Fil d’actualité

Nous ne pouvons diffuser que ce que nous savons et comptons sur vous pour envoyer annonces et communiqués. Les informations les plus récentes sont au début du fil. Les très anciennes sont archivées en « Mémoire de l’actualité ».

 

 

C’EST DANS LE POSTE – Sur France Culture, Nicolas Herbeaux a, le vendredi 23 février 2024, reçu Marie-Aude Murail qui a développé sa version féminine et enfantine de James Bond. L’autrice qui avait créé la série « L’espionne », en 2001, pour le magazine J’aime Lire, l’a, en effet, reprise en 2021 dans une version grand format ré-illustrée par Églantine Ceulemans. Le tome 4, Des amours, parait ce mois-ci chez Bayard Jeunesse. L’écrivaine a également parlé de ses débuts en littérature et a donné ses pistes pour aider au développement du goût de lire chez les enfants et les adolescents. Pour écouter, c’est ici.

CINÉMA – Pas de « Prix du film jeune public » parmi les récompenses des annuels César. Rattrapons la chose en relevant, dans le palmarès 2024, Linda veut du poulet ! long-métrage d’animation de Chiara Malta et Sébastien Laudenbach. Dans ce film, « la quête d’une petite fille devient celle de tout un quartier, et la paisible cité un terrain de jeux, sur lequel les enfants s’ébrouent en toute liberté. On s’invective depuis son balcon, on passe d’un appartement à l’autre, on se serre les coudes, on va manifester ensemble en demandant « du pognon ! ». Derrière cette cocasse équipée sauvage, se glisse un récit social empreint d’amour, de chagrin, mais aussi d’une grande solidarité. » (Caroline Besse, dans Télérama). À partir de 6 ans.

PARUTION – Paru récemment Hergé et les Incas ou la malédiction déjouée de Pierre Fresnault-Deruelle. « Avec  Les 7 Boules de cristal, Le Temple du Soleil d’Hergé forme un diptyque, célèbre dans le monde entier. Carrefour iconographique majeur, cette œuvre est issue d’un tissage de formes et de références oscillant entre clichés narratifs revisités, motifs imagés réinventés, et fragments mythologiques adaptés. Il s’agit d’une chasse au trésor, ce sont les retrouvailles de l’ami disparu le Professeur Tournesol, toujours plus à l’ouest. Loin de prétendre à l’exhaustivité, Pierre Fresnault-Deruelle s’est amusé à débusquer ce qu’une première et même une seconde lecture avaient pu laisser de côté. » 1000 sabords 2023, 172 pages, 18,00 euros.

PARUTION – Vient de paraitre Angoulême BD : la contre-histoire (1974-2024) par Nicolas Finet et Philippe Capart. Illustrations empruntés à Alain Saint-Ogan. « Le Salon [d’Angoulême] devenu Festival international de la bande dessinée (FIBD) d’Angoulême a entrepris de réécrire son narratif, son storytelling, pour être plus conforme à la légende qu’il a entrepris d’édifier. Maintes fois retouchée, aménagée, tronquée, embellie, caviardée, l’histoire officielle de cet événement tel qu’il cherche à se raconter de la main même de ses promoteurs, le FIBD et son opérateur privé 9eArt+, est pleine d’oublis, de trous, de vides, d’escamotages et d’absences. Et il ne faut guère compter sur les médiateurs et les médias, majoritairement complaisants, amnésiques, approximatifs ou en affaires avec la manifestation – quand ils ne sont pas d’une servilité qui elle aussi interroge – pour poser les questions qui gênent, ou qui fâchent. Pourtant, le fil rouge qui traverse toute l’histoire de l’événement est éminemment politique, au sens le plus large et le plus générique du terme. Car ce qui se noue à Angoulême depuis un demi-siècle, autour d’un thème en apparence dénué d’enjeux d’envergure, c’est une intense, féroce et perpétuelle comédie du pouvoir – toutes les formes de pouvoir. Les personnes intéressées par la bande dessinée, donc par les politiques éditoriales des maisons d’édition, ne peuvent faire l’impasse sur ces cycles de rencontres entre amateurs et professionnels. » Cinquième Couche 2024, 300 pages, 20,00 euros.

SOUTIEN – À Orléans (Loiret), la librairie jaune citron est dédiée à l’image. Son ambition est de défendre et de promouvoir le meilleur de la production éditoriale actuelle et, plus particulièrement, les maisons d’édition indépendantes. Elle propose une offre audacieuse de livres illustrés, pour les enfants comme pour les adultes, ainsi qu’un large choix de reproductions d’illustrations. Elle a acquis, en presque deux ans, une identité reconnue par la clientèle et par les professionnels du livre. « Malgré cela, la librairie connait ses premières difficultés financières. Des actions sont en cours pour remédier au plus vite à la situation, mais il manque aujourd’hui 10 000 euros dans la trésorerie pour aborder l’avenir avec davantage de sérénité et donner un peu plus de temps à la librairie pour prendre son envol et développer ses ventes. Aujourd’hui plus que jamais, vos commerces de proximité ont besoin de vous pour subsister. Si chaque client que vous êtes parraine une personne de son entourage, nous atteindrons rapidement l’objectif. » Les explications complémentaires concernant cette levée de fonds est ici, sur Ulule. Vous avez jusqu’au dimanche 24 mars 2024 pour apporter votre contribution.

EXPOSITION – Laurence le Guen nous écrit : « J’ai le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour les enfants le jeudi 29 février 2024, à 18 heures, à la Maison de la Photographie Robert Doisneau, 1 rue Division du Général Leclerc à Gentilly. » Exposition présentée du vendredi 1er mars au vendredi 31 mai 2024. Entrée libre. « Dès le 19ème siècle, la photographie a trouvé sa place dans les livres pour enfants et nombre de photographes de renom ont contribué à leur élaboration : Laure Albin-Guillot, Claude Cahun, Dominique Darbois, Robert Doisneau, Tana Hoban, André Kertész, Ergy Landau, Thérèse Le Prat, Annette Messager, Sarah Moon, Emmanuel Sougez ou encore Ylla. En conviant le visiteur à circuler à travers les pages de livres publiés de la fin du 19ème siècle à nos jours, l’exposition Regarde ! 150 ans de livres photos pour les enfants permettra de prendre connaissance de la grande variété d’une production ayant marqué plusieurs générations et façonné bien des regards. »

FORMATION – La journée professionnelle liée au trente-neuvième Salon du livre jeunesse Val de Lire aura lieu le mercredi 13 mars 2024 au Puits Manu de Beaugency (Loiret). Elle accueillera Anne-Lise Marill pour l’association Dalula, Ilona Meyer et Caroline Drouault pour les Éditions des Éléphants, Joëlle Turin et, en visio, pour Les 9 vies extraordinaires de la princesse Gaya, Régis Lejonc et Thomas Scotto. La journée sera animée par Catherine Mourrain, pour Val de Lire, et par André Delobel, pour le CRILJ. Inscription possible jusqu’au jeudi 1ier mars 2024. Le programme détaillé et le bulletin d’inscription sont  ici .

PARUTION – Paru récemment L’opéra jeune public par Theresa Schmitz, docteure en musicologie générale et musicologie du XXe siècle. « Jeune pousse du monde lyrique l’opéra jeune public occupe une place grandissante dans la programmation des maisons d’opéras en Europe depuis les années 1980. Tributaire du triangle « institution lyrique – primo spectateur – création contemporaine », ce genre s’articule autour d’une question culturelle essentielle : comment transmettre, partager et moderniser un héritage culturel tel que celui de l’opéra auprès du jeune public? À travers leurs créations, les réponses des créateurs soulèvent d’autres interrogations, notamment celles de la manière de percevoir et de concevoir l’enfance, tout comme celle de rôle de l’éducation artistique au sein de nos sociétés contemporaines et finalement celle de la dimension commerciale des projets culturels dans le monde d’aujourd’hui. Pour tenter quelques réponses à ces questions, l’auteure explore le monde de l’opéra jeune public en analysant la rencontre singulière entre le monde enfantin et le monde de la création contemporaine. Une enquête à l’échelle européenne permet par-delà les spécificités nationales de faire apparaître les préoccupations communes des créateurs, des programmateurs et des éducateurs et offre une perspective inédite sur la réception des œuvres par les enfants-spectateurs. » Vrin 2023, 312 pages, 35,00 euros.               

TOMI UNGERER – Le lundi 26 février 2024, à 15 heures, au Palais Universitaire de Strasbourg, 9 rue de l’Université, conférence Tomi Ungerer et la BD par Thérèse Willer, conservatrice en chef honoraire du Musée Tomi Ungerer. « Le dessinateur Tomi Ungerer (1931-2019) s’est exprimé dans de nombreux registres de l’art graphique, mais jamais dans celui de la BD. Cela peut paraître surprenant pour quelqu’un qui, dans sa jeunesse, a été un lecteur assidu du journal Mickey et d’autres bandes dessinées. Elles ont cependant exercé une influence certaine sur ses propres dessins d’enfance et ont même laissé des traces dans son œuvre d’adulte. »  Entrée gratuite.   

TRAVAILLER À LA BNF – La Bibliothèque de France recrute un responsable de la presse jeunesse qui sera également chargé.e de l’iconographie de La Revue des livres pour enfants. Poste à pourvoir, en catégorie A, pour le dimanche 1ier septembre 2024. La fiche descriptive complète est ici.

POÉSIE – La Bibliothèque départementale des Ardennes organise, le jeudi 14 mars 2024, au Centre des Congrès des Vieilles-Forges, rue Des Forges, Les Mazures, une journée interprofessionnelle de la petite enfance titrée Bienvenue en poésie.  Organisée avec le soutien de l’Agence quand les livres relient dans le cadre de l’opération Le Printemps de la Petite Enfance (14-23 mars 2024). Formation ouverte à tous, professionnels, salariés et bénévoles, sur inscription gratuite avant le dimanche 3 mars 2024. Programme détaillé et formulaire d’inscription ici. Pour toute question ou Informations complémentaires auprès de Corinne Dufrenois, à cette adresse.

MISSAK ET MÉLINÉE MANOUCHIAN – Trois ouvrages à destination des jeunes lecteurs : Missak Manouchian l’enfant de l’affiche de Didier Daeninckx et Laurent Corvaisier (Rue du monde, 2009 ; réédition en 2024), Avec le Groupe Manouchian : des immigrés dans la Résistance de Didier Daeninckx (Oskar, 2010), Missak et Mélinée : une histoire de l’affiche rouge d’Élise Fontenaille (Le Rouergue, 2024).

SALON – Pour la vingt-cinquième édition de son Salon du livre de jeunesse sous-titrée Le livre à l’affiche, l’association FLPEJR donne rendez-vous, du lundi 26 février au dimanche 3 mars 2024, à l’Espace Olympe-de-Gouges, rue René-Dècle à Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne). « Le thème du salon 2024 a pour objet de mettre en lumière les passerelles qui existent entre le livre et les autres disciplines artistiques, en particulier le spectacle vivant, le théâtre, le cinéma, l’art pictural. […] Ne manquez rien de la frénésie de ces sept jours de festivités : ateliers, expositions, lecture dessinée inédite, spectacles, contes, etc. » Un programme alléchant dont vous trouverez le détail ici. La matinée professionnelle du jeudi 29 février, concentrera ses réflexions autour de la littérature adolescente en accueillant les écrivains Marie Desplechin et Mikaël Ollivier ainsi que Lou Khalifa, comédienne et metteuse en scène. Modératrice de cette matinée : Raphaële Botte, journaliste.  Inscription à cette adresse.

EXPOSITION – Le Musée de poche, 41 rue de la Fontaine au Roi à Paris, propose, depuis le mercredi 24 janvier et jusqu’au samedi 9 mars 2024, une exposition Météolove qui donne à voir des illustrations originales d’Éponine Cottey pour l’album de Camille Floue juste paru aux éditions 2024. « Nous suivons les premiers émois d’un petit personnage décidé à se lancer dans le grand bain de l’amour en déclarant sa flamme à une jeune demoiselle. Elle n’est pas intéressée, alors il déambule le coeur brisé dans un environnement délicieusement Kawaï où la météo extérieure au beau fixe viendra en soutien à ses tourments intérieurs. Une exposition sur les pouvoirs des émotions et leurs facultés à transformer notre quotidien d’une façon ou d’une autre. » Site du musée ici.

ENFANCE DE L’ART – Martine Abadia nous informe : « Le CRILJ 31 vous invite à sa prochaine journée professionnelle sur le thème de L’enfance de l’art, expression que nous avons empruntée pour l’occasion à un des ouvrages de la regrettée Elzbieta. Grâce à Murièle Modély, responsable des collections patrimoniales jeunesse à la Bibliothèque d’Etude et du Patrimoine de Toulouse et d’Alexia Hébrard, responsable du Pôle jeunesse à la Bibliothèque de Toulouse, nous découvrirons cette première approche de l’art que nous propose la littérature leunesse. L’après-midi, Claire Dé, autrice/illustratrice  nous parlera de son travail de photographe et de plasticienne au service de la littérature jeunesse. » Ce sera le jeudi 28 mars 2024, de 9 heures et 16 heures, à La Médiathèque François Mitterrand de Muret (Haute Garonne). Informations complémentaires et inscriptions au  06 70 32 58 15.

PATRIMOINE – Suite au décès de Louis Cance et de l’arrêt de publication du fanzine Hop ! qu’il avait créé en 1973, le risque de voir cette revue de référence tomber dans l’oubli n’est pas nul, malgré sa présence dans les bibliothèques des collectionneurs et des passionnés. Bernard Collange, administrateur de BDoubliees, se propose de mettre en ligne sur son site les études spécifiquement signées Louis Cance. « Les articles n’existent pas en version numérique. Il faut partir de scans de ces articles et les passer dans un logiciel OCR (un programme qui cherche les textes dans une image). Bien que ces logiciels aient fait d’énormes progrès, il y a des erreurs. Il faut alors relire la version numérique obtenue et la comparer à la version papier pour corriger les erreurs. Ceci étant fait, il faut adapter les descriptions pour qu’elles soient utilisables par le programme qui génère les pages de BDoubliees et qui assure la cohérence entre les revues. J’ai fait un premier test avec la description de la revue Vigor parue dans le numéro 31 de Hop ! » Une belle et généreuse idée. Site de BDoubliées ici.

PRIX – Séverine Vidal et Julien Arnal remporte le onzième Prix Landerneau Album Jeunesse pour Le bateau rêve (Gallimard Jeunesse, 2023). « Le Bateau rêve est un hymne à l’onirisme, à la beauté qui surgit de nulle part et partout à la fois, où le texte poétique de Séverine Vidal s’allie merveilleusement aux illustrations grandioses de Julien Arnal. » (Baptiste Beaulieu, président du jury). L’auteur et l’illustrateur recevront une dotation de 6000,00 euros et leur album bénéficiera d’une campagne de promotion dans les 228 Espaces Culturels Leclerc.

PARUTION – Paru récemment Les chemins de la poésie par Paul Bergèse. Extraits : « Parfois, lire la poésie c’est croire que l’auteur a écrit vos pensées. Parfois, lire la poésie c’est regarder avec des jumelles et voir plus loin. Parfois, lire la poésie c’est prendre une dose de rappel contre le virus de la bêtise. » Gros textes 2023, 54 pages, 7,00 euros.

PARUTION – Vient de paraitre L’Artisanat du roman : initiation à l’écriture créative par Thomas Lavachery. « Les académies existent pour la peinture, la sculpture, la musique. S’agissant du roman, l’inspiration serait seule à l’œuvre. Tout viendrait des Muses et rien de la technique. C’est du moins l’idée qui a longtemps prévalu dans les milieux littéraires francophones. Une évolution se dessine cependant, et les cours d’écriture créative, ateliers et autres workshops commencent à fleurir en France et en Belgique. » école des loisirs 2024, 304 pages, 19,00 euros.

MIEUX QU’UN TAMPON – Le dessinateur de bandes dessinées suisse Martin Panchaud  a mis au point une machine à dédicacer. « Ainsi voit-on le dessinateur derrière son PC avec une machine qui lui est raccordée, une espèce de pantographe sous lequel il glisse l’album que vous venez faire signer. À l’aide d’un programme dédié qui comporte plusieurs couches et modèles (histoire de varier les dédicaces), le dessinateur met la machine en route et, devant vos yeux fascinés, un dessin émerge, mis en couleurs, dont la perfection évoque l’album pour lequel il a reçu le Fauve d’Or 2023, La couleur des choses. »

PATRIMOINE – En cette année 2024 entre dans le domaine public le personnage de Bécassine. « Annaick Labornez, dite Bécassine, apparait en 1905 au lancement de la Semaine de Suzette (1905-1960), hebdomadaire pour les jeunes filles de la bourgeoisie catholique, bien que non confessionnel. Héroïne comique, elle bénéficie d’une vraie série en 1913 avec « L’Enfance de Bécassine ». Cette première série française fait voyager son personnage dans différents pays et lui fait essayer divers métiers, selon un modèle qui a fait école. Comique en même temps que réaliste, conformiste et bien-pensante, la série n’est pas dénuée d’ironie et Bécassine est finalement porteuse d’une sorte de sagesse du peuple qui en remontre souvent aux autres. » Dans Gallica, c’est ici.

PRIX – Les lauréats des quatre prix IBBY Belgique francophone 2023 (portant sur les titres publiés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2023) sont : Prix de l’album : Au loin, les lumières, d’Elis Wilk (Versant Sud) ; Prix de l’album traduit : Le plus beau match de Madani, de Fran Pintadera et Raquel Catalina, traduction de l’espagnol de Chloé Marquaire (Les Éditions des Éléphants) ; Prix de l’album belge : Nuit de chance, de Sarah Cheveau (La Partie) ; Prix de l’album drôle : Le vilain petit machin, de Marie-Sabine Roger et Marjolaine Leray (Seuil Jeunesse).

POÈSIE – Du vendredi 16 février au samedi 9 mars 2024, la bibliothèque Elsa Triolet, 15 rue Jean Jaurès, à Saint-Maximin (Oise), propose une exposition La poésie en littérature jeunesse. « Le cirque, le voyage, la liberté, la gourmandise, les animaux sont quelques-uns des thèmes abordés dans cette exposition sur la poésie en littérature jeunesse. À chaque thème lui est relié un courant, un genre. Laissez-vous bercer par le lyrisme des mots. » À partir de 8 ans. Entrée gratuite. Informations complémentaires au 03 44 61 18 58.

PARUTION – Vient de paraitre Former à et par la littérature jeunesse : regards pluriels d’Anne Delbrayelle, Marthe Fradet-Hannoyer et Sophie Pélissier. « L’ouvrage Former à et par la littérature jeunesse s’intéresse à la formation des futurs enseignants et, plus généralement, à la formation de l’individu et du citoyen par la littérature de jeunesse. Fruit du colloque Littérature de jeunesse en formation, il donne la parole à des chercheurs et des formateurs développant une approche diachronique et synchronique dans une perspective internationale. Il pourra intéresser les formateurs, les chercheurs et l’ensemble des praticiens qui désirent en savoir plus sur l’offre de formation et ses finalités, mais aussi sur des supports, des pratiques et des dispositifs utilisables en formation. L’Harmattan 2023, 206 pages, 22,00 euros.

EXPOSITION – La galerie Daniel Maghen, 36 rue du Louvre à Paris, propose, du mercredi 14 février au samedi 9 mars 2024, la première rétrospective parisienne dédiée à l’illustratrice, auteure et artiste-peintre belge Gabrielle Vincent (1928-2000), créatrice d’Ernest et Célestine. « Organisée avec le concours de la Fondation Monique Martin (alias Gabrielle Vincent) et des éditions Casterman, l’exposition propose une immersion totale dans l’œuvre de l’artiste. Aquarelle, mine de plomb, pastel, crayon, gouache, encre, plus de 150 dessins originaux seront exposés, retraçant ainsi près de trois décennies de carrière. […] L’exposition mettra également en lumière d’autres œuvres majeures de l’illustratrice. Les dessins exceptionnels d’Un jour, un chien révéleront le génie de l’artiste pour esquisser le mouvement en quelques traits, tandis que ceux tirés de son livre Au désert fascineront pour leurs ambiances uniques. » Vernissage le jeudi 22 février, à partir de 19 heures, à la galerie. Page dédiée ici.

THÉÂTRE EN FAMILLE – Pour la première fois, le Bureau des lectures de la Comédie française consacre un cycle entier aux écritures jeunesse. Ce sera au Vieux Colombier, 21 rue du Vieux Colombier à Paris. Le samedi 2 mars, à 15 heures,  Fiesta de Gwendoline Soublin. « Une pièce, bouillante et tendre, sur la force de l’amitié, la nécessité d’être ensemble, la rage de vivre, et qui célèbre la vie sans en occulter les moments difficiles. » À partir de 9 ans. Lecture dirigée par Silvia Bergé.  Le lundi 4 mars, à 15 heures, Ce que vit le rhinocéros lorsqu’il regarda de l’autre côté de la clôture de Jens Raschke. « En prenant le point de vue des animaux du zoo, Jens Raschke aborde la Shoah avec pédagogie et pudeur, tout en interrogeant le rapport de l’individu au groupe, la responsabilité de chacun et chacune et la violence de l’Histoire, à travers une matière à jeu riche et subtile. » À partir de 11 ans. Lecture dirigée par Mathilde Waeber. Le samedi 9 mars, à 15 heures, Qui ne dit mot d’Evan Placey. « L’auteur aborde dans cette pièce le sujet du consentement par un angle inattendu afin d’interroger ce sujet sensible. Choisissant un garçon pour victime d’une professeure très jeune à l’époque des faits, il nous met face à nos préjugés sur la question et nous oblige à creuser avec lui le thème délicat du viol et de la prédation. » À partir de 14 ans. Lecture dirigée par Séphora Pondi. Page dédiée et réservation ici.

OUF ! – Emmanuel Macron renonce au déplacement des boîtes de bouquinistes installées sur les quais de Seine qui, en prévision de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques et paralympiques du vendredi 26 juillet, avait été décidé par la préfecture de police. « Constatant qu’aucune solution consensuelle et rassurante n’a pu être identifiée entre les acteurs […], le président de la République a demandé au ministre de l’Intérieur et au préfet de police de Paris que l’ensemble des bouquinistes soient préservés, et qu’aucun d’entre eux ne soit contraint d’être déplacé ». (message de l’Élysée en date du mardi 13 février). Le dispositif de sécurité sera adapté en conséquence et les espaces concernés n’accueilleront pas de public pendant la cérémonie. 428 boites devaient être démontées.

PROPAGANDE PHALANGISTE – Dans le numéro 7 de 2023 de la Revue d’Histoire culturelle titré L’histoire culturelle de l’Europe centrale et orientale : des stéréotypes aux circulations, un article Divertir et endoctriner l’enfant pendant la guerre : croisements ludiques et idéologiques dans la presse enfantine de la Phalange (1936-1938) signé Zoé Stibbe. « Lorsque la guerre civile éclate à la suite du coup d’État manqué des 17 et 18 juillet 1936, l’Espagne se déchire. Chaque camp, nationaliste et républicain, se livre à une guerre qui dépasse fronts et tranchées : la presse, notamment, devient un territoire à conquérir pour diffuser les idéologies respectives des deux camps. Prolifique, la presse de la Phalange se décline en plusieurs périodiques pour adultes et enfants. Les publications destinées à la jeunesse, nombreuses, se placent dans un équilibre périlleux entre la nécessité de proposer un contenu enfantin pour attirer les jeunes lecteurs et la volonté d’utiliser celles-ci comme un instrument de propagande et d’endoctrinement. Les jeux sont, à ce titre, les alliés idéaux de l’appareil propagandiste : s’ils donnent à l’enfant l’illusion d’un espace de divertissement spécialement conçu pour lui, ils sont aussi les vecteurs du discours doctrinal phalangiste par leur contenu et la multiplicité de leurs supports. Nous verrons de quelles façons se mêlent dimensions ludiques et idéologiques, sans oublier la question du genre, dans le but de nourrir un discours de propagande destiné à former les futurs membres de la Nouvelle Espagne« . L’article est accessible ici.

EXPOSITION – Depuis le mardi 6 février et jusqu’au samedi 2 mars 2024, à la Bibliothèque centrale de Tours, 2bis avenue André Malraux, mise en place d’une exposition Quand Tom-Tom rencontre Nana. « Tom-Tom et Nana sont deux personnages qui font partie de ces séries increvables ! – comme le titre de leur dernier album paru en 2009. Sortis tout droit de l’imagination de Jacqueline Cohen et Bernadette Després, les deux plus jeunes enfants Dubouchon emmènent leurs lectrices et lecteurs de bêtises en bêtises. Ils ont été, et représentent aujourd’hui, pour trois générations de lecteurs, les compagnons des premières lectures. Inséparables, le frère et la sœur, sans jamais être irrespectueux, constituent des modèles d’enfants non-modèles. Jamais sages, bravant les règles, curieux, ils sont à l’image des enfants des années 1970 que les jeunes adultes de cette époque ont voulu dé.bridés. Vingt-sept planches originales de trois histoires publiées dans J’aime lire entre 1978 et 1994 sont exposées. » Entrée libre. Informations complémentaires au 02 47 05 47 33.

PARUTION – Paru récemment la réédition enrichie de La grande encyclopédie du Petit Prince de Christophe Quillien. « Réalisée en partenariat avec les plus grands connaisseurs, cette encyclopédie illustrée regroupe toutes les facettes du Petit Prince : les coulisses de son écriture et de sa publication, des dessins rares de son auteur, des photos du manuscrit original et les secrets du chapitre inédit, le guide de tous les personnages principaux, des décors et des objets. C’est l’histoire d’un récit pour tous les âges et pour tous les temps. C’est la chronique d’un conte philosophique qui a marqué, et changé, des générations de lecteurs enthousiastes. C’est la saga d’un livre culte, le plus vendu au monde après la Bible. De sa première parution aux États-Unis en 1943 jusqu’à sa récente adaptation en film d’animation, découvrez l’incroyable destinée du chef-d’œuvre de Saint-Exupéry. » Huggin & Muninn 2023, 208 pages, 29,95 euros.

BOLOGNE (1) – Pour la 58ème Exposition des illustrateurs de la prochaine Foire du livre pour enfants de Bologne (8-11 avril 2024), 3520 participants du monde entier (81 pays et régions représentés) ont envoyé leurs œuvres. Outre les 344 illustrateurs finalistes, le jury international a sélectionné 78 séries d’illustrations réalisées par 79 artistes de 31 pays et territoires du monde. Pour découvrir les images, c’est ici.

EXPOSITIONDepuis le lundi 5 et jusqu’au samedi 24 février 2024, dans les médiathèques de Cosne, Donzy et Neuvy (Nièvre), présentation d’une exposition Claude Ponti et le Muz. « L’exposition comprend 41 œuvres originales sur papier de Claude Ponti, et en regard, onze œuvres d’enfants issues de l’artothèque du Muz, musée d’œuvres d’enfants du monde entier initié par Claude Ponti en 2010 ». Site du Muz ici.

REVUE – Le numéro 23 (2023) de la revue Strenæ que publie l’Afreloce (Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance) vient de paraitre. Dirigé par Christophe Meunier, il offre, sous l’intitulé La ville et l’enfant : images, récits, espaces, un sommaire particulièrement riche et diversifié. En complément, deux varia (dont un signé Christine Plu à propos d’Ernest et Célestine) et sept compte-rendus d’ouvrages parus récemment. Numéro accessible en ligne gratuitement et c’est ici.

EXPOSITION – Depuis le mercredi 7 février et jusqu’au samedi 24 février 2024, à la Médiathèque de Bonne (Haute-Savoie), 194 avenue du Léman, exposition Un monde tout en tissu. « Cette exposition monographique permet aux visiteurs de découvrir le cœur du travail de l’illustrateur Frédéric Mansot. Un moyen de plonger dans son univers, ses influences, son inspiration et son cheminement graphique. Tous les albums ont des récits situés dans des cultures différentes. Beau tour du monde et belle rétrospective d’illustrations sur tissu sur plus de 10 ans de création artistique. » Informations complémentaires au 04 50 36 21 58.

PATRIMOINE – Le cent-cinquantième anniversaire de la disparition de la comtesse de Ségur, c’est aujourd’hui 9 février 2024. Pour mémoire, ce court paragraphe, recopié sur le site Anniversaire célébrité : « La comtesse de Ségur, Sophie Rostopchine (en russe et selon l’onomastique russe Sofia Fiodorovna Rostoptchina), née le 1er août 1799 à Saint-Pétersbourg et morte le 9 février 1874 à Paris, est une femme de lettres française d’origine russe, auteur de livres pour la jeunesse, notamment la trilogie de Sophie : Les Malheurs de Sophie, Les Petites Filles modèles et Les Vacances, qui racontent les bourdes et les épreuves de Sophie de Réan, victime d’une marâtre, Mme Fichini, alors que ses cousines et amies sont à la fois raisonnables et pourvues d’une mère aimante. Elle est aussi l’auteur de contes pour enfants publiés à partir des années 1850, et de plusieurs autres romans, comme Le Général Dourakine et L’Auberge de l’Ange gardien. »  Le site des anniversaires célèbres est ici

PARUTION – À l’approche de la Journée internationale des enfants soldats du 12 février 2024, UNICEF France annonce la sortie du roman graphique L’Œil du Marabout de Jean-Denis Pendanx. « Dans une histoire touchante, humaniste et profondément immersive, l’auteur retrace l’histoire d’un frère et une sœur confrontés à la folie des adultes et de la guerre dans un camp de réfugiés du Sud Soudan. […] Les relations entre Georges, protecteur, débrouillard, parfois sans pitié, et Nialony, timide et déterminée, font le charme et l’émotion de l’histoire, à mesure qu’ils se retrouvent. Mais les populations sont menacées par les rebelles qui rôdent aux alentours pour capturer les jeunes et en faire des enfants-soldats. C’est ce qui arrive à nos deux jeunes héros. » Daniel Maghen 2024, 160 pages, 26,00 euros.

FÊTER DERIB – Depuis le mercredi 31 janvier et jusqu’au dimanche 14 avril 2024, Yakari et ses amis sont les invités d’un riche programme d’activités célébrant l’auteur suisse de bande dessinée Derib : projections en plein air, jeu de piste, ateliers, expositions, concours de dessin, performances dessinées, film en salle, conférences, contes. « Derib est l’un des auteurs suisses de bande dessinée les plus connus. Son œuvre la plus emblématique est la série « Yakari », créée en collaboration avec le scénariste Job. Pour fêter ses 80 ans et une œuvre comprenant plus d’une centaine d’albums avec des nombreuses séries cultes, l’association Carouge fête la BD va transformer la ville de Carouge dès le coucher du soleil. La nuit venue, la place du Marché sera baptisée place des Indiens, la rue de Saint-Joseph deviendra la rue des Totems, et une nouvelle place des Alpes apparaîtra place de Sardaigne. Baladez-vous dans les nombreux dessins et cases de bandes dessinées signés Derib à travers Carouge. » Le programme détaillé est ici.

APPEL À COMPOSITEUR – Le Concours de composition jeune public initié par Thierry Weber, Jean-François Verdier et l’Orchestre Victor Hugo, se fixe comme objectif d’encourager les compositeur·rice·s à s’intéresser au jeune public des enfants et des adolescent·e·s et de permettre aux orchestres de faire découvrir la musique au plus grand nombre : « De nombreux orchestres, sachant que les spectacles à voir en famille sont une formidable porte d’entrée pour un public de tous âges non habitué des salles de concert, et souhaitant développer leur offre dans ce domaine, se heurtent au fait que le répertoire disponible est très limité. » Grand prix : 10000,00 euros, édition de la partition, captation de la première représentation et réalisation d’une vidéo teaser. Prix des finalistes : 5000,00 euros par finaliste non lauréat·e. Concours ouvert aux compositeur·rice·s de toute nationalité, de plus de 18 ans. Inscription possible jusqu’au dimanche 21 avril 2014. Les informations permettant de concourir sont ici.

PRIX – Le premier Eleanor Roosevelt Lifetime Achievement Award for Bravery in Literature a été décerné à l’autrice Judy Blume. « Les récompenses du Centre Eleanor Roosevelt et du Centre Fisher s’opposent ouvertement aux censures. Outre Judy Blume, d’autres lauréats seront salués lors d’une cérémonie, le 17 février prochain. À savoir Laurie Halse Anderson, Mike Curato, Alex Gino, George M. Johnson, Jelani Memory et Maia Kobabe. Autant d’auteurs et d’autrices dont les œuvres ont été pointées du doigt, voire ôtées des étagères des bibliothèques. » Plusieurs ouvrages de Judy Blume destinés aux enfants et aux adolescents abordant des sujets sensibles tels que la sexualité, la puberté ou les changements du corps ont, pour leur part, été les cibles récurrentes de multiples censeurs étasuniens.

SALON – La Ville de Montigny-lès-Metz (Moselle) organise son sixième Salon du livre jeunesse sur le thème du rêve, les samedi 10 et dimanche 11 février 2024, pour un week-end d’animations autour du livre et de la lecture. Si le vendredi est réservé aux scolaires, l’Espace Europa sera ouvert à tous, le samedi et le dimanche, de 10 heures à 18 heures. Présence assurée des auteurs et autrices, illustrateurs et illustratrices Lucie Maillot, Claire Pelosato, Aurélie Neyret, Amandine Meyer, Véronique Lagny-Delatour, Antoine Guilloppé, Alexandre Bonnefoy, Danièle Vogler, Delphine Vaufrey, Laurence Schluth, Élisa Gehin, Grégory Elbaz, Jérémie Almanza, Stéphane Kiehl, Séverine Gauthier, Aymeline Escamilla, Eva Chatelain, Chandre, Loui, Marie Novion, Irène Bonacina, Adrien Parlange, Dawid, Anne-Olivia Messana, Roxane Lumeret, Lionel Larchevêque, Christelle Deutscher, Adeline Da Costa, Grégory Etienne, Pauline Cavion, Benou et Éric Chapuis. La page qui donne le détail du programme est ici.

EXPOSITION – Dans le hall du site Descartes de la Bibliothèque Diderot de Lyon, 5 parvis René Descartes, depuis le lundi 5 février 2024 et jusqu’au  dimanche 7 avril 2024, présentation  d’une exposition  André Laurie : une mise en fiction du monde. « À l’époque où Jules Verne offre aux jeunes Français de parcourir le monde dans ses Voyages extraordinaires, son éditeur, Pierre-Jules Hetzel, publie une autre série à succès signée André Laurie et intitulée La Vie de collège dans tous les temps et tous les pays. Cette série en quatorze volumes a fait voyager les lecteurs de la fin du dix-neuvième siècle dans l’espace et dans le temps en leur présentant le système éducatif de diverses sociétés par le biais d’intrigues plus ou moins riches en rebondissements. L’exposition propose de découvrir cette série que la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve dans son intégralité et dans différents formats : feuilletons parus dans les livraisons de la revue Le magasin d’éducation et de récréation, petits in-18 que les élèves pouvaient se procurer dans les bibliothèques scolaires ou recevoir lors des distributions de prix, beaux livres d’étrennes aux cartonnages de percaline rouge, verte ou bleue richement décorés. En adoptant un angle chronologique et thématique, elle situe dans son contexte éditorial et culturel cette œuvre dans laquelle l’écrivain a mis la récréation au service de l’éducation pour apporter à ses lecteurs un savoir documentaire et pour leur transmettre sa vision de la France et du monde contemporain. » Commissariat : Isabelle Guillaume (ALTER, UPPA et FabLiJeS), Nelly Kabac (Bibliothèque Diderot de Lyon), et Claire Giordanengo (Bibliothèque Diderot de Lyon). Billet de blog consacré à André Laurie ici.

JEUNE PUBLIC – La Compagnie La Sensible s’installe, pour deux jours, au Théâtre de la Jonquière, 88 rue de la Jonquière à Paris. Julia et Elsa Chausson y proposent Voir le loup, le jeudi 8 février 2024, en représentations scolaires, et le vendredi 9 février, 19 heures, en représentation tout public. « On entend dire que les femmes des contes attendent mollement leur prince charmant ? C’est sans compter la tradition orale, où on croise des filles curieuses et courageuses, prêtes à transgresser tous les interdits pour s’émanciper. Inspiré des versions orales du Petit Chaperon rouge et de l’album de Julia Chausson, le spectacle met à l’honneur cette héroïne haute en couleur. Le spectacle tout en métamorphoses et métaphores, se déploie autour du matériau papier sous toutes ses formes. » Dès 11 ans. Le site de la compagnie est ici.

PROPOSITION DE BOURSE – C’est à Louvain et cela concerne les périodiques illustrés pour la jeunesse en Belgique entre 1919 et 1949. « Le projet de recherche FWO Pictures for Kids: Visual Seriality in Illustrated Periodicals for Children in Belgium, 1919-1949 résulte d’une collaboration entre KU Leuven, UGent, et KBR. En tant que chercheur ou chercheuse doctorant·e, vous rejoindrez le groupe de recherche en études culturelles à la Faculté de lettres de la KU Leuven ainsi que l’équipe COMICS à l’UGent. Vous participerez aux activités de recherche collective de ces différents groupes et aurez l’occasion de collaborer de manière ponctuelle et limitée aux charges d’enseignement. Vous serez impliqué·e dans la valorisation du corpus à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) au sein du Pop Heritage Lab. » La description complète de l’offre et la procédure à suivre pour postuler sont ici, en anglais. Il s’agit d’un poste de chercheur·euse doctoral·e à temps plein pour une durée de quatre ans, sur base d’une évaluation positive après la première année. Date de commencement du contrat : 1er octobre 2024 au plus tard. La date limite de dépôt des candidatures  est le lundi 4 mars 2024. Renseignements complémentaires auprès de Benoit Crucifix ou de Maaheen Ahmed.

POÉSIE – La Fête de la poésie jeunesse de Tinqueux (Marne) mise en place par le Centre de Créations pour l’Enfance, ce sera, cette année, du mardi 6 au dimanche 11 février 2024 à Tinqueux, Reims et Cormontreuil et c’est la onzième édition : rencontres d’auteurs, ateliers en famille, spectacles, lectures, concerts, expositions, jeux d’artistes, marché aux livres. Le programme complet est téléchargeable à partir de cette page. « La poésie c’est inutile comme la pluie » (René Guy Cadou).

REVUE – Le dossier du numéro 334 de La Revue des livres pour enfants est consacré à l’art du livre en République tchèque. Il est coordonné par Delphine Beccaria, chargée programmation au Centre tchèque de Paris et responsable de la diffusion du livre tchèque en France. « Si certains artistes du livre tchèque peuvent être reconnu·e·s internationalement, cette notoriété masque un champ bien plus vaste, avec des enjeux culturels et nationaux spécifiques tout au long de l’histoire du pays. Notre ambition à travers ce dossier est de vous faire découvrir comment s’épanouit la créativité du livre pour la jeunesse en République tchèque, ses racines et comment celle-ci se renouvelle et se développe aujourd’hui. » À signaler également l’article Les science-fictions des comic books de super héros, libre cours signé Savigné Capi, et un hommage à Sara disparue récemment, recueilli par Marine Planche auprès d’Édith de Cornulier, fille de l’illustratrice. BnF/CNLJ 2023, 192 pages, 12,50 euros. Bon de commande pour ce numéro et pour l’abonnement annuel ici.

EXPOSITION – Au Carré d’art de Nîmes, 16 place de la Maison Carrée, du mardi 6 février au samedi 16 mars 2024, présentation d’une exposition Paysages découpés consacrée à Jérémie Fischer, connu notamment pour son travail dans l’édition jeunesse. « Dans le travail de Jérémie Fischer, les ciseaux font office de crayons, en découpant des formes épurées dans des couleurs très franches. On peut y reconnaître les paysages de Manosque, Forcalquier ou encore ceux de Cézanne autour d’Aix-en-Provence. Auteur-illustrateur, né en 1986, il nous présente ici une série de grands paysages issus de ses albums précédents ou qui ont fait l’objet d’une création spécifique. Ainsi, ce jeune illustrateur, diplômé de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg en 2011, ne cesse de réinventer le genre avec une grande économie de moyens. Il est l’auteur de livres illustrés et de livres animés. Certains dispositifs de cette exposition s’adressent aux tout-petits. » Jérémie Fischer sera présent à Nîmes le mardi 6 février. Il rencontrera deux classes qui pourront dialoguer avec lui et suivre un atelier d’arts plastiques explorant sa technique des papiers découpés. Vernissage à 18 heures 30. Informations complémentaires au 04 66 76 35 35.

VINGT ANS LE BEL ÂGE – « C’est avec émotion que la revue Bébébutine, éditée par le Département de Seine-et-Marne, célèbre ses 20 ans. Depuis deux décennies, Bébébutine s’est attachée à mettre en valeur la littérature jeunesse à destination des tout-petits en proposant des sélections bibliographiques, des articles, des interviews et des ressources pour les parents et les professionnels du livre et de la petite enfance. Pour marquer cette occasion, un numéro spécial a été préparé, mettant en lumière les albums phares sélectionnés sur la période. Vous redécouvrirez les albums qui ont su captiver et émerveiller les jeunes enfants, qui ont marqué par leur originalité, leur sensibilité ou leur beauté, des titres qui restent, aujourd’hui encore, des valeurs sûres pour les bébés. Ce numéro est aussi un hommage aux autrices-auteurs et illustratrices-illustrateurs qui, par leur talent et leur créativité, ont enrichi la littérature jeunesse et nourri l’imaginaire des enfants. » Le document est téléchargeable ici

DISPARITION – Alain De Kuyssche, qui occupa un peu tous les emplois rédactionnels dans le monde de la bande dessinée, est décédé le mardi 20 janvier 2024. Il avait 77 ans. Après des études de droit et de criminologie, il avait entamé une carrière journalistique qui le conduisit jusqu’en Amérique du Sud, en mission humanitaire pendant deux ans. De retour au pays, il entre par la petite porte aux éditions Dupuis. En 1977, il signe ses premiers articles dans la rubrique « Brico-trucs » du journal Spirou. Il devient rédacteur en chef de l’hebdomadaire l’année suivante, succédant à Thierry Martens dans un moment de grande mutation du secteur. Les collaborateurs historiques sont fatigués et il revient à Alain De Kuyssche de travailler avec une génération nouvelle. On citera Fredéric Jannin (pour qui il crée le personnage de Didi) Tome et Janry, Yann et Didier Conrad (qui créent les fameux « hauts de pages « ), Philippe Berthet, Christian Darasse, Antonio Cossu, Frank Pé, Alain Dodier.  Remplacé par Philippe Vandooren en 1982, Alain De Kuyssche redevient journaliste, travaillant pour Le Moustique, journal radio-télé édité par Dupuis (où il crée Moustique junior, supplément pour les jeunes lecteurs encarté dans le journal), puis devenant rédacteur en chef de Ubu-Pan, feuille satirique bruxelloise nettement droitière. Dans le même temps, il écrit encore occasionnellement pour Spirou (dont, avec Hugues Dayez, une chronique racontant l’histoire du journal), fournit à Dupuis des textes d’accompagnement pour plusieurs intégrales (Spirou, Tif et Tondu, Johan et Pirlouit, Natacha), coécrit, avec Denis Coulon,  Dino Attanasio : 60 ans de bande dessinée (L’Âge d’or, 2006), Eddy Paape, la passion de la page d’après (Le Lombard, 2008) et, avec Daniel Couvreur, Tintin au Congo de papa (Moulinsart, 2010). De 2019 à 2021, il dirige, pour les éditions du Tiroir, le magazine trimestriel L’Aventure où cohabitent auteurs et dessinateurs d’hier et espoirs de demain. Il y publie Les Aventures de Loustic, l’autre Spirou. Alain De Kuyssche, touche à tout, écrira aussi, parfois sous pseudonyme, des scénarios originaux (notamment pour le Journal de Mickey), des novellisations d’albums (« Alix » de Jacques Martin), des préfaces (pour les éditions Loup). Il gèrera un temps le site tintin.com de la société Moulinsart et, à compter de 2017, celui du quotidien d’extrême-droite Le Peuple. Multipliant les collaborations à la revue littéraire Marginales, il publie en 2015  Divadlo ! : un récit pour l’enfant que nous ne cessons d’être, roman au ton nostalgique dans lequel le chien s’appelle Angoulême. Curiosité : à la fin des années 1980, Alain De Kuyssche avait suivi des études d’éthologie et obtenu son master. Ses recherches sur les relations entre les chats noirs et les hommes depuis la haute Antiquité jusqu’à nos jours l’avait conduit à donner des conférences dans plusieurs universités européennes.

EXPOSITION – Nouvelle exposition au Centre André François, 70 rue Aimé Dennel à Margny-lès-Compiègne (Oise), du mercredi 7 février au mercredi 3 avril 2024, avec Viens jouer avec Claire Dé. « Imaginée et conçue par Claire Dé, cette installation-jeu en plusieurs parties invitera les enfants à explorer et à jouer avec les photographies lumineuses et colorées de son  dernier album Qui veut jouer avec moi ? Dans ce parcours ludique pour découvrir les secrets de fabrication de ses images, les jeunes visiteurs seront tour à tour enquêteurs, acteurs, metteurs en scène et artistes installateurs : entre terrain de jeu et d’exploration artistique, un des espaces sera conçu comme un lieu évolutif aux couleurs et aux motifs graphiques de l’album. Un paysage-sculpture aux allures de plage estivale pour vivre l’image avec le corps et les cinq sens. » Vernissage en présence de Claire Dé le samedi 10 février, à 15 heures. Conférence à propos de photolittérature, par Laurence Le Guen, docteur en littérature française à l’Université de Rennes, le jeudi 15 février, à 18 heures 30. Rencontre avec Claire Dé et avec Brigitte Morel, directrice des éditions Les Grandes Personnes, le jeudi 21 mars, à 16 heures. Site du Centre André François ici.

MANGER – La Bibliothèque Mériadeck, 85 cours du Maréchal Juin à Bordeaux (Gironde), propose, le jeudi 9 février 2024, de 9 heures à 12 heures 30, dans le cadre du Mois des petits et en partenariat avec Médiaquitaine, une matinée Manger dans les livres jeunesse. Trois moments : une rencontre avec Vous êtes ici, maison de livres à manger, toujours de saison et sans conservateur, avec Amandine Hubert, éditrice et illustratrice, et Amélie Picavet, éditrice et graphiste ; des lectures ; une intervention de Sylvie Decobert, bibliothécaire et formatrice, titrée Manger ou être mangé dans les albums pour la jeunesse : représentation des animaux dans les albums. Sur inscription au 05 56 10 30 00.

REVUE – Vient de paraitre le numéro 14/2 de la revue L’entre-deux que publie, à Arras, le laboratoire Textes & Cultures de l’Université d’Artois. Titré Littérature de jeunesse : territoires et frontières, dirigé par Laure Thibonnier et Chiara Ramero, il rassemble des articles signés Christian Grenier, Éléonore Hamaide-Jager, Sibylle Doucet, Anne-Marie Montluçon, Éléonore Cartellier et Marie Bernadoce. « Ce dossier propose des contributions issues des travaux du séminaire inter-laboratoire Territoires et frontières en littérature de jeunesse. Formé en 2018 à l’Université Grenoble Alpes, ce groupe de chercheurs en littérature de jeunesse réunit des scientifiques affiliés au laboratoire ILCEA42 et à l’UMR Litt&Arts3. Il explore la littérature de jeunesse à partir des notions connexes de frontière et de territoire, appréhendées sous des formes diverses et variées : genres littéraires, sujets, destinataires des textes, frontières linguistiques, géographiques ou symboliques. Partout, la frontière s’est révélée floue et poreuse. Des relations, des collaborations et des communications se sont dessinées entre les territoires et les acteurs que ces frontières permettaient d’identifier, sans les séparer irrévocablement. Si la frontière définit le territoire en le délimitant, si elle souligne sa singularité en le séparant d’un Autre différent, elle s’est aussi révélée espace liminaire et lieu de passage. Cette plasticité et cette multiplicité de la frontière se retrouvent dans les contributions offertes ici à l’attention du lecteur. » Accessible en ligne à partir cette page.              

EXPOSITION – Du mercredi 7 février au samedi 30 mars 2024, à La Lanterne, place André Thome et Jacqueline Thome-Patenôtre et au 5 de la rue Gautherin à Rambouillet (Yvelines), exposition Panorama, de l’ombre à la lumière consacrée à Antoine Guilloppé. « Illustrateur jeunesse reconnu pour sa maîtrise, virtuose de l’art du papier découpé, Antoine Guilloppé propose une plongée en trois dimensions dans son univers tantôt lumineux tantôt mystérieux. Cette exposition, où tirages, dessins préparatoires et décors se côtoient, invite à l’enchantement en métamorphosant l’espace. » Journée particulière le mercredi 7 mars : à 10 heures 30, ateliers À la manière de et avec Antoine Guilloppé, à 10 heures 30, pour les 6-9 ans et à 14 heures pour les 9-12 ans, rencontre tout public avec Antoine Guilloppé, à 18 heures, et vernissage de l’exposition, à 19 heures. Informations pratiques sur cette page.

TOUS ENSEMBLE – Du samedi 10 au samedi 14 février 2024, à la Chapelle, Quartier neuf, à Saint-Martin-de-Seignanx (Landes), mise en place d’une généreuse succession d’ateliers L’Expo Idéale selon Hervé Tullet. Une Expo Idéale « est une exposition participative qui invite enfants et adultes à libérer leur créativité. Hervé Tullet, auteur de livres pour enfants et créateur de ce projet, propose de s’inspirer de son travail, de ses réflexions, et de ses techniques de création pour que chacun puisse créer son Expo Idéale. Elle peut se faire dans une boite à chaussure, un atelier, ou pourquoi pas dans une Chapelle. Elle peut être en noir et blanc, toute rouge, ou toute jaune, ou multicolore. » Deux ateliers par jour, à 14 heures et à 15 heures 30. Le matériel sera disponible sur place et les participants seront guidés pour assurer une cohérence finale. Inauguration le samedi 23 mars, à 16 heures, dans la Chapelle. Dès 5 ans. Informations complémentaires au 06 47 52 35 71.

AVEC MAY ANGELI – Le samedi 3 février 2024, de 16 heures à 18 heures, à la Bibliothèque Aimé Césaire, 5 rue de Ridder à Paris, atelier d’initiation à la gravure par l’artiste, autrice et illustratrice May Angeli. « Étape par étape, nous vous proposons ici un atelier complet d’initiation à la gravure. Du dessin initial à la préhension des outils nécessaires à la gravure, à la réalisation de votre matrice (support gravé) jusqu’à l’encrage et à l’impression de différents tirages sous presse à rouleaux. » Gratuit sur réservation au 01 45 41 24 74.

RÉSIDENCE DE CRÉATION – Depuis 2017, la Mairie de Cannes accueille chaque année, avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour une résidence de création de trois mois, un auteur illustrateur ayant déjà été publié. « Le résident développera un projet de création personnelle autour du livre jeunesse, accompagné d’actions de médiation à l’initiative du réseau des Médiathèques de Cannes ». Ce sera cette année de mi-septembre à mi-décembre 2024. Points forts programmés lors du Festival du Livre de Mouans-Sartoux (début octobre 2024) et à l’occasion des Rencontres littéraires de Cannes (novembre 2024). Candidatures à déposer auprès de la Médiathèque de Cannes au plus tard le mercredi 3 avril 2024. Informations complémentaires à télécharger ici.

PARLONS SPORTS (1) – La médiathèque communautaire de Lurcy-Lévis (Allier), 72 boulevard Gambetta, propose, du vendredi 2 février au mercredi 6 mars 2024, l’exposition itinérante J’ai pas dit ‘Partez !’ conçue par le Centre André François de Margny-lès-Compiègne. L’exposition porte sur les représentations du sport dans la littérature pour la jeunesse. « Entre règles et inspiration, beauté du geste, parcours du champion, l’album pour la jeunesse en dit long sur les sports collectifs et individuels qui y sont souvent dépeints comme de véritables tremplins à l’amitié, à la créativité et à l’affirmation de soi. » Une seconde exposition titrée Véloces, permettra de découvrir l’épopée du vélo du XIXème siècle à nos jours, des vélodromes de Lurcy-Lévis et Moulins aux modes de déplacement doux des berges de l’Allier. Les bibliothécaires proposeront également des défis sportifs autour du livre pour s’amuser en famille, le mercredi 21 et le mardi 27 février. Entrée libre, tout public. Gratuit.  Informations complémentaires au 04 70 67 62 33.

PRIX – Le Prix Joël-Sadeler 2023 a été décerné à Jean-Pierre Siméon pour son ouvrage L’arbre m’a dit, illustré par Zaü (Rue du monde, 2022). « En une quarantaine de bourgeons poétiques, Jean-Pierre Siméon nous livre les émotions et les pensées profondes que les arbres lui ont confiées. Avec ses images, Zaü nous invite à poursuivre l’échange en forêt. »

IL PLEUT DES PRIX – Le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême a désigné ses Fauves 2024. Le Fauve jeunesse a été attribué à L’incroyable mademoiselle Bang ! de Yoon-Sun Park (Dupuis). Le Fauve spécial du jury jeunesse a été attribué au tome 1 de Bâillements de l’après-midi de Shin’ya Komatsu (IMHO) et à Les Petites reines de Magali Le Huche d’après Clémentine Beauvais (Sarbacane). Parmi les autres prix : Prix des écoles d’Angoulême à Tout mou ? de Marie Bailliard (L’Atelier du poisson soluble) ; Prix des collèges rectorat de Poitiers : Ça tourne au collège,  tome 1 de « Nos Cœurs tordus » de Javier Rey Calatayud, Séverine Vidal et Manu Causse  (Bayard ) ; Prix des lycées rectorat de Poitiers à Monsieur Apothéoz de Dawid et Julien Frey (Glénat ) ; cinq prix encore dans le cadre du concours de la bd scolaire parrainé par la MGEN : Prix d’Angoulême : Romane Coussement ; Prix coup de coeur : Julaine Kasno ; Prix Espoir : Soline Martinat ; Prix du scénario : Claire Lévèque ;  Prix du graphisme : Louise Vuillaume-Mathonnat.

APPEL À PROJET – Dans le cadre de l’édition 2024 de son opération Un bébé, un livre, la Ville de Grenoble fait, une nouvelle fois, appel à un-e auteur-trice-illustrateur-trice et un-e éditeur-trice pour la création d’un livre d’accueil qui sera remis, fin octobre, « à chaque petit-e Grenoblois-e venant de naître ». Durée du projet : du vendredi 1ier mars au jeudi 31 octobre 2024. Depuis 2012, des temps de résidence complètent la création du livre « afin de mener un projet d’action culturelle dans un secteur de la ville défini comme lieu central de l’opération. Ainsi, rencontres, ateliers et animations sont organisés en lien étroit avec la bibliothèque du secteur, une école maternelle, un équipement petite-enfance et les autres structures culturelles du quartier. » Date limite de remise des candidatures : vendredi 16 février 2024. Pour savoir plus, c’est à cette adresse.

CHRONIQUE PRINCIÈRE – Actuellement et jusqu’au mardi 23 juillet 2024, sur le site d’Arte, Le petit prince, naissance d’une étoile de Vincent Nguyen (2023).  « Vincent Nguyen fait revivre l’aviateur et son entourage, dont sa femme, sa maîtresse Sylvia Hamilton, son ami Léon Werth, Eugene Reynal et Curtis Hitchcock, à travers une animation remarquable. Ces personnages clés défilent devant la caméra pour partager des souvenirs inédits, tandis que des archives fascinantes et des dessins originaux de Saint-Exupéry éclairent la genèse méconnue du chef-d’œuvre. » Scénario : Jean-Louis Milesi. C’est ici.

EXPOSITION – Au Musée d’Angoulême, square Girard II, rue Corneille, depuis le jeudi 25 janvier et jusqu’au dimanche 10 mars 2024, exposition L’Art de courir : attraper la course qui donne à voir plus d’une centaine d’œuvres inédites de Lorenzo Mattotti. « Pour participer activement à l’élan de l’Olympiade Culturelle, le Festival d’Angoulême a choisi, en partenariat avec le Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques 2024, de se tourner vers Lorenzo Mattotti, artiste de stature internationale à l’intérêt renouvelé pour le corps en mouvement. Dans cette perspective, le Festival lui a donné carte blanche sur le thème de la course à pied, discipline la plus pratiquée en France et à travers le monde. L’auteur a ainsi produit plus d’une centaine d’œuvres originales décomposant le mouvement de la course. Dans une tentative pour capturer son élan, sa grâce mais aussi son caractère archaïque ou son potentiel burlesque, le dessin de Lorenzo Mattotti se fait l’écho de ses multiples visages. » Textes d’accompagnement : Maria Pourchet, Prix de Flore 2023.

PARUTION – Vient de paraitre Saint-Exupéry. Du vent dans le cœur par Nathalie Prince, professeure agrégée de littérature comparée à l’université du Mans. « Peut-on encore, 80 ans après la mort d’Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944), éclaircir le mystère de sa disparition ? Sa gourmette a été repêchée ; son avion retrouvé ; sa mort expliquée. Affaire classée. Pourtant, à relire Le Petit Prince, une nouvelle hypothèse se dessine et rouvre l’enquête : et si ce texte pouvait se lire comme l’autobiographie de son auteur ? Nathalie Prince apporte la preuve magistrale et inédite que le Petit Prince et Saint-Ex ne font qu’un. Deux destins, la même ligne d’écriture. Une ligne nette comme celle que laisse un avion dans le bleu du ciel. À la vie, à la mort. Une bouleversante aventure littéraire et humaine. » Calype 2024, 112 pages, 11,90 euros. 

PRIX – Ici l’Univers : voyage en astrophysique, bande dessinée de Herji et Jérémie Francfort (Éditions Helvetiq) reçoit le Prix Adolescents attribué dans le cadre de la vingt-troisième édition de La Science se livre par quatre classes de collégiens du Département des Hauts-de-Seine. « La jeune chercheuse Céleste sauve le prix Nobel de physique Michel Mayor – découvreur de la première exoplanète – d’admirateurs envahissants. Ensemble, ils remontent le temps pour rencontrer les grands noms de la physique (Einstein, Newton…) et découvrir les principes qui gouvernent l’univers, des ondes gravitationnelles à la théorie de la relativité, en passant par les plus grandes des stars, les trous noirs. » Dès 14 ans.

EN ARRIÈRE TOUTE – Le rapport de la Mission d’information sur l’apprentissage de la lecture conduite par les députés Annie Genevard (Les Républicains) et Fabrice Le Vigoureux (Renaissance) a été présenté, ce mercredi 24 janvier 2024, à la Commission des affaires culturelles et de l’éducation. Il a le mérite de la clarté : « Bien que les rapporteurs perçoivent la nécessité de poursuivre des objectifs de compréhension et de plaisir à la lecture de textes, il leur semble qu’il y a là une erreur d’approche méthodologique : le décodage est, en effet, le préalable indispensable à l’accès aux textes stimulants qui ne peut se faire qu’une fois que celui-ci est maîtrisé ». Un peu plus loin, les deux parlementaires enfoncent leur clou en dénonçant la mauvaise influence des syndicats qui recommandent d’apprendre à lire des textes porteurs de sens.

POUR LES 0-3 ANS – « Chaque année, à l’occasion de Festi’Petits, le Festival des tout-petits dans les médiathèques, le Réseau [des médiathèques de Montpellier] sort de ses murs pour aller à la rencontre d’un grand nombre de communes de la métropole, pour que nous nous mettions tous ensemble à la hauteur des tout-petits : la hauteur de tous les possibles, de tous les futurs possibles. Cette année, c’est donc non seulement dans les quatorze médiathèques métropolitaines, mais aussi à Juvignac, Grabels, Cournonterral, Cournonsec,Fabrègues, Murviel-les-Montpellier, Vendargues, Sussargues, Saint-Drézéry, Montferrier-sur-Lez, Prades-le-Lez, Le Crès, Jacou, Palavas-les-Flots,Mauguio-Carnon, la Grande-Motte et Teyran que l’éveil à la lecture et à la culture, au son, aux imaginaires, mobiliseront une expertise professionnelle partagée (personnels des médiathèques, acteurs de la petite enfance), des artistes, des bébés et de leurs familles). » (Éric Penso, vice-Président de Montpellier Méditerranée Métropole). Le programme de la manifestation (qui se déploie, pour sa dixième édition, du lundi 29 janvier au dimanche 11 février 2024) est particulièrement copieux. Il est ici. Parmi les propositions : la réalisation d’une exposition collaborative « créée avec les petits et les grands lecteurs ». Affiche : Nathalie Trovato.

HERGÉ S’EXPOSE – Le Musée Hergé de Louvain-la-Neuve s’associe au Département des Alpes Maritimes pour présenter, à Nice, deux expositions regroupées sous l’intitulée Tintin, Hergé et Tchang. L’espace culturel départemental Lympia, quai Entrecasteaux à Nice, accueille l’exposition Hergé et l’Art avec une première partie qui retrace l’évolution créatrice d’Hergé en tant que dessinateur de bandes dessinées tandis que la seconde offre un aperçu de sa collection d’art et de ses compositions picturales inspirées des grands courants artistiques de son époque. Le Musée départementale des arts asiatiques, 405 promenade des Anglais, accueille, lui, l’exposition Tintin et Tchang qui documente la rencontre entre Hergé et Tchang Tchong-jen, amitié qui aboutira à la publication, en 1934, de l’album Le Lotus bleu. « Du samedi 27 janvier au dimanche 30 juin 2024, découvrez les multiples facettes du créateur de Tintin à travers des documents précieux, dessins originaux et objets rares, présentés pour la première fois sur la Côte d’Azur. » Pages dédiées ici et .

PRIX – Le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême a décerné son Grand Prix 2024 à Posy Simmonds. Empêchée par une   »petite intervention chirurgicale  », elle ne pourra se déplacer pour recevoir la traditionnelle statuette. « En attribuant son Grand Prix à Posy Simmonds, le Festival de bande dessinée d’Angoulême couronne une carrière aussi longue que singulière. À 78 ans, la dessinatrice britannique aura touché à tout : du dessin de presse aux livres pour enfants, des petites vignettes informatives au roman graphique, en passant par la chronique et l’illustration. » (Stéphane Jarno, Télérama). Il s’agit, en cinquante ans, de la première attribution du prix à un auteur/autrice de bande dessinée britannique, Alan Moore ayant décliné la récompense en 2014. Il s’agit de la cinquième femme.

RENCONTRE – Le CLJBxl (Centre de Littérature de Jeunesse de Bruxelles) invite les professionnels du secteur à une rencontre avec les éditions Les Fourmis rouges, le lundi 29 janvier 2024, de 14 heures  à 17 heures. Deux possibilités : en présentiel, dans ses locaux, 8 rue du Frontispice à Bruxelles (Belgique), sur inscription, via ce lien, ou à distance, sans inscription, à cet endroit. « Les éditions Les Fourmis Rouges ont été créées en 2013. La maison publie chaque année une dizaine d’albums illustrés pour la jeunesse avec une exigence, tant dans les choix éditoriaux que dans l’accompagnement de leurs livres, qu’elles tentent de maintenir intacte depuis le premier jour ».

BALZAC AUSSI – A l’occasion de son exposition Balzac, Daumier et les Parisiens : de la comédie humaine à la comédie urbaine, la Maison de Balzac, 47 rue Raynouard à Paris, propose aux familles ateliers d’arts plastiques, ateliers d’écriture, performance dansé et spectacle musical : arts plastiques, le mercredi 28 février et le mercredi 20 mars, de 14 heures 30 à 16 heures 30, où les participants (à partir de 8 ans) sont invités « à graver une saynète imaginaire en clair-obscur, en s’inspirant des croquis présentés dans l’exposition temporaire » ; écriture, les dimanches 28 janvier, 11 février, 3 mars et 17 mars, de 15 heures à 17 heures, avec un cycle d’ateliers où les participants (à partir de 12 ans) écriront un portrait (le 28 janvier), un dialogue théâtral (le 11 février), une scène de la vie quotidienne (le 3 mars), une forme libre sur le thème de Paris (le 17 mars) ; performance dansée, le dimanche 4 février, pour les familles avec enfant à partir de 10 ans « déambulant dans la Maison de Balzac guidées par un danseur qui s’approprie les traits distinctifs des caricatures présentées » ; spectacle musical proposé aux familles avec enfants à partir de 8 ans le dimanche 11 mars, à 15 heures 30. Réservations obligatoires. Site de la Maison de Balzac ici.

UN CONTRAT À POURVOIR – L’université Clermont-Auvergne recrute un ou une chercheur.e en contrat postdoctoral de 12 mois sur un profil Représentations sexuées et genrées du « féminin » dans les albums de jeunesse : Sexual and Gendered Representations of the “Feminine” in Picturebooks. Poste à pourvoir au plus tard en septembre 2024. L’ensemble des informations utiles est rassemblé ici. CV et lettre de motivation à faire parvenir au plus tard le vendredi 26 avril 2024.

PÉPlTE – À voir en famille, surtout s’il y a un ou plusieurs pré-ados à la maison, Lettre à Milan et Zach (qui auront 20 ans en 2033) de Thierry Kübler. « Milan et Zach ont 11 ans chacun et n’ont pas connu les années 2000. C’est dire si les années 1980 sont pour eux de la préhistoire. Thierry Kübler, le papa de Milan, leur transmet sa vision des années 80, celle d’une époque clinquante et pailletée, dans un contexte où les inégalités se font de plus en plus sentir. […] Une clé de réflexion non pas sur le mode du « C’était mieux avant », mais sur l’idée de la transmission entre générations, basé sur la compréhension du passé, avec l’envie en arrière-fond d’un avenir meilleur. » (Sophie Gueffier, sur France 3 Grand Est). Une réalisation inventive qui devrait, après visionnement, autoriser de productifs échanges. Conclusion (optimiste) du film : « Il y a toujours une alternative ». En rediffusion ici jusqu’au vendredi 29 novembre 2024.                                                   

CLÉMENTINE ENCORE – Initiative impulsée dans le cadre de son dispositif Numook, l’association Lecture Jeunesse propose Les coulisses de la création, rendez-vous en ligne gratuit permettant de découvrir des acteurs de la chaine du livre. Pour cette nouvelle édition, Lecture Jeunesse invite les classes à participer, le mardi 30 janvier 2024, de 14 heures 30 à 15 heures 30, à une rencontre avec l’autrice Clémentine Beauvais. À cette occasion, Clémentine Beauvais reviendra sur son parcours et sur ses différentes réalisations. « Née en France, Clémentine Beauvais vit en Grande-Bretagne où elle est enseignante en sciences de l’éducation à l’université de York. Elle est l’autrice d’une vingtaine de livres dont Les Petites Reines, succès retentissant (plus de 100 000 ex) et traduit en Allemagne, Pologne, Slovénie, Grande-Bretagne, République Tchèque et Italie, adapté au théâtre, élu Meilleur Roman par le magazine Lire, lauréat du Prix Sorcières et du Prix Libr’à’nous. Un succès confirmé avec Songe à la douceur (plus de 75 000 exemplaires), traduit en plusieurs langues. En septembre 2018, elle a publié Brexit Romance (35 000 exemplaires). En août 2020 paraît Âge tendre (15 000 exemplaires). » Pour s’inscrire, c’est ici.

POLÉMIQUE – Après Marina Hands en 2021, Golshifteh Farahani en 2022 et Amira Casar en 2023, c’est Sylvain Tesson, écrivain voyageur « arpenteur d’altitude, de steppes, d’à-pics et de poésie », selon Sophie Nauleau, directrice artistique du Printemps des poètes depuis 2018, qui a été choisi pour parrainer la prochaine édition de la manifestation. 1200 « poétesses et poètes, éditrices et éditeurs, libraires, bibliothécaires, enseignantes et enseignants, actrices et acteurs de la scène culturelle française » ont, par voie de tribune, fait savoir que ce choix ne leur convenait pas. Ils estiment en effet que cette décision « loin d’être contingente, vient renforcer la banalisation et la normalisation de l’extrême droite dans les sphères politique, culturelle, et dans l’ensemble de la société. » Parmi les personnalités politiques ayant apporté leur soutien à l’écrivain : Éric Ciotti, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Bruno Le Maire, Rachida Dati, Rima Abdul-Malak, Jack Lang.

ATELIER – À la Médiathèque de la Canopée, 10 passage de la Canopée à Paris, le samedi 27 janvier 2014, à 10 heures 45, atelier pour les 5-7 ans inspiré du livre d’Emma Giuliani Voir le jour (Les Grandes Personnes). D’abord graphiste, Emma Giuliani « devient autrice-illustratrice en 2013 avec la publication de son premier ouvrage Voir le jour qui rencontre un grand succès. Suivront de nombreux autres ouvrages, inspirés de ses passions, dans lesquels elle joue avec le papier pour créer des surprises et des animations qui éveillent la curiosité des jeunes lecteurs. » Chaque enfant pourra emporter sa création. Réservation obligatoire au 01 44 50 76 56.

PRIX – Les bibliothécaires de la médiathèque du Tréport (Seine-Maritime) mettent en place un prix littéraire pour les enfants de moins de 3 ans. Ce sera le Grand prix des petits pas. « Il y a un prix pour les adultes et un prix pour les adolescents qui fonctionnent bien, on s’est dit que c’était dommage de ne pas faire la même chose pour la petite enfance. » (Alisson Flandre). Mais comment faire pour voter, quand on ne sait ni lire, ni écrire, et ni même parler pour les participants les plus jeunes ? Rien de compliqué répondent les bibliothécaires : « Il faut lire les livres plusieurs fois avec l’enfant et noter ses réactions et celui vers lequel il revient le plus souvent. La difficulté est en réalité pour le parent, qui ne devra pas montrer sa préférence pendant la lecture. » Ouvrages en lice : La Barette d’Annelise Heurtier (Talents Hauts) ; La boîte à Berk (école des loisirs) de Julien Béziat ; Quelque chose est tombé (Motus) d’Elena Baboni ; T’as vu mes muscles ? (école des loisirs) de Michel Van Zeveren. Le concours est lancé. Proclamations des résultats : juin 2024.

POSTULER AU CNLJ – Le poste de responsable du secteur des publications du Centre national de la littérature pour la jeunesse (en charge notamment de La Revue des livres pour enfants) est à pourvoir rapidement. Les informations utiles sont disponibles ici. Date de prise de fonction : 1ier mars 2024.

ADAPTATION – La captation de l’après-midi d’étude du jeudi 14 décembre 2023 proposée, à la BnF, par le Centre national de la littérature pour la jeunesse et la maison de production Tant mieux Prod à propos de l’adaptation en films d’animation de Tobie Lolness, roman de Timothée de Fombelle, est en ligne. Les acteurs impliqués débattent notamment de la question du lien avec l’œuvre originale. C’est ici.

PARUTION – Vient de paraitre Comment jouir de la lecture ? par Clémentine Beauvais; « Pourquoi se contenter de lire pour le plaisir, quand on pourrait vraiment jouir de ses lectures ? Apprendre à nommer ses plaisirs, à les reconnaitre, à les trouver, à les analyser et à en chercher d’autres, tel est le but de ce joyeux manifeste pour des jouissances de lecture toujours renouvelées. Un texte engagé dans lequel Clémentine Beauvais fait de l’éducation au plaisir de lire un véritable enjeu de société. » La Martinière jeunesse 2024, 32 pages, 3,50 euros.

PARLONS GENRE – Les Écrivaines et Écrivains Associés du Théâtre et la bibliothèque Oscar Wilde, 12 rue du Télégraphe à Paris, invitent, le samedi 20 janvier 2024, à 15 heures, à une rencontre Comment parler du genre dans le théâtre jeunesse ? en accueillant les autrices Catherine Benhamou et Catherine Zambon. Modération : Lise Martin, autrice et vice-présidente des E.A.T. Informations complémentaires au 01 42 29 78 64.

PRIX ANDERSEN – Dans son numéro 4 volume 63 de décembre 2023, Bookbird, publication trimestrielle de l’Union internationale pour les livres de jeunesse, présente l’ensemble des candidats pour le Prix Andersen 2024, soit 68 auteurs et illustrateurs de 34 pays. Citons les candidats francophones : auteurs : Marie Despléchin (France), Angèle Delanois (Canada) ; illustrateurs : Gilles Bachelet (France), Anne Brouillard (Belgique), Monique Félix (Suisse). Béatrice Alemagna est candidate pour la section italienne de l’IBBY. Dernière minute : aucun candidat francophone n’a été retenu dans la short list.

BOTANIQUE AMUSANTE – « Les pois sauteurs sont des graines produites par des arbustes appelés Sebastiania et originaires du Mexique. Au printemps, un petit papillon a pondu ses œufs dans ce qui est alors un bourgeon. En été ce bourgeon est devenu un fruit avec à l’intérieur une larve qui a tout boulottée. Notre graine est donc vide et le refuge d’une chenille. Et c’est cette petite bête qui en remuant, fait déplacer le pois. Pour évoluer, la chenille a besoin de placer la graine dans les meilleures conditions de températures et d’hygrométrie et pour ce faire elle s’agite jusqu’au jour ou elle devient une chrysalide. Un papillon va naître et la graine cessera de sauter. » Le 4 octobre 1971, l’hebdomadaire Pif Gadget proposait dans ses pages des graines de pois sauteurs. Le succès fut énorme et le numéro se vendra à un million d’exemplaires. Alain Baraton nous rappelle la chose, sur France Inter, dans sa pastille La Main verte du samedi 14 janvier 2024.

ATELIER – Le samedi 20 janvier 2024, de 14 heures à 15 heures 30, atelier d’illustration avec Catherine Pineur, à la librairie Papyrus, 16 rue Bas de la Place à Namur (Belgique). Cet atelier fait office de mise en bouche avant la projection proposé aux enfants le lendemain, au cinéma Le Caméo, d’un programme de trois films, La colline aux cailloux, dont l’un des courts métrages est librement adapté de l’album Va-t’en Alfred ! de Catherine Pineur. À partir de 5 ans. Inscription à cette adresse.

QUICHOTTE POUR TOUS – La compagnie Sept-Epées vient d’entamer, ce jeudi 18 janvier 2024, sur les routes de la Région Centre, un périple de cinq semaines, La Traversée, durant lequel ils présenteront à une population éloignée des théâtres, Quichotte, adaptation collective de l’œuvre de Cervantès. « Une comédienne devient Quichotte. Un homme l’accompagne. Un carton devient le heaume, un flight-case devient le destrier. Une spectatrice devient Dulcinée. Tout est là, l’histoire se crée, ensemble, celle du mythique chevalier à la Triste figure, et de son fidèle écuyer Sancho. » Note d’intention : « Notre boîte à illusions, c’est le théâtre, brut, tout nu, avec ses projecteurs, flight-cases ou fumigènes. Installé dans un dispositif bi-frontal, de part et d’autre du chemin emprunté par nos personnages, le public joue avec nous à construire leurs aventures. » Mise en scène : Amandine du Riva. Interprétation : Anne-Louise de Ségogne, Aymeric Pol et Jérémy Pichereau. Pour tous à partir de 8 ans. Ce sera jusqu’au dimanche 25 février. Dossier détaillé ici.

CÉLÉBRATIONS – Aux États-Unis, le jeudi 18 janvier 2024 est déclaré National Winnie the Pooh Day. Le lendemain, le vendredi 19, ce sera Popeye® the Sailor Man Day. Le samedi 13 était la Journée nationale de la Pêche Melba                          

C’EST LA FÊTE À LA BD – La cinquante-et-unième édition du Festival international de la bande dessinée ouvre ses portes, à Angoulême, du jeudi 25 au dimanche 28 janvier 2024 : plus de vingt lieux répartis dans la ville, une dizaine d’expositions, huit espaces thématiques (dont un quartier jeunesse), une compétition officielle, deux spectacles, des masterclass, un festival off, 6000 professionnels attendus. « Tracer un fil vivant entre les lecteur·rice·s, les auteur·rice·s et les professionnel·le·s, les pages des livres et les murs des expositions, ouvrir les possibles, les regards et les pratiques en matière de création, s’engager sur un chemin neuf sans oublier ceux qui ont été parcourus. Voilà les missions réjouissantes que se donne le festival pour 2024. (Marguerite Demoëte, directrice artistique). Le site est ici. Le dossier de presse est .

TÉLESCOPAGE –  Hier mardi 16 janvier 2014, un peu après 20 heures 30, Emmanuel Macron, président de la République française, annonce à 8,7 millions de téléspectateurs qu’il souhaite que le théâtre devienne un passage obligé au collège dès la rentrée prochaine. « Cela apprend la confiance, l’oralité, le contact avec les grands textes. » Circule sur Internet une courte vidéo montrant le jeune Emmanuel déclamant, en 1993, lors de la fête de fin d’année du lycée jésuite de la Providence d’Amiens, un texte de son cru où il affirme que ce qui fait le plus peur à l’homme, ce n’est pas l’aboiement d’un chien, mais lui-même.

EXPOSITION – L’Espace Feuillade, 48 boulevard Lafayette à Lunel (Tarn), propose, depuis le samedi 13 janvier 2024 et jusqu’au samedi 16 mars 2024, l’exposition Itinéraire d’un trait créée pour le lieu par Stéphane Sénégas, illustrateur et dessinateur. Une centaine d’originaux et des vitrines présentant des objets.  « Pourquoi les libellules ont le corps si long ? a été le premier album illustré qui m’a lancé. Suivront une dizaine d’années dans l’édition jeunesse. […] Lorsque j’ai présenté Anuki, à l’école des loisirs, sous la forme d’un album illustré, ils ont trouvé que ça faisait trop BD. J’ai donc décidé, avec Frédéric Maupomé, de le sortir en bande dessinée. Ça a de suite pris. Pour la petite anecdote, Anuki est la première BD sans texte qui est entrée dans la liste de références de l’Éducation nationale. » Informations complémentaires au 04 67 87 84 19.

PRIX – La section belge francophone de l’IBBY fait connaitre les quarante finalistes de ses prix IBBY 2023 (Prix album, Prix album traduit, Prix album belge, Prix album drôle) « remarquables par leur rapport texte-image ». Les noms des quatre lauréat.e.s seront révélés le lundi 12 février 2024, à 10 heures, lors d’une séance publique au Centre de littérature de Bruxelles, 8 rue du Frontispice. La liste est ici.

MARIE-AUDE MURAIL DEUX FOIS – À l’occasion de l’accueil des Tréteaux de France et du spectacle Oh Boy ! mis en scène par Olivier Letellier, Le Volcan, scène nationale du Havre, reçoit Marie-Aude Murail, autrice du roman originel publié à l’école des loisirs en 2000. Ce sera le mercredi 31 janvier 2024, à 10 heures 30. Entrée libre. Représentation public du spectacle, la veille, soit le mardi 30 janvier, à 20 heures, dans la grande salle, « Famille nombreuse, famille heureuse. Oh boy ! c’est l’expression favorite de Barthélémy face à l’inattendu. Que dire de l’avalanche de catastrophes, de responsabilités et de tendresse qui déferle sur lui depuis qu’il a appris qu’il avait une famille ? Un peu bancale, la famille, puisque s’ajoute à la demi-sœur qu’il détestait déjà trois marmots fraîchement orphelins et dont il va bien falloir s’occuper. Armé d’un humour ravageur, assumant ses lâchetés, ses maladresses et sa personnalité de diva excentrique, Bart fait face à la situation et nous embarque, du rire aux larmes, dans un conte solaire bouleversant. » La billetterie est ici.

PARUTION –  Paru récemment  Hergé, Franquin, le chevalier et le missionnaire  par Philippe Delisle. « Cet essai entend montrer, à partir de cas précis, que la BD franco-belge  reflète et diffuse une certaine vision du monde, basée sur des valeurs qui peuvent aujourd’hui paraître contradictoires : anticommunisme, colonialisme, mais aussi engagement en faveur des plus démunis. La création des années 1930-1950, faite d’allers et retours entre les deux pays et les deux cultures, est en effet, pour une large part, portée par des milieux catholiques plus ou moins conservateurs, mais sociaux. Des figures à la fois conquérantes et solidaires, comme celle du pieux chevalier défendant les plus faibles, ou celle du missionnaire barbu soignant les autochtones, naviguent ainsi d’une série et d’un épisode à l’autre. Certains auteurs amorcent toutefois une rupture avec la tradition idéologique franco-belge bien avant l’émergence d’une BD pour adultes cultivant l’irrévérence. » PLG 2023, 160 pages, 15,00 euros.

FORMATION – La journée professionnelle Comment la littérature jeunesse participe-t-elle à l’émancipation des corps ? liée à l’édition 2024 du Festival du Livre de Jeunesse Occitanie aura lieu le vendredi 26 janvier, de 9 heures 30 à 16 heures, à l’Espace Lauragais de Saint-Orens de Gameville. Elle accueillera Yvanne Chenouf, Christian Bruel, Manu Causse (sous réserve), Fanny Vergnes et Anne-Margot Ramstein. « Les changements perpétuels du corps n’ont de cesse d’absorber le jeune et de questionner son identité et son rapport aux autres. Porteuse de valeurs, la question du corps a été investie par les champs de l’éducation et des mœurs. Dès ses premières heures, la littérature jeunesse a subi de nombreuses contraintes d’ordre pédagogique, moral et esthétique.  Depuis son émergence au XIXème siècle jusqu’à notre époque contemporaine, comment les thèmes liés au corps ont-ils évolué dans les livres pour les enfants? Que peut trouver le jeune lecteur pour questionner, nourrir sa réflexion et satisfaire son besoin d’échange ? Nos invités  s’interrogeront sur la place du corps, ses représentations en littérature jeunesse et évoqueront le corps comme lieu des stigmatisations. » Pour s’inscrire, c’est ici, jusqu’au vendredi 19 janvier.

LITTÉRATURE JEUNESSE SANS FRONTIÈRES – « Le 9 octobre 2023, à l’occasion de leur quatrième édition, les Assises de la littérature jeunesse ont réuni maisons d’édition, auteurs et autrices, traducteurs et traductrices, journalistes, médiateurs et médiatrices du livre ou encore enseignants et enseignantes autour du thème : La littérature jeunesse, continent sans frontières ? Plusieurs tables rondes ont été organisées autour des métiers de l’international, du défi que pose le numérique à ce segment éditorial, des enjeux de la coopération internationale et de la littérature jeunesse comme vecteur de soft power. Ces prises de parole ont été ponctuées de discours, de lectures et de pastilles thématiques individuelles visant à répondre à cette question centrale : entre contes patrimoniaux et soft power, quelle place et quel rôle pour la littérature jeunesse ? » (communiqué du Syndicat national de l’édition). On peut revoir la journée en intégralité ici.

UN LIVRE POUR GRANDIR – En 2024, les nouveau-nés du Val de Marne recevront en cadeau de naissance l’ouvrage 7 comptines d’oiselles et d’oiseaux de l’autrice et illustratrice Sarah Cheveau. « L’œuf, les poussins, le coucou, le pic épeiche, la huppe, la chouette effraie ou encore le cheveu… ce n’est pas un mais sept petits livres que propose Sarah Cheveau. Réunis dans un coffret, ces sept ouvrages – comme les sept jours de la semaine – permettent d’installer une progression au fur et à mesure de la lecture. Avec humour et fantaisie, ce véritable récit visuel accompagne le mouvement naturel de chaque enfant qui est celui de naître, de grandir et de prendre son indépendance. » 7 comptines d’oiselles et d’oiseaux est le trente-sixième « Livre pour grandir » offert par le Département. « Sa diffusion auprès des nouveau-nés du territoire participe à la politique menée par le Conseil départemental en faveur de l’accès à la culture pour tous, et ce dès le plus jeune âge. Chacun doit pouvoir s’emparer de l’album comme il le souhaite, à la fois les enfants, les familles et les professionnels du secteur, mais aussi les auteurs ». Page dédiée ici.

RENCONTRE – Le jeudi 18 janvier 2024, de 19 heures à 21 heures, à la Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg à Paris, conférence dialoguée L’enfant écoute et lit avec son corps. Avec Monique Busquet, psychomotricienne, formatrice petite enfance, auteure et chroniqueuse pour Les pros de la petite enfance, site d’information pour les professionnels de la petite enfance, et Stéphane Boulanger, éducateur de jeunes enfants, lecteur et formateur pour l’association L.I.R.E. qui, en écho, partagera, ses lectures d’observations. Un partenariat entre la médiathèque et l’Agence quand les livres relient. « Le tout-petit écoute et rencontre le livre de tout son corps. Toute sa sensorialité est au service de la découverte de son environnement : audition, tact, vision, kinesthésie. Ses antennes sont grandes ouvertes autant sur l’extérieur que sur ses ressentis corporels internes. Sensations, émotions, mouvements et interactions sont intimement liés. La lecture, les mots, les voix sonnent et résonnent aux oreilles du tout-petit. Celui-ci est touché par la langue, par sa musicalité, par ses vibrations. Il en perçoit les émotions, les intentions, le sens. Traversé et ému par ce vivant, il est touché et touche à son tour, il entend et s’exprime, il reçoit et donne. Il est ainsi mis en mouvement dans une rencontre corporelle avec le monde, l’autre et le livre. » Inscription obligatoire à cette adresse.

FIN DE PARTIE (2) – L’association A.C.C.E.S. (Actions culturelles contre les exclusions et les ségrégations) nous informe : « Bonjour. A.C.C.E.S. a cessé ses activités le 31 décembre 2023. Vous pouvez retrouver sur son site un descriptif des actions que l’association a menées de 1982 à 2023, des réflexions et des outils construits au cours du temps pour aider toute personne ou structure engagée dans une action livre et petite enfance.  Le site est ici.  Bien cordialement. »

REVUE – Posy Simmonds est à la une du numéro 179 de décembre 2023 et janvier 2024 de dBD. « Quand une grande dame de la bande dessinée [et de la littérature jeunesse] est exposée à la BPI de Beaubourg, il est de notre devoir de vous la présenter. Au cas où vous ignoreriez encore son travail. » (Cathia Engelbach).  En kiosque : 10,00 euros.

C’EST EN OCCITANIE – Du samedi 20 au dimanche 28 janvier 2024, le Festival du Livre de Jeunesse Occitanie se déploiera à nouveau à Saint-Orens de Gameville et dans les communes de Toulouse Métropole. « Événement au rayonnement régional fréquenté par les familles, une trentaine d’auteurs et illustrateurs seront réunis pour rencontrer leurs lecteurs. Cette vingt-deuxième édition évoquera le corps en mouvement. Largement exploré par grand nombre d’auteurs et autrices, la littérature jeunesse fournit matière à réfléchir sur ce vaste sujet qu’est le corps et ses représentations. » Des rencontres, des expositions, des lectures, des spectacles, des ateliers.  Présence assurée de Denis Baronnet, Saïd Benjelloun, Cécile Bonbon, Anne-Laure Bondoux, Rozenn Brécard, Christian Bruel, Manu Causse, Yvanne Chenouf, Sarah Cheveau, Rémi Courgeon, Anne Cortey, Sybille Delacroix, Kamy Döbi, Gaëtan Dorémus, Fanny Dreyer, Coline Garcia, Sara Gavioli, Françoise de Guibert, Christophe Guillaumot, Chrysostome Gourio, Rose Le Bescond, Régis Lejonc, Marie Leymarie, Henri Meunier, Fanny Pageaud, Marie Poirier, Anne-Margot Ramstein, Ghislaine Roman, Thomas Scotto, Pierre Soletti et Hélène Vignal. Éditeur invité : La Partie. Affiche : Marie Poirier. Le site de la manifestation est ici.

LE CORPS DANS TOUS SES ÉCLATS – Pour les Nuits de la lecture prioritairement mais aussi pour nourrir les autres initiatives littéraires (salons, journées d’étude, colloques) qui, ces temps-ci, s’emparent du thème du corps, une bibliographie proposée par le Centre national du livre (CNL). « Cette bibliographie de cinquante titres autour du thème du corps a été pensée pour tous les âges et pour tous les goûts. Mêlant aussi bien les genres que les époques, elle a été minutieusement choisie par un collège d’experts composé de Raphaële Botte, journaliste en littérature jeunesse (Télérama), Inès de la Motte Saint-Pierre, journaliste en littérature (La Grande Librairie, France 5), Frédéric Potet, journaliste, spécialiste BD et mangas (Le Monde) et Sophie Van der Linden, critique littéraire spécialiste de l’album. » Téléchargeable à partir de cette page.

QUAND LA POÉSIE S’ANIME – À la Médiathèque Marguerite Duras, 115 rue de Bagnolet à Paris, entre le mardi 16 janvier et le jeudi 29 février 2024, exposition et projections tout public En sortant de l’école : 10 ans de poésie animée. « Une collection de courts métrages animés se propose d’associer librement mais talentueusement des poèmes à l’univers graphique de jeunes réalisateurs. Co-produite depuis 2013 par Tant Mieux Prod et France Télévisions pour une diffusion en mars à l’occasion du Printemps des poètes dans la case Ludo de France 3, En sortant de l’école est la seule collection dédiée à la poésie. Cette collection de courts métrages patrimoniaux et atypiques fait entendre et rend sensible aux enfants la poésie française. […] L’exposition présente à la fois des éléments issus des films (décors, feuilles d’animation, personnages) et des éléments fabriqués en amont, pendant la phase de recherche (story-boards, esquisses, carnets de croquis). [… ] Quant aux films, s’ils utilisent tous des techniques numériques, ils sont aussi faits en partie à la main à l’aide de matières, mediums et techniques artisanales. Ce sont ces originaux qui vous sont proposés dans cette exposition pour célébrer les dix ans du programme En sortant de l’école. Deux séances de projections de 45 minutes : le vendredi 26 janvier, à 18 heures 30, Vive l’insolence soit treize films mettant à l’honneur les petits et grands rebelles en compagnie de Jacques Prévert, Claude Roy, Guillaume Apollinaire, Jean Tardieu, Andrée Chedid, Paul Verlaine et Jean de la Fontaine ; mercredi 31 janvier, 15 heures, École Buissonnière soit treize films  invitant à prendre les chemins de traverse en compagnie de Jacques Prévert, Robert Desnos, Guillaume Apollinaire, Jean Tardieu, Paul Verlaine et Andrée Chedid. Informations complémentaires au 01 55 25 49 10.

RENCONTRE – Le samedi 13 janvier 2024, à 15 heures, la librairie Mollat, 15 rue Vital-Carles à Bordeaux (Gironde) reçoit Magali le Huche et Clémentine Beauvais qui dédicaceront leur adaptation en bande dessinée des Petites reines (Sarbacane, 2023). « Depuis deux ans, Mireille Laplanche était élue Boudin d’or du collège Marie Darrieussecq de Bourg-en-Bresse. Mais voilà que cette année, Hakima Idriss (Boudin d’argent) et Astrid Blomvall (Boudin d’or) sont devant elle. Mireille, qui refuse d’être une victime et qui a de la suite dans les idées, propose à ses compagnes d’unir leurs forces et d’entamer un voyage à vélo jusqu’à Paris pour se rendre à la garden-party du 14 juillet de l’Élysée. La revanche des boudins a sonné. »

EXPOSITION – Depuis le mardi 5 décembre 2023 et jusqu’au dimanche 3 mars 2024, la médiathèque des Chartreux, 33 rue du Gouverneur Général Eboué à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), présente la Parenthèse enchantée d’Anaïs Brunet. « Depuis 2016, Anaïs Brunet écrit et illustre pour différentes maisons d’édition (école des loisirs, Albin Michel Jeunesse, Didier Jeunesse, MeMo, Sarbacane, Saltimbanque, l’Elan Vert et Hélium). Les originaux et digigraphies présentés lors de cette exposition sont le reflet des thèmes de prédilection de l’artiste : la nature, la famille, l’amitié, l’art. Les visiteurs seront sensibles à la légèreté de son trait et aux couleurs éclatantes de ses œuvres, à son goût pour la mise en scène, à son amour pour l’image imprimée et à sa passion de transmettre. À l’occasion de cette exposition, la médiathèque des Chartreux vous propose une programmation culturelle autour de l’œuvre d’Anaïs Brunet : les plus grands pourront découvrir, au cours de deux conférences, l’aquarelle et la place du végétal et des animaux dans l’histoire de l’art ; et les plus jeunes expérimenteront eux-mêmes le processus créatif au cours de deux ateliers créatifs, dont l’un [le samedi 13 janvier] animé par Anaïs Brunet. »

ANNIVERSAIRE – « Les Triplés », bande dessinée familiale, fut créée par Nicole Lambert, en 1983, pour Madame Figaro. Les trois protagonistes de papier, toujours  blonds, espiègles et propres sur eux, ont donc quarante ans. Cadeau d’anniversaire : une série d’animation de 78 épisodes de 7 minutes – la troisième – produites par France Télévisons, YZE et Superprod qui seront diffusés hebdomadairement sur France 5 à partir du samedi 13 janvier 2024, le matin dès huit heures. « La réalisation des épisodes a été confiée à Raphaël Lamarque, avec une écriture assurée par Alexandre Révérend. Nicole Lambert a supervisé l’ensemble, aussi bien l’aspect littéraire que graphique. »

JOURNÉES PROFESSIONNELLES – Les informations relatives aux deux journées professionnelles de la quarantième Fête du livre de jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux sont en ligne. Un programme d’enfer avec notamment Florence Gaiotti qui s’interrogera sur ce qu’est un classique en littérature jeunesse (le jeudi 1ier février) et Christian Bruel dont l’intervention est titrée L’avenir désirable et les jeunes lectures (le vendredi 2 février). Il y aura aussi – liste non exhaustive – Marie-Aude Murail, Jean-Claude Mourlevat, Marie Desplechin, Thierry Magnier ainsi que Régis Lejonc et Alex Cousseau  pour Les 9 vies extraordinaires de la princesse Gaya. Pour savoir plus et pour s’inscrire, c’est ici.

À VOIR EN FAMILLE – Depuis le mercredi 13 décembre 2023 et jusqu’au dimanche 3 mars 2024, le Lucernaire, 53 rue Notre-Dame-des-Champs à Paris, propose Moby Dick d’Herman Melville dans une adaptation de Benjamin Bouzy. Mise en scène : Benjamin Bouzy et Vincent Marguet. Avec Fabien Floris, Pascal Loison, Vincent Marguet ou Benjamin Bouzy, Luc Guiol ou Kevin Poli. « Moby Dick, formidable roman d’aventure, raconte l’histoire d’une obsession : depuis qu’un féroce cachalot a emporté la jambe du capitaine Achab, celui-ci le poursuit sans relâche de sa haine et de sa fureur. Il entraîne à son bord des marins pris peu à peu dans le tourbillon de cette folle vengeance. Dans ce récit captivant, drôle et rempli d’une étrange sagesse, Melville pose les grandes questions de l’existence humaine et inscrit dans la mémoire des hommes un nouveau mythe : celui de la baleine blanche. » Informations utiles sur le site du théâtre.

EXPOSITION – La Médiathèque Entre Dore et Allier, 1 rue du docteur Grimaud à  Lezoux (Puy de Dôme) expose l’auteur et illustrateur Benoît Jacques, du mercredi 3 janvier au vendredi 2 février 2024. Dédicaces avec l’artiste le 13 janvier, à 15 heures 30. « Je ne rentre dans aucune des cases que l’on a voulu m’attribuer. Je suis tour à tour taxé d’illustrateur jeunesse, d’auteur de BD mêlant les genres et les techniques. Et ce côté inclassable suit mon parcours depuis le début. Je ne sais pas exactement ce que je suis. » Informations complémentaires au 04 73 78 11 07.        

PÈRE CASTOR – La Médiathèque Xaintrie Val’Dordogne, place Joseph Faure à Argentat-sur-Dordogne (Corrèze), propose, depuis le samedi 9 décembre 2023 et jusqu’au samedi 3 février 2024, une exposition recréant L’univers du Père Castor. S’inspirant de Faites votre marché, album de Nathalie Parain, « les bibliothécaires ont imaginé une scénographie autour d’une ruelle grandeur nature, animée de boutiques allant de la poissonnerie à la boulangerie en passant par un commerce qui n’existe plus, le bazar. Les enfants équipés d’un panier peuvent s’arrêter et jouer sur le seuil de chaque commerce, tour à tour approvisionner les boutiques, vendre ou acheter les denrées. Un espace jeux de société, albums jeunesse et loisirs créatifs en lien avec l’exposition se déploie pour ceux qui veulent prolonger l’aventure. » Rendez-vous à venir : pour les 3-6 ans, une projection de films d’animation présentant l’univers du Père Castor, le mercredi 10 janvier, à 16 heures ; un atelier pour les enfants à partir de 5 ans, le mercredi 24 janvier, à 15 heures et à 16 heures, qui proposera de découvrir l’univers de l’album Ronds et carrés, avec la fabrication de tampons encreurs et la création d’images ; une conférence imagée, accessible à tous, autour des contes russes par Martine Fialip Baratte, spécialiste en littérature jeunesse, le samedi 27 janvier, à 16 heures. Informations complémentaires au 05 55 91 90 11.

FÊTER MOLIÈRE – Le lundi 15 janvier 2024, à 20 heures 30, lors d’une cérémonie donnée Salle Richelieu à l’issue de la représentation du Bourgeois gentilhomme, l’ensemble de la troupe de la Comédie-Française se réunit pour célébrer l’anniversaire de Molière. Près de 200 places toutes catégories confondues seront distribuées gratuitement en dernière minute, 1 heures 30 avant le début de la représentation, au Petit Bureau de la Comédie-Française. Les autres places ont été offertes en majorité à des publics scolaires, en situation de précarité ou de handicap. Site de théâtre ici.

BEST-SELLERS – Les trois meilleures ventes 2023 d’albums de bandes dessinées sont : Astérix : L’iris blanc de Fabcaro et Didier Conrad (Hachette Astérix) avec 1,6 million d’exemplaires vendus ; Gaston : Le retour de Lagaffe par Delaf (Dupuis) avec 500 000 exemplaires vendus ; Mortelle Adèle : J’apocalypse grave de Diane Le Feyer et Mr Tan (Mr Tan & Co) avec 230 000 exemplaires vendus.

SACRÉE SORCIÈRE  – Pour fêter les 20 ans de sa première parution à l’école des loisirs, la série « Cornebidouille » de Pierre Bertrand et Magali Bonniol a envahi le Musée d’art fantastique de Bruxelles, au 7 de la rue Américaine, depuis le samedi 23 décembre 2023. Pour son entrée au musée, « une scénographie rassemblera de nombreux éléments de la vie de Cornebidouille, vous faisant voyager au sein des différents albums. Le tout sera agrémenté d’un livret découverte. La sorcière Cornebidouille vous attend. Attention, cette exposition n’est pas pour les trouillards. »  Ce sera jusqu’au dimanche 10 mars 2024. Le site du Fantastic Museum est ici.

DESTINATION HIMALAYA – Benjamin Abitan vient de réaliser, pour France Culture, une adaptation en concert-fiction de Tintin au Tibet, embarquant une nouvelle fois dans l’aventure la Comédie Française et l’Orchestre national de France dirigé ici par Rebecca Tong. Adaptation : Katell Guillou. Musique : Olivier Daviaud. C’est Noam Morgensztern qui interprète Tintin, Thierry Hancisse, le capitaine Haddock, et Pierre-Louis-Calixte, Tcheng. « Écrit entre 1958 et 1959, alors qu’Hergé traversait une profonde crise existentielle, Tintin au Tibet est considéré comme l’un de ses albums les plus personnels. Formidable ode à l’amitié, c’est aussi une fable atemporelle sur l’acceptation de l’Autre. Car si Tintin et Haddock y gravissent les sommets de l’Himalaya et bravent des tempêtes à la recherche de Tchang, le véritable héros de cette aventure est sans doute le yéti, cet abominable homme des neiges qui, par sa solitude, sa générosité et sa détresse, interroge notre propre humanité. » Les trois épisodes sont accessibles ici. « Si nous avons appris une chose sur Tintin, c’est que son terrain d’aventure privilégié court sur la crête entre l’intime et le grandiose. »  (Benjamin Abitan)

REVUE – Le numéro 25 de janvier-février-mars 2024 de la revue Les arts dessinées alterne, comme pour chacune des parutions du périodique, articles très illustrés et informations nombreuses. L’illustration de couverture annonce un article concernant Mœbius. Le numéro s’intéresse également à Benjamin Renner. Nombreuses notes de lecture à propos d’ouvrages jeunesse parus récemment Sommaire détaillé et conditions d’abonnement sur le site de la revue.  En kiosque, c’est 19,00 euros.

LISTE D’HONNEUR – Les trois titres choisis par la section française de l’IBBY pour figurer dans la liste d’honneur IBBY 2024 sont les suivants : catégorie écriture : Là où règnent les baleines de Jolan C. Bertrand illustré par Hélène Let (école des loisirs, 2023) ; catégorie illustration : Le berger et l’assassin, d’Henri Meunier illustré par Régis Lejonc (Little Urban, 2022) ; catégorie traduction : Nous, les enfants de l’archipel [Vi på Saltkråkan] d’Astrid Lindgren, traduit du suédois par Alain Gnaedig, et illustré par Kitty Crowther (école des loisirs, 2022).

MUSIQUE EN BIBLIOTHÉQUE – Les prochaines Rencontres nationales des bibliothécaires musicaux organisées par l’Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale (ACIM) se dérouleront à Orléans (Loiret) le lundi 18 et le mardi 19 mars 2024, sous l’intitulé Bibliothécaire musical, un métier en transition ? L’un des ateliers participatifs du lundi après-midi est titré Musique et jeune public en médiathèque : échanges, discussion et partage d’expériences. Il sera animé par Jean-Jacques Le Poulichet, bibliothécaire responsable de l’Espace musique et cinéma de la médiathèque Lucien-Herr de Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine). Pour participer aux rencontres, il faut être adhérent de l’association. Inscriptions ouvertes en ligne depuis le mardi 2 janvier. Le site de l’ACIM est ici.

DANS LE POSTE – « Bibliomane autoproclamée, Clémentine Mélois aime les livres : elle aime les lire et en écrire, mais aussi les truquer, les bidouiller et les détourner. En tant que membre de l’Oulipo, elle ne recule jamais devant le jeu de la littérature et l’aborde avec le plus grand sérieux. » Depuis quelques années, elle imagine, avec l’illustrateur Rudy Spiessert, des livres pour les petits lecteurs. Deux titres dans la série « Jean-Loup » (Les Fourmis rouges), trois titres dans la série « Bertille » (école des loisirs), quatre titres dans la série « Les Chiens Pirates » (école des loisirs). Elle en parle avec une belle simplicité au micro faussement candide de Géraldine Mosna-Savoye. C’est ici, sur France Culture. Les adultes à qui l’on n’a pas offert Cent titres de Clémentine Mélois (Grasset, 2014) ne savent pas la chance qu’ils ont d’avoir encore à en découvrir l’oulipienne malice.

RETIENS TES NUITS – Les huitièmes Nuits de la lecture, organisées pour la troisième année consécutive par le Centre national du livre (CNL), sur proposition du ministère de la Culture, se tiendront du jeudi 18 au dimanche 21 janvier 2024, soirées (et plus si affinité) pendant lesquels le public est invité à se réunir à l’occasion de milliers d’événements physiques et numériques autour du thème du corps. « Le corps figuré dans l’espace littéraire propose une infinité d’avatars, de métamorphoses et de réflexions. Le corps peut être tour à tour une évocation poétique, un sujet d’anatomie pour la science, le miroir des traits de caractère d’un personnage de roman ou d’album, une forme d’hybridation avec la technologie dans les récits d’anticipation, l’image la plus universelle que l’artiste séquentiel ait à traiter en BD (pour reprendre les mots de Will Eisner) ou encore le cadavre ultime du polar. […] Le corps est aussi un thème éminemment politique, qui s’inscrit dans un corpus et permet d’aborder des questions très contemporaines : le féminisme ou la relation de l’homme à la nature, pour ne citer que ces exemples. » Le site qui dit tout et qui regroupe la liste des événements est ici.

DISPARITION – Catherine Martin-Zay, fille ainée de Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts, résistant assassiné par la Milice en juin 1944, est décédée le jeudi 28 décembre 2023. Elle avait 87 ans. Catherine Martin-Zay avait créé, à Orléans, en 1964, la librairie indépendante Les Temps modernes qui, durant des décennies, accueillit, dans son espace de rencontres et de débats, nombre d’auteurs importants. C’est chez elle que, dès les années 1980, le CRILJ/orléanais découvrit (et acheta pour ses expositions-ventes) albums, romans et documentaires pour jeunes lecteurs. C’est chez elle qu’il fit la connaissance de Bernadette Després.

EXPOSITION – A la bibliothèque Jacqueline Dreyfus-Weil, 6 rue Fessart à Paris, du mercredi 9 janvier au mardi 12 mars 2024, exposition tout public Chien Pourri aux Jeux Olympiques. « Découvrez l’exposition créée à l’occasion des dix ans du célèbre Chien Pourri et de son acolyte Chaplapla, imaginés par Colas Gutman et Marc Boutavant. Conçue par l’école des loisirs, cette mini-exposition évoque les aventures du Chien Pourri, Chaplapla et leurs amis aux… jojolympiques. » Informations complémentaires au 01 42 08 49 15.

DISPARITION – Laetitia Cluzeau, notre plus jeune administratrice, est décédée le mercredi 27 décembre 2023 d’une crise cardiaque foudroyante. Graphiste, peintre et illustratrice, professeure d’arts plastiques en collège, elle avait 43 ans. « J’avais déjeuné avec elle, au deuxième jour de notre récent colloque, heureux de pouvoir plaisanter ensemble comme nous aimions à le faire à chacune de nos rencontres. Nous avions notamment évoqué le déplacement que Laetitia fit, il y a quelques années, dans sa vieille voiture, de Saint-Junien (Haute-Vienne) jusqu’à Beaugency (Loiret), pour assister pile à l’heure, avec l’enthousiasme qui était le sien, à l’inauguration de l’exposition du cinquantenaire du CRILJ. »  (André Delobel)

PATRIMOINE – Depuis le 1ier janvier 2024, le Mickey de Steamboat Willie, créé en 1923 par les studios Disney dans un court métrage de 7 minutes 22 secondes a rejoint les œuvres patrimoniales propriété de l’Humanité. Minnie aussi du même coup. La Walt Disney Company précise : « Les versions plus modernes de Mickey ne seront pas affectées par l’expiration du droit d’auteur de Steamboat Willie, et Mickey jouera encore un rôle de premier plan en tant qu’ambassadeur mondial pour la Walt Disney Company dans notre narration, nos attractions de parcs à thème et notre merchandising. » Le film de 1923 est ici.

PHILATÉLIE – Gaston nous l’avait caché. Pour marquer le centenaire de la naissance d’André Franquin, son créateur, la Poste française émettra le lundi 29 janvier 2024, un timbre commémoratif d’une valeur faciale de 1,29 euro, correspondant à un affranchissement en lettre verte. Conception graphique : Bruno Ghiringhelli qui, en 2002, pour une Fête du timbre, dessina Boule et Bill.

PARUTION  – Paru il y a quelques temps Alice, Dorothy et autres voyages au-delà du miroir par Patrice Allart et Marie Maitre. « Il était une fois… une petite fille qui traversa un miroir. Il lui était arrivé aussi de tomber dans un terrier de lapin et de se retrouver… ailleurs. Un ailleurs plein de merveilles, parfois inquiétantes. Mais d’autres qu’elle se sont retrouvés (ou perdus ! ) dans d’autres dimensions ou d’autres mondes, en ouvrant une porte magique qui ne ressemblait pas toujours à une porte, ou simplement en rêvant. Ce livre leur est consacré, Alice, mais aussi Dorothy, Peter et Wendy, Harry Potter, Mary Poppins, Randolph Carter, et bien d’autres. » Œil du Sphinx 2022, 574 pages, 25,00 euros.

 

PEF NOUS ENCOURAGE

au tarif d’affranchissement d’une lettre verte et rejoignant sa grand-mère qui affirmait : « En cette affaire comme en d’autres, il suffit d’y croire. »