimait avec s’évader ?  Le temps du confinement, le Muz lance un appel à la création sur le thème : « Dessine ta chambre comme une île,  avec tout ce qu’il faut pour être bien ». Dessin, peinture, photographie, maquette, collage, écrit, chanson : toutes les formes d’expression sont les bienvenues. Pour envoyer une œuvre, rien de plus simple, déposez-la ici. Toutes les créations envoyées seront visibles dans l’exposition Ta chambre est une île. » Site du Muz à cette adresse.

ÉPIDÉMIE (56)  –  La librairie-papeterie-carterie Panier de livres, 75 rue Jean Moulin à Caluire ((Rhône)  propose à tous de se lancer dans l’écriture de haïkus, « forme à la fois courte, simple, mais qui peut devenir exigeante, élégante et riche et permettant d’exprimer ses émotions. » La proposition fait l’objet d’un concours avec deux thèmes possibles (le courage, le printemps). Les détails sont sur le site de la librairie. Il y a un onglet.

ÉPIDÉMIE  (55) – Cécile Roumiguière nous écrit : « Le printemps a des couleurs de plomb cette année. Pour avoir un peu d’air, j’illustre ma lettre avec la magnifique forêt créée par Joanna Concejo pour la couverture de mon dernier roman, Filles de la Walïlü. [..] Pendant que le monde de la médecine devient celui des super-héros et héroïnes, bien malgré lui, pendant que tous ceux et celles qui exercent ces métiers « du quotidien » sans lesquels nous ne pourrions pas survivre continuent d’aller au travail, quoi qu’il leur en coûte, nous, confinés chez nous, que pouvons nous faire ? Que peut une autrice ? Continuer d’écrire, d’inventer des histoires. Et en lire certaines devant la caméra de son ordinateur pour que les enfants qui le désirent les écoutent et s’échappent, peut-être, un moment, de l’angoisse de ce quotidien. Que ce moment de vie vous soit le moins pénible possible. Faites attention à vous et à vos proches. » Cécile a une chaine YouTube. Elle est ici.

ÉPIDÉMIE (54) – Emmenez vos enfants au théâtre. Ils devraient aimer L’amour vainqueur, quatrième adaptation (et mise en scène) d’un conte de Grimm par Olivier Py, créé au Festival d’Avignon 2019. « Dans ce spectacle pour enfants, l’auteur et metteur en scène allie avec esprit le plaisir du théâtre musical et la conscience d’un monde trouble : le nôtre. Au désespoir il répond par la fantaisie, à la guerre par le chant, pour que l’amour, en compagnie des comédiens, chanteurs et musiciens, soit vainqueur. » Captation intégrale ici.

C’EST DIT – En août 2014, Vincent Eeckeman, directeur général des services de La Madeleine (Nord), avait exigé que l’album Tango a deux papas, et pourquoi pas? (Le baron perché, 2010) soit, dans la bibliothèque de la commune, positionné en rayon et non en tête de gondole, à hauteur d’enfant. Lors d’une réunion interne, Yveline Perroy, bibliothécaire, avait contesté cette décision. Elle avait été exclue pendant trois jours, sans salaire, et son recours gracieux avait été refusé par la mairie. En 2017, le tribunal administratif de Lille, saisi par Yveline Perroy en 2015, avait estimé que la bibliothécaire était dans son droit et que l’arrêté du maire devait être annulé. Saisie, cette fois, par la commune de La Madeleine, la Cour administrative d’appel de Douai a confirmé ce jugement.

ÉPIDÉMIE (53) – Le Centre de littérature de jeunesse de Bruxelles ouvre sur son site, grâce à la participation à titre gracieux d’illustrateurs et d’éditeurs, une page Colorie, c’est du belge ! proposant des images au format A4, en haute définition, faciles à télécharger et à imprimer. C’est très bien fait. Parmi les objectifs du projet : mettre en avant les créateurs belges ou résidant en Belgique. Trente contributions pas moins et il y a même un lien pour enregistrer les dessins en une seule fois, si l’on veut, sous forme de carnet. La page est ici.

ÉPIDÉMIE (52) – Pour faire face à la fermeture actuelle des salles de spectacles, la Comédie Française met en ligne, dès le lundi 30 mars 2020, 16 heures, La Comédie continue ! Une web télé éphémère au programme ambitieux puisque, chaque soir, en deuxième partie de soirée, à partir de 20 heures 30, seront proposés des captations de spectacles emblématiques de la troupe, des spectacles musicaux du Studio-Théâtre, des films de la collection « La Comédie-Française fait son cinéma », des interviews d’acteurs et des surprises. Revoir La Vie de Galilée de Bertold Brecht dans une mise en scène  d’Antoine Vitez va être un régal. Les spectacles « jeune public » seront, eux, diffusés en première partie de soirée. La captation des Trois Petits Cochons adapté par Marcio Abreu et Thomas Quillardet et mis en scène par Thomas Quillardet, ce sera  le 1er avril 2020, à 18 heures 30. La programme complet de la première semaine est ici. L’établissement sera également présent sur le petit écran, en partenariat avec France Télévisions, avec la diffusion, tous les dimanches soir, à 20 heures 50, sur France 5, d’une pièce du répertoire.

ÉPIDÉMIE (51) – Grâce à l’opiniâtreté de Fanny Vergnes, attachée de presse, et de Laurent Marsick, journaliste, Albin Michel Jeunesse propose, depuis le jeudi 26 mars 2020, en partenariat avec RTL, un podcast quotidien Lis-moi une histoire, avec, à tout le moins, la complicité de Fred Bernard, Marie-Aude Murail, Marie Darrieussecq, Claire Ubac, Charlotte Moundlic Jean-François Chabas, Natali Fortier, Michel Piquemal, Sébastien Perez, Amalia Low et Thierry Lenain qui liront eux-mêmes le texte qu’il ont choisi. « L’idée c’est avant tout de mettre en avant leur voix, leur histoire. Je suis très fier de ce que nous avons pu faire dans des conditions pas simples. Je suis fier de cette chaîne de solidarité qui s’est mise en place : des auteurs généreux, qui se mettent au service des enfants, un éditeur qui dit oui tout de suite, et la radio qui a validé avec enthousiasme ce projet. » (Laurent Marsick). A écouter sans modération pour entendre Le Roi Moi par Jean-François Chabas, La reine des fourmis a disparu par Fred Bernard, Péronille la chevalière par Marie Darrieussecq, Blanche Neige par Charlotte Moundlic, Le visiteur de minuit par Marie-Aude Murail, Lili Plume par Natali Fortier, Sa Majesté & les scarabées bousiers par Amalia Low. C’est sur le site de la radio.

PARUTION – La littérature jeunesse repaire de people ? Hillary Clinton et sa fille Chelsea ont écrit un livre destiné aux enfants entre 4 et 8 ans parlant jardinage et même un peu plus. Grandma Gardens sera publié aux Etats-Unis par les éditions Penguin Random House le mardi 31 mars 2020 et l’album illustré par Carme Lemniscates (dont deux titres sont au catalogue des éditions Circonflexe) est annoncée comme « une célébration de la famille, de la tradition et de la découverte , une ode aux mères, aux grands-mères et à leurs enfants. » Rappelons à cette occasion que Sarah Ferguson, duchesse d’York, ex-belle-fille de la reine Elizabeth, a publié près de 25 livres pour enfants « presque toujours écrits à la main. »

ÉPIDÉMIE (50) – « Amies lectrices, amis lecteurs. En cette deuxième semaine de confinement, nous vous proposons deux nouveaux textes : Arsène et Coquelicot, de Sylvain Levey (à partir de 8 ans) et Tout entière de Guillaume Poix. Ces ouvrages vous sont rendus disponibles provisoirement, avec l’accord de leurs auteurs, en attendant que vous puissiez les retrouver chez votre libraire local préféré. Vous pouvez toujours nous envoyer des vidéos de vos lectures d’extraits, issus de textes publiés aux éditions Théâtrales. Vous êtes libres dans vos choix d’extraits, à condition que ceux-ci soient courts pour ne pas être en infraction avec le droit d’auteur (3 minutes maximum), qu’ils proviennent d’un titre publié aux éditions Théâtrales et que vous nous indiquiez par message votre accord de publication et/ou partage sur nos réseaux. » (Carole, Charlotte, Gaëlle, Mahaut et Pierre). Pour envoyer, c’est ici.

ÉPIDÉMIE (49) – Des propositions de quelques illustrateurs pour la jeunesse : Hervé Tullet (ici), Matthieu Maudet (ici) et Benjamin Chaud (ici). Sur le Facebook des Librairies sorcières, Gilles Bachelet invite à décolorier un livre et Antonin Louchard prouve que mettre en dessin en couleurs peut être un vrai casse-tête. C’est ici.

ÉPIDÉMIE (48)  – Un éditeur de livres-CD pour la jeunesse de Montréal, La montagne secrète, met gratuitement à disposition de tous trois contes de Gilles Vigneault « qui apaisent le cœur et invitent à voir le monde autrement » : Léo et les presqu’îles (lu ici par Pascale Bussières), Un cadeau pour Sophie (texte lauréat du Prix TD de littérature pour l’enfance et la jeunesse et lu ici par James Hyndman) et Gaya et le petit désert (Coup de cœur jeunesse Charles Cros en 2016 et lu ici par Vincent Davy). C’est jusqu’au 15 avril 2020 et c’est à cet endroit. Une occasion de se souvenir, chez nous aussi, de l’auteur-compositeur-interprète québécois né dans la Côte-Nord en 1928, de ressortir quelques vieilles galettes et de les faire entendre à ceux qui ne connaissent pas.

REVUE – Le numéro 311 de La Revue des livres pour enfants est titré L’art délicat de la critique. « À bien y réfléchir, l’art de la critique littéraire pourrait se résumer à deux verbes d’action : lire et écrire. Lire vraiment, avec attention. Écrire avec justesse pour transmettre son enthousiasme et ses réserves tout en s’appuyant sur une solide argumentation. Appliquer l’exercice à la littérature jeunesse en change-t-il la nature ? On voudrait penser que non : la littérature c’est la littérature. Mais on doit admettre que si : il nous faut penser à celui qui lira, tenir à distance les attendus moraux et éducatifs qui entourent la culture adressée aux enfants, accorder une place particulière à l’image et à l’objet et, pour finir, accepter que ce qui se passe entre un livre et un enfant reste un mystère. Art délicat et modeste. » Un dossier de huit articles dont on ne citera ici que celui de Cécile Boulaire qui revient sur 150 ans d’histoire de la critique des livres pour la jeunesse (et qui devrait en apprendre beaucoup aux plus jeunes d’entre nous) et celui de l’équipe du Centre national de la littérature pour la jeunesse qui rend compte du travail des neuf comités de lecture dont les avis nourrissent la revue six fois par an. Dans ce numéro également, en bonne place, une recension signée Christa Delahaye du numéro 10 des « Cahiers du CRILJ » qui rassemble l’ensemble des interventions du colloque La pauvreté à l’œuvre dans la littérature pour la jeunesse. Ce numéro : 12,50 euros. On peut s’abonner pour 64,00 euros. C’est ici.

ÉPIDÉMIE (47) – Les éditions La Joie de lire proposent un concours Et toi, avec quel animal vis-tu ? inspiré de Roland Léléfan, personnage créé par Louise Mézel. Attention : la date limite pour l’envoi des dessins est le vendredi 3 avril 2020. Les indispensables détails sont ici.

ÉPIDÉMIE (46) –  Lu sur le site de Notre temps, magazine à destination du public senior : « Alternative à la lecture classique, et quel que soit son âge, les livres audio permettent de se laisser porter par une voix évocatrice. Parmi les sites spécialisés où en télécharger, certains proposant même des livres audio gratuits : audiocite.net (ici), litteratureaudio.com (ici), audible.fr (ici), ou encore audiolib.fr (ici) et bibliboom.com (ici). »

IBBY – Le section IBBY (Union internationale pour les livres de jeunesse) de Slovénie est le sponsor 2020 de la Journée internationale du livre pour enfants du jeudi 2 avril, date anniversaire de la naissance d’Andersen. Le thème est Hunger for Words (Faim de mots). L’illustrateur de l’affiche est Damijan Stepančič et le message a été écrit par Peter Svetina. Le site de l’IBBY est ici.

ÉPIDÉMIE (45) – Pour satisfaire des enfants en mal de fictions pas trop longues, deux sites de postcasts : Une histoire et oli (France Inter) pour entendre des contes d’auteurs parfois inattendus (Chloé Delaume, Régis Jauffret, Yannick Haenel) et Histoires de jeunesse (Bayard) où l’on retrouvera Timothée de Fombelle, Marie Despleschin, Marie-Aude Murail et Clémentine Beauvais. Pour les adultes que la longueur ne découragera pas : Audiolittérature.com qui donne à entendre, outre de nombreuses histoires policières vintage (françaises et suisses) et des adaptations de romans populaires, des pièces de théâtre, patrimoniales ou non, issues de l’éclectique répertoire de la Radiodiffusion française : Hugo ou Shakespeare, Beckett ou Sarraute, Vian ou Dubillard.

EPIDEMIE (44) – « La période que nous vivons est inédite et difficile pour un grand nombre de nos concitoyens et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image a souhaité offrir plusieurs services en ligne inédits, en cohérence avec ses missions : accès à son riche patrimoine numérisé – le premier d’Europe dans le domaine de la bande dessinée – offre cinéma, visites virtuelles du musée et des expositions, didacticiels pour se familiariser avec le 9e Art, des ateliers en direct, ainsi que plusieurs interventions d’auteurs. » (communiqué de presse de Pierre Lungheretti, directeur général de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image). L’essentiel du communiqué peut être retrouvé ici. L’incontournable site de la Cité est .

EPIDEMIE (43) –  Le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis nous écrit : « Pour entretenir le plaisir de lire et celui de la découverte, nous avons réuni dans une même liste 46 titres sélectionnés en 2020 par le Salon et disponibles au format ePub. La meilleure façon de profiter de nouveaux titres et extraits à feuilleter sans sortir de chez soi. » C’est ici. Cliquer sur un titre renvoie au site Place des libraires (« Soyez curieux, soyez heureux ! ») où on peut acheter les ouvrages en ePub. Les lectures d’extraits (et les bonus) sont en libre accès.

ÉPIDÉMIE (42) – « Parce que nous avons plus que jamais besoin du collectif, des maisons d’édition dont je suis l’attaché de presse [Cipango, D’eux, Éditions du Ricochet, Helvetiq, HongFei, Le Muscadier, L’initiale et Margot] s’associent le temps du confinement afin de proposer deux pastilles quotidiennes pour lutter contre l’isolement. Chaque jour sur Pastille Antivirus vous retrouverez des planches inédites, des vidéos, des albums en lecture intégrale, des extraits de romans et bien d’autres choses encore. » (Gabriel Lucas). Le communiqué de presse est ici.

ÉPIDÉMIE (41) – Les éditions MeMo nous informent : « Durant cette période de confinement, nous vous faisons découvrir trois livres de notre catalogue : deux rééditions du patrimoine de la littérature jeunesse et un texte tchèque contemporain. Commençons tout d’abord avec le classique tchèque : Dachenka ou la vie d’un bébé chien, de Karel Čapek. En lice sept fois pour le Nobel de littérature, Karel Čapek raconte avec humour toutes les péripéties vécues par Dachenka, une jeune fox-terrier, et les déboires de son propriétaire-victime. Nous renchainerons, début avril] par un drôle de livre tchèque, contemporain cette fois, Ursin et Ursulin, de Zbynek Cernik, où l’on suit, chapitre après chapitre, la longue liste des bourdes et bévues faites par deux ours qui ne manquent pas de ressources. Puis viendront Les cures merveilleuses du Docteur Popotame, de Léopold Chauveau, auteur-illustrateur que Topor qualifiait de génie méconnu. La loufoquerie de ces cures, drôles de fables animales, satiriques et politiques, enchantent notre imagination, lorsque, avec la logique de l’absurde, elles résolvent à l’aide de scies, de manivelles, de peinture (Ripopotamin), de Popotacolle et de Popotapompe, les accidents survenus aux animaux. En ligne mi-avril. »  Karel Čapek, c’est d’ores et déjà ici.

ÉPIDÉMIE (40) – C’est en Belgique. Le Fonds Victor, créé en souvenir du décès accidentel de Victor Van de Woestyne tombé, à 13 ans, du toit de sa maison à Schaerbeek, le 4 novembre 2016, a pour objectif d’encourager les jeunes de 12 à 15 ans à la lecture. Il a ouvert sur son site une page « spécial confinement » qui accueille, chaque jour, à 17 heures, un texte lu par un comédien ou par une comédienne. Le mardi 24 mars 2020, c’est Mathilde d’Udekem d’Acoz, septième reine des Belges, grande admiratrice de Kitty Crowther, qui a offert aux jeunes la lecture d’un passage de Jusqu’ici, tout va bien de Marie Colot (Alice éditions, 2017) avant de les encourager à tenir leur journal de lecture. Site du Fonds Victor ici.

ÉPIDÉMIE (39) – France Culture propose sur son site quarante classiques de l’enfance et de la jeunesse lus par de grands comédiens : Le Petit Nicolas par Jacques Bonnafé, Les malheurs de Sophie par Sylvie Joly, Le Livre de la jungle par Micheline Presle, Moby Dick par Juliet Berto, etc. C’est ici.

DISPARITION – Albert Uderzo, dessinateur de bande dessinée, est décédé le mardi 24 mars 2020. Il avait 92 ans. Ses parents, immigrés italiens, avaient été naturalisés français en 1934. Enfant, Uderzo lira les hebdomadaires Robinson, L’Aventure, L’As Junior, Hourra. Il se délectera des histoires de Mickey Mouse que publie Le Petit Parisien. Premier emploi dans l’édition à la Société parisienne d’édition, à 14 ans, où il apprend le lettrage, le calibrage de texte et la retouche d’image. Il reçoit les encouragements de Calvo. Publication d’un premier dessin pastichant Le corbeau et le renard, en 1941, dans le supplément Boum de l’hebdomadaire Junior. En 1950, Uderzo rencontre Georges Troisfontaines, fondateur de World Production, régie publicitaire des éditions Dupuis. Ce dernier lui présente René Goscinny avec qui il crée, en 1952, pour le supplément illustré de La Libre Belgique, la série « Jehan Pistolet ». C’est le début d’une collaboration de près de 30 ans. Quelques faits et dates : dans les années 1950, dans France Soir, mise en images en bandes verticales réalistes, d’épisodes des séries « Le crime ne paie pas » et « Les amours célèbres » de Paul Gordeaux, série « Oumpah-Pah », en 1958, avec Goscinny, pour le journal Tintin, participation à la naissance de Pilote, en 1959, avec la création, en duo avec Goscinny, des séries « Les Aventures de Tanguy et Laverdure » et « Astérix le Gaulois ». A signaler les différents à rebondissements avec Dargaud, éditeur qu’Uderzo n’appréciait pas, avec son ami Goscinny et, à compter de 2007, avec sa propre fille. A la mort de René Goscinny, Albert Uderzo achève l’album Astérix chez les Belges (1979), puis il crée les Éditions Albert René où il continue de publier. Dernier album de la main d’Uderzo et trente-quatrième titre de la série (vingt-quatre avec Goscinny, dix signés d’Uderzo seul) : L’anniversaire d’Astérix et Obélix : le livre d’or, en 2009, pour célébrer cinquante ans d’aventures gauloises. Depuis, quatre albums supplémentaires ont été publiés avec Jean-Yves Ferry au scénario et Didier Conrad pour le dessin. « Astérix et Obélix », c’est 380 millions d’albums vendus, cent-onze traductions et quatre films à succès. Sortie d’un cinquième long-métrage prévue en 2021. Uderzo se plaisait à préciser : « Désolé, je n’ai rien de belge. Ce sont les Américains qui m’ont appris à dessiner. J’ai fait de la BD issue de Walt Disney. »

ÉPIDÉMIE (38) – Actes Sud Junior a mis en accès libre le numéro 5 de DONg, revue de reportages pour les collégiens. C’est ici. Gallimard jeunesse a mis en ligne quelques activités inspirées par ses ouvrages. C’est ici. Les éditions québécoises Les 400 coups proposent en téléchargement, sur le site Les libraires, 25 titres à prix réduit. Un message est à votre disposition à cette adresse. Les Éditions du Ricochet proposent la lecture de Tous aux abris ! de Françoise Laurent et Capucine Mazille. C’est ici. Marine Labouré, directrice de la Web association Bergerac a proposé aux gérants de la librairie La Colline aux livres de créer sur Facebook une page Les lectures du confinement. Le matin, à 11 heures, c’est pour les enfants et c’est ici. Camille Jourdy publie cinq planches noir et blanc extraites de sa bande dessinée Les Vermeilles (Actes Sud BD). C’est ici. Chaque jour, les auteurs du journal Spirou inventent une activité à partager en famille. C’est ici. La FNAC offre 500 ebooks à télécharger sur son site dont quelques uns pour les enfants. C’est ici. La Bibliothèque nationale de France (BnF) continue, quant à elle, de mettre à la disposition de tous la diversité de son offre numérique dont 98 expositions (ici), 45 000 microsillons (ici) et, bien sûr, les millions de documents de la bibliothèque en ligne Gallica (ici). En cherchant un peu, on trouvera des propositions pour les enfants et pour les adolescents (des ouvrages numérisés, des images à découper, une application pour créer une bande dessinée).

ÉPIDÉMIE (37) – Yaël Hassan, autrice en littérature de jeunesse, et Régine Barat, animatrice et autrice, proposent aux jeunes de 12 à 15 ans un atelier gratuit d’écriture en ligne. Yaël en est le chef d’orchestre et, pour le numérique et la manipulation des outils, c’est Régine qui est aux manettes. « C’est un atelier qui a pour objectif de mettre en relation un auteur et des jeunes d’un peu partout pour s’amuser et redécouvrir le plaisir d’écrire, de lire et de créer en utilisant les outils numériques d’une façon intelligente et non anarchique comme on peut le voir en ce moment. » (Régine Barat). Pour s’inscrire, c’est trop tard car le groupe est constitué et il est au travail.

ÉPIDÉMIE (36) – J.K. Rowling lève les restrictions aux droits d’auteur relatives aux enregistrements des livres Harry Potter, accordant ainsi une licence libre aux enseignants du monde entier jusqu’à la fin de l’année scolaire et leur permettant de se filmer en train de lire les ouvrages de la saga à leurs élèves. Attention toutefois : les vidéos ne doivent être accessibles que sur des réseaux scolaires sécurisés ou des plateformes d’éducations dédiées.

ÉPIDÉMIE (35) – Nous avions reçu ceci : « Le mercredi 25 mars 2020 sortira au cinéma Mulan dont l’histoire est inspirée par un texte du IVe siècle que les éditions HongFei ont publié en album en 2015, ouvrage récompensé par le Prix Chen Bochui du livre de jeunesse remis à la Foire de Shanghai. Une histoire bien plus féministe que la version qui en a été faite en dessin animé. » (Gabriel Lucas, attaché de presse). Dans un message publié sur Instragram, Niki Caro, réalisatrice du film, explique : « Réaliser ce film a été une des expériences les plus satisfaisantes et exaltantes de ma carrière […] Nous avons hâte de partager ce film avec le monde, mais étant donné les circonstances actuelles, nous avons décidé de reporter pour le moment la sortie mondiale de Mulan. »

ÉPIDÉMIE (34) – Chaque matin, à 10 heures, Gilles Tabourdeau, professeur des écoles à l’école maternelle Irma Jouenne de Saint-Benoit (Vienne), militant du SNUipp dans son département, pioche dans sa bibliothèque pour une séance de lecture adaptée aux petits. C’est ici. « Au départ, j’ai voulu faire ça juste pour les copains, puis je me suis dit que ça pouvait intéresser tous les parents qui doivent trouver quoi faire toute la journée. […] J’ai environ 800 livres jeunesse dans ma bibliothèque, je veux en faire profiter ceux qui n’en ont pas autant chez eux. […] En tant que parent, on fait ce qu’on peut pendant ce confinement, mais enseignant, c’est un vrai métier. » Simon Roguet, de la librairie M’Lire à Laval (Mayenne) a lu Patates de Christian Voltz (Le Rouergue, 2000), sur Facebook, le dimanche 22 mars 2020, à 7 heures 12. Il promet de lire d’autres albums dans les prochains jours. C’est ici.

ÉPIDÉMIE (33)  – Extrait d’un message de Vincent Villeminot, l’un des auteurs de la série « U4 » (Pocket Jeunesse, 2015), sur sa page Facebook : « Chers confinés, chères confinées. Bon, on fait quoi ? Je me demandais comment je pouvais être utile, et je me suis dit qu’on pouvait continuer de raconter des histoires. Offrir un quart d’heure de lecture par jour (ou une heure par semaine) à chacun et chacune, comme un rendez-vous commun, tant que tout cela dure. Alors voilà, on en a parlé avant-hier avec Pocket Jeunesse, et comme ils sont toujours partants pour une histoire de guedins, on vous offrira, à partir de demain, un chapitre quotidien. Histoire de vivre et de s’évader ensemble, un quart d’heure par jour, au rythme du confinement de Jo, Louna, Simon, Blanche et les autres. » Le message complet est ici. Pour lire le roman, c’est .

ÉPIDÉMIE (32) – Les éditions Auzou proposent des activités : « Nous avons longuement réfléchi et travaillé pour vous aider dans ces jours de confinement. Vous avez été nombreux à parler du besoin d’occuper vos enfants pendant cette période particulière et nous avons décidé de vous aider en vous offrant chaque jour une activité à réaliser avec votre enfant. Chaque activité sera sur les réseaux sociaux et en téléchargement sur notre site sur cette page. » C’est ici. La maison invite aussi les enfants entre 5 et 9 ans à participer (jusqu’au lundi 20 avril 2020) à un concours, Le loup à Paris, en écrivant un album illustré de 10 pages maximum. Il y aura des cadeaux pour les cinq plus belles créations. La page qui explique est ici.

ÉPIDÉMIE (31) – L’équipe de Lire à Voix Haute Normandie nous écrit : « Bonjour à toutes et tous. Dans ce contexte tout à fait particulier, et suite aux mesures de confinement, l’assemblée générale de Lire à Voix Haute Normandie, prévue le 31 mars prochain, est annulée. Elle sera reportée à une date ultérieure, dès que la situation sera apaisée. Pour rester en lien avec toutes ces questions qui nous animent, nous vous proposons quelques pistes, à distance : lire ou relire des textes fondateurs. De nombreux articles sont disponibles sur le site de Caim ; visionner des vidéos de conférences comme, par exemple, les journées d’étude de l’Agence Quand les livres relient, qui sont disponibles en suivant ce lien ; revoir, plus de 30 ans après sa diffusion initiale, ce formidable documentaire Le bébé est une personne de Bernard Martino, Tony Lainé et Gilbert Lauzun. La qualité n’est pas optimale, mais que de belles images ! C’est ici.  Bref, de quoi nous nourrir en attendant de pouvoir à nouveau se rencontrer, partager, échanger… et lire avec les bébés et les jeunes enfants. Prenez soin de vous. »

ÉPIDÉMIE (30) – Comme la plupart d’entre nous, l’école des loisirs vit au jour le jour. Le jeudi 19 mars 2020, c’était journée Frédéric Stehr, le vendredi 20 mars, journée Stéphanie Blake  (avec le lapin Simon), le samedi 21 mars, journée Claude Ponti (avec des activités superigolmarrantes), le dimanche 22 mars, journée de personne et de rien, le lundi 23 mars, journée avec divers lapins, pas juste ceux de Claude Boujon.

ÉPIDÉMIE (29) – Les jeunes lecteurs du cours préparatoire à la classe de troisième sont invités à participer à un concours initié par la librairie L’Arbre vagabond au Chambon-sur-Lignon (Haute Loire) et par les éditions MeMo. Le sujet : faire le portrait de sa saison préférée. « La forme est très ouverte. On peut s’appuyer sur des dessins, des peintures, des collages, des photos, des poèmes, des maquettes. On peut participer au jeu en solo, en duo, en tribu. Il est possible de s’inspirer du livre Au fil du temps de Junko Nakamur. » Les productions doivent parvenir avant le vendredi 8 mai 2020 à la librairie L’Arbre vagabond, lieu-dit Cheyne, à Le Chambon-sur-Lignon. Ne pas oublier de préciser prénom, nom, adresse, téléphone, âge, classe et école. La remise des prix par Junko Nakamura, auteure et illustratrice chez MeMo, et par Christine Morault, éditrice, aura lieu (si la situation sanitaire le permet) le dimanche 10 mai, à 16 heures 30, à la librairie. Des livres et des affiches sont à gagner à l’issue du concours. Informations complémentaires au 04 71 59 22 00.

ÉPIDÉMIE (28) – Les chercheurs et chercheuses réunis au sein de l’Afreloce (Association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance) pensent à leurs étudiants et à leurs étudiantes. Ils leurs suggèrent d’écouter (ou de réécouter) les conférences diffusées par le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ). Le lien est ici. Ils rappellent également que les Presses universitaires de Rennes proposent plusieurs ouvrages en accès ouvert : Le Livre pour enfants : regards critiques offerts à Isabelle Nières-Chevrel (dir. Cécile Boulaire), Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine (Florence Gaïotti), Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne pendant l’entre-deux-guerres (Mathilde Lévêque), La littérature de jeunesse en question(s) (dir. Nathalie Prince). C’est ici, ici, ici et ici.

ÉPIDÉMIE (27) – Un courrier de Joël Franz Rosell, auteur cubain pour la jeunesse vivant en France : « Bonjour à tous, là où vous êtes et vous souhaitant bonne santé et esprit serein. Nous survivrons et je pense que nous reviendrons avec une énergie et créativité renouvelée pour continuer à faire le pont entre les livres et les enfants, ainsi qu’à promouvoir, donnant, pour commencer, l’exemple des modes de vie et consommation, organisation social et partage qui nous protégeront de nouvelles pandémies et autres catastrophes. Bon courage à tous et à bientôt. » Le blog de Joël est ici.

ÉPIDÉMIE (26) – Mathias Friman, auteur et illustrateur, propose tous les jours, en direct, à l’heure du goûter, des vidéos pour apprendre à dessiner des animaux : une chenille, un papillon, un oiseau, un cachalot. L’oiseau est ici. Site de Mathias Friman .

ÉPIDÉMIE (25) – Une initiative de Véronique Favre, professeure des écoles à Paris : « Le besoin a émergé d’un espace pour créer une vaste bibliothèque commune, de partager les livres numériques que les enseignant·e·s ont déjà créés. Je mets donc ici à disposition de chaque enseignant·e qui le souhaite cet espace blog pour réunir, compiler, mettre à disposition un lien vers des livres publiés en ligne, un lien facilement partageable aux familles. Un lien, oui, car je tiens à la facilité et à l’accès pour toutes les familles, même avec un smartphone. » Un blog collaboratif qui mérite le détour. C’est ici.

ÉPIDÉMIE (24) – Les éditions Rageot proposent aux jeunes lecteurs le téléchargement gratuit, une heure par jour, de 14 à 15 heures, de six titres de son catalogue. L’accès se fait sur Net Galley France, site d’une communauté de libraires, bibliothécaires, journalistes, blogueurs et professionnels de l’éducation. Premier titre (le 19 mars) : Terre de brume de Cindy Van Wilder. Deuxième titre (le 20 mars) : Suivant sur la liste de Manon Fargetton.

ÉPIDÉMIE (23) – Léquipe du Festival de littérature jeunesse de Montréal (Canada) annonce sur sa page Facebook que, chaque jour, à 11 heures, une personnalité du monde littéraire lira une histoire en direct. Première histoire : le jeudi 19 mars 2020, lue par une des organisatrices du festival. Pour écouter, c’est ici

ÉPIDÉMIE (22)  – Le Port a jauni avait pensé à nous : « Pour fêter le printemps et la sortie de Macadam : courir les rues, rendez-vous le samedi 21 mars 2020, à partir de 18 heures, à la librairie La réserve à bulles, 58 rue des Trois-Frères-Barthélémy à Marseille. Au programme ce soir-là : lecture musicale par Mo Abbas et Richard Gérard et exposition des magnifiques originaux de Julien Martinière. Dédicaces et apéro. On vous attend, ici… ou là. Au plaisir de vous retrouver. » La rencontre est annulée, mais Le Port a jauni, c’est ici,  pile poil sur la page des lectures en français (par Catherine Estrade) et en arabe (par Noma Omran) des Poèmes du soir de Géraldine Hérédia.

ÉPIDÉMIE (21) – Un plan d’urgence doté d’une première enveloppe de 5 M€ est mis en place par le Centre national du livre (CNL) pour répondre aux difficultés immédiates des éditeurs, des auteurs et des libraires. Les subventions versées par le CNL aux manifestations littéraires annulées pour des raisons sanitaires leur resteront acquises, pour les aider à faire face aux dépenses déjà engagées. Dans ce cadre, une attention particulière sera portée à la rémunération des auteurs qui devaient participer à ces manifestations. Le CNL va en outre reporter les échéances des prêts accordés aux libraires et aux éditeurs. « La crise sanitaire sans précédent qui touche notre pays frappe de plein fouet les acteurs de la culture. Nous devons tout mettre en œuvre pour assurer leur survie. C’est l’avenir même de notre modèle culturel qui est en jeu. » (Franck Riester, ministre de la Culture). Les détails sont ici.

ÉPIDÉMIE (20) – La librairie Libr’enfant, 48 rue Colbert à Tours (Indre et Loire) devait recevoir l’écrivain Hubert ben Kemoun, le samedi 21 mars 2020, de 10 heures 30 à 12 heures 30, pour une rencontre–dédicace, à l’occasion du périple de l’auteur dans les collèges du département. Périple et rencontre annulés.

ÉPIDÉMIE (19) – « Bonjour à tous et à toutes. Si vous manquez d’idées pour occuper vos enfants, on ouvre une petite bibliothèque gratuite avec des numéros de Biscoto et des bricolages, pour lire, jouer, bricoler tout en restant chez soi. C’est en libre accès via ce lien. Partager autour de vous sans modération. La bibliothèque sera régulièrement alimentée en nouveaux contenus, jusqu’au retour à la normale. N’hésitez pas à la consulter de temps en temps. En attendant, le plus important c’est de prendre soin de vous et des autres. À bientôt. » (Julie et Catherine)

ÉPIDÉMIE (18) – Malgré les risques sanitaires pointés par ses salariés, Amazon (qui ne vend pas que du livre), voit, en cette période, exploser son chiffre d’affaires « librairie ». Face à l’inquiétude de la profession, Bruno Le Maire a, ce jeudi 19 mars 2020, fait, sur France Inter, la déclaration suivante : « Moi, j’estime que la librairie est un commerce de première nécessité. Je suis prêt à regarder cette question. […] Mais il faut mettre en place des règles de sécurité strictes. Dans une librairie, on touche les livres, on se rassemble. […] Nous allons ouvrir une réflexion avec le ministère de la Culture. »

ÉPIDÉMIE (17) – Lewis Trondheim, Pénélope Bagieu, Cati Baur, Loïc Sécheresse, Arthur de Pins, Pascal Jousselin, Nob, Boulet, Elise Gravel, dessinateurs travaillant dans le domaine de la bande dessinée, proposent aux enfants (et, parfois, à leurs parents) des dessins, des jeux, des coloriages à télécharger. Les auteurs et illustrateurs pour la jeunesse (qui ont pris le temps de demander, via leur Charte, pour eux, avec d’autres organisations professionnelles, des mesures d’urgence financières au Premier ministre), ont-ils pensé aux enfants qu’ils ne rencontreront pas ces prochaines semaines en leur offrant, via Internet, images, jeux de lecture et d’écriture ? Le premier qui trouve envoie le lien à cette adresse. Le deuxième aussi.

REVUE – Le dossier du numéro 60 de la Revue de la BnF coordonné par Marine Planche et Jean-Yves Mollier est consacré à la censure appliquée au livre pour enfants. Titre explicite : Ne les laissez pas lire ! « En préambule, Jean-Yves Mollier rappelle qu’au XIXe siècle, au moment même où se constitue une littérature pour la jeunesse, l’Enfant représente, de la même manière que la Femme ou le Peuple, une catégorie sous surveillance, perméable par nature à l’influence néfaste des mauvaises lectures. L’abbé Bethléem joue un rôle considérable dans la campagne menée dans la première moitié du XXe siècle contre les journaux licencieux et les illustrés pour la jeunesse (Anne Urbain). Ce sont en effet ces illustrés, français (L’Épatant) puis américains (Le Journal de Mickey), qui concentrent dans un premier temps les attaques des censeurs, dont les arguments d’ordre moral ou esthétique constituent paradoxalement l’un des premiers discours critiques sur la bande dessinée (Sylvain Lesage). La même accusation de propager, par l’exemple, la criminalité juvénile se retrouve dans les discours à l’encontre du cinéma (Roxane Haméry). En France s’est mise en place, en juillet 1949, une législation qui encadre les publications à destination de l’enfance et de l’adolescence, qui « ne doivent comporter aucune illustration, aucun récit […] présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse ». Dans le même temps, aux États-Unis, est apparue, selon des modalités un peu différentes, la Comics Code Authority qui régira pendant des décennies la publication des comics américains (Jean-Paul Gabilliet). BnF éditions 2020, 176 pages, 25,00 euros.

ÉPIDÉMIE (16) – La Médiathèque José Cabanis, 1 allée Jacques Chaban-Delmas à Toulouse (Haute Garonne), avait prévu d’organiser le samedi 21 mars 2020, à 16 heures, un concert dessiné pour tout public à partir de 5 ans. « Émotion et poésie, à travers trois moments-clés de l’album Le nouveau nid des Petits Marsus. Au rythme des crayons de Benjamin Chaud et des percussions du musicien et compositeur Frédéric Dufée, en plein coeur de la jungle de Palombie. » Ce sera pour une prochaine fois.

ÉPIDÊMIE (15) – Strasbourg devait fêter l’illustration pendant 10 jours, du vendredi 19 au dimanche 29 mars 2020, investissant plus de 30 lieux : expositions dans les musées et les cafés, ateliers et spectacles dans les médiathèques et les écoles, rencontres et conférences, salon du livre indépendant. Parmi les propositions de ces cinquième Rencontres de l’illustration, un hommage multiforme à Tomi Ungerer décédé en février 2019. Le programme détaillé est ici.

PARUTION – Le hors-série numéro 8 de février 2020 de Ciné Story est titré Mythes et héros dans la bande dessinée. Au fil d’un ensemble un peu foutraque d’articles courts mais néanmoins documentés, on rencontre, outre un bon nombre de super-héros américains (dont Batman, Superman et Wonder Woman), Rahan, les frères Dalton, Astro Boy, Little Nemo et Valérian. Sylvain Venayre explique en deux pages sa scientifique participation à la série « Histoire dessinée de la France » que publie La Découverte. En kiosque, 100 pages, 12,90 euros.

ÉPIDÉMIE (14) – Le metteur en scène Frédéric Sonntag adapte et met en scène L’Enfant Océan de Jean-Claude Mourlevat pour cinq comédiens et une marionnette dans le rôle principal. « Conte social, polar à suspens, road-movie et récit initiatique, L’Enfant Océan joue avec les codes pour nous entrainer sur les traces de cette fratrie fuyant une maison qui n’a rien d’un doux foyer. Un succès de la littérature jeunesse adapté par Frédéric Sonntag à la manière d’une enquête policière. » Une réécriture contemporaine du Petit Poucet de Charles Perrault. Les prochaines représentations (jeudi 19 et vendredi 20 mars 2020 à la Scène nationale de l’Essonne, vendredi 27 et samedi 28 mars à MA Scène nationale du Pays de Montbéliard, lundi 6 et mardi 7 avril à Saint-Priest) sont annulées. Voir sur le site de chaque théâtre s’il y a des dates de remplacement.

ÉPIDÉMIE (13) – Le Pinocchio du réalisateur Matteo Garrone est sorti en Italie en décembre 2020, sur six cents écrans. Parmi les interprètes : Roberto Benigni, Federico Ielapi et Gigi Proietti. L’adaptation est fidèle et le film a rencontré un indéniable succès public « Pour atténuer sa solitude, Geppetto construit une marionnette en bois en guise de fils. Par magie, le pantin prend vie et le jeune Pinocchio n’a plus qu’un seul but dans sa vie : devenir un véritable petit garçon. Cependant, grandir va s’avérer être une entreprise difficile. » Se profilent également une version Disney (de Paul King avec Tom Hanks) et un film d’animation Netflix de Guillermo del Toro et Mark Gustafson. Pour la France, sortie du film de Matteo Garonne cet été au lieu du mercredi 18 mars comme il était initialement prévu.

RÉSIDENCES – Rions de soleil, association de développement culturel et d’éducation populaire, organise deux résidences d’auteur. La première, de deux mois (du 5 octobre au 5 décembre 2020), est située dans le département des Hautes-Alpes, sur le secteur de Serre-Ponçon. Il s’agit d’une résidence pour un auteur ayant publié au moins un ouvrage de littérature jeunesse ou au moins un ouvrage destiné à tout type de public mais avec des thématiques accessibles au public jeunesse et ayant déjà publié à compte d’éditeur. La deuxième, de onze semaines (du 14 mars au 30 mai 2021), est située dans le département des Hautes-Alpes. Il s’agit d’une résidence pour un auteur ayant publié à compte d’éditeur au moins un ouvrage de littérature jeunesse ou au moins un ouvrage destiné à tout type de public mais avec des thématiques accessibles au public des collégiens, en lien avec les domaines de la création littéraire ou de la bande-dessinée. Optionnel : une sensibilisé à l’outil numérique. Les dossiers sont ici et . Candidatures possibles jusqu’au vendredi 3 avril 2020. Informations complémentaires à cette adresse.

ÉPIDÉMIE (12) – L’assemblée générale annuelle du CRILJ devait se tenir à Paris le samedi 22 mars 2020. Elle est reportée au samedi 16 mai, si les conditions sanitaires le permettent.

ÉPIDÉMIE (11) – L’Institut International Charles Perrault qui organisait, le vendredi 20 mars 2020, de 9 heures à 17 heures, à Cergy-Paris Université, 33 boulevard du Port, une journée de formation Les contes : réécritures et patrimoine en contexte mondialisé ne peut maintenir sa proposition. Le programme très international est toutefois consultable ici.

DISPARITION – René Follet, dessinateur de bande dessinée et illustrateur, est décédé le samedi 14 mars 2020. Né à Bruxelles en 1931, il avait réalisé un premier travail à 14 ans en illustrant L’Île au Trésor de Stevenson, sixième album de « La bibliothèque du chocolat Aiglon ». Il dessine, pour le journal Tintin, des vignettes pour du rédactionnel et des illustrations pour quelques uns des romans à suivre que le magazine publiait alors. Au début des années 1950, il dessine, pour Spirou, une dizaine de « Belles histoires de l’Oncle Paul. » Il participe également, en 1977, au Trombone illustré, supplément « clandestin » de Spirou créé par Yvan Delporte. René Follet qui préférait l’illustration à la bande dessinée fut l’assistant discret et modeste de Maurice Tillieux, André-Paul Duchâteau, Michel Mitacq (pour « La Patrouille des castors », « Jacques le Gall », « Stany Derval »), William Vance (pour « Bob Morane », « Bruno Brazil » et « Bruce J. Hawker »). Il collaborait ces dernières années avec les éditions Daniel Maghen, formant un trio avec Emmanuel Lepage et Sophie Michel pour donner vie, en 2016, aux Voyages d’Ulysse (Grand Prix de la critique ACBD), et, en 2019, aux Voyages de Jules. « Je n’oublierai jamais ma rencontre [avec René Follet] à l’occasion d’une exposition qui lui était consacrée à Bruxelles. Je lui demandais si cela ne l’attristait pas de n’être pas reconnu. Il m’avait répondu, le sourire tranquille, qu’il avait eu les reconnaissances qu’il méritait et que c’était très bien comme cela. » (Jacques Schrauwen, chroniqueur à la RTBF).

ÉPIDÉMIE (10) – Les annulations de manifestations s’accélèrent. Parmi elles, les salons du livre, de jeunesse ou non, dont le Salon du livre de jeunesse de Beaugency et Saint-Laurent-Nouan des vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 avril 2020. Tout était prêt. La journée professionnelle du mercredi 18 mars organisée par Val de lire et par le CRILJ est, elle aussi, déprogrammée. Par décision municipale, l’exposition Les trésors minuscules de Christian Voltz, en place à l’église St Étienne de Beaugency (Loiret) depuis une semaine, est fermée à compter du lundi 16 mars.

a

Plusieurs brèves de ce site, rédigées à l’avance et mises en ligne en l’état, annoncent des événements qui n’ont pas eu lieu ou qui n’auront pas lieu. Elles sont aisément repérables.

a

RENCONTRE – Le Wolf, 20 rue de la Violette à Bruxelles (Belgique), reçoit l’illustratrice Léa Decan le dimanche 15 mars 2020, de 11 heures à 12 heures 30, pour un atelier et une séance de dédicaces, à l’occasion de la sortie aux éditions l’Agrume de son l’album Où va le chat ? Tout public à partir de 5 ans. Informations complémentaires au 32 2 512 12 30.

ÉPIDÉMIE (9) – La Foire du livre de jeunesse de Bologne 2020 est annulée. « La propagation de l’épidémie de coronavirus en Italie et dans le monde a anéanti tous les espoirs de maintenir l’événement. » (Elena Pasoli, directrice de la Foire). Antonio Bruzzone, directeur général, explique : «  Le système de foires, basé sur des rencontres en face à face et des réseaux, a dû affronter une situation sans précédent. […] Pour la Foire de Bologne, dont 90% des exposants arrivent de l’étranger, il aurait été impensable de proposer un événement auquel les professionnels et le public n’auraient pas pu participer avec la tranquillité d’esprit nécessaire et dans une atmosphère amicale et collaborative qui caractérise cette grande communauté internationale qui se réunit chaque année à Bologne. » La 57e édition de la Foire du livre de jeunesse de Bologne aura lieu du lundi 12 au jeudi 15 avril 2021, avec de nouveaux projets.

FORMATION – Le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) propose, du lundi 16 au mercredi 18 mars 2020, dans la salle de commission numéro 1 du site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France (BnF), quai François Mauriac à Paris, un stage Bibliothèques et spectacles jeune public. » Pourquoi et comment accueillir un spectacle dans sa structure ? Comment le choisir ? Quels liens établir avec les collections mais aussi avec les autres lieux culturels de son territoire ? Ce stage permettra de découvrir la diversité et la qualité des spectacles jeune et très jeune public. » Programme en cours d’élaboration. Responsable pédagogique : Véronique Soulé. Présentation détaillé et modalités d’inscription ici.

COURRIER – Gérard Picot, directeur de la Fête du livre jeunesse de Villeurbanne, nous écrit : « Les 20 et 21 mars prochains auront lieu les Journées internationales du livre voyageur que j’ai initiées il y a 8 ans. Ce jour-là ce sont pas moins de 200 000 livres qui seront lâchés et qui feront du monde une bibliothèque à ciel ouvert. » Des précisions ici. On peut aussi écrire à Gérard Picot à cette adresse.

DISPARITION – Betsy Bryars, auteure américaine née en Caroline du Nord, est décédée le mercredi 26 février 2020. Elle avait 91 ans. Elle avait commencé à écrire après la naissance de ses quatre enfants. Premier roman : Clementine, en 1962, chez Houghton Mifflin, dont le manuscrit avait été rejeté par neuf éditeurs. Depuis, elle publiait avec une belle régularité des ouvrages très appréciés des jeunes lecteurs. Près de quarante titres dont quatre séries parmi lesquelles « The Blossom Family » et « Herculeah Jones ». Betsy Byars avait reçu la Médaille Newbery, en 1971, pour Summer of the Swans, (traduction française : Rose-Marie Vassalo, en Castor poche, sous le titre Rude journée pour Sara) et le National Book Award pour The Night Swimmers, en 1882, (traduction française : Rose-Marie Vassalo, en Castor poche, sous le titre Piscine de nuit). Isabelle Jan avait accueilli Souriceau et la grande terreur, en 1979, chez Nathan, dans la prestigieuse « Bibliothèque internationale ». Traduction : Jean Queval.

THÉÂTRE – Le vendredi 13 mars 2020, à 19 heures 30, au Cube, sur le site de Crochepot, à Hérisson (Allier), le Théâtre de nuit propose C’est un secret, spectacle tout public à partir de 6 ans. « Librement adapté de L’oiseau bleu de Maurice Maeterlinck, C’est un secret allie la chorégraphie au théâtre d’ombres et de figures. La pièce part d’un univers mélancolique pour déterrer avec enthousiasme les fonctions de rêve et de vie cachées sous les apparences. » Sur le plateau, trois personnages actionnent des installations d’ombres et de lumières où se mêlent mouvements et arts plastiques créant une série de tableaux. Accueil sur place, dès 18 heures 30, avec crêpes et galettes. Prix des places : 5 et 10 euros. Renseignements et réservation au 07 69 76 67 96. Site de la compagnie ici.

RENCONTRE – A l’occasion du Printemps des poètes, la librairie Libr’enfant, 48 rue Colbert à Tours (Indre et Loire) reçoit Thierry Cazals , le jeudi 12 mars 2020,  à partir de 19 heures 30. « Le haïku, trois vers, une extrême attention à la nature, à tout ce qui vit, bruit, sommeille, respire, rencontre de mots qui font naître des images, des émotions. Venez en parler avec Thierry Cazals qui vous en fera découvrir les différentes facettes. »

GUINNESS BOOK – Le samedi 7 mars 2020, 3549 quidams déguisés en Schtroumpfs ou en Schtroumpfettes se sont retrouvés à Landerneau (Finistère) à l’appel des équipes du Carnaval de la lune étoilée. La ville remporte donc le record du monde du plus grand rassemblement de Schtroumpfs, battant Lauchringen (Allemagne) qui, l’an dernier, n’en n’avait rassemblé que 2762. Sur la photo ci-dessous, le monsieur à droite aurait bien attrapé un mauvais virus.

EXPOSITION – Depuis le samedi 7 mars et jusqu’au mercredi 19 mars 2020, à la médiathèque Marguerite Duras, 115 rue de Bagnolet à Paris, exposition 100 ans, tout ce que tu apprendras dans la vie. « Venez découvrir les illustrations du livre 100 ans de Heike Faller et Valerio Vidali, paru aux éditions du Seuil et éditions du Sous-sol, et dans lequel chaque page est consacrée à un âge et à tout ce que l’on acquiert au cours d’une vie de 0 à 99 ans. Des réflexions sur la vie, l’amour, la mort, l’amitié, la peur, les rêves. Tous les âges de la vie en mots et en images, pour apprendre à grandir et réapprendre à s’émerveiller. » En partenariat avec les éditions du Seuil. Informations complémentaires au 01 55 25 49 10.

EPIDÉMIE (8) – En 2019, le Sharjah Children’s Reading Festival organisé sous le patronage du cheikh Sultan bin Mohammed al-Qasimi, souverain de Charjah, avait accueilli 134 exposants spécialisés en littérature pour la jeunesse. 2600 activités étaient proposées aux jeunes lecteurs et 300 000 visiteurs avaient fait le déplacement. Prévue du mercredi 8 au samedi 18 avril, l’édition 2020 est annulée, des cas de coronavirus ayant été identifiés dans les Émirats arabes unis.

EXPOSITION – A la Médiathèque José Cabanis, 1 allée Jacques Chaban-Delmas à Toulouse (Haute Garonne), du mardi 10 mars au dimanche 5 avril 2020, exposition Pomelo, l’éléphant rose, « proposée par l’Imagier vagabond autour de l’histoire du petit éléphant rose Pomelo, dans un espace lecture sous la forme du jardin du petit pachyderme. Une balade par la trompe et les pensées du petit éléphant à travers une centaine d’illustrations originales de Benjamin Chaud et les réflexions poétiques et philosophiques de Ramona Badescu. » Informations complémentaires au 05 62 27 40 00.

BANDE DESSINÉE – À l’occasion de l’Année 2020 de la bande dessinée, la Sofia, Lyon BD et Ground Control s’associent pour proposer une journée entièrement dédiée aux auteurs, autrices, éditeurs et éditrices. La profession prendra ses quartiers, le jeudi 12 mars 2020, à Ground Control, 81 rue du Charolais à  Paris, « pour penser, créer, s’inspirer et se divertir dans le monde réel. » : forum professionnel boite à outils, de 11 heures à 18 heures, avec une conférence de l’auteur américain Scott Mc Cloud, tables rondes sur la valorisation de la création contemporaine en bande dessinée, guichet des services et des aides disponibles pour les auteurs, apéro-réseau du neuvième art, en parallèle de l’ouverture au public du lieu, de 18 heures à 23 heures, avec un concert dessiné d’Alfred, un set inédit réunissant le DJ No Name et huit auteurs invités à créer des œuvres éphémères projetées sur les écrans du Ground Control. Journée gratuite pour les professionnels du livre. Inscriptions à cette adresse.

EXPOSITION – Léopold Chauveau, chirurgien malgré lui, sculpteur, peintre, auteur et illustrateur, écrivit, entre 1923 et 1969, des contes pour les enfants. Plusieurs d’entre eux sont disponibles chez Circonflexe, à la Joie de lire et chez Mémo. Le Musée d’Orsay donne à voir, du mardi 10 mars au dimanche 28 juin 2020, 18 sculptures et 100 dessins de Léopold Chauveau, oublié de l’histoire de l’art. Site du Musée d’Orsay ici.

DISPARITION – André Chéret, dessinateur de bande dessinée, est décédé le jeudi 5 mars 2020. Né en 1937, placé dans une famille d’agriculteurs de l’Allier pendant la guerre, il  dessine beaucoup, principalement des animaux. De retour à Paris, il lit avec passion aussi bien Tarzan que Fillette. Il travaille un temps dans une imprimerie, à 15 ans, puis dans une maison spécialisée dans la publicité pour le cinéma où il développe son goût du dessin réaliste et du lavis. Il publie sa première bande dessinée, Paulo et la furie du rodéo, en 1959, pendant son service militaire, sur un scénario de Pierre Koernig. C’est le point de départ d’une carrière incontestablement dense, André Chéret enchainant les collaborations dans la presse jeunesse (Cœurs vaillants, J2, Mireille, Vaillant où il reprend le dessin de la série « Bob Mallard » scénarisée par Jean Sanitas), pour la presse quotidienne (Paris Jour, La Voix du Nord, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, La Montagne, Le Progrès), pour la presse télévisée (Télé Feuilleton) et pour la presse à sensation (Radar, Détective). En 1969, pour le journal Pif Gadget, il crée, avec Roger Lécureux au scénario, le personnage de Rahan, « fils des âges farouches », qui devient l’un des héros les plus populaires de la bande dessinée française. « Avec Rahan, j’ai trouvé une série à ma convenance, qui met en valeur l’anatomie humaine et animale, la nature à l’état brut. Je m’y sens bien. » Au fil de deux cents épisodes, Rahan, libre penseur et pacifiste, dénonce, dans une préhistoire de fantaisie, les obscurantismes et les superstitions et il combat ceux qui, illégitimes, établissent leur pouvoir par des moyens fallacieux. André Cheret avait, pour une des premières éditions du Salon du livre pour la jeunesse de Beaugency (Loiret), dessiné une affiche devenue collector.

THEATRE – Le Théâtre de la Tête noire de Saran (Loiret) accueille la compagnie portugaise Teatromosca pour quatre représentations de Alice d’après Lewis Carroll. « Inspiré par l’univers magique et déroutant d’Alice au pays des merveilles et d’Alice de l’autre côté du miroir, petits et grands sont invités à entrer dans le terrier du lapin blanc afin de vivre une expérience théâtrale immersive. Dans un cadre fantastique fait de lumières, de sons, de couleurs, de textures et de senteurs, et où les accessoires de la scène peuvent être explorés par le public, les acteur.rice.s  manipulent les quelques figures emblématiques de l’univers de Lewis Carroll : la Chenille, le Chapelier, la Reine rouge, au son d’une musique live pour une plongée dans l’absurde et l’étrange. » Ce sera le mercredi 11 mars 2020 à 15 heures et à 18 heures, et le samedi 14 mars, à 11 heures et 15 heures. Tout public à partir de six mois. La jauge est limitée et il faut écrire à cette adresse pour savoir s’il reste des places. Site de la compagnie ici.

COURRIER – La Sofia nous écrit : « Des organismes professionnels du livre présenteront aux auteurs·rices leurs activités, leurs services, et répondent à toutes leurs questions. Rencontrez l’ADAGP (société française de perception et de répartition des droits d’auteur dans le domaine des arts graphiques et plastiques), l’ATLF (Association des traducteurs littéraires de France), le CNL (Centre national du livre), l’Institut français (promotion à l’étranger de la culture française), le RAAP (régime d’assurance vieillesse complémentaire des artistes et auteurs professionnels), le SNAC BD (Syndicat national des auteurs et des compositeurs), les éditeurs BD du SNE (Syndicat national de l’édition), la SAIF (société des auteurs des arts visuels et de l’image fixe), la Sofia (Société française des intérêts des auteurs de l’écrit) et l’Urssaf Limousin/Acoss. Ce sera le jeudi 12 mars 2020 à Ground Control, 81 rue du Charolais à Paris, de 11 heures à 23 heures. Gratuit pour tous les professionnels du livre sur inscription à cette adresse, dans la limite des places disponibles.

ÉPIDÉMIE (7) – Face aux contraintes liées au coronavirus, les organisateurs du Salon du livre de Laon (Aisne) ont choisi d’annuler leur (toute première) manifestation prévue le dimanche 8 mars 2020. Ils donnent rendez-vous l’année prochaine. Du fait de son organisation dans près de 70 lieux de la ville et de la Métropole de Lyon, le festival Quais du polar, dont la 16ème édition doit se dérouler du vendredi 3 au dimanche 5 avril, n’est, actuellement, pas concerné par la mesure visant à annuler les manifestations de plus de 5 000 personnes en milieu confiné.

EXPOSITION – A la Médiathèque des Pradettes, 3 avenue de la Dépêche à Toulouse (Haute Garonne), du mardi 10 mars au dimanche 5 avril 2020, exposition À la recherche de petit ours. « Une exposition jubilatoire d’illustrations, objets et jeux. De l’opéra au cirque ou à la plage, Benjamin Chaud nous entraîne à la recherche de Petit Ours. Une exposition proposée par l’Imagier vagabond. » Informations complémentaires au 05 61 22 22 16.  A découvrir aussi à la Bibliothèque Duranti, 6 rue du Lieutenant Colonel Pélissier.

PRUDENCE – Lu sur le site des éditions Tourbillon : « La société Bayard éditions/Tourbillon lance une procédure de rappel préventif du livre-objet Mon tapis d’éveil des animaux de la forêt. En effet, et malgré la plus grande attention prêtée à la sécurité de ses productions, des tests conformes à la législation européenne et des processus de qualité poussés, la société Bayard éditions/Tourbillon a identifié un risque sur les deux flaps à soulever : ces deux flaps crissants et brillants de couleur verte comportent une matière sur le dessus susceptible de se détacher en filaments que l’enfant peut mettre en bouche avec le risque de s’étouffer. Il est demandé aux personnes qui auraient acheté ce tapis d’éveil d’arrêter de l’utiliser et de le retourner au point de vente. » La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) demande également, pour la même raison, le rappel des livres-jeux pour le bain La famille des grenouilles et La famille des ours polaires.

RENCONTRE – La librairie Libr’enfant, 48 rue Colbert à Tours (Indre et Loire) reçoit l’auteur Michaël Escoffier, le mercredi 11 mars 2020, de 10 heures 30 à 12 heures 30, pour une rencontre–dédicace; à l’occasion de la parution de son album Comment cuisiner les lapins illustré par Manon Gauthier (Kaléidoscope, 2020). « Pour cette recette de lapin aux carottes, il vous faut un lapin, des carottes, une grande casserole. Jusque-là, pas de surprise. Mais ne vous y trompez pas, cette recette n’est vraiment pas comme les autres. »

ÉPIDÉMIE (6) – Le point :  la Foire du livre de Bruxelles est ouverte au public du jeudi 5 au dimanche 8 mars 2020, les salons Livre Paris et Paris Manga sont annulés, la Foire du livre de Londres est maintenue et elle aura lieu du mardi 10 au jeudi 12 mars, la Foire de Leipzig est annulée, la Foire internationale du livre de Taipei prévue initialement du mercredi 4 au lundi 9 février est désormais programmé du jeudi 7 au mardi 12 mai, la Foire du livre jeunesse de Bologne prévue du lundi 30 mars au jeudi 2 avril se déroulera du lundi 4 au jeudi 7 mai.

EXPOSITION – L’exposition Les trésors minuscules de Christian Voltz sera en place à l’église St Étienne de Beaugency (Loiret) du samedi 7 mars au mercredi 8 avril  2020, dans le cadre du 35e Salon du Livre Jeunesse de Beaugency et Saint-Laurent-Nouan. « Vous êtes invité·es à la visite proposée par Christian Voltz lui-même le vendredi 6 mars à 17 heures 30sur le lieu de l’exposition. Cette rencontre sera suivie du vernissage de l’exposition à 18 heures 30. Au plaisir de vous y accueillir. »

PROPOSITIONS – Babouche éditions nous informe sur les lectures-concert qu’ils proposent aux médiathèques, salons et établissements scolaires. « Les lectures-concert s’adressent à un large public, à partir de 3 ans. Une lectrice, un musicien et une projection vidéo. Ces spectacles sont tous issus de livres et albums écrits par Isabelle Wlodarczyk et mis en musique par Pierre Diaz. Les illustrations sont réalisées par différents illustrateurs. Chaque spectacle est suivi d’un moment d’échange avec le public, de chansons et/ou d’une séance de dédicaces. Nous nous adaptons à chaque espace et sommes autonomes techniquement (sonorisation, vidéo et lumières). Nos spectacles durent entre 25 minutes et 60 minutes. Suivis de rencontres scolaires, ils durent 90 à 120 minutes. Vous pouvez choisir des lectures-concerts de plusieurs livres pour une même représentation. » Informations complémentaires ici.

PARUTION – Prenant la plume à tour de rôle pour en écrire chacun un chapitre, François Place, Susie Morgenstern, Stéphane Michaka, Jean-Claude Mourlevat, Yves Grevet, Christelle Dabos, Jean-Philippe Arrou-Vignod, Clémentine Beauvais, Timothée de Fombelle, Christophe Mauri, Victor Dixen, Anne-Laure Bondoux et Vincent Villeminot ont pris grand plaisir à écrire à douze le roman Si on chantait ! « Ambre et Louis-Edmond sont les meilleurs amis du monde. Pourtant, tout les oppose : alors qu’il s’ennuie dans l’immense manoir de ses parents richissimes, elle partage un minuscule appartement avec ses sept frères et sœurs, entre séries télé, fous-rires et chorales improvisées. La soudaine disparition de leur mère va bousculer l’existence de cette joyeuse fratrie. » Les bénéfices sur la vente de l’ouvrage seront reversés au Secours populaire français. Pocket Jeunesse 2020, 240 pages, 7,90 euros.

RENCONTRE – Le samedi 7 mars 2020, 11 heures, la Médiathèque Est Floresca Guépin, 15 rue de la Haluchère à Nantes (Loire Atlantique), reçoit Joe Hoestlandt, auteur de plus de cent d’ouvrages pour la jeunesse dont La rentrée des mamans (Bayard, 1990), La grande peur sous les étoiles (Syros,1993), À pas de louve (Milan, 2001). Évènement organisé dans le cadre du festival des littératures Atlantide. Programme complet ici.

ANNIVERSAIRE – Natacha, hôtesse de l’air dessinée par François Walthéry, apparut sans crier gare dans le numéro 1663 de 26 février 1970 du Journal de Spirou. A l’époque, proposer une héroïne à la maison Dupuis était téméraire. C’est pourtant Yvan Delporte, rédacteur en chef du journal, qui, recevant Gos, scénariste, et François Walthéry venus lui suggérer une nouvelle série avec un steward comme personnage principal, souffla l’idée : « Un steward ?  Encore un mec ? C’est embêtant : Tintin et Milou, Spirou et Fantasio, Tif et Tondu, rien que des mecs. Vous ne pourriez pas mettre une fille à la place ? Une hôtesse de l’air au lieu d’un steward ? » La jupe courte de Natacha et la générosité de sa poitrine auraient fait tiquer quelques lecteurs (ou leurs parents) ainsi que le service commercial de chez Dupuis qui craignait de perdre une partie de la clientèle au moment du passage à l’album cartonné. Après 23 albums classiques, François Walthéry publie, en clin d’œil d’anniversaire, un hors-série coquin titré 50 ans de charmes. Khani éditiions 2020, 112 pages, 50,00 euros.

EXPOSITION – A la galerie Jeanne Robillard, 38 rue de Malte à Paris, du mercredi 4 au mercredi 11 mars 2020, exposition consacrée à Quentin Gréban. « Deux ans après le succès de Maman, Quentin Gréban propose un nouvel album dans lequel ses douces aquarelles déclinent un même thème : Amoureux (éditions Mijade, janvier 2020). Ces portraits de couples nous racontent l’amour dans tous ses états : le premier amour, l’amour éternel, l’amour à sens unique, l’amour fou. Cette exposition-vente exceptionnelle réunit les aquarelles et dessins créés pour le livre, ainsi que quelques inédits. » Vernissage le mercredi 4 mars, à 18 heures. Site de la galerie ici.

C’EST FAIT – Der Giftpilz, ouvrage pour enfants de Julius Steincher paru initialement en 1938 compare le peuple juif à des amanites, champignons vénéneux. Après un mois de combat mené par l’américain Holocaust Education Trust et l’intervention du Mémorial d’Auschwitz, l’ouvrage ainsi que tous ceux écrits par Julius Steincher ont été retirés sur la plate-forme de ventes en ligne Amazon. Extrait du communiqué du site marchand : « Amazon a des politiques qui régissent les livres pouvant être ou non répertoriés afin d’être vendus. Nous investissons beaucoup de temps et de ressources pour garantir le respect de nos directives et ainsi supprimer les produits qui ne les respectent pas. » Julius Streicher, fondateur de l’hebdomadaire nazi Der Stürmer, avait été reconnu coupable de crimes contre l’humanité lors des procès de Nuremberg.

SALON – Le cinquième salon du livre jeunesse Délires de lire de Saint-Gervais-la-Forêt (Loir et Cher) aura lieu du vendredi 6 au dimanche 8 mars 2020. Il est cette année placé sous le thème « Vagabondages dans les ailleurs ». François Place en est le parrain et un joli peloton d’auteurs-illustrateurs feront le déplacement : Géraldine Alibeu, Barroux, Marianne Barcilon, Sandrine Bonini, Mathilde Bourgon, Ella Charbon, Laëtitia Garcia dite Cocotte en papier, Anne Brouillard, Laurent Corvaisier, Claire Garalllon, Mélanie Fuentes, Alexandra Huard, Izou, Marion Janin, Kotimpi, Nicolas Jolivot, Baptistine Mésange, Sébastien Pelon, Lucile Placin, Claire Godard, Annie Bouthemy Sylvie Grelet, Lucien et Aude Beliveau, Seng-Soun Ratanavanh, Lucie Phan et Claire Godard. Un programme  copieux avec expositions, spectacles, rencontres, ateliers, etc. Le document qui dit tout est ici.

EPIDÉMIE (5) – Le salon Livre Paris prévu du vendredi 20 au lundi 23 mars 2020 est annulé. « À la suite des décisions gouvernementales d’interdire des rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné, nous avons pris avec regret la décision d’annuler l’édition 2020 de Livre Paris. Je tiens à remercier les nombreuses personnalités qui sur les réseaux sociaux ont témoigné ces derniers jours de leur souhait que Livre Paris ouvre ses portes normalement. Mais notre sens de la responsabilité nous oblige à ne prendre aucun risque avec la santé de toutes celles et ceux qui font le succès de Livre Paris : éditeurs exposants, auteurs, intervenants, partenaires venant de plus de 50 pays, et bien sûr notre public familial de plus de 160.000 visiteurs chaque année. Livre Paris vous donne rendez vous en 2021 avec de nouvelles promesses et de nouvelles découvertes autour du livre et de la lecture. » (Vincent Montagne, président du Syndicat national de l’édition)

PARUTION – « Les enfants sont répugnants. Ils puent. Ils empestent. Ils sentent le caca de chien. Rien que d’y penser, j’ai envie de vomir. Il faut les écrabouiller, les pulvériser. Écoutez le plan que j’ai élaboré pour nettoyer l’Angleterre de toute cette vermine. Attention : les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n’importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La Grandissime Sorcière compte bien les faire tous disparaître. Seuls un jeune garçon et son extravagante grand-mère semblent capables de l’en empêcher. » Si cela vous rappelle Roald Dahl, vous avez raison. Mais cet argumentaire accompagne plus directement l’album de bande dessinée Sacrés sorcières de Pénélope Bagieu. Gallimard 2020, 304 pages, 23,90 euros.

EXPOSITION – Du vendredi 6 au samedi 28 mars 2020, en partenariat avec le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, mise en place dans l’espace Mezzanine de Sèvres (Hauts-de-Seine), 54 Grande Rue, de l’exposition Tom-Tom et Nana présentent : Tout Bernadette Després. Vernissage le vendredi 6 mars, à partir de 19 heures, en présence de l’illustratrice. Séance de dédicaces avec la librairie Anagramme. « Dès le milieu des années 1960, Bernadette Després publie des livres pour enfants au graphisme coloré et généreux qui séduit de nombreux jeunes lecteurs. À partir de 1977, le mensuel J’aime lire (Bayard Presse) publie une bande dessinée de dix planches particulièrement attendue. Ses héros : deux enfants créatifs et chamailleurs, Tom-Tom et sa sœur Nana, que Bernadette Després dessine aux côtés de la scénariste Jacqueline Cohen ; Évelyne Reberg participant par la suite à l’écriture de la série. Toujours prêts à faire des bêtises, Tom-Tom et Nana évoluent dans un univers quotidien que le trait, faussement naïf et très détaillé, rend immédiatement familier. » Informations complémentaires au  01 41 14 10 10.

EPIDÉMIE (4) – La Foire du livre de Londres (réservée aux visiteurs professionnels) se déroulera du 10 au 12 mars 2020. Pour cause de coronavirus, les organisateurs ont fait savoir que seront diffusés pendant l’évènement des messages de sensibilisation aux mesures d’hygiène et qu’une distribution de désinfectants, à l’entrée et aux stands, sera organisée. En cas de sortie récente de quarantaine et de symptômes grippaux, Reed Exhibitions Ltd déconseille fortement la venue au complexe Olympia.

EXPOSITION – Le CRILJ et l’association balgentienne Val de lire proposent, à l’occasion de la 35e édition du Salon du livre pour la jeunesse de Beaugency et Saint-Laurent-Nouan, une présentation de près de cinquante documents, souvent anciens, donnant à voir le talent de l’auteur-illustrateur américain Maurice Sendak : affiches d’incitation à la lecture, affiches d’exposition, affiches d’éditeurs, affiches pour des opéras, sans oublier un focus sur Really Rosy et quelques réemplois malicieux. L’exposition est organisée en deux ensembles complémentaires : un premier présenté dans la salle de projet du Puits-Manu de Beaugency (Loiret) à l’occasion de la journée de formation du mercredi 18 mars 2020, puis, salle des Hauts-de-Lutz, sur le salon, du vendredi 3 au dimanche 5 avril, un second mis en place à la médiathèque d’Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher) où Marie Lequenne accueillera une vingtaine d’affiches, du lundi 16 mars au lundi 6 avril. Titre de l’exposition : Max, Max, Max et les autres. « Les affiches et autres réalisations occasionnelles ne représentent qu’une petite part de ma production, mais, paradoxalement, ces images évidentes occupent une place très importante dans mon cœur. Pourquoi évidentes ? Parce qu’elles se présentent de manière évidente. Je les ai peintes dans mes rares moments de relaxation. » (Maurice Sendak). Collection privée : André Delobel. Informations complémentaires à cette adresse.

CINÉMA – Les réalisateurs Alain Guillon et Philippe Worms ont posé leur caméra pendant un an au sein de la bibliothèque Robert Desnos de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Alain Guillon explique : « Je me suis dit qu’il se passait quelque chose à cet endroit, c’était comme un résumé du monde avec, en toile de fonds, comme une cartographie des conflits de la planète. […] Ce qui nous a guidés, c’est le rôle social des bibliothèques aujourd’hui, Quand j’étais petit, c’était la MJC qui jouait ce rôle, maintenant c’est la médiathèque. Il y a dans cet endroit un truc un peu magique. En premier lieu, y faire entrer des gens qui pensent qu’une bibliothèque c’est pas pour eux, ce n’est pas leur place. » Le documentaire porte le titre pas si paradoxal que ça de Chut ! et il est visible, dans quelques salles, depuis le mercredi 26 février 2020. Rencontre-débat le jeudi 5 mars 2020 au cinéma Le Méliès, place Jean Jaurès à Montreuil, avant une « tournée nationale » dans les prochaines semaines.

RENCONTRE – Le dimanche 1ier mars 2020, à 15 heures, la Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg à Paris, propose, dans le cadre de la journée internationale de la langue maternelle, Un après-midi avec Zaü. L’illustrateur proposera une lecture dessinée suivie d’un atelier de dessin autour de la cuisine du monde. « Durant une trentaine de minutes, Zaü illustrera sous vos yeux quelques-uns des contes à la coque, des contes qui durent le temps de cuisson d’un œuf à la coque. Ce temps de lecture dessinée sera suivi d’un atelier-dessiné des mets savoureux. » Dès 8 ans. Réservation au 01 53 24 69 70.

FORMATION – L’Agence régionale du livre et de la lecture Hauts-de-France (AR2L) et le Syndicat national de l’édition (SNE) convient bibliothécaires, libraires, organisateurs d’événements littéraires, enseignants et documentalistes à une journée gratuite de rencontres avec des éditeurs et des auteurs de jeunesse le mardi 3 mars 2020, de 9 heures à 17 heures, à l’université Picardie Jules Verne; dans l’amphithéâtre Beccaria du Pôle Cathédrale, 10 venelle Lafleur à Amiens (Somme). La journée interrogera la place de l’album dans la littérature jeunesse. Parmi les intervenants, Sophie Van der Linden, Joëlle Turin et les auteurs, autrices, illustrateurs et illustratrices Roland Garrigue, Marie-Laure Cruschiform, Anaïs Vaugelade. Programme détaillé et lien vers l’inscription obligatoire ici.

ATELIER – Mathilde Chèvre mènera, le dimanche 1ier mars 2020, de 11 heures à 12 heures 30, au Wolf, 20 rue de la Violette à Bruxelles (Belgique), un atelier français-arabe Poèmes pour affronter le beau temps. « À partir du recueil français-arabe Poèmes pour affronter le beau temps de Pierre Soletti et Clothilde Staës, édité au Port à jauni , nous suivrons le fil conducteur du mot ruisseler, ruissellement du temps, des saisons et de l’eau, pour écrire des courts poèmes. Puis nous explorerons la calligraphie du mot source ayn  qui signifie en arabe œil, protection, bonheur et la représentation graphique de l’eau. Ensuite, chacun créera un petit livre-accordéon pop-up en utilisant des éléments réalisés durant l’atelier par l’ensemble des participants. » Tout public, à partir de 6 ans. L’atelier sera suivi d’une séance de dédicaces.EN LIGNE – Le site Discovering Children’s Books initié par The British Library en partenariat avec l’université de Newcastle, Seven Stories, la Bibliothèque bodléienne de l’université d’Oxford et le Victoria and Albert Museum, a été inaugurée le vendredi 21 février 2020. Cette ressource en ligne, entièrement gratuite, s’adresse à la fois aux enfants, aux enseignants, aux bibliothécaires et, plus généralement, à toute personne intéressée par la littérature pour la jeunesse. Plus de 100 ouvrages sont accessibles dont le manuscrit original d’Alice au Pays des merveilles (Alice’s Adventures Under Ground), un Petit Chaperon rouge de 1810, un bestiaire du XIIe siècle, une encyclopédie préhistorique en pop-up de Robert Sabuda et Matthew Reinhart, des manuscrits de Roald Dahl (Charlie et la chocolaterie, Matilda, Revolting Rhymes), une édition de Cendrillon de 1919 illustrée par Arthur Rackham. Le site propose des vidéos montrant des illustrateurs au travail comme Axel Scheffler qui dessine Gruffalo. Des entretiens avec des auteurs et des illustrateurs sont également disponibles : Quentin Blake, Julia Donaldson, Michael Rosen, Lauren Child, Andy Stanton, Zanib Mian, Joseph Coelho, Jacqueline Wilson, Viviane Schwarz, etc. Des articles abordent des thèmes transversaux comme la famille, la nourriture, la peur, les livres miniatures, les contes de fées, les pop-up. Parmi les activités proposées aux enfants : créer un livre pop-up, écrire un conte, créer son propre super héros, fabriquer son propre livre miniature. C’est incontournable et c’est ici.

EPIDÉMIE (3) – Dans les librairies des grandes villes chinoises, la fréquentation et les ventes sont fortement réduites. Début février, environ 90 % des 1000 libraires chinois interrogés lors d’un sondage ont déclaré n’avoir touché aucun revenu sur le dernier mois. Wu Yanping, gérant pour la chaine Owspace, constate : « Même si toutes nos librairies rouvrent leurs portes, si la situation reste ainsi, nous ne pourrons pas rester ouverts plus de 3 ou 4 mois. » Restent, disent les libraires chinois, la vente en ligne et la livraison.

FORMATION – L’association Lire à Voix Haute Normandie invite, le jeudi 5 mars 2020, de 9 heures 30 à 16 heures, à la Médiathèque départementale de la Seine-Maritime, 35 rue de la Fontaine à Notre-Dame-de-Bondeville, à la première journée de son séminaire 2020, La rencontre bébé-album-adulte lecteur : une créativité relationnelle ? Avec Nathalie Virnot, psychologue, psychanalyste, formatrice ACCES, et Sylvie Joufflineau, fondatrice de l’association LAVHN, pour deux heures d’observatoire, et Miriam Rasse, psychologue en crèche, pour une intervention titrée L’enfant créateur de son développement, en référence à l’approche Pikler. Programme complet ici. Inscription gratuite mais obligatoire à cette adresse.

ÇA BOUGE – « La Charte quitte le Conseil permanent des écrivains. Par ses dysfonctionnements, sa gouvernance problématique et les intérêts parfois contraires des membres qui la composent, cette organisation ne répond plus en l’état à la situation d’urgence qui est celle des auteurs et des autrices, et échoue à se fixer pour unique priorité la défense de leurs intérêts propres. En dépit des multiples signaux adressés par la Charte depuis que l’association en assure la vice-présidence partagée, le CPE n’a pas pris la pleine mesure de ce qui se joue réellement : rien moins que l’avenir de la création. La Charte entend aujourd’hui regagner en indépendance et en liberté d’action, pour mener à bien les combats essentiels à ses membres. Elle reste donc plus que jamais engagée pour la défense de celles et ceux sans qui toute idée même de culture n’existe pas : les auteurs et les autrices. L’heure est à la mobilisation et à l’action. » Site (rénové) de la Charte ici.

EPIDÊMIE (2) –  Les éditeurs chinois et, de manière plus générale, les éditeurs d’Asie pourraient se voir refuser le droit de visite sur le sol italien au moment de la Foire du livre jeunesse de Bologne. Mi-février, seul un éditeur de Beijing signalait qu’il annulait sa visite. Cependant, les autorités italiennes ayant introduit des restrictions pour les vols depuis Hong Kong, Macao et Taïwan, le nombre devrait augmenter, avec des retombées économiques directes, le domaine de la jeunesse représentant 31 % des ouvrages vendus pour des traductions à l’étranger. Mise à jour en date du mardi 25 février : « Nous informons les exposants et visiteurs qu’en raison de l’urgence du coronavirus, la Foire du livre jeunesse de Bologne est reportée du lundi 4 au jeudi 7 mai 2020. Nous communiquerons plus de détails sur l’organisation dans quelques heures. »

CONTE – A compter du samedi 29 février 2020, la médiathèque Marguerite Duras, 115 rue de Bagnolet à Paris, ouvre un espace d’expression, gratuit, pour tous, à partir de 18 ans. Le premier rendez-vous, de 15 heures 30 à 18 heures, sera dédiée au conte. « Offrir une scène ouverte permet aux conteurs débutants et confirmés de raconter devant un public de tout âge. L’occasion rêvée pour les participants d’expérimenter in vivo leurs histoires. » Inscription sur place pour les conteurs à partir de 14 heures 30. Passage de 10 minutes pour chaque participant. Pour écouter seulement, ce sera à 15 heures 30. Entrée libre, à partir de 7 ans, dans la limite des places disponibles. Informations complémentaires au 01 53 24 69 70.

RENCONTRE – Dans le cadre de Week-end Castor #2 à l’École Supérieure des Beaux-Arts Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire, allée Frida Kahlo, sur l’Île, et en lien avec l’exposition La Fabrique du Père Castor (1931-1967) présentée actuellement à la Médiathèque Jacques-Demy de Nantes, rencontre avec Hubert Ben Kemoun, le samedi 29 février 2020, à 15 heures 30. Sujet principal : la relation entre l’auteur et l’illustrateur dans l’édition jeunesse. Hubert Ben Kemoun « vit à Nantes sur les rives de la Loire. Auteur de pièces et de feuilletons pour Radio France pendant une douzaine d’années, il a écrit également pour le théâtre et la télévision. Le noir est un des continents sur lequel il accoste le plus souvent avec ses romans, mais il a aussi un certificat de séjour illimité dans les contrées sauvages de l’Oulipo. Il a publié depuis plusieurs années un peu plus d’une centaine d’ouvrages en littérature jeunesse, pour les petits comme pour les plus grands, et n’oublie jamais de se poser la question : est-ce que ce que j’écris là mérite bien les arbres que l’on va abattre pour en faire un livre ? »

EPIDÉMIE (1) – Pour des raisons évidentes que l’on n’expliquera pas ici, une part minoritaire mais non négligeable de la fabrication des albums pour la jeunesse français se fait en Chine. La production des ouvrages sera-t-elle affectée par l’actuelle épidémie de coronavirus ? Rien de notable pour l’instant, semble-t-il, et les éditeurs français ne sont pas inquiets. «  L’essentiel des livres se vend en décembre et l’impression et la livraison avaient déjà eu lieu depuis longtemps. » (Thierry Magnier, pour le Syndicat national de l’édition). Les premières répercussions pourraient se faire sentir sur les ouvrages à paraitre pour l’été et pour la rentrée.

PRESSE D’ANTAN – Le vendredi 28 février 2020, de 10 heures à 12 heures 30, organisée par le Centre national de la littérature pour la jeunesse, sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France (BnF), quai François Mauriac à Paris, en salle 70, conférence Lisette, Suzette, Fillette et les autres : grandir avec les périodiques pour petites filles du XXe siècle par Béatrice Guillier, chercheuse associée. Inscription gratuite mais obligatoire à cette adresse.

PRIX – L’Association des libraires du Québec (ALQ) communique le palmarés des Prix des libraires jeunesse au titre de 2020 : 0-5 ans, Québec : Simone sous les ronces de Maude Nepveu-Villeneuve et Sandra Dumais (FonFon) ; 6-11 ans, Québec : Les étoiles de Jacques Goldstyn (La Pastèque) ; 12-17 ans, Québec ; Rivière-au-Cerf-Blanc, Véronique Drouin (Québec Amérique) ; Bande dessinée Québec : 13e avenue, tome 1 de Geneviève Pettersen et François Vigneault (La Pastèque) ; 0-5 ans, Hors Québec : Superlumineuse de Ian De Haes (Alice) : 6- 11 ans, Hors Québec : Nous sommes là : notes concernant la vie sur la planète Terre d’Oliver Jeffers (Kaléidoscope) ; 12-17 ans, Hors Québec : Nevermoor T.1 : Les défis de Morrigane Crow de Jessica Townsend (Pocket) ; Bande dessinée, Hors Québec : Un été d’enfer ! de Vera Brosgol (Rue de Sèvres).

DISPARITION – Jean-Claude Pecker, astrophysicien, professeur émérite au Collège de France, titulaire de la chaire d’astrophysique théorique entre 1964 et 1988, membre de l’Académie des sciences, est décédé le vendredi 20 février 2020. Il avait 97 ans. Auteur de nombreux ouvrages savants, il contribua également à la vulgarisation de l’astronomie au travers de plusieurs parutions destinées au grand public. Pour les enfants, il publiera Papa, dis-moi, l’astronomie, qu’est-ce que c’est ? (Ophrys, 1971). Jean-Claude Pecker fut, dans les années 1980, un administrateur du CRILJ très présent. Il s’impliquera, en 1980, dans la préparation du colloque Où se situe la demande des enfants en matière de livre scientifiques et techniques ? qui rassembla au Centre Georges Pompidou, 150 adultes et 40 jeunes venus de toute la France. Citons également, au Collège de France, en 1988, l’organisation d’une rencontre L’enfant sous influence : culture et conquête de son autonomie (avec, outre Jean-Claude Pecker, Jacques Perriault, Suzanne Mollo, Isabelle Jan et Hélène Gratiot-Alphandéry) et, en 1999, au Palais de la découverte, le colloque Lire la science, s’ouvrir au monde que le CRILJ proposa notamment aux animateurs de clubs scientifiques et de centres de loisirs.

THÉÂTRE –  Le dimanche 23 février 2020, à 16  heures 30, au Hérisson Social Club, 3 rue Gambetta à Hérisson (Allier), lecture spectacle de Maelström, l’aube du monde pour les enfants à partir de 4 ans. « Maelström est le nouveau né du groupe Ubürik, dans une forme extrêmement légère, musicale et poétique. Trois contes traditionnels sur l’origine du monde et réécrits pour l’occasion seront lus, dans un principe de Kamishibaï dont les dessins seront animés par de petites sources de lumière. De grandes illustrations originales viennent guider l’imaginaire et l’écoute des spectateurs : le regard est plongé dans un univers visuel et par un jeu de lumière, la conteuse attire parfois l’attention sur un détail de l’image. » Accueil à partir de 15 heures 30 pour un goûter qui sera servi également après le spectacle. Prix libre. Renseignements au 07 69 76 67 96. Site de la compagnie ici.

EXPOSITION – Du lundi 24 février au samedi 30 mai 2020, la médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg à Paris, propose une exposition Petite voleuse de mémoires consacrée à l’artiste suisse Béatrice Poncelet. « Cette présentation permet de découvrir le processus de création d’une artiste dont la démarche occupe une place singulière dans l’histoire du livre pour la jeunesse, à travers la présentation de maquettes de ses livres, dont deux inédits et un en cours de création, et de dessins originaux. C’est encore une fois l’occasion de documenter le travail de ‘coulisses de la création’, en exposant la genèse des albums, du travail enchevêtré du texte et de l’image à la création d’une maquette échelle 1 sous forme de gigantesque leporello de plusieurs mètres de long, à la reprise, page par page, des illustrations originales utilisées par l’éditeur pour fabriquer l’album qui sera commercialisé. » Vernissage le jeudi 27 février, à 19 heures.  Visites commentées de l’exposition : samedi 29 février, 14 mars, 18 avril, 2 mai, à 15 heures. Visite à hauteur d’enfant : samedi 21 mars, à 15 heures. Visite en présence de Béatrice Poncelet le samedi 18 avril à 15 heures. Réservation au 01 53 24 69 70.

EXPOSITION – Le musée de l’illustration jeunesse (mij), 26 rue Voltaire à Moulins (Allier), accroche sur ses murs, du samedi 22 février au dimanche 21 juin 2020, une exposition titrée  Elles… sortent de leurs bulles. Cette présentation qui parlera donc bande dessinée « est une magnifique occasion pour le musée de l’illustration jeunesse […] de convoquer les talents d’Emmanuel Lepage, de Joël Alessandra, Cyril Bonin, Étienne Davodeau, Camille Jourdy, Séraphine, Philippe Berthet, Herval, Claire Bouilhac, Catel Muller et Priscilla Horviller [qui] nous proposent, à l’aquarelle, à l’encre, à la palette graphique, les destins de ces personnages hors du commun, de bien des façons : Chloé, Leïla, Agnès, Fleur, Louise, Juliette, Nathalie, Lulu, Rose, Nico, Tiffany, la Princesse de Clèves, Kiki de Montparnasse, Rose, Joséphine Baker et la baronne Pannonica de Koenigswater. » Commissariat de l’exposition : Emmanuelle Martinat-Dupré, responsable scientifique du mij. Inauguration le jeudi 20 février, à 19 heures. Dossier de presse ici.

FORMATION – La journée de formation du 35e Salon du livre jeunesse de Beaugency et Saint-Laurent Nouan est titrée Le bruit des pages, le bruit du monde. Organisée par l’association balgentienne Val de lire et par le CRILJ, elle se déroulera le mercredi 18 mars 2020, de 9 heures à 17 heures, au Théâtre du Puits Manu à Beaugency (Loiret). Elle accueillera Caroline Lascaux qui nous dira tout sur les éditions MeMo, Loïc Boyer qui parlera de l’auteur-illustrateur Maurice Sendak, Nathalie Prince qui scrutera l’inquiétude environnementale dans les fictions pour la jeunesse et Marianne Weiss qui présentera la littérature de jeunesse arabe des origines à aujourd’hui. On pourra, en fin d’après-midi, visiter l’exposition Christian Voltz : les trésors minuscules. Il faut s’inscrire avant le  jeudi 12 mars et le bulletin pour le faire est ici.