2018

 

 

  « Nous travaillons comme travaillent les libraires, nous plaçons dans notre vitrine des romans, des œuvres dramatiques, des albums jeunesse, des essais, des recueils de poésie, des récits de voyages, des polars, des bandes dessinées, des pamphlets aussi … À qui viendrait l’idée de trouver en évidence dans sa librairie le livre réunissant dans un même engouement toutes les générations, toutes les classes sociales ? Alors, non, le théâtre n’est pas fait pour tout le monde. Pas pour tout le monde, mais pour chacun. » (Patrice Douchet, fondateur du Théâtre de la Tête Noire de Saran (Loiret), metteur en scène et directeur artistique – La Sentinelle, juin 2007).

Juste paru, de Patrice Douchet : La fabrique des instants précieux : l’aventure du théâtre de la Tête Noire, Quartett, 2018, 176 pages, 16,00 euros.

AVIGNON (6) – Le Festival Off d’Avignon, ce sera, du vendredi 6 au dimanche 29 juillet 2018, 1538 spectacles qui se joueront dans 133 lieux dont 150 spectacles dits « jeune public ». Du très bon et du très mauvais, mais ce n’est pas précisé dans le programme. On pourra reviser son Charles Perrault (Le Petit poucet, Cendrillon, Blanche Neige ou Peau d’âne), hésiter entre deux adaptations de La Chèvre de Monsieur Seguin, voir si Le Petit prince de cette année est meilleur que les trois de l’année dernière. On ne résistera pas à Petit bleu et petit jaune, à La belle lisse poire de Motordu, au Magicien des couleurs, à La sorcière du placard à balais. On tentera aussi l’aventure avec des propositions dont le titre ne dit rien et qui cachent parfois de belles surprises. La poubelle au bois dormant, ça craint un peu, mais va-t-en savoir ? Tiens, il y a une adaptation de Romance, imagier de Blexbolex qui fut Pépite d’or du Salon de Montreuil 2017. Le site du Off est ici.

EN LIGNE OU PAS  – Gallica fête ses 20 ans et s’associe à Partir en Livre en offrant l’accès à plusieurs millions de documents, parmi lesquels de nombreux contenus destinés au jeune public : abécédaires, coloriages, jouets à découper ou albums. Des corpus spécifiques ainsi que deux applications gratuites ont été développés par la BnF à destination des enfants. Voir les idées d’animations avec les applications #Fabricabrac et #Gallicadabra et voir aussi à partir de cette boite à outils. Pendant tout l’été, sur le site François Mitterrand de la BnF (entrée rue Émile Durkheim), des ateliers et des heures du conte pour les enfants de 3 à 13 ans. C’est gratuit avec inscription obligatoire au 01 53 79 49 49.

ILLUSTRATION – La cinquième édition des Estivales de l’illustration organisée par La Librairie-Tartinerie de Sarrant (Gers) se dérouleront du jeudi 19 au dimanche 22 juillet 2018. [La manifestation] « est nourrie par l’enthousiasme des illustrateurs et artistes invités : Isidro Ferrer, invité d’honneur, accompagné par Frédérique Bertrand, Audrey Calleja, Olivier Douzou, Carlos Grassa Toro, Anne Laval, Lionel Le Néouanic, Violeta Lopiz, Juanjo Milimbo, Iris Miranda (gravure), Pierre Gréau (sérigraphie), Fransisco Gutiérrez Garcia (enluminure) et Steve Seiler (typographie), des équipes de la Médiathèque départementale, de la Librairie-Tartinerie de Sarrant et des membres bénévoles de l’association LIRES. » Site de l’évènement ici.

JEUNE PUBLIC – « Idéklic est un festival international pour l’enfance et la jeunesse né en 1990 à Moirans-en-Montagne, au cœur du massif jurassien. À l’origine destiné aux enfants y compris aux tout petits, Idéklic a évolué avec les générations : la tranche d’âge supérieure des jeunes festivaliers fait désormais partie de ceux qu’on appelle les ados. […] L’identité d’Idéklic s’est forgée sur sa double programmation de spectacles et d’ateliers dans la conviction, aujourd’hui largement partagée, que la pratique (d’un art, d’une technique) conduite par des professionnels, même ludique et ponctuelle mais associée à une expérience de spectateur, contribue à fabriquer un spectateur et un citoyen plus éclairés. » C’est du 10 au 13 juillet 2018 et le site qui dit tout sur la vingt-neuvième édition est ici.

C’EST L’ETE (7) – Depuis le mercredi 9 juin et jusqu’au vendredi 28 septembre 2018, c’est Villages d’enfer dans la Communauté de Communes Haut Val de Sèvre (Deux Sèvres). « En 1999 naissait Contes en Chemins, un festival itinérant pas tout à fait comme les autres. Ancré dans le paysage culturel du Haut Val de Sèvre, sa renommée a depuis dépassé les frontières. Pour la vingtième édition, près d’une centaine de bénévoles vous proposent de retrouver des conteurs qui ont fait l’histoire du festival. […] En juillet, le festival rayonnera sur le Haut Val de Sèvre, sur ses communes et ses lieux insolites à découvrir. Et il y aura une naissance, un village d’enfer, un lieu éphémère. Implanté au coeur d’Exireuil, ce village animé et festif imaginé par les bénévoles et la Compagie La Volige Nicolas Bonneau, sera le lieu où il faut être avant d’aller voir les spectacles. Vous pourrez vous y retrouver, vous restaurer et profiter de ces beaux jours d’été. » (Daniel Jollit, Président de la Communauté de Communes Haut Val de Sèvre, maire de Romans). Programme détaillé ici.

LECTURE FERROVIAIRE – « Comme l’an passé, un jeu-concours est organisé pour tenter de remporter des livres numériques des éditeurs partenaires, offerts par SNCF e-LIVRE. Pour y participer, il suffit de s’inscrire en deux clics sur l’application SNCF e-LIVRE et d’attribuer de 1 à 5 cœurs à chaque ouvrage lu. » Les trois livres retenus sont : Namasté Tome 1 : Sur la piste de Ganesh d’Eddy Simon et Aurélie Guarino (Sarbacane, 2017) ; Gigi en Egypte de Rachel Hausfater et Bruno Gibert (Casterman, 2011) ; Bao et le dragon de jade de Pascal Vatinel et Peggy Adam (Actes Sud Junior, 2010). À la fin de l’été, cent jeunes seront tirés au sort pour remporter des livres numériques.

C’EST L’ETE (6) – Du vendredi 13 juillet au vendredi 3 août 2018, l’association Croqu’livre installera son Pré’aux histoires à l’école Champrond à Besançon (Doubs). « Le Pré’aux histoires c’est une bulle de douceur et de partage pour vous : parents et enfants, grands-parents, assistantes maternelles. Evadez-vous le temps d’un instant dans un décor pensé pour l’occasion. Déambulez entre les livres et laissez-vous conter des histoires. Ce lieu est le vôtre. Vous pourrez aussi profiter en famille d’un atelier créatif. Le thème 2018 ? La famille justement. Toutes les familles étant ainsi à l’honneur au travers d’albums, de contes et de comptines. » C’est gratuit. Site de l’association ici.

PRIX – Une section de l’Association américaine des bibliothécaires (ALA) a décidé de débaptiser son prix littéraire Laura Ingalls Wilder. En cause : le racisme qui imprègne l’œuvre de l’auteur de La Petite Maison dans la prairie. « Les œuvres de Mme Wilder sont l’objet d’études et d’analyses littéraires qui mettent souvent en lumière des sentiments anti-Améridiens et anti-Noirs […] L’ALSC (Association for library service to children) reconnaît que l’héritage de l’auteur est complexe et que l’œuvre de Mme Wilder n’est pas universellement acceptée. » Compte-tenu de ces préjugés, l’association avait décidé en mai de sonder ses adhérents qui avaient approuvé le changement de nom du prix à une large majorité.

AVIGNON (5) – Le samedi 14 juillet 2018, entre 11 heures et 12 heures 30, sur le site Louis Pasteur Supramuros de l’université d’Avignon, rencontre Odyssées d’enfance et d’adolescence proposée par Scènes d’enfance – ASSITEJ France, réunissant « ceux qui, en proposant des aventures artistiques, permettent à la jeunesse de vivre des odyssées d’enfance, celles qui les aident à se construire et se découvrir (identité culturelle, sociale, genre) ». Avec notamment Inês Barahona et Miguel Fragata. En partenariat avec les éditions Théâtrales. Site de Festival d’Avignon ici.

PARUTION – Réédité, assorti d’une présentation savante de Vincent Chambarlhac, historien, Le Petit Chaperon rouge dans la Grande Guerre de Charles Moreau-Vauthier et  Guy Arnoux. « 1917, le conflit mondial s’étire, les États-Unis ont pris part à la guerre. En pleins combats cette année-là paraissait pour le compte de la Librairie Lutetia un libelle avec des textes de Charles Moreau-Vauthier (1857-1924), peintre et écrivain, et des dessins de Guy Arnoux (1886-1951), illustrateur d’ouvrages sur le patriotisme, sur l’armée, l’Alsace-Lorraine et la Grande Guerre. L’album fut tiré à une centaine d’exemplaires seulement ; totalement oublié, il a récemment été exhumé des Archives municipales de Dijon.  Avec sa branche d’olivier à la main, le Petit Chaperon rouge, c’est évidemment la France, entouré de tous ses bons amis (Mère l’Europe, la Russie, la Belgique, la Grande-Bretagne, tous prêts à en découdre) et de Grand-Mère la Paix ; et bien sûr, l’Allemagne est le loup. Avec cent ans de recul, au-delà de la naïveté charmante qui se dégage de cet ouvrage destiné aux enfants (et aux parents) ». L’Amateur, 2016, 48 pages, 18,00 euros.

C’EST L’ETE (5) – Au Bassin de la Villette, dans l’espace des bibliothèques de la ville de Paris, du mercredi 11 au dimanche 22 juillet 2018, les mardis et vendredis, de 16 heures 30 à 18 heures, les bibliothécaires proposeront des moments de lectures, Moshi et Caroline Murgue proposeront, les mercredis et vendredis, de 15 heures à 17 heures, des ateliers philo-artistique (à partir de 7 ans) et Le Labo des histoires organisera les jeudis, de 15 heures à 17 heures 30, des ateliers d’initiation à l’écriture et des jeux littéraires.

COURRIER – « Cher.e.s médiathécaires. Le port a jauni est une maison d’édition spécialisée dans les albums jeunesse et la poésie bilingue en français et en arabe, vous pouvez découvrir ou retrouver nos publications sur notre site. À partir de plusieurs albums, Le port a jauni a créé des expositions à louer ou à acheter. Chaque exposition est composée de grands kakémonos autoportants, de dessins originaux, d’une version sonore bilingue de l’album, de fiches ateliers pour explorer plus avant l’ouvrage avec votre public. Découvrez ces expositions en photos ici. Nous sommes à votre disposition pour tout renseignement. » Expositions disponibles : Poèmes en paysages, Mes idées folles. Dans quelque temps : Voyage d’une langue à l’autre. Le site est .

PRIX – Oren Ginzburg et Estelle Billon-Spagnol pour Le destin (presque) timbré d’Étienne Durillon (Grasset Jeunesse, 2016) et  Benjamin Tienti pour Salon Salami. Einer ist immer besonders (Dressler Verlag, 2017) sont les lauréats 2018 du Prix franco-allemand pour la littérature de jeunesse « dont le but est d’approfondir les ponts littéraires entre la France et l’Allemagne et de promouvoir des auteurs contemporains de littérature jeunesse encore inconnus ». Site du prix ici.

ÇA BAISSE – Lu dans le rapport statistique 2017-2108 du Syndicat national de l’édition (SNE) qui vient de paraitre : « Avec un chiffre d’affaires de 340 000 000 €, l’édition Jeunesse est le quatrième segment en valeur. Ce secteur historiquement dynamique, s’est retrouvé en difficulté, pour la première fois en 2017, avec une baisse de 6,6% de son activité (en volume et en valeur). Cette baisse des ventes affecte autant les albums petite enfance que la fiction jeunesse et jeunes adultes. En termes de tendances, les ventes en jeunesse reflètent le mode de vie de la génération millenials : elles reposent particulièrement sur des titres issus du cinéma et des séries et sur des auteurs venus d’Internet (via la plateforme Wattpadd ou parmi les « influenceurs » de Youtube ou d’Instagram). La créativité et l’inventivité de la production éditoriale française en jeunesse reste néanmoins d’actualité. Son aura se mesure à l’importance des revenus complémentaires – issus des cessions de droits de traduction à l’international – qu’elle génère. Le Plan lecture lancé le 12 octobre 2017 par le ministère de l’Éducation nationale, en lien avec le ministère de la Culture (Ensemble pour un pays de lecteurs), est un axe de développement à suivre en 2018. Son impact dépendra toutefois des moyens qui lui seront alloués. »

INITIATIVE – Selon l’Unesco, avec seulement trois adultes sur dix capables de lire, l’Afghanistan a l’un des taux d’alphabétisation les plus bas du monde. Bien que le système éducatif progresse d’année en année depuis l’ère des talibans, les statistiques officielles montrent que trois millions d’écoliers sont encore privés d’éducation. La plupart des écoles publiques n’ont pas de bibliothèque. Depuis janvier dernier, un bus-bibliothèque baptisé Charmaghz (noix) tente de palier ces manques en sillonnant les rues de Kaboul, la capitale du pays. Créé par Freshta Karim, jeune diplômée d’Oxford de 26 ans, il accueille chaque jour, gratuitement, près de 300 enfants. « Notre mission est de créer une opportunité pour la pensée critique et de permettre aux enfants afghans de 18 ans et moins de s’interroger, de lire, de poser des questions, d’être eux-mêmes et de s’amuser. Nous pensons que la création d’un environnement favorable et constructif tel que Charmaghz aidera nos enfants à devenir des individus positifs et ouverts d’esprit ». (Freshta Karim). Le premier bus-bibliothèque de Kaboul, loué à la compagnie publique de transports, effectue six jours par semaine le même circuit, stationnant pendant deux heures devant des emplacements stratégiques tels que des écoles, des parcs, des orphelinats. Il met à la disposition des jeunes lecteurs plus de 600 ouvrages. Il y a un site ici.

C’EST L’ETE (4) – La quatrième édition de Partir en livre, grande fête du livre pour la jeunesse, c’est du mercredi 11 au dimanche 22 juillet 2018. Souhaitée par le ministère de la Culture, la manifestation est organisée par le Centre national du livre (CNL), avec la participation du Salon du Livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis. « Avec Partir en livre, manifestation nationale, gratuite, populaire et festive, le livre sort de ses lieux habituels pour aller à la rencontre des enfants et des jeunes pour leur transmettre le plaisir de lire. » En 2017, la troisième édition avait réuni plus de 500 000 participants. Le site qui dit tout est ici.

SOUTIEN – « Kid lit says no kids in cages » (la littérature jeunesse dit non aux enfants en cages). Avec, à l’origine de l’initiative, grâce à Twitter, des auteurs comme Rainbow Rowell, Veronica Roth, Ransom Riggs, Margaret Stohl et Melissa de la Cruz, le secteur de la littérature jeunesse américaine se mobilise : plus de 4000 écrivains, illustrateurs et sympathisants signataires d’une pétition et une collecte de près de 200 000 dollars. « En tant que membres de l’industrie du livre pour enfants, qui avons construit des carrières auprès des jeunes et adolescents du monde entier, nous condamnons conjointement et fermement le traitement inhumain des enfants immigrés, mis en exergue par le ministère de la Justice des Etats-Unis. […] Nous estimons que le ministère de la Justice se livre à des pratiques qui devraient n’exister que dans les pages de romans dystopiques : nous exigeons et attendons mieux, tout en appelant nos lecteurs à agir de la même manière. »

PARUTION – Vient de paraitre Contes de fées : des histoires de costumes de scène par Martine Kahane, catalogue de l’exposition en place au Centre nationale du costume de scène (CNCS) de Moulins (Allier) jusqu’au 16 septembre 2018. Préface : Delphine Pinasa. « Quand la scène donne sa version des contes de fées… Et si la robe des princesses n’était pas toujours rose, et si la sorcière portait un joli tablier, et si les fées étaient de jeunes garçons ? Sur les scènes des théâtres, les héros des contes de fées changent souvent de costume. Parfois conformes aux illustrations des albums de notre enfance, ou encore aux images des dessins animés, les voici tour à tour semblables à l’original ou méconnaissables, habillés à la dernière mode, élégants ou déjantés, en noir et blanc ou éclatants d’une débauche de couleurs. » Silvana Editoriale, 2018, 173 pages, 25,00 euros.

REVUE – Le dossier du numéro 266 de juin 2018 de Lecture jeunesse est titré Mâles du siècle : la lecture au masculin. « Tous les professionnels de la culture le constatent, les chiffres le confirment : les garçons lisent moins que les filles. Quelles sont les raisons de ce désamour masculin pour la lecture ? Se trouvent-elles dans le contenu même des textes, dans les modèles familiaux ou dans une certaine vision de la virilité ? Comment les garçons non-lecteurs se représentent-ils les livres et la lecture ? Et ceux qui lisent, qu’ont-ils à en dire ? Quels livres les attirent ? ». Une dizaine d’articles fort instrucifs et la collaboration, entre autre, de Sonia de Leusse-Le Guillou, directrice de Lecture jeunesse, Sylvie Octobre, Lise Haddouk et Clara Levy, sociologues, et Vincent Monadé, président du Centre nationle du livre (CNL), pour Comment faire lire les hommes de votre vie. Ce numéro : 14,00 euros. L’abonnement annuel pour quatre numéros, c’est ici.

PARUTION – Vient de paraitre La BD chrétienne par Roland Francart. « Le frère Roland Francart, jésuite, propose une édition entièrement actualisée de La BD chrétienne, son livre paru au Cerf en 1994. Petit poucet du Neuvième Art, la BD chrétienne, née en 1941, est forte de 70 000 pages, réparties en près de 1 500 albums francophones. Un premier chapitre aborde le monde de la BD en général, sa naissance et son évolution. Un deuxième chapitre montre l’âge d’or de la BD chrétienne jusqu’en 1960, puis son tournant catéchétique, enfin un renouveau avec les mangas, comics et romans graphiques. On trouvera une présentation de trente-six dessinateurs de BD chrétiennes ainsi qu’une sélection de 65 albums. Ouvrage de référence pour tous les amateurs de bande dessinée, ce livre servira utilement aux animateurs pastoraux, catéchistes et professeurs de religion. » Roland Francart fait naitre la bande dessinée chrétienne avec la publication dans Spirou (puis la parution chez Dupuis) du Don Bosco, ami des jeunes de Joseph Gillain dit Jijé. Karthala 2018, 202 pages, 17,00 euros.

PETITS SOUS – La Société civile des éditeurs de langue française (SCELF) , organisme de gestion collective représentant les éditeurs, annonce : « Suite à une réunion de concertation au ministère de la Culture le 12 juin 2018, réunissant les représentants des bibliothèques, des auteurs et des éditeurs, et faute d’accord entre l’ensemble des parties quant au champ de perception de la SCELF au titre des lectures à voix haute, celle-ci a décidé de mettre un terme à la perception de ces droits à un niveau collectif. [Cette] exploitation dérivée des œuvres littéraires relèvera donc désormais de la compétence de chaque éditeur, les laissant libres d’appliquer leur propre politique de perception. » Xavier Galaup, président de l’ABF, précise : « C’était un peu la surprise de la réunion du 12 juin, nous arrivions avec un accord à signer, et, d’après ce que nous avons cru comprendre, il s’est avéré que c’était trop compliqué pour la SCELF de percevoir ces rémunérations. […] Les auteurs sont contre ces procédés, mais ils ont cédé leurs droits aux éditeurs, qui peuvent légitimement réclamer quelque chose. Je doute toutefois qu’ils aillent dans cette direction, et nous le dénoncerions très fermement. »

AVIGNON (4) – La compagnie Le Projecteur H présente Main basse sur Baladar, création théâtrale et musicale d’après Lettre des Îles Baladar de Jacques Prévert et André François. au Théâtre Le Grand Pavois, 13 rue Bouquerie à Avignon, du jeudi 5 au dimanche 29 juillet 2018, à 13 heures 30. « C’est l’histoire de la petite Île Baladar et de ses habitants. Une Île où il fait bon vivre. « Tout était calme et gai et le bonheur se promenait comme un enfant du pays. Mais un jour, les gens du grand continent découvrent que le sous-sol de l’île est truffé d’or. Ils décident de transformer l’île en mine et de réduire les indigènes en esclavage. » Rencontre à propos du spectacle le mardi 10 juillet, 11 heures, à la librairie L’Eau Vive, 15-17 rue du vieux Sextier.

PARUTION – Dans la collecion LJ+ que publie en ligne l’association Lecture jeunesse, parait Ados et bibliothèques T.2 : politiques d’accueil. « Une vingtaine d’établissements dans toute la France. Des pratiques et des situations différentes. Une volonté commune : agir en direction des adolescents. À partir d’une enquête en partenariat avec l’ABF et soutenue par le Ministère de la Culture, ce second tome recense les actions et les démarches entreprises en direction des adolescents, pour donner des pistes  à ceux qui accueillent et accompagnent les adolescents sur le terrain. » Le numéro est signé Cécile Rabot, sociologue au Centre européen de sociologie et de  science  politique, maîtresse de  conférence à l’Université  Paris Nanterre, responsable du master Métiers du livre et de l’édition. C’est ici, en PDF.

SCOOP – Montblanc crée une nouvelle collection de stylos qui rend hommage au Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry. En pièce maîtresse, un stylo bleu nuit gravé. Quatre modèles entre 720,00 et 3730,00 euros.

PETITS SOUS – La Société civile des éditeurs de langue française (SCELF) , organisme de gestion collective représentant les éditeurs, annonce : « Suite à une réunion de concertation au ministère de la Culture le 12 juin 2018, réunissant les représentants des bibliothèques, des auteurs et des éditeurs, et faute d’accord entre l’ensemble des parties quant au champ de perception de la SCELF au titre des lectures à voix haute, celle-ci a décidé de mettre un terme à la perception de ces droits à un niveau collectif. [Cette] exploitation dérivée des œuvres littéraires relèvera donc désormais de la compétence de chaque éditeur, les laissant libres d’appliquer leur propre politique de perception. » Xavier Galaup, président de l’ABF, précise : « C’était un peu la surprise de la réunion du 12 juin, nous arrivions avec un accord à signer, et, d’après ce que nous avons cru comprendre, il s’est avéré que c’était trop compliqué pour la SCELF de percevoir ces rémunérations. […] Les auteurs sont contre ces procédés, mais ils ont cédé leurs droits aux éditeurs, qui peuvent légitimement réclamer quelque chose. Je doute toutefois qu’ils aillent dans cette direction, et nous le dénoncerions très fermement. »

PRIX – Le prix Raconte-moi un livre organisé par la Caisse d’allocations familiales du Loir-et-Cher a été attribué à Lionel dit non d’Eric Veillé (Actes Sud Junior, 2017). L’album a été choisi par 929 enfants de crèches, multi-accueils, haltes-garderies et relais assistantes maternelles du département, parmi trois ouvrages destinés aux enfants de 0 à 3 ans.

AVIGNON (3) – Du mardi 10 au vendredi 13 juillet 2018, « pour la quatrième année consécutive, plus de 400 enfants venus de toutes les régions de métropole et d’outre-mer mais aussi de Tunisie et de Chine viennent découvrir le Festival, assistent à des spectacles, participent à des ateliers de pratique et de critique, partagent des temps forts collectifs. [… ] Une aventure collective pour renforcer leurs relations aux arts vivants et au monde. » Une proposition de Scènes d’enfance–ASSITEJ France. Site de Festival d’Avignon ici.

LECTURE EN JEU – La finale nationale des Petits champions de la lecture, c’était, dans la salle Richelieu de la Comédie-Française, le mercredi 27 juin 2018, en présence de Françoise Nyssen, ministre de la Culture, et Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale. « Totalement gratuits et ouverts à tous les enfants scolarisés en CM2, Les Petits champions de la lecture offrent un espace de lecture partagée à des milliers d’enfants de tous horizons, que la pratique de la lecture leur soit, ou non, déjà régulière. Placé sous le haut patronage du Ministre de l’éducation nationale, présidé par Antoine Gallimard et parrainé par la comédienne Dominique Blanc, pensionnaire de la Comédie-Française, et par l’écrivain Timothée de Fombelle, l’opération est une initiative du Syndicat national de l’édition. » Le site est ici.

AVIGNON (2) – Du mardi 10 au vendredi 27 juillet 2018, à la Maison du théâtre pour enfants d’Avignon, Maison pour tous Monclar, 20 avenue Monclar, ce sera l’incontournable Festival Théâtr’enfants (et tout public) organisé par l’Éveil Artistique, scène conventionnée d’Avignon pour le jeune public. Accueil détendu et, cette année encore, près de vingt spectables minutieusement choisis. Programme et informations pratiques ici.

MOULINS – La lauréate 2018 du onzième Grand prix de l’illustration est Pauline Kalioujny pour Promenons nous dans les bois (Thierry Magnier, 2017). Elle sera au Musée de l’illustration jeunesse (mij) de Moulins, 26 rue Voltaire, le jeudi 5 juillet 2018, à 18 heures, pour recevoir sa récompense. Inauguration, le même jour, au même endroit, de l’exposition C’est pas du jeu ! en place du vendredi 6 juillet 2018 au dimanche 6 janvier 2019. « En 2011, [l’entreprise de fabrication de jeux] Djeco crée un fonds d’illustrations jeunesse ayant pour vocation d’exposer des oeuvres d’illustrateurs contemporains. Ce fonds rassemble à ce jour plus de deux cents oeuvres, à la fois de talents reconnus et d’étoiles montantes. Si des expositions monographiques ont parfois été organisées dans des galeries, jamais aucune exposition d’envergure, où se télescopent différents univers, n’a jusqu’alors eu lieu en France. C’est désormais chose faite au mij. » Site du musée de l’illustration ici.

PRIX – Le jury des Children’s and Teen Choice Book Awards (« Prix des livres choisis par les enfants et adolescents ») a dévoilé, à BookExpo America, le nom de ses quatre lauréats : dans la catégorie  des 5-8 ans : Poor Louie de Tony Fucile (Candelwick Press), non traduit en France ; dans la catégorie des 8-10 ans : 50 Wacky Things Animals Do de Tricia Martineau Wagner (Quarto/Walter Foster Jr), traduit par Florent Taconnet chez Grenouille éditions sous le titre 50 trucs farfelus au pays des animaux ; dans la catégorie des 10-12 ans, The Losers Club d’Andrew Clements (Random House), non traduit en France ; dans la catégorie Adolescents, The Hate U give d’Angie Thomas (HarperCollins/Blazer+Bray), traduit par Nathalie Bru et publié chez Nathan Jeunesse sous son titre original.

PARUTION – Vient de paraitre Le conte dans tous ses états : fragmenter et réenchanter le merveilleux au XXe siècle sous la direction de Florence Fix et Hermeline Pernoud. Avec des contributions de Françoise Cahen, Roland Carrée, Christiane Connan-Pintado, Nicolas Cvetko, Marie Kawthar Daouda, François-Ronan Dubois, Sylvie Fabre, Florence Fix, Pascale Hellégouarc’h, Bénédicte Jarrasse, Agatha Mohring, Asako Muraishi, Jeanne-Lise Pépin, Isabelle Périer, Hermeline Pernoud, Christine Rousseau et Claire Spooner. « De Perrault à Grimm, l’attrait pour le conte ne s’est jamais démenti : invitant à l’émerveillement, il a donné lieu à des réécritures et adaptations enjouées et admiratives, mais aussi à des interrogations et subversions démystifiantes. Cet ouvrage analyse ainsi la permanence du conte dans la modernité. Presses universitaires de Rennes 2018, 230 pages, 24,00 euros.

C’EST L’ETE (3) – Du lundi 2 juillet au vendredi 31 août 2018, les livres descendront à nouveau dans les parcs à Bruxelles et en Wallonie. Avec Lire dans les parcs « il s’agit de proposer, le temps des vacances d’été, le déplacement des livres d’une bibliothèque vers divers lieux publics et d’offrir des moments de plaisir aux enfants en découvrant des livres variés. Chaque lieu est parrainé par une bibliothèque publique et c’est gratuit. 222 séances sont prévues dans trente-huit parcs bruxellois. » Agenda ici.

COURRIER – « Bonjour. A tous ceux qui ont aimé ma dernière exposition autour de mes crayons, je signale la sortie de mon livre A saute-crayon aux éditions Cépages. A partir d’une vingtaine de tableaux, je raconte ma longue vie d’illustrateur. Si vous êtes tentés par cet album qui s’adresse aux enfants comme aux adultes, commandez-le chez votre libraire préféré et, promis, je vous le dédicacerai lors de notre prochaine rencontre » (Michel Boucher). Cépages, 2018, 32 pages, 13,00 euros.

REVUE – Dans le numéro 3 de juillet-septembre 2018 de la revue Les Arts dessinées que publie Frédéric Bosser, une nouvelle rubrique « Actus jeunesse » dont laquelle un certain GV (Géant Vert, semble-t-il) présente plus ou moins longuement une vingtaine de « beaux livres » pour les enfants. Katia Furter, pour sa part, a recueilli les confidences d’une Anne Herbauts égale à elle-même. Il y a aussi un article hommage à Dominique Carbasson et, parmi les nombreux autres articles, des pages intéressantes à propos de Kazuo Kamimura, Georges Wolinski ou Roman Cieslewicz. Quatre pages pour parler de Bécassine, on ne se demandera pas pourquoi. Ce numéro : 14,95 euros. Pour s’abonner, c’est ici et c’est 60,00 euros pour quatre numéros, 20 centimes de plus.

EXPOSITION – Du samedi 23 juin au dimanche 16 septembre 2018, sur le Site abbatial de Saint-Maurice, à Clohars-Carnoët (Finistère), 81 route de Lorient, mise en place tout l’été d’une exposition Le bestiaire de Grégoire Solotareff. « Dessinateur et plasticien, Grégoire Solotareff est aussi l’auteur de près de 200 livres pour enfants, publiés essentiellement à l’école des Loisirs. Il est également l’auteur de trois longs métrages d’animation. Après une exposition au Japon, puis à l’abbaye de Fontevraud, c’est Saint-Maurice qui lui ouvre ses portes cette année. Un dragon éphémère, né du crayon du dessinateur et tracé dans la prairie, accueille le visiteur. Dans le parc, on découvre huit grandes sculptures de bois aux silhouettes animales, réalisées d’après ses dessins par Stéphane Dufresne. Dans la ferme abbatiale, des dessins complètent ce bestiaire tantôt réaliste, tantôt imaginaire. Enfin, pour s’immerger dans la genèse de l’oeuvre, de courtes vidéos de croquis à l’encre ou à l’aquarelle bouclent la visite. » Blog de l’abbatial ici.

PARUTION – Vient de paraitre Les géographies de Tintin, sous la direction de Paul Arnould, professeur émérite de géographie à l’École normale supérieure de Lyon. Préface de Jacques Langlois et postface de Olivier Roche, administrateurs de l’association Les Amis de Hergé. « Pendant presque cinquante ans, Tintin a arpenté les cinq continents et navigué sur la plupart des océans, devançant même Armstrong sur la Lune. Et si Hergé ne fut pas un grand voyageur, il a créé assurément le dernier explorateur moderne et un modèle pour tous les géographes aventuriers. À la fois marin de haute mer et d’eaux douces, accessoirement plongeur sous-marin, Tintin est l’égal d’un Henry Morton Stanley, à la recherche de Livingston et des sources du Nil, ou d’un Albert Londres, courant aux quatre coins de la planète. Tintin et la Géographie forment un binôme inséparable. […] Un livre qui, à travers vingt regards complices et critiques, éclaire le mythe d’un jour nouveau. » CNRS, 2018, 272 pages, 23,00 euros.

PRIX – Les lauréats 2018 du Prix du roman historique jeunesse 41, « lire, faire lire et donner le plaisir de lire », sont : CM2/6ème : Les Robinsons de l’île Tromelin : l’histoire vraie de Tsimavio d’Alexandrine Civard-Racinais (Belin, 2016) ; 5ème/4ème : La Révolution dans la peau de Serge Rubin (Talents Hauts, 2016) ; 3ème/2nde : Le Garçon qui courait de François-Guillaume Lorrain (Sarbacane, 2017). Site du prix ici.

AVIGNON (1) – Dans la Chapelle des Pénitents Blancs qu’Olivier Py, directeur du Festival d’Avignon, dédie chaque année au théâtre jeune public, deux propositions pour les enfants à partir de 8 ans et pour leur famille : Au-delà de la forêt, le monde, écrit et mis en scène par Inês Barahona et Miguel Fragata, du vendredi 6 au vendredi 13 juillet 2018, et Léonie et Noélie de Nathalie Papin, publié à l’école des loisirs et mis en scène ici par Karelle Prugnaud, du lundi 16 au lundi 23 juillet. Site du Festival d’Avignon ici.

PARUTION – Le samedi 28 juin 2018, à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de l’ancien président sud-africain, un album signé Zindzi Mandela, fille cadette de Nelson et Winnie Mandela, est publié en France et dans les pays francophones limitrophes, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Afrique du Sud, en Italie, au Brésil et dans plusieurs autres pays d’Amérique du Sud. Grand-père Mandela, illustré par l’artiste américain Sean Qualls, revient sur le parcours hors du commun de l’icône de la lutte anti-apartheid et prix Nobel de la paix. Zindzi Mandela, 58 ans, actuelle ambassadrice d’Afrique du Sud au Danemark, dialogue avec ses petits-enfants Zazi et Ziwelene âgés de 6 et 8 ans. Elle répond aux questions des enfants qui lui demandent, par exemple, pourquoi leur arrière-grand-père fut emprisonné. Rue du monde, 2018, 48 pages, 17,00 euros.

PRIX – « Les documentalistes des collèges Val-Cérou, Jacques-Durand de Puylaurens, Louisa-Paulin de Réalmont et du collège de Bischeim ont travaillé avec leurs élèves de 5e et 4e pour lire et sélectionner le livre du Prix Val-Cérou. Samedi 16 juin 2018, dans la Maison Fonpeyrouse, les élèves réunis ont découvert et applaudi le premier prix qui a été attribué à Sophie Lamoureux, écrivaine et journaliste tarnaise, pour La Petite Princesse des Croisades (Bulles de savon, 2017). »

REVUE – Quatre pages jeunesse dans le numéro 56 de Papiers Nickelés en date du premier trimestre 2018 : trois signées Philippe Louis-Joseph Dogie à propos des découpages animés que la presse périodique enfantine publia le plus souvent sur feuilles volantes, jamais repris en collections annuelles et quasi introuvables aujourd’hui, et une quatrième où Dean Corso analyse brièvement une planche extraite de l’album Frimousset directeur de jardin zoologique de Jaboune (Jean Nohain) et Joseph Porphyre Pinchon. Abonnement annuel : 28,00 euros pour quatre numéros. Le site de la revue est ici.

C’EST L’ETE (2) – La Bibliothèque Assia Djebar, 1 rue Reynaldo Hahn à Paris, invite à participer, le mercedi 11 juillet 2018, de 14 heures 30 à 18 heures, dans le cadre de Partir en livre, à la réalisation d’une fresque imaginée par la plasticienne et illustratrice Pauline Kalioujny. « Apportez des couleurs et laissez libre cours à votre imagination. » Au ptogramme également la réalisation d’un graff géant avec le street artiste Sly2, des lectures à la demande par les bibliothécaires, un square de jeux géants, des ateliers d’écriture créative et ludique avec le Labo des Histoires. Informations complémentaires au 01 84 82 19 50.

RENCONTRE – Le samedi 23 juin 2018, à 15 heures, le Club de lecture de l’Institut français de Sousse (Tunisie), 4 rue des Jasmins, donne rendez-vous pour une rencontre-discussion sur le thème de la littérature jeunesse. « Talentueuse et imaginative, portée par des auteurs, illustrateurs et médiateurs enthousiastes, reconnue par l’école et l’université, séduisant des publics toujours plus larges, celle-ci est devenue aujourd’hui une littérature majeure. » Détails ici.  Quand on se souvient – mais qui s’en souvient ? – qu’à la fin des années 1970, le CRILJ organisa à Sousse, à Sfax, à Monastir, au Kef et à Nabeul, de très colorées et très appréciées expositions d’albums pour enfants s’appuyant sur la collection personnelle de l’actuel secrétaire général, on se prend sur la tête un bon gros coup de nostalgie.

MUR PEINT – Une fresque monumentale représentant les Schtroumpfs dans leur village a été inaugurée le mardi 19 juin 2018, au Carrefour de l’Europe, en face de la gare centrale de Bruxelles, en présence du premier Ministre Charles Michel, du bourgmestre Philippe Close et de la fille de Peyo, Véronique Culliford. C’est la 55ème fresque du parcours BD de la Ville de Bruxelles, commandée à l’occasion du 60ème anniversaire des « petits êtres bleus qui sont toujours heureux ». Comment ça, vous trouvez que ce site fait une part trop belle aux lutins belges ?

PRIX – Eric Pessan a été désigné Grand Prix SGDL (Société des gens de lettres) du roman « jeunesse » pour son livre Dans la forêt de Hokkaïdo (école des loisirs, 2017) qui « sur une trame fantastique, nous parle de compassion, de solidarité, d’entraide, et nous dit, à travers son héroïne, qu’il n’y pas de survie possible sans l’amour des autres. » Remise le 26 juin 2018, à l’Hôtel de Massa, 38 rue du Faubourg Saint-Jacques à Paris.

PRIX – Créé en 2006, le Prix des premières lectures est organisé dans le cadre des clubs Coup de pouce. « Cette action d’accompagnement éducatif s’adresse à des enfants fragiles dans les apprentissages, ainsi qu’à leurs parents, souvent éloignés de la culture scolaire. L’opération offre chaque année à 9000 enfants une plongée enthousiasmante dans l’univers de la littérature jeunesse contemporaine, à travers la lecture et le jeu. » Le prix 2018, remis à Lanester, est revenu à Kochka et à  Chiaki Miyamoto pour leur ouvrage Le petit grand samouraï (Milan, 2009). Les enfants ayant fréquenté dans l’année un des vingt clubs actifs dans le Morbihan sont repartis avec l’ouvrage.

MAGAZINE – Je dirais même plus est le magazine gratuit de cinq éditeurs jeunesse indépendants, quatre Belges et un Canadien (Mijade, NordSud, Alice, Les 400 coups, Ker) « qui ont décidé de s’unir pour partager les informations sur leurs nouveautés. Cinq maisons qui ont des univers différents mais une même passion : l’envie de faire lire et découvrir des mots, des images, le plaisir du voyage dans l’imaginaire » Avec ces quelques pages, expliqent-ils, ils espèrent mieux informer les bibliothécaires et se rapprocher des libraires dans le but avoué d’offrir à leurs auteurs et illustrateurs une meilleure visibilité. » Pour lire, se rendre sur ce site. Il est aussi possible de recevoir une version papier.

SOLIDARITE – Le quinzième Eté des bouquins solidaires se déroulera dans 400 libraiires du jeudi 21 juin au mercredi 15 août 2018. « En achetant l’un des quare livres de l’opération, vous aidez Rue du monde à en offrir un à 5000 enfants oubliés des vacances. » Les livres de l’opération : La grande chevauchée de Patrick Filchmann et Bruno Pilorget, Les contes à la coque d’Alain Serres et Zaü, On commence demain ! d’Eric Battut, Cherchez la petite bête d’Alain Boubet et Solenn Lamical.

C’EST L’ETE (1) – « Comme chaque été les bibliothèques s’invitent dans les parcs, squares et jardins parisiens pour des moments de détente, de lectures et d’échanges autour des livres. Chaque semaine, des bibliothécaires s’installent pour quelques heures avec de grands tapis et des chariots remplis de livres, albums, revues, et des tablettes. À l’occasion de Paris plages, les bibliothèques et les ludothèques mobiles s’associent cet été pour vous proposer des moments de jeux et de lectures en plein air. Petits et grands pourront ainsi profiter des nombreux jeux de société, jeux monumentaux et autres animations ludiques. C’est en juillet et en août. Programme complet ici

EXPOSITION – Après avoir été montrée à la Cinémathèque française à Paris, l’exposition Goscinny et le cinéma : Astérix, Lucky Luke et cie sera au musée de la Bande dessinée d’Angoulême (Charente), 121 rue de Bordeaux, du jeudi 21 juin 2018 au mercredi 2 janvier 2019. « Je crois qu’il faut écrire pour la bande dessinée comme il faut écrire pour le cinéma » (René Goscinny). « Amateur de cinéma depuis l’enfance, c’est dans sa culture cinématographique que [René Goscinny] puise l’inspiration de son univers si riche et le goût de raconter des histoires. Le rêve deviendra réalité en 1974 avec la création le studio Idéfix qui lui permettra de passer de l’autre côté de la caméra. » Site du CNBDI ici.

PRIX – Les éditeurs du groupe Jeunesse du SNE, en partenariat avec la Fondation d’entreprise La Poste, organisent pour la seconde année consécutive le Prix Vendredi, prix national de littérature destinés aux adolescents. Cette année, les éditeurs souhaitant participer sont invités à adresser aux membres du jury, avant le 29 juin, un à deux livres maximum par maison, publié(s) entre le 1er octobre 2017 et le 30 septembre 2018. Une sélection de dix romans sera annoncée le mardi 11 septembre 2018. Le lauréat de l’édition 2018 du Prix Vendredi sera dévoilé le mardi 16 octobre 2018. Pour cette édition 2018, le jury est à nouveau composé de Philippe-Jean Catinchi (Le Monde), Françoise Dargent (Le Figaro), Catherine Fruchon-Toussaint (RFI), Michel Abescat (Télérama), Raphaële Botte (Mon Quotidien et Lire), Marie Desplechin (journaliste et auteure) et Sophie Van der Linden (auteure et critique littéraire).

REVUE – Le dossier du numéro 216 de juin 2018 de NVL (Nous voulons lire) que publie, à Bordeaux, le CRALEJ/Centre Denise Escarpit est titré Figures de l’arbre. Une dizaine de contributions très diversifiées introduites par Claudine Charamnac Stupar qui en souligne le parti-pris documentaire et réfléxif et annonce un numéro à venir qui traitera de la dimension écologique du sujet. Ce numéro : 14,00 euros. Pour s’abonner au quatre numéros annuels, c’est ici.

SCOOP – Walt Disney Pictures s’associe à l’enseigne anglaise Cath Kidston pour créer une collection de vétements mettant à l’honneur Alice au Pays des Merveilles, film d’animation réalisé en 1951 par Clyde Geronimi, Wilfred Jackson et Hamilton Luske pour les studios Disney. Cette collection disponible à partir du vendredi 25 mai 2018 mettra en scène Alice, le Lapin blanc, le Chapelier fou, le Chat de Chester, Tweedle Dee et Tweedle Dum.

ADAPTATION – Après un long-métrage signé Pierre Caron en 1939 et un film d’animation réalisé par Philippe Vidal en 2001, Bécassine, personnage créé par l’écrivaine Jacqueline Rivière et le dessinateur Émile-Joseph-Porphyre et apparu dans La Semaine de Suzette en février 1905, revient sur les écrans le mercredi 20 juin 2018 dans Bécassine ! film de Bruno Podalydès. Rôle-titre interprété par Emeline Bayart aux côtés de Michel Vuillermoz, Karin Viard, Josiane Balasko, Vimala Pons, Isabelle Candelier et Denis Podalydès. « Bécassine naît dans une modeste ferme bretonne, un jour où des bécasses survolent le village. Devenue adulte, sa naïveté d’enfant reste intacte. Elle rêve de rejoindre Paris, mais sa rencontre avec Loulotte, petit bébé adopté par la marquise de Grand-Air va bouleverser sa vie. Elle en devient la nourrice et une grande complicité s’installe entre elles. »

PRIX – A l’occasion de sa première édition, le Prix littéraire des collégiens de la Charente-Maritime organisé par la Médiathèque départementale, en partenariat avec les services de l’Éducation nationale et l’atelier Canopé 17, a été remis à Anne Loyer pour Car boy (Thierry Magnier, 1917). 555 collégiens concernés, 14 collèges et 3 clubs de lecture en bibliothèque.

LE RETOUR – Pif Gadget, magazine lu par plusieurs générations d’enfants entre 1969 et 1993, va reparaître hebdomadairement grâce à de nouveaux rédacteurs et de nouveaux dessinateurs dont Thomas Labourot qui reprendra le personnage de Pif. « Ce sera le même qu’avant, sauf qu’il sera habillé, dans une volonté de modernité. On veut donner une autre image pour attirer un nouveau public de jeunes. [Mais] on retrouvera toutes les valeurs de Pif qui sont le respect de la nature, de l’autre, le respect du vivant. On essaie de trouver une forme originale pour intéresser les jeunes, avec par exemple des codes à scanner avec son téléphone portable. » (Thomas Labourot). Les créateurs ont ouvert une campagne de financement participatif sur Internet, espèrant collecter 30 000 euros. C’est ici. Le premier numéro devrait sortir en septembre 2018. Il coûtera entre 1,50 euros et 2,00 euros.

COURRIER – « L’équipe du Muz est heureuse de vous annoncer l’ouverture de sa e-boutique. Seront mises en vente toute l’année des œuvres originales multiples d’artistes ami.e.s du Muz, xylogravures et sérigraphies créées spécialement pour le Muz avec vente exclusive dans la e-Boutique du Muz, à prix doux. Nous commençons avec Claude Ponti (quatre sérigraphies numérotées et signées en 75 exemplaires), May Angeli (une xylogravure numérotée et signées en 20 exemplaires) et, en septembre, trois sérigraphies de Sara. » La e-boutique est ici.

REVUE – Vient d’arriver dans les boites aux lettres, le numéro 157 de mars 2018 de Hop ! que Louis Cance et ses collaborateurs publient avec une louable régularité. C’est, comme toujours, bourré d’informations sur la bande dessinée d’hier (surtout) et d’aujourd’hui (un peu). Dans ce numéro-ci, première partie d’un dossier consacré au trente ans de carrière de Jean Cézard, dessinateur et scénariste, qui collabora à Francs-Jeux (pour « Monsieur Toudou » puis « Monsieur Toudou et son singe Toulour »), Mon journal, Kiwi, Vaillant (puis Pif-Gadget) avec la création, en 1953, de la série « Arthur le fantôme justicier » et, en 1969, de la série « Les Rigolus et les Tristus ». Pour s’abonner, écrire à Hop ! Rédaction, 56 boulevard Lintilhac, 15000 Aurillac. C’est 26,00 euros pour quatre numéros.

RESIDENCE – La Ville de Grenoble (Isère) met à disposition l’appartement de son théâtre municipal pour accueillir des auteurs en résidence. Première à en bénéficier : Lucie Albon, illustratrice et auteure de livres jeunesse de livres pour la jeunesse, chargée de réaliser l’ouvrage offert aux bébés grenoblois nés entre octobre 2018 et octobre 2020, dans le cadre de l’opération municipale Un bébé, un livre. Première à bénéficier de ce nouveau dispositif,  Lucie Albon a pris possession du T4, composé de deux chambres, d’un salon et d’un bureau. Un espace qui permet aux créateurs hébergés de recevoir des partenaires, ou tout simplement des visites familiales ou amicales. Le tout en plein centre-ville de Grenoble, à proximité de plusieurs bibliothèques et du musée Stendhal. Album à paraître en octobre 2018.

PRIX – Michèle Lateur, chargée littéraire à La Ligue des familles, association belge, vient de dévoiler le palmarès du trente-neuvième Prix Versele. A savoir : 1 Chouette (dès 3 ans) : Train fantôme d’Adrien Albert (école des loisirs, 2015) ; 2 Chouettes (dès 5 ans) : Course épique de Marie Dorléans (Sarbacane, 2016) ; 3 Chouettes (dès 7 ans) : Bruno. : quelques jours de ma vie très intéressante de Catharina Valckx et Nicolas Hubesch (école des loisirs, 2015) ; 4 Chouettes (dès 9 ans) : Maarron de Hakon Ovreas et Oyvind Torseter (La Joie de lire, 2015) : 5 Chouettes (dès 11 ans) ; Alcibiade de Rémi Farnos (La Joie de lire, 2015). Site de la Ligue des familles ici.

RENCONTRE – Dans le cadre du festival Graine de môme initié par le service départemental de la lecture en Charentes, Chloé Séguret, adhérente à l’Agence quand les livres relient, donnera une conférence Donnons des livres aux bébés, à Vars (Charente), le mercredi 20 juin 2018, 20 heures, dans la Salle du pressoir, 25 rue de la Gare. Renseignements au 05 45 39 82 84.

 FESTIVAL – Le samedi 23 juin 2018, de 10 heures à 19 heures, au Théâtre d’Orléans, Carré Saint-Vincent, boulevard Pierre Ségelle, pour les familles et pour le grand public, Festival du livre de l’enfance : Rendez-vous contes, organisé par la Mairie d’Orléans  en témoignage du travail de 1300 écoliers de 31 classes du CP au CE2. Des expositions, des rencontres, la participation des libraires de la ville qui ont invité Emmanuel Bourdier, Florence Cadier, Anne Bourgeois, Rose Luxey, Myriam Doinet, Christophe Loupy, Patrick Bressot, Bernadette Després, Anne Boutin-Pied, Mickaël Roux, Eric Puybaret, Cyril Viard, Céline Vernozy et Christian Vassort.  A 17 heures, dans la salle Antoine Vitez du théâtre, représentation de Anatole et Alma de Sabine Tamisier (Théâtrales Jeunesse, 2015).  Mise en scène : Marjolaine Baronie. A partir de 6 ans. Programme détaillé ici.

NOUVEAUTE – Bookinou est un petit boitier permettant aux parents d’enregistrer leur lecture d’un conte que l’enfant réécoutera par la suite. « Un appareil sans écran et sans ondes qui entend rapprocher les bambins du livre imprimé. » Bookinou a atteint près de 35 000 euros à la fin de sa collecte sur Ulule. soit trois fois plus que la somme demandée au départ. Six cents précommandes à ce jour. Vincent Gunther, ingénieur en informatique, explique : « Nous nous sommes dit que les mieux placés pour raconter les histoires sont les proches. Bookinou ne cherche bien sûr pas à remplacer les parents ou les grands-parents, mais simplement à permettre aux enfants de réécouter les lectures quand ils le souhaitent. […] Pour cette version, les histoires à raconter soi-même sont au centre du concept, mais cela pourra bien sûr évoluer par la suite, pourquoi pas avec des éditeurs qui ont des contenus à travers des livres CD ou des magazines. » Bookinou peut accueillir une centaine d’histoires, à raison de 5 à 7 minutes par histoire. Des précisions ici.

PRIX – Dans le cadre du Prix littéraire 2018 des lycées et apprentis de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, les mille votants ont élu, dans la catégorie roman, Police de Hugo Boris (Grasset, 2017) et, dans la catégorie bandes dessinées, L’étrange de Jérome Ruillier (L’agrume, 2016). Pour en savoir plus, c’est ici.

DISTINCTION – Le mardi 5 juin 2018, à l’issue de son colloque annuel État des lieux de la recherche théâtrale qui se tenait à l’Université du Québec à Montréal, la Société québécoise d’études théâtrales (SQET) a désigné Suzanne Lebeau comme membre honoraire 2018. Reconnue internationalement comme l’un des chefs de file de la dramaturgie pour les jeunes publics, Suzanne Lebeau a écrit vingt-sept pièces originales. Son œuvre est traduite en vingt-quatre langues. Elle compte parmi les auteurs québécois les plus joués, avec plus de cent-cinquante productions répertoriées sur quatre continents. Pour l’occasion, Marie-Eve Huot, artiste en résidence au Carrousel, a lu un hommage écrit par Marie Bernanoce, professeure à l’Université Grenoble Alpes.

CONFERENCE – « Le livre de jeunesse nous offre un champ riche et précieux pour explorer le langage de l’image imprimée, c’est entendu. Hormis son dialogue fécond avec le texte, l’image dans l’album parle d’elle-même, dans une langue souvent méconnue des lecteurs, surtout des grands. » C’est à ce Parlimage que Katy Couprie propose de s’exercer dans une intervention  s’appuyant sur ses différents ouvrages, le vendredi 22 juin 2018, de 9 heures à 12 heures, à la Médiathèque l’Odyssée, 794 avenue de Dunkerque à  Lomme (Nord). Inscription obligatoire à cette adresse.

PRIX – Le 12 juin 2018, l’adaptation pour Broadway de Harry Potter et L’Enfant Maudit (Harry Potter and the Cursed Child) de J.K. Rowling a remporté six récompenses aux Tony Awards : Meilleure pièce, Meilleure mise en scène, Meilleurs décors, Meilleurs costumes, Meilleurs effets de lumière et Meilleurs bruitages. L’année dernière, Harry Potter et L’Enfant Maudit avait été nommé dans onze catégories aux londoniens Laurence Olivier Awards. Pour voir, se faire offrir l’avion pour New-York (ou pour Londres ou pour Melbourne où la pièce se joue également) et casser sa tirelire pour le prix du billet.

GROS SOUS – Quarante œuvres d’Antoine de Saint-Exupéry sont proposées aux enchères le samedi 16 juin 2018, chez Artcurial, Rond-Point des Champs-Élysées Marcel-Dassault à Paris, plus importante vente dédiée à l’écrivain-aviateur depuis des décennies. Parmi les pièces proposées : un brouillon de deux pages du Petit Prince estimée entre 180 000 et 250 000 euros, une aquarelle représentant le visage du Petit Prince exécutée sur une correspondance d’Antoine de Saint-Exupéry à une jeune femme estimée entre 150 000 et 200 000 euros. Cette vente s’effectue dans le cadre de la dispersion des pièces saisies chez Aristophil, société soupçonnée d’être au cœur d’une vaste escroquerie aux lettres et aux manuscrits.

PRIX – Le Prix Farniente créé en Begique en 2000 concerne le adolescents entre 12 et 16 ans. Les lauréates 2018 sont, pour le Prix Victor (13+), Marie Vareille pour Elia, la passeuse d’âmes, tome 1 ( PKJ, 2016) et, pour le Prix Evasion (15+), Ruta Sepetys pour Le sel de nos larmes (Gallimard Jeunesse, 2016). Le site du prix est ici.

INITIATIVE – La Semaine internationale du livre pour enfants de Cologne (Allemagne) est un projet de coopération entre le SK Stiftung Kultur, le Bureau culturel de la ville, la bibliothèque municipale, les bibliothèques publiques catholiques et le JFC Media Center. Chaque année, l’accent est mis sur un pays et sa littérature pour les enfants et les jeunes. En 2018, il s’agira du Portugal avec l’accueil de Afonso Cruz, Carla Maïa de Almeida, Catarina Sobral, Isabel Minhós, Madalena Matoso, Margarida Pogarell et Alice Vieira, une exposition L’llustration de livre d’images contemporain du Portugal, du vendredi 15 juin au lundi 1ier juillet, des rencontres, des lectures, du théâtre. Le site de la manifestation est ici.

FORMATION – Pour le deuxième opus du cycle de rencontres Drôles d’albums et premières lectures dédié à l’humour chez le tout-petit, l’Agence quand les livres relient reçoit Rana Esseily, maître de conférences en psychologie du développement, membre du LECD (Laboratoire éthologie cognition développement, EA 3456) et du Babylab à l’université Paris Nanterre, et Benoît Jacques, auteur et éditeur. Une rencontre animée par Katy Feinstein, présidente de l’association Les Arts du récit et administratrice associée de l’Agence quand les livres relient. C’est le vendredi 15 juin 2018, de 9 heures à 13 heures, à la Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg à Paris. Inscriptions ici

CONFERENCE – Le vendredi 15 juin 2018, à 18 heures, au Centre Charles Péguy, 11 rue du Tabour à Orléans (Loiret), Virginie Chevalot, documentaliste du Centre Jeanne d’arc d’Orléans, donnera une conférence Jeanne d’Arc par Louis-Maurice Boutet de Monvel à travers la presse américaine, fin XIXe et début XXe siècles. Réservation ici.

PRIX – Les Prix des Incorruptibles, souvent considérés comme les plus importants de France, ont, une nouvelle fois été remis à Paris, à la Maison de la Poésie. Les ouvrages lauréats au titre de 2018 sont : Maternelle : Au bureau des objets trouvés de Junko Shibuya (Actes Sud junior, 2016) ; CP : Drôles de vacances ! de Gilad Soffer (Circonflexe, 2016) ; CE1 : Aimé de Claire Clément et Benjamin Strickler (Talents hauts, 2016) ;  CE2-CM1 : Le garçon qui parlait avec les mains de Sandrine Beau et Gwenaëlle Doumont (Alice Jeunesse, Le garçon qui parlait avec les mains) ; CM2-6e : La vraie recette de l’amour d’Agnès Laroche (Rageot, 2016) ; 5e-4e : Chemins toxiques de Louis Sachar (Gallimard Jeunesse, 2016) ; 3e-Lycée : Everything everything de Nicola Yoon (Bayard Jeunesse, 2017).

EXPOSITION – La galerie Jeanne Robillard, 106 rue de la Folie Méricourt à Paris, propose, du jeudi 14 au mercredi 20 juin 2018, une exposition consacrée à Quentin Gréban et à Maman, son nouvel album. « Il y a celle qui veille, celle qui tombe amoureuse, celle qui voyage, celle qui berce, celle qui lutte  et même celle qui n’a pas d’enfant. Dans son nouveau livre paru aux éditions Mijade, Quentin Gréban dresse le portraits de mamans, d’hier ou d’aujourd’hui, d’ici ou d’ailleurs, mais toujours avec tendresse. Ses douces aquarelles saisissent à la volée ces petits instants de complicité qui font toute la beauté des relations entre mères et enfants. » Cette exposition-vente réunit les aquarelles et dessins créés pour le livre, ainsi que quelques inédits réalisés pour l’exposition. Vernissage en présence de l’artiste le mercredi 13 juin, à partir de 18 heures. » Site de la galerie ici.

PARUTION – Vient de paraitre Le magasin des petits explorateurs, catalogue de l’exposition du même nom sous la direction de Roger Boulay. « [L’exposition du Musée du quai Branly] présente et interroge la grande variété des représentations enfantines des sociétés extra-occidentales, de la période romantique jusqu’à nos jours, à travers une grande multiplicité d’objets : livres pour enfants, revues et magazines pour la jeunesse, jeux et jouets, films et photographies, ou encore maquettes et marionnettes. Elle montre comment le regard occidental sur ce qui lui est étranger a été constamment tiraillé entre une vision imprégnée de romantisme et une perception scientifique de l’exploration. » Visiteurs et lecteurs rencontrent Robinson et Vendredi, Paul et Virginie, Phileas Fogg et Passepartout, Tarzan, La Famille Fenouillard, Tintin, Bob Morane, Dady Risquetou, Freddy la Bougeotte, Nanouk l’Esquimau, Mangazou le petit Pygmée, etc. « tout en s’interrogeant sur les formes de primitivisme, de racisme ou de stéréotypes qui sous-tendaient une grande part de la production de la période coloniale. » Actes Sud  et Musée du quai Branly, 2018, 368 pages, 49,00 euros.

THEATRE – La Cie hop ! hop ! hop ! propose en alternance, en séances scolaires ou tout public, du mercredi 13 au dimanche 24 juin 2018, Tout près d’Alice et De l’autre côté d’Alice, d’après Les aventures d’Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Mise en scène : Christine Le Berre. Danse, Jeu et manipulation : Léa Rault, Christine Le Berre et Leslie Evrard. « Jouets cassés, animaux empaillés, chiffons et dentelles déchirés, poupées démantibulées, bocaux de verre et dînette en porcelaine… La chambre d’Alice a tout du cabinet de curiosités. Au milieu de ce capharnaüm de brocante, Alice se cherche et expérimente. Elle se saisit d’un objet, plonge dans une sensation et suit le fil d’une rêverie vague et surréaliste. Dans le royaume d’Alice, on n’a pas peur des paradoxes : les objets s’animent, les animaux s’habillent, et on s’émancipe de la rigueur et de la logique du monde adulte. » Détails et réservations ici.

PATRIMOINE – Une Heure de la découverte, le mercredi 13 juin 2018, à 19 heures, dans la salle du Fonds patrimonial Heure joyeuse de la Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg à Paris. « C’est la dernière séance de l’année avant l’été. N’hésitez pas à regarder dans votre agenda si vous avez un petit creux mercredi soir pour venir découvrir une nouvelle sélection d’abécédaires centrée sur le travail de la représentation de la lettre. » (Hélène Valotteau)

PRIX – Michèle Lateur, chargée littéraire à La Ligue des familles, association belge, vient de dévoiler le palmarès du trente-neuvième Prix Versele. A savoir : 1 Chouette (dès 3 ans) : Train fantôme d’Adrien Albert (école des loisirs, 2015) ; 2 Chouettes (dès 5 ans) : Course épique de Marie Dorléans (Sarbacane, 2016) ; 3 Chouettes (dès 7 ans) : Bruno. : quelques jours de ma vie très intéressante de Catharina Valckx et Nicolas Hubesch (école des loisirs, 2015) ; 4 Chouettes (dès 9 ans) : Maarron de Hakon Ovreas et Oyvind Torseter (La Joie de lire, 2015) : 5 Chouettes (dès 11 ans) ; Alcibiade de Rémi Farnos (La Joie de lire, 2015). Site de la Ligue des familles ici.

JOURNEE D’ETUDE – Le Centre de recherche Textes et Cultures de l’université d’Artois, 9 Rue du Temple à Arras (Pas-de-Calais) organise, le vendredi 15 juin 2018, dans la salle des colloques de la Maison de la recherche, une journée d’étude Paul-Jacques Bonzon : à l’ombre des séries, des œuvres singulières. Organisation : Christine Prévost et Aurélie Gille Comte-Sponville. Parmi les intervenants : Christine-Connan-Pontado, Guillemette Tison, Yves Marion, Jacqueline Freyssinet. Programme complet à partir de cette page.

BIBLIOTHEQUES – Le congrès annuel de l’Association des bibliothécaires de France est un bon baromètre. L’édition 2018 s’est ouverte à La Rochelle (Charente Maritime), le jeudi 7 juin. Dans son discours d’ouverture, Xavier Galaup, président de l’association, a souligné : « Nous sommes favorables à l’élargissement des horaires d’ouverture, mais cela nécessite un diagnostic, une concertation ou un dialogue social [et non] une baisse globale des moyens, notamment en personnel, qui s’ajoute au contexte [qui] rend même difficile l’accomplissement de nos missions de base. »

EN LIGNE – Le numéro d’avril 2018 de Ondina/Ondine, nouvelle (et bi-annuelle) revue de littérature d’enfance et de jeunesse comparée et de recherche en éducation, est en ligne. Très riche dossier titré Destinée paradoxale d’un conte énigmatique, Le Roi-grenouille ou Henri-de-fer des Grimm coordonné par Catherine Tauveron et Christiane Connan-Pintado. C’est ici. Les articles sont en PDF et la revue est également éditée sur papier par les Presses de l’Université de Saragosse.

PRIX – A Alençon, le Prix Poulet-Malassis qui vise à encourager les jeunes auteurs pour leur premier ou leur second roman a été attribué à Emmanuelle Favier pour Le courage qu’il faut aux rivières (Albin Michel, 2017). Marie Pavlenko a reçu, quant à elle, le prix A-fictionados pour Je suis ton soleil (Flammarion, 2017).

CLAP DE FIN – Le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis (SLPJ) organise le lundi 11 juin 2018, de 10 heures à 13 heures, dans la Salle des Trois Consuls de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, Hôtel de l’Industrie, 4 place Saint-Germain-des-Prés à Paris, une conférence de clôture du projet Transbook dont il était pilote. « En organisant, en quatre ans, près de 170 événements à l’échelle européenne avec 80 artistes, Transbook a permis la constitution d’un réseau interational solide de professionnels œuvrant autour de la question des nouveaux contenus créatifs pour enfants, les digital stories, et explorant des pistes de développement futur pour la littérature de jeunesse. » Inscription obligatoire à cette adresse.

PARUTION – Vient de paraitre La Bataille du rail : cheminots en grève, écrivains solidaires, ouvrage collectif dont les droits d’auteur alimenteront la cagnotte des grévistes. « Nous avons tous un rapport particulier avec le train, des souvenirs d’échappées belles, de rencontres cocasses, de paysages qui défilent, de baisers échangés sur un quai de gare, de voyages qui ont changé une vie. » On rencontre, parmi les trente-six contributeurs, les noms de Geneviève Brisac, Didier Daeninckx, Valentine Goby, Alain Serres, Carole Trébor et Murielle Szac. Christophe Honoré n’a pas remis son texte à temps. Don Quichotte, 2018, 16,90 euros.

CONFERENCE – Le dimanche 10 juin 2018, à partir de 14 heures 30, à Escrennes (Loiret), dans la salle Pierre Rouault, Marcel Merlin et Thierry Chevrier parleront de Louis Boussenard, l’enfant d’Escrennes, auteur de romans d’aventures et journaliste. Fervent républicain, anti-clérical et colonialiste, nationaliste anti-allemand et anti-anglais, auteur aujourd’hui à peu près oublié en France, Louis Boussenard connaît un succès durable en Russie où la plupart de ses romans, près de quarante volumes, sont disponibles en librairie. Pour lire en Français, voir ici sur Gallica.

EXPOSITION – Depuis le samedi 24 mars 2018 et jusqu’au dimanche 6 janvier 2019, la Corderie Royale de Rochefort (Charente Maritime) propose Du sable entre les pages, exposition réunissant les représentations de la plage dans le cinéma d’animation et les livres pour enfants. On y retrouve les illustrateurs David Merveille, Suzy Lee, Christian Henrich, Delphine Renon, Thierry Dedieu, Marjorie Beal et les réalisateurs de films d’animation Jean-François Laguionie, Emmanuelle Elliah, Maria Körkel et Emile Reynaud. « Ambiance un brin nostalgique, nostalgie de l’enfance mais aussi des plages d’autrefois. »  Une journée consacrée à la littérature jeunesse est organisée le samedi 16 juin avec des rencontres, des dédicaces, des ateliers créatifs, des lectures. Sur inscription au 05 46 82 66 00.

PRIX – Les 120 élèves de CE1 et CE2 des écoles Jean-Moulin, Paul-Louis-Courier et Claude-Chappe de Chambray-les-Tours (Indre et Loire), ont délibéré et attribué les pris Croqu’livres 2018 : Gilles Bizouerne pour Loup Gris et la mouche, (Didier jeunesse, 2017) et Didier Lévy pour Mon drôle de cheval  de Didier Lévy (Sarbacane, 2017). Les lauréats recevront leurs prix à la médiathèque à une date indéterminée pour cause de grève des cheminots. Informations complémentaires au 02 47 43 17 43.

DISTRIBUTION – Fin juin 2017, les 150 000 élèves de CM2 des académies d’Aix-Marseille, Nantes et Lille ont reçu, en direct du Ministère de l’Education nationale, un exemplaire des Fables de La Fontaine. Le mercredi 4 avril 2018, en réponse à une question de la députée Géraldine Bannier (Modem) qui interrogeait le gouvernement sur ses engagements « pour faire de la France un pays de lecteurs », le ministre de l’Education nationale a  terminé sa réponse par le scoop suivant : « Nous redistribuerons les Fables de La Fontaine en juin prochain ». Jean-Michel Blanquer, lorsqu’il était Directeur de l’enseignement scolaire auprès de Xavier Darcos, avait, en 2010, distribué à 178 000 élèves de CM1 un ouvrage pour les vacances. Il s’agissait des Fables de La Fontaine. La distribution de cette année, c’était le mardi 5 juin et Claude Lelièvre, qui ne sait rien garder pour lui, nous raconte tout. C’est ici.

RESIDENCE – Aurélie Poux est la nouvelle artiste en résidence au musée de l’illustration jeunesse (mij) et au Musée Anne de Beaujeu (MAB) de Moulins (Allier). « Née en 1992 en région parisienne, plasticienne diplômée de l’École Supérieure des Beaux-arts de Nantes en 2016, Aurélie Poux a passé une partie de son cursus à Londres, ainsi qu’à l’Université Columbia de New York. Elle a étudié la psychologie et l’histoire de l’art, domaines qui nourrissent son travail. Tout en plaçant le dessin au coeur de sa pratique artistique, elle utilise également la céramique ou la sculpture sur bois. Elle vit et travaille aujourd’hui à Nantes, où elle a été lauréate du Prix des Arts Visuels en 2016. » Nombreux ateliers programmés en juin. C’est ici.

EN LIGNE – Publije, e-revue de critique littéraire (littérature pour la jeunesse et littérature générale) est une revue électronique fondée à l’initiative d’enseignants-chercheurs désireux d’ouvrir le champ littéraire à de nouveaux objets comme la littérature pour la jeunesse, de faire dialoguer des disciplines qui ont en commun de toucher aux cultures de l’enfance et à la formation de la jeunesse (études littéraires, études sémiologiques et intermédiales, didactique, sociologie…), de favoriser les gestes critiques conduisant à revisiter les cloisonnements entre objets contemporains/classique, ainsi que les partages entre théorie/pratique. Le numéro 1 de 2018 concernent Les cultures ado : consommation et production, sous la direction de Heather Braun, Elisabeth Lamothe et Delphine Letort. Se rendre ici.

FORMATION – Le Service Commun de la Documentation de l’université d’Artois en partenariat avec l’Académie de Lille, la Médiathèque Départementale du Nord et la Médiathèque Départementale du Pas de Calais propose, le jeudi 14 juin 2018, à l’université d’Artois, 9 Rue du Temple à Arras (Pas-de-Calais) une journée d’étude et de réflexion La littérature jeunesse, elle a tout d’une grande entièrement consacrée à la littérature pour adolescents. Parmi les intervenants : Thierry Magnier, éditeur, Clémentine Beauvais, auteure et enseignant-chercheur, Carole Salhi et Géraldine Bulckaen, bibliothécaires. Médiation : Isabelle Valdher, documentaliste, et Sophie Dalla Valle, bibliothécaire. Programme détaillé et bulletin d’inscription ici.

EXPOSITION – Du mardi 5 juin au samedi 1ier septembre 2018, à la Maison de la bd, 3 rue des Jacobins à Blois (Loir et Cher), exposition Mickey, Café Zombo de Régis Loisel, (Glénat, 2016). L’exposition présentera des originaux de l’auteur dans un univers scénographié par le Centre departemental de soins d’accompagnement d’éducation Val de Loire (CDSAE). « Café Zombo est un ouvrage somptueux et hors-norme, tant par la forme que par le fond, dans lequel Loisel rappelle l’étendue de son génie graphique, son sens du détail, son encrage à nul autre pareil et le dynamisme de sa mise en scène. Il réussit l’exploit de rendre un hommage à la fois respectueux et intimement personnel. » Site de la Maison de la bd ici.

SALON – Un premier Salon du livre, de l’illustration et des images animées jeunesse se déroulera à Sète (Hérault), à la Médiathèque François Mitterrand, boulevard Danièle Casanova, et dans plusieurs espaces de la ville, du vendredi 8 au dimanche 10 juin 2018. Organisation : association BDF et Le Grand Dehors Méditerranée, avec le soutien de Sète agglopôle méditerranée, de la Ville de Sète, d’Occitanie Livre et lecture, de la Drac Occitanie. Thème choisi : C’est tout naturel ! Parrain de la manifestation : Antoon Krings. Sont également annoncés : Cati Baur, Laurent Bonneau, Cruschiform, Sophie Griotto, Antoon Krings, Oups, Céline Delabre, Gaspard Flamant, Cat Kueva, Collectif Exilus-Sète, Yanis Belhadia, Joaquim Fossi, Antoine Cacace, Robin Thomas, Bernadette Gervais, Bénédicte Guettier, Izumi Mattei-Cazalis, Olivier Latyk, Aurélie Namur, Romuald et Philippe UG. Participation des librairies  La nouvelle librairie sétoise  (Sète),  L’ Échappée belle  (Sète),  Sauramps-Polynômes (Montpellier). Informations complémentaires ici  et au 04 67 46 39 00.

EXPOSITION – Parallèlement à l’exposition Le 68 des enfants de le Médiathèque Françoise Sagan, Les Libraires associés, 3 rue Pierre l’Ermite à Paris, proposent, depuis le mardi 22 mai et jusqu’au samedi 30 juin 2018, une exposition-vente Livres pour enfants des années pop, choix de plusieurs centaines d’albums des années 1960-70. Du mardi au samedi, de 14 heures à 19 heures. Site de la librairie ici.

EXPOSITION – Du mardi 5 juin au samedi 1ier septembre 2018, à la Maison de la bd, 3 rue des Jacobins à Blois (Loir et Cher), exposition des originaux de Spirou, Fondation Z de Fabrice Lebeault (Dupuis, 2018). « Un Spirou futuriste, mêlant influences steampunk et Art Nouveau, qui revisite complètement l’univers que vous croyiez connaître. Dans l’espace infini, un vaisseau spatial attaque un transporteur extraterrestre. Du navire agresseur surgissent trois robots géants à l’intérieur desquels on reconnaît trois personnages bien connus : Champignac, Zorglub et Zantafio. » Site de la Maison de la bd ici.

THEATRE – A l’invitation du Centre André François, Centre régional de ressources sur l’album et l’illustration de Margny-les-Compiègne (Oise), la compaginie Le Projecteur H jouera Main basse sur Baladar, le mardi 5 juin 2018, à 14 heures 30, dans la salle municipale, 461 rue de la République. « Main basse sur Baladar, d’après Lettre des Iles Baladar [de Jacques Prévert et André François] est un conte théâtralisé, d’une durée d’une heure, mis en image et en musique et qui s’adresse autant aux adultes qu’au jeune public. Son côté joyeux et impertinent ne cache pas pour autant la gravité et l’actualité du propos. L’histoire se déroule sur la petite île idyllique de l’archipel Baladar. Les indigènes et le balayeur immigré Quatre-Mains-à-l’ouvrage y vivent en harmonie avec la nature. Mais un jour, les gens du Grand Continent découvrent que le sous sol de l’île est truffé d’or. Ils décident de transformer l’île en mine, et de réduire les indigènes en esclavage. « Site de la compagnie ici.

SCOOP – La liste des membres de la Commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence nouvellement nommés par la garde des Sceaux, ministre de la justice, par arrêté en date du 4 mai 2018, est ici. Publication au Journal officiel de la République française : 31 mai 2018. La présidente sera désormais Laurence Marion, conseillère d’Etat.

EXPOSITION – Du mardi 5 au samedi 16 juin 2018, à la Bibliothèque George-Sand, 2 place François Mitterrand à Semoy (Loiret), exposition consacrée à Clémence Pollet et présentant des linogravures et des reproductions issus des albums Il était une fois la traversée, La Ballade de Mulan et Confucius. toute une vie. « Diplômée de l’école Estienne à Paris et de la Haute école des arts du Rhin (HEAR) de Strasbourg, Clémence Pollet est très vite remarquée notamment grâce à la sélection de ses créations aux concours internationaux de Figures Futur et de l’Institut international Charles Perrault en 2006, puis de Bologne en 2007. […] En 2015, La Ballade de Mulan qu’elle illustre chez HongFei, est unanimement apprécié par la critique et récompensé par un prix international à Shanghai (Prix Chen Bochui). Elle publie également aux éditions Didier Jeunesse, La Martinière jeunesse, Seuil jeunesse. » Clémence Pollet sera à Semoy le mardi 12 juin à 16 heures 30 pour une rencontre-désicace avec le public  et Loïc Jacob, éditeur de HongFei Cultures, viendra le samedi 16 juin, à 11 heures, pour une discussion Ce que la littérature jeunesse nous révèle à nous même. Informations complémentaires au 02 38 86 12 05.

FORMATION – L’Association française pour la lecture (AFL) organise son université d’été 2018, à Aurillac (Cantal), au Lycée St Géraud, 23 rue du Collège, du lundi 9 juillet à 14 heures au jeudi 12 juillet à 14 heures. Public concerné : parents, étudiants, enseignants, bibliothécaires, animateurs, éducateurs, formateurs, membres de mouvements d’éducation populaire, militants de la lutte contre l’illettrisme. Intitulé de la session : Tuteur en lecture, entre entraînement et soutien. Formation gratuite. Pension complète en chambre double : 120,00 euros. Inscriptions en écrivant  à cette adresse ou en prenant contact au  01 48 11 02 30 avant le mardi 5 juin. Site de l’association ici.

RESTITUTION – « De Wattpad à numook, comment devenir lecteur ou auteur ? À l’ère du numérique et des réseaux sociaux, lier lecture, écriture et numérique semble essentiel pour sensibiliser les jeunes à ces pratiques. C’est l’objectif visé par le projet numook, mis en place par Lecture Jeunesse, à travers la création collective d’un livre numérique par les élèves d’une même classe. » À l’occasion de la restitution nationale à Paris du dispositif numook, Lecture Jeunesse propose le mardi 5 juin 2018,  à la Bellevilloise, 19-21 rue Boyer à Paris, une Journée 100% Ado : lire, écrire, créer avec des ados 3.0 qui proposera tables rondes, ateliers et autour de la création littéraire, de la lecture et des jeux autour des pratiques numériques, en présence d’écrivains, d’éditeurs, de youtubeurs et d’adolescents mobilisés sur le projet depuis sa création. En présence des adolescents et de leurs encadrants, cette journée vise aussi à favoriser les échanges entre professionnels et élèves. Inscriptions obligatoires ici.

RENCONTRE – Bernard Friot fête les 30 ans de ses « Histoires pressées », le mercredi 6 juin 2018, de 16 heures 30 à 18 heures, chez Gibert Joseph Musique, 22 rue des Lois à Toulouse (Haute Garonne). « Bernard Friot est également traducteur de livres (pour enfants) de l’allemand et de l’italien. Professeur du côté de Besançon, il aime par dessus tout rencontrer ses jeunes lecteurs et leur insuffler le goût des (bons) mots et l’envie de raconter des histoires, les encourageant à écrire eux-mêmes. »

EXPOSITION – Le centre Wallonie-Bruxelles, 127-129 rue Saint-Martin à Paris, propose, depuis le vendredi 25 mai et jusqu’au dimanche 28 octobre 2018, une exposition mettant en lumière les talents de dessinateur, de scénariste et de dialoguiste de Peyo, pilier du journal Spirou de la grande époque. Les débuts de l’artiste sont particulièrement bien documentés, à travers des dessins de jeunesse, mais ne manquent ni les Schtroumfs, ni Johan et Pirlouit, ni Benoît Brisefer, le petit garçon aux superpouvoirs. Une place est faite aux courts-métrages de la télévision belge de 1959 et aux productions hollywoodiennes actuelles. Conférence L’art de Peyo, le jeudi 14 juin, 20 heures, avec François Walthéry, dessinateur, et les commissaires de l’exposition, Hugues Dayez et José Grandmont. Site du centre Wallonie-Bruxelles ici.

PARUTION – Le numéro 13 de la revue en ligne Strenae, Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance vient de paraître et il est ici. Le dossier thématique intitulé Le ’68 des enfant/The Children’s ’68 a été dirigé par Sophie Heywood et Cécile Boulaire. Un bel ensemble d’études signés par une vingtaine de chercheurs européens. Ceux  qui (comme beaucoup) ont oublié d’apprendre à lire l’anglais n’auront qu’à s’en prendre qu’à eux-mêmes ou lire deux fois les articles de Cécile Boulaire (Okapi, un journal fantastinouï pour les jeunes dans l’esprit de 68), Chrisophe Meunier (Nicole et les grands ensembles : sous les toits gris, la plage), Nelly Chabrol Gagne (Le montage dans les albums : une esthétique engagée), Mathilde Lévêque (Les mutations de la littérature allemande pour la jeunesse autour de 1968) et quelques autres textes judicieusement traduits. Les varia et les compte-rendus d’ouvrages sont en français.

RENCONTRE – L’équipe Flammarion Jeunesse invite à une matinée d’échanges autour des romans jeuensse, le lundi 4 juin 2018, de 9 heures à 12 heures 30, à l’institut catholique de Lille, 58 rue du port, espace Robert Schuman,  amphithéâtre RS.  Participation des auteurs Cassandra O’Sonnelle, Marie Paclenko et Bertrand Julien Nogarède.  Modération : Hélène Wadowski, directrice du département jeunesse,  et Céline Vial, directrice littéraire. Inscription obligatoire ici.

SALON – L’édition 2018 du Salon du livre jeunesse de Trouville sur mer (Calvados) aura lieu à la Bbliothèque municipale, 77 boulevard Fernand Moureaux, le samedi 2 juin 2018 de 10 heures à 18 heures. Des rencontres, des dédicaces, des spectacles, un concours de dessin. Participation de Christophe Amblard, Anne-Sophie Baumann, Muriel Bloch, Jeanne Boyer, Elisabeth Brami, Maïa Brami, Pierre Caillou, Janik Coat, Karine Daisay, Daisay, Sylvain Diez, Malika Ferdjoukh, Yaël Hassan, Rachel Hausfater, Agathe Hennig, Anouk Journo-Durey, Junko Kawakami, Claire Lecoeuvre, Hervé Le Goff, René Mettler, Pakita, Stéphane Puisney, Grégoire Vallancien et Naima M. Zimmermann. Site ici.

THEATRE – Au Théâtre Paris Villette, 211 avenue Jean Jaurès à Paris, du mercredi 31 mai au dimanche 3 juin 2018, six représentations, scolaires ou non, de Michelle, doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? de Sylvain Levey. Mise en scène : Antonin Lebrun. Interprétation : Anaïs Cloarec et Antonin Lebrun. Marionnettes : Juan Perez Escala et Antonin Lebrun « En 2014, une adolescente en voyage scolaire poste sur les réseaux sociaux un selfie où elle pose tout sourire devant le camp d’Auschwitz. Sa publication va rapidement déclencher un flot de commentaires violents et insultants. S’inspirant librement de cette histoire, Antonin Lebrun et l’auteur Sylvain Levey, signent un spectacle immersif dans le monde des adolescents. Sur scène, une comédienne pour incarner Michelle et vingt-trois marionnettes réalistes ou stylisées, sous forme d’avatars, d’icônes ou d’emojis pour incarner élèves, professeurs, parents et nous faire revivre ce voyage scolaire aux conséquences symptomatiques d’une époque altérée par les relations virtuelles et les réseaux sociaux. » Détails pratiques sur le site du théâtre.

EXPOSITION – Depuis le mercredi 2 mai et jusqu’au samedi 30 juin 2018, la bibliothèque d’Olivet (Loiret), 504 avenue du Loiret, expose l’illustratrice Aude Maurel en présentant les planches de son album La lumière allumée (Frimousse, 2015). Texte : Richard Marnier. « Depuis toute petite, je m’entends bien avec les mots. J’aime les mettre bout à bout pour en faire des colliers de perles. J’ai mille histoires à raconter, certaines deviennent des albums illustrés. » L’artiste sera présente pour une rencontre le vendredi 8 juin, à 17 heures, et le samedi 9 juin, à 14 heures, pour un atelier de création « intergénérationnel ». S’inscrire au 02 38 25 06 16.

RENCONTRE – L’équipe du fonds patrimonial Heure Joyeuse reçoit, samedi 2 juin 2018, de 16 à 18 heures, dans le cadre de son exposition Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution, en place jusqu’au samedi 28 juilllet à la Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg à Paris, l’auteure-ilustratrice Claudine Desmarteau pour son ouvrage Mes années 70 (Le Panama, 2008). « La narratrice de cette histoire est une fillette comme les autres, avec des parents comme les autres, dans une ville comme les autres. A cette différence que cette fillette vit dans les années 1970. Elle porte ainsi, quand il fait froid, un sous-pull en synthétique, une cagoule trop serrée qui gratte, des bottes à poils et un super anorak, en synthétique lui aussi. La Renault 16 de son père est constamment enfumée, mais elle adore y écouter les cassettes huit pistes des Pink Floyd ou des Temptations. Elle lit Le Petit Nicolas, Les Schtroumpfs, et dévore, sur la télé noir et blanc, les épisodes des Fous du volant et de Fifi Brindacier. […] Un humour décapant et une fraîcheur désinvolte. » Pas que pour les enfants, of course. Inscription obligaoire au 01 53 24 69 70.

THEATRE – Les nominés pour l’attribution du Molière du théâtre jeune public au titre de 2018 étaient : ​Le Livre de la Jungle de Ely Grimaldi et Igor de Chaillé, mis en scène par Ned Grujic ; Le Malade imaginaire de Molière, adaptation de Jean-Philippe Daguerre, mis en scène par Jean-Philippe Daguerre ; Le Petit Chaperon rouge de Joël Pommerat, mis en scène par Joël Pommerat ; Les Petites Reines d’après Clémentine Beauvais, adaptation de Justine Heynemann et Rachel Arditi, mis en scène par Justine Heynemann. Et le gagnant est Le Petit Chaperon rouge de Joël Pommerat, mis en scène par Joël Pommerat.

RENCONTRES – Plusieurs propositions « jeunesse » au programme de la neuvième édition du Festival Enfin Livres de Cazères (Haute-Garonne) qu’organise l’association Avancez Culturel : le vendredi 1er juin 2018, de 18 heures à 19 heures 30, à la Médiathèque de Cazères, place de l’Hôtel de ville, une table ronde Littérature ado, quelles thématiques, quels publics ? avec Benoît Séverac et Hervé Jubert ; le samedi 2 juin, de 10 heures 30 à 12 heures, à la Médiathèque de Cazères encore, une rencontre avec l’auteure-illustratrice Malika Doray co-animée par Martine Abadia, du CRILJ Midi Pyrénées, et Lucie de Malet, enseignante, autour de l’exposition de travaux d’élèves des classes de Cazères et de Boussens ; le samedi 2 juin, de 14 heures 30 à 16 heures 30, à la Médiathèque de Cazères toujours, un atelier à destination de 15 enfants de 4 à 8 ans animé par Malika Doray. Pour l’atelier, inscription gratuite mais obligatoire auprès de la Médiathèque au 05 61 97 10 05.

DISPARITION – Le prolifique dessinateur et scénariste de bandes dessinées Julio Ribera est décédé le dimanche 27 mai 2018. Né en 1927 dans une famille républicaine de Barcelone, il avait commencé sa carrière en Espagne avant de fuir le régime franquiste et de rejoindre Paris en 1954. Julio Ribera travaillera dans les journaux pour enfants Lisette, Pierrot, À tout cœur, Fillette, Bonjour bonheur, Spirou, L’Intrépide, Hurrah, Bayard, La Semaine de Suzette, Vaillant, Amis Coop, réalisant également de nombreux feuilletons pour France Soir, Le Parisien Libéré et L’Aurore. Il se rapproche de Pilote en 1955 pour des récits complets et des pages d’actualités. Création de la série « Dracurella » en 1973 et, en 1975, avec Christian Godard, du cycle galactique « Le Vagabond des Limbes ». Trente et un volumes chez Dargaud, le trente-deuxième, achevé il y a quelques années, devant paraitre prochainement. En 1976, le dessinateur avait participé, chez Hachette, à l’aventure de L’Histoire de France en bandes dessinées. À compter de 1985, dans la série « Chroniques du temps de la vallée des Ghlomes », avec Christian Godard toujours, Julio Ribera cultive un érotisme bon enfant. Il publie, en 2011, chez Bambou, une autobiographie titrée Julio Ribera, mon crayon et moi.

PRIX – « À l’occasion de la première édition de la New York Rights Fair, qui aura lieu les 30 et 31 mai 2018, en collaboration avec la Parsons School of Design et l’association culturelle Hamelin Cabanes de Aurélien Débat recevra la mention « Top Honorees for 2017 » dans la catégorie « Children’s Picture Books » et 5 maisons de Dominique Ehrhard, la mention « Honorable Mentions for 2017 » dans la catégorie « Architecture & Graphic Design ». Cette initative qui s’inscrit dans le programme « Talking Pictures : The Visual Book Now » créé pour la New York Rights Fair vise à mettre en valeur l’ingéniosité graphique et la créativité des livres illustrés. » (Brigitte Morel pour Les Grandes Personnes).

SALON – La trente-et-unième édition du Festival du Livre de jeunesse et de Bande dessinée de Cherbourg-en-Cotentin (Manche) s’installe sous chapiteaux, Plage verte, le long des quais du port de plaisance, du 31 mai au dimanche 3 juin 2018. « Le Festival du Livre de jeunesse et de Bande dessinée est un lieu de rencontres et d’échanges avec des auteurs et des illustrateurs autour de leurs créations. Sur le festival vous trouvez des ouvrages pour les bébés, les enfants de classes maternelles, de primaires, pour les collégiens, les lycéens, et même des livres en anglais. Les livres de cette édition ont pour thème l’eau. » Perticiaption des auteurs et illustrateurs Marine Rivoal, invitée d’honneur, Sigrid Baffert, Jean-Baptiste de Panafieu, Hélène Montardre, Nicolas Poupon, Marine Rivoal, euteure de l’affiche 2018, Jessie Magana, Céline Le Gallo, Clémentine Beauvais, Rémi Courgeon, Aurore Petit, Nathaniel Legendre, Paul Rouillac, Guillaume Nail, Florian Pigé, Stéphane Husar, Nathalie Minne, Mika Mundsen et Xavier Coste. Site de la manifestation ici.

MEDAILLE – Le jeudi 17 mai 2018, à la Mairie du 4e arrondissement de Paris, en présence des représentants des réseaux de la Ligue de l’enseignement et de l’Unaf, des administrateurs de Lire et faire lire, d’Alexandre Jardin, des partenaires de Lire et faire lire, des membres de sa famille et de ses amis, Michèle Bauby-Malzac, présidente de Lire et faire lire a reçu les insignes de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur. Cette distinction, proposée par le ministère de l’Education nationale, lui a été remise par Robin Renucci, comédien, ami fidèle de l’association. Site ici.

FORUM – Le mercredi 30 mai 2018, à 17 heures, à L’arc, Scène nationale Le Creuzot,  esplanade François Mitterrand au Creuzot (Saône-et-Loire), dans le sillage des Rencontres nationales d’enfants Théâ organisées par l’Office central de la coopération à l’école, forum Le théâtre jeunesse peut-il rire de la férocité du monde ? avec Philippe Gauthier, auteur, Pascale Daniel-Lacombre, metteuse en scène, Aurélie Armellini, doctorante en théâtre et philosophie. Contributions de Marie Bernadoce, professeur des universités, et de Christian Duchange, metteur en scène. Informations complémentaires ici.

RENCONTRE – Le mercredi 30 mai 2018, de 9 heures 30 à 18 heures 15, au Centre culturel Simone-Signoret, chemin du Cassiot à Canéjan (Gironde), une rencontre réunira les professionnels de la culture, de l’enfance et de la jeunesse pour une journée titrée Les nouvelles pratiques de la médiation artistique et culturelle. On y parlera théâtre, nouvelles technologies, relations avec les familles et pratiques tarifaires. Programme complet et modalités pratiques ici.

PRIX – Le jury des British Book Awards organisés par The Bookseller a récompensé, dans la catégorie jeunesse, The Lost Words de Robert Macfarlane (Penguin Random House Children’s, 2017) et The Hate U Give by Angie Thomas (Walker Books, 2017) paru chez Nathan, sous le même titre, en 2018. Première cette année, le jury a attribué  un prix « auteur de l’année » à Philipp Pullman, pour « son incroyable succès commercial tout autant que pour son authentique contribution à la santé générale du monde du livre » et un prix « illustrateur de l’année » à Axel Scheffler, connu pour la série « Gruffalo » vendue dans le monde entier à plusieurs millions d’exemplaires.

RENCONTRE – La Société des auteurs et compositeurs dramatiques organise le mercredi 30 mai 2018, de 14 heures à 17 heures, à La Maison des auteurs, 7 rue Ballu à Paris, une rencontre au cours de laquelle seront présentées les actions menées par les autrices et les auteurs adhérents de la SACD en milieu scolaire sur toute la France, au cours de l’année scolaire 2017-18. Réservation à cette adresse.

CONFERENCE – Le mardi 29 mai 2018, à 18 heures, au Centre Charles Péguy, 11 rue du Tabour à Orléans (Loiret), Virginie Chevalot, documentaliste du Centre Jeanne d’arc d’Orléans donnera une conférence Dans l’intimité d’une collection à propos des  premiers albums pour enfants consacrés à Jeanne d’Arc. Réservation ici.

ANNIVERSAIRE – L’association Nantes Livres Jeunes fête ses 20 ans en organisant, le samedi 26 et le dimanche 27 mai 2018, à la Manufacture des tabacs de Nantes (Loire-Atlantique), 10bis boulevard Stalingrad, un Salon du livre jeunesse, gratuit et ouvert à tous, et en réinvitant Géraldine Alibeu, Fred Bernard, Anne-Laure Bondoux, Anne Brouillard, Didier Daeninckx, Valérie Dayre, Claudine Desmarteau, Laëtitia Devernay, Yann Fastier, Emmanuelle Houdart, Benoît Jacques, Philippe Lechermeier, Charlotte Légaut, Albert Lemant, Laetitia Le Saux, Jean-Marc Mathis, Henri Meunier, Delphine Perret, François Roca et Sara avec lequels l’association a déjà travaillé. Le salon sera précédé de quatre jours de rencontres, du 22 au 25 mai, à Ancenis, Blain, Clisson, Couëron, Machecoul, Nantes, Pornic, Saint-Herblain, Saint Jean de Boiseau, Sainte Luce sur Loire, Saint-Nazaire, Saint-Sébastien, Savenay, Trignac, Treillières et Vertou. Site de la manifestation ici. Site de Nantes Livres Jeunes .

FORMATION – Le mercredi 30 mai 2018 de 18 heures à 21 heures, à la Minoterie, 75 avenue Jean Jaurès à Dijon (Côte d’Or), rencontre Connaître la littérature théâtrale jeunesse contemporaine : choisir, lire, mettre en scène un texte de théâtre avec Marie Bernanoce, professeur des Universités à l’UGA, université Grenoble Alpes et auteure, Laetitia Dubuis, médiatrice de ressources, Atelier Canopé 21, Gaelle Cabau, professeur de lettres au collège de Semur-en-Auxois, missionnée au service éducatif de l’Association Bourguignonne Culturelle et un metteur en scène. « Découvrez la diversité du théâtre contemporain pour la jeunesse. Quelles histoires, quelles esthétiques, quelles questions posées aux adultes et au théâtre dans son ensemble ? Quels auteurs, quels textes aborder avec des jeunes ? Quelles pratiques mettre en place avec ces textes ? Comment les mettre en scène ? » Renseignements et inscription à cette adresse.

TOURISME – Après dix mois de travaux et quarante millions d’euros d’investissement, le parc d’attractions Spirou ouvrera ses portes début juin à Monteux (Vaucluse). Daniel Bulliard, son créateur, espère 500 000 visiteurs dès la première année et promet « une dynamique Spirou » sur l’économie vauclusienne et régionale. Une centaine d’ouvriers, de décorateurs et de techniciens informatiques s’activent en permanence sur les huit hectares du parc : montage des quinze premières attractions, décorations des bâtiments, aménagement des six restaurants. « La sécurité et le souci du détail sont de rigueur au pays de Spirou, de Fantasio, de Marsupilami et de Lucky Luke. » Site officiel ici.

SALON – Organisée par l’Association REEL (Recherche à l’Ecole pour Ecrire et Lire), le Salon du livre jeunesse Les jolis mots de mai se déroulera les samedi 26 et dimanche 27 mai 2018, à Montauban (Tarn-et-Garonne), dans la salle Eurythmie, rue Salvador Allende. Thème choisi : Où je vis. Inauguration et proclamation des prix littéraires le samedi 26 mai, 10 heures 30. Du mardi 22 au mardi 29 mai, plus de 30 auteus visiteront 75 écoles. Participation assurée d’Annabelle Buxton, Anne Laval, Antonin Louchard, Barroux, Claire Garralon, Claudine Morel, Dominique Sorrentino-Florentz, Fanny Chartres, Frédérique Elbaz, Gaïa Guasti, Gérard Moncomble, Isabelle Gil, Jo Witek, Joanna Rzezak, Julie Colombet, Julien Billaudeau, Laurent Noblet, Loïc Gaume, Lucile Placin, Maria Jalibert, Marie Caudry, Marjorie Béal, Matthieu Sylvander, Nicolas de Hirsching, Patrick Bard, Simon Martin, Sophie Daxhelet, Sophie Vissière, Ximo Abadia et Zaü. Le programme détaillé est ici.

RENCONTRE – À la Bibliothèque Rainer Maria Rilke, 88 boulevard de Port-Royal à Paris, le samedi 26 mai 2018, à 16 heures 30, dans le cadre du festival Quartier du livre,  rencontre avec Marie Desplechin. « Dans ses romans pour la jeunesse, Marie Desplechin explore différentes veines littéraires, le roman historique avec Satin grenadine et Séraphine dont les thèmes principaux sont le XIXe et l’émancipation des femmes, le roman à plusieurs voix où se côtoient fantastique et réalité contemporaine avec Verte et Pome, les récits sur l’adolescence d’aujourd’hui dont notamment Le journal d’Aurore,  le fantastique et l’étrange avec Le monde de Joseph et Elie et Sam. Pour les adultes, elle a publié un recueil de nouvelles et des romans. Elle travaille régulièrement comme journaliste pour différents magazines et participe à l’écriture de scénarios de films. » Tout public. Sur réservation au 01 44 78 80 50.

FAIRE LA FETE – « Dans la toute première aventure d’Elmer, les éléphants décident d’organiser une fête chaque année pour célébrer l’originalité de l’éléphant bariolé : ils se décorent et ils paradent. Tout comme son éditeur anglais, Andersen Press, mais aussi ses nombreux éditeurs de par le monde (Japon, Roumanie, Bulgarie, Espagne, Brésil, Italie), Kaléidoscope dédie une journée à Elmer et, en 2018, c’est le le samedi 26 mai. Propositions d’activités ici.

DISPARITION – Notre amie Françoise Mateu vient de décéder ce lundi 21 mai 2018. Elle avait traversé pendant près de quarante ans plusieurs métiers du livre : libraire en librairie générale, libraire en librairie spécialisée jeunesse, collaboratrice de Suzanne Bukiet à la librairie L’arbre à livres largement ouverte aux cultures du monde, directrice éditoriale aux éditions Syros jeunesse, dès 1997, puis au Seuil Jeunesse (où elle succèda à Jacques Binstok), aux éditions du Sorbier et chez Albin Michel. Françoise Mateu revendiquait, lors du choix d’un texte,  exigence et subjectivité  : « On doit, quand on lit un manuscrit, être touché en tant que lecteur adulte. Ensuite, beaucoup de choses entrent en compte. Est-ce la proposition d’un ‘auteur-maison’ ? Et, dans ce cas, nous sommes plus indulgents. Le texte commence-t-il assez vite ? Y a-t-il une tension ? Une problématique ? Mais il n’y a pas que des questions de style et d’écriture. On doit en effet se demander, simplement, si le texte ‘rentre’ dans notre catalogue. » Son domaine privilégié était toutefois les albums. Elle venait d’écrire, avec Sébastien Perez, la préface de Curiosities, premier art-book de Benjamin Lacombe (Daniel Maghen, 2018). Impliquée depuis fort longtemps, et généreusement, dans les activités du CRILJ, elle s’intéressait particulièrement aux questions de formation et il n’était pas rare de la rencontrer lors d’une journée professionnelle pour parler édition ou sur un salon du livre, assurant la médiation d’une rencontre ou d’un débat.

SALON – Suite à la création de la Communauté de Commune Couserans-Pyrénées, l’idée s’est imposée de réunir tous les acteurs de l’ADECC (Agence de développement de l’économie culturelle en Couserans) autour de l’association ART’CADE, initiatrice du festival Ti’Stival de 2016 et de « proposer un moment fort et de co-porter un évènement, vitrine du travail collectif mené tout au long de l’année. » Pour la première édition de ce nouveau salon du livre jeunesse, les bibliothécaires ont invité Natali Fortier, Mélanie Rutten, Pauline Kalioujny et Quitterie Simon, quatre auteures ou auteures/illustratrices « au style, à l’imaginaire et à la sensibilité reconnaissables entre tous ». Ce sera sur le place du village de Sainte-Croix-Volvestre (Ariège), le vendredi 25 et le samedi 26 mai 2018. Des ateliers, des rencontres, des expositions, des spectacles. Le programme détaillé est ici.

THEATRE – A la Bibliothèque Faidherbe, 18-20 rue Faidherbe à Paris, le samedi 26 mai 2018, à 15 heures, la compagnie Les Livreurs propose, à l’occasion de leur vingtième anniversaire, Alice au pays des merveilles, seul(e) en scène d’après Lewis Carroll. « Alice au pays des merveilles, c’est comme un rêve très coloré avec des animaux qui parlent tout le temps. Un lapin blanc regarde sa montre de peur d’être en retard. Un lièvre et un loir prennent le thé, discutant de choses bizarres jusqu’à l’absurde. Une fausse tortue pleure tout le temps. La reine de coeur du jeu de cartes veut couper la tête de tout le monde pendant qu’on joue au croquet en tapant sur des hérissons. Et si cette histoire était vraie ? Quelles sont les règles du jeu dans la vie ? Qui les fait et pourquoi ? Quand on rêve, c’est vrai ou c’est faux ? Alice nous interroge en nous amusant – à l’heure du thé. » A partir de 8 ans. Sur réservation au 01 55 25 80 20.

EXPOSITION – Du mardi 22 mai 2018 au jeudi 10 janvier 2019, au Musée Aeroscopia, 1 allée André Turcat à Blagnac (Haute Garonne), mise en place d’une exposition de 800 mètres carrés Tintin et ses avions montée en collaboration avec le musée Hergé de Louvain-la-Neuve (Belgique). « Écrites en plein âge d’or de l’aviation, ‘Les aventures de Tintin’ sont imprégnées du dynamisme de l’industrie aéronautique. Hergé, leur auteur, passionné d’aviation, offre un rôle central aux avions dans les aventures de son héros, qui voyage souvent par les airs, voire pilote lui-même. » Site du musée ici.

TOUS ENSEMBLE – La ville de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) organise le samedi 26 mai 2018, dans sa salle des fêtes, avenue de la République, une journée à l’intitulé pas usurpé : 1968-2018 : 50 ans d’animation de lecture. Un riche programme avec la participation de Christian Grenier, Claire Nadaud, Dominique Richard, Véronique Massenot et Pef, parrain de la manifestation. Patrice Wolf tirera le portrait (littéraire sinon radiophonique) des invités et de quelques autres. Christophe Meunier, docteur en géographie à l’ESPE Centre-Val de Loire, donnera une conférence Sous le béton gris, la ville. Et puis des livres à acheter, une bourse d’échange, des jeux, des ateliers. Programme détaillé ici. Le CRILJ/orléanais se souvient d’une journée dans les années 1980 où, invité par Marie-France Beaufils et Raoul Dubois, il modéra à Saint-Pierre-des-Corps une périlleuse table ronde accueillant plusieurs invités québécois.

PRIX – Le Prix Imaginales catégorie jeunesse a été attribué à Ariel Holzl pour Les Sœurs Carmines t. 1 : Le complot des corbeaux (Mnémos, 2017). « Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses sœurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les mœurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône. » Le prix sera remis lors du Festival des mondes imaginaires Imaginales d’Epinal qei se déroulera du jeudi 24 au 27 mai 2018 et qui accueillera plus de trois cents auteurs et illustrateurs, y compris jeunesse. Site de la manifestation ici.

FORMATION – A l’occasion de son anniversaire, l’association Lire à Voix Haute Normandie transforment les observatoires trimestriels organisés depuis vingt ans en quatre journées de séminaire sur le thème La fête avec les albums et les bébés : émerveillement et jubilation. « Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine journée pendant laquelle, nous nous retrouverons notamment autour d’une conversation avec l’auteur-illustrateur Philippe Dumas, président d’honneur de l’association et illustrateur de notre logo. » Ce sera le jeudi 24 mai 2018 sous l’intitulé Les albums, les bébés autour de nous. Places limitées et inscriptions ici.

INITIATIVE – Le conseil départemental des Hautes-Pyrénées a mis en place une opération Livres voyageurs consistant à déposer 650 romans pour adolescents dans les bus scolaires des collégiens. Ceux-ci pouvaient les prendre et les feuilleter ou les emmener chez eux pour les lire, les offrir à des amis, ou les remettre dans le car pour le prochain voyage.

EXPOSITION – Une rétrospective consacrée au dessinateur Mic Delinx, créateur (avec Christian Godard au scénario) de « La jungle en folie », série initialement publiée par Pif gadget d’octobre 1969 à janvier 1974, est proposée par la galerie Huberty & Breyne, 91 rue Saint Honoré à Paris, du mercredi 23 mai au samedi 23 juin 2018. Mic Delinx travailla également pour Pierrot, Fripounet et Marisette, Pilote. « J’évite le plus possible d’avoir affaire à des personnages humains. Qu’Hollywood s’en charge. Je possède un royaume à moi dans lequel des animaux et même des objets inanimés parlent, pensent et agissent comme des êtres humains, mais avec un charme supérieur d’un monde féerique et magique qui convient à ma poésie. » Vernissage le mardi 22 mai. Site de la galerie ici.

EXPOSITION – Du mardi 22 mai 2018 au dimanche 7 octobre 2018, le musée du quai Branly Jacques-Chirac, musée des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques, 37 quai Branly à Paris, ouvre son Magasin des Petits explorateurs. Dans cette exposition, l’établissement revient sur la représentation de l’autre dans la littérature pour la  jeunesse, avec ses héros coloniaux et ses personnages stéréotypés. « Pendant des siècles, les écrivains et artistes européens ont façonné un imaginaire empreint d’ambivalences : les stéréotypes y croisent les désirs d’aventure, le romantisme se mêle au racisme commun. L’exposition interroge l’évolution de cette littérature jeunesse, depuis les récits de voyages de Cook et Bougainville jusqu’à nos jours. On y croise Robinson Crusoé et son compagnon Vendredi, La Famille Fenouillard embarquée malgré elle pour un voyage en Amérique, Phileas Fogg et Passepartout, et d’autres héros coloniaux et aventuriers comme Bob Morane, Dady Risquetou, Freddy la Bougeotte. Des récits qui, s’ils convoquent parfois la nostalgie, présentent des exemples édifiants du colonialisme occidental ayant accompagné les petits enfants curieux dans leur découverte du monde. » Site du musée ici.

PRIX – Après avoir reçu, en décembre 2017, de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) et de le Société civile des auteurs multimedia (SCAM), un premier prix pour l’ensemble de son œuvre, Thomas Lavachery reçoit, en ce mois de mai 2018, une deuxième distinction avec l’attribution du Grand prix triennal de littérature de jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles (15 000,00 euros). Il est le cinquième lauréat de ce prix qui récompense tous les trois ans un(e) auteur(e) ou un(e) illustrateur(trice) issu(e) de la Fédération Wallonie-Bruxelles dont l’ensemble des publications constitue déjà une œuvre. Le roman fantastique Bjorn le morphir publié par l’école des loisirs en 2004 a été vendu à plus de cent mille exemplaires.

RENCONTRE – A la Bibliothèque Crimée, 42 rue Petit à Paris, le mercredi 23 mai 2018, à 14 heures 30, rencontre avec Nathalie Stragier. « Auteure de la trilogie ‘La fille du futur’ (Syros), Nathalie Stragier a d’abord été scénariste avant de se lancer dans l’écriture pour la jeunesse. Ce qui a sans doute contribué à la grande réussite de cette trilogie, drôle, pleine de rebondissements et qui fait mouche sur les inégalités entre les hommes et les femmes. » A partir de 10 ans. Information complémentaires au 01 42 45 56 40.

DISPARITION – Le dessinateur de bandes dessinées William Vance est décédé le lundi 14 mai 2018. « Tu vas me manquer fort, mon vieux lion. » (Yves Schlirf, directeur éditorial de Dargaud pour le Bénélux). Né en 1935 à Anderlecht, William Vance a étudié à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles et démarré sa carrière dans la publicité. Entré au journal Tintin en 1962 pour des illustrations de récits, il y dessine, dès 1964, la série d’aventures maritimes « Howard Flynn » sur des scénarios d’Yves Duval. Il crée le western « Ringo » en 1967, avec Jacques Acar, Yves Duval et André-Paul Duchâteau au scénario, puis travaille, à compter de 1969, sur « Bruno Brazil », série d’espionnage écrite par Greg. Il avait, en 1967, succédé à Forton pour le dessin des aventures de « Bob Morane » signés Henri Vernes. Il dessinera ensuite les séries « Rodric » (1972), « Ramiro » (1974). « Bruce J. Hawker » (1976). William Vance est principalement connu pour avoir créé, avec le scénariste Jean Van Hamme, la trépidante série « XIII » dont il illustra, entre 1984 et 2007, dans un style réaliste virtuose, dix-huit des dix-neuf premiers albums, avant de céder la place en 2010 à Youri Jigounoven, pour cause de maladie de Parkinson. Les trois premiers épisodes avaient été pré-publiés dans le journal Spirou. Quatorze millions d’exemplaires vendus dans plus de 20 pays, deux jeux vidéo (1997 et 2003), deux séries pour la télévision en 2008 et en 2011, plusieurs jeux de grattage édités par la Française des jeux. Le dessinateur avait reçu en 2009 le titre de citoyen d’honneur de la Ville de Bruxelles en reconnaissance de « sa qualité de dessinateur de bandes dessinées de réputation internationale ».

LOUCHE OU PAS – Selon The Guardian, quotidien britannique, des livres pour enfants sont de plus en plus fréquemment mis en vente sur Amazon à des prix totalement déconnectés de la réalité. Ainsi, un simple livre d’occasion sera proposé pour 10 000 francs voire plus. On parle de blanchiment d’argent. Chercheur à l’Institut de lutte contre la criminalité économique à la HEG Arc, Mariame Krauer-Diaby estime que cette thèse est plausible : « Le délinquant va ouvrir un compte de vente sur Amazon et proposer des livres d’occasion à des prix élevés. Par la suite, un membre du réseau du blanchisseur achète ces livres. Les revenus générés sont ainsi tout à fait licites ». Amazon mène l’enquête et la piste d’un bug informatique n’est pas exclu.

EXPOSITION – La Médiathèque du Bois fleuri, pôle culturel et sportif du Bois fleuri, rue Lavergne à Lormont (Gironde) propose du 18 mai au 16 juin 2018, une exposition Contes et voyages, 20 ans d’illustrations pour la jeunesse consacrée à Régis Lejonc, soit trente images accompagnées d’un cartel sur lequel l’illustrateur commente l’illustration présentée. « Régis Lejonc fait partie de la génération révélée par les éditions du Rouergue au début des années 1990. Il a été publié chez une quinzaine d’éditeurs depuis, s’est lancé dans l’écriture de textes d’albums, puis dans la direction de collections. Il a également illustré pour la publicité et pour diverses agences de communication en France, au Canada et aux États-Unis pour finalement se consacrer pleinement à la littérature jeunesse depuis 2005. » Le mercredi 23 mai, à 15 heures 30, lecture dessinée Kodhja avec Thomas Scotto et Régis Lejonc. Vernissage de l’exposition le vendredi 25 mai, à 12 heures. Informations complémentaires au 05 56 74 59 80.

EXPOSITION – Fabio Gambaro, directeur de l’Institut culturel italien de Paris, 50 rue de Varenne, nous informe (in extremis) du vernissage de l’exposition Prise de vue : regards sur l’illustration italienne contemporaine organisée en collaboration avec la Bologna Children’s Book Fair, le mercredi 16 mai 2018, à 19 heures. « Parmi les 80 illustrateurs sélectionnés par le jury international de la Foire de Bologne, l’Institut culturel italien expose les œuvres des artistes italiens retenus pour l’édition 2018 : Monia Antonelli, Davide Bonazzi, Beatrice Cerocchi, Michela Fabbri, Caterina Gabelli et Sara Maragotto, Maria Gabriella Gasparri et Manuela Mapelli, Monica Hernandez, Laura Menis, Daniela Pareschi, Giordano Poloni, Simone Rea, Marco Sandreschi, Monica Zani et Maurizio Zorat. » Interventions de Elena Pasoli, directrice de l’exposition des illustrateurs de la Foire de Bologne et Xavier Pangaud, professeur à l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD). Réservation obligatoire ici. Exposition ouverte jusqu’au mercredi 6 juin 2018. Site de l’Institut culturel italien à cette adresse.

PARUTION – Les éditions Daniel Maghen publient Curiosities, une monographie (2003-2016), le premier artbook de Benjamin Lacombe, en version bilingue français-anglais. Préface de Sébastien Perez et Françoise Mateu, directrice éditoriale au Seuil Jeunesse. « Regroupant une grande variété de travaux résumant ses 15 premières années de carrière, ce livre nous permet de rentrer dans l’univers inventif de cet infatigable créateur. Reprenant certaines de ses illustrations les plus célèbres issues de la trentaine de livres et albums qu’il a illustrés, l’ouvrage propose aussi de nombreux dessins totalements inédits pour le grand public provenant de ses recherches, croquis, travaux pour des films d’animations ou projets inaboutis. S’étalant sur un très grand registre graphique allant de la peinture, à l’affiche en passant par le volume, la scénographie de lieux et d’expositions ou la création de collections de vêtements ou d’objets, ce catalogue d’une grande richesse permet de mieux appréhender cet artiste unique. » Daniel Maghen, 2018, 304 pages, 35,00 euros. Tirage de tête : 150,00 euros. Site de la galerie Daniel Maghen ici.

PRIX – « Le Prix Hautes-Pyrénées, tout en auteurs favorise, depuis sa création en 2008 par la médiathèque départementale, la lecture plaisir chez les adolescents et contribue au partenariat ainsi qu’à la valorisation des acteurs du livre au plan départemental. Une sélection de 10 romans est proposée chaque année aux jeunes de 11 à 15 ans. » Du lundi 14 au vendredi 18 mai 2018, les jeunes lecteurs rencontreront les auteurs sélectionnés. Ils remettront leurs prix aux deux lauréats, le jeudi 17 mai. En 2017, à l’occasion du neuvième prix, 1300 collégiens avaient participé à cinquante six rencontres.

REVUE – Le dossier du numéro 300 d’avril 2018 de La revue des livres pour enfants que publie, à la BnF, le Centre national de la littérature pour la jeunesse, est titré Jouer ? « Au bout de 300 numéros il n’y aurait donc plus rien à dire sur les livres pour enfants qu’il faille aller chercher ailleurs matière à dossier ? Mais le jeu est-il vraiment un ailleurs du livre ? Rien de moins sûr tant le livre se fait jeu, tant les artistes de la littérature jeunesse s’en rapprochent, tant se mêlent les imaginaires de ces deux mondes, tant le jeu s’impatiente d’explorer de nouveaux territoires, tant les lieux du livre s’ouvrent aux pratiques du jeu. Et tant les enfants qui circulent de l’un à l’autre sont les mêmes. » Avec notamment des articles de Gilles Brougère, Jacques Desse et Céline Ménéchin. L’éditorial de Jacques Vidal-Naquet revient sur une récente « campagne nauséabonde [qui] revet les habits d’une censure qui ne dit pas son nom. » A signaler également l’article Laboratoire du coloriage : exploration en images d’un genre bien particulier que signe Hélène Valotteau. Prix du numéro : 12,00 euros. Bon de commande et abonnement ici.

FORMATION – Le librairie La Renaissance, 1 allée Marc Saint-Saëns à Toulouse (Haute Garonne), organise le jeudi 17 mai 2018, de 9 heures à 13 heures, une présentation de la maison d’édition Les Fourmis Rouges avec Manuel Marsol et Carmen Chica, auteurs de La Montagne. « Un homme gare son camion et descend pour faire une pause. Il pénètre dans une forêt en apparence banale. Il s’égare et entame un merveilleux périple. » Inscription obligatoire ici.

PRIX – Le prix Bermond-Boquié 2018 a été attribué par des classes de cycle 3 au roman Sur la route d’Indianapolis de Sébastien Gendron (Magnard, 2017). « Ce prix rend hommage au travail de Monique Bermond et Roger Boquié, qui durant toute leur vie ont oeuvré pour la promotion de la littérature pour la jeunesse et ont choisi de faire don à la Bibliothèque municipale de Nantes de leur collection de 24 000 documents, créant ainsi le Centre Bermond-Boquié, centre de recherche et d’information sur l’édition francophone pour la jeunesse. »

EXPOSITION – La médiathèque de Loudun, dans la Vienne, propose, depuis le samedi 5 mai et jusqu’au dimanche 3 juin 2018, à la Collégiale Sainte-Croix, place Sainte-Croix, une exposition Illustration(s) mettant en avant, au travers d’une centaine d’œuvres, les techniques de travail de Cécile Bonbon (tissu), Lucie Félix (géométrie), Camille Garoche (papier découpé) et Philippe UG (pop up). Informations complémentaires au 05 49 98 62 00.

COLLOQUE – L’université catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique) organise, les mercredi 16 et jeudi 17 mai 2018, dans le salle du Conseil FIAL, place Blaise Pascal,  un colloque intitulé Les novellisations pour la jeunesse : nouvelles perspectives transmédiatiques sur le roman pour la jeunesse avec notamment des interventions de Marc Lits, Laurent Déom, Jan Baetens, Bochra Charnay, Laurence Le Guen. « Ce colloque fournira la première occasion de travailler spécifiquement sur les novellisations, prises au sens large, c’est-à-dire les adaptations transmédiatiques depuis divers médias (bande dessinée, cinéma, animation, télévision, théâtre, spectacle, jouet, jeu de rôle, jeu vidéo, etc) vers le roman pour la jeunesse. On en trouve, à destination des enfants, dès les origines de l’ère médiatique, mais le phénomène éditorial atteint aujourd’hui des proportions jamais vues. » Programme détaillé ici.

PARUTION – Le Point publie Le Seigneur des anneaux : mythes et origines. « Après le succès de ses hors-séries Disney et Harry Potter, Le Point Pop s’aventure en Terre du Milieu pour un voyage épique à la suite de l’écrivain le plus inventif et le plus passionnant de sa génération. Si la culture pop est ce qu’elle est aujourd’hui, c’est parce que Tolkien nous a ouvert les portes d’un royaume infini, fait de littérature et d’histoire, de philosophie, de poésie et de plaisir. Il y a donc beaucoup de tout cela dans ce numéro d’autant plus collector qu’il bénéficie des superbes dessins de John Howe, célèbre illustrateur de Tolkien et directeur artistique des films de Peter Jackson, qui les a réalisés spécialement pour nous. Les grands spécialistes français et anglo-saxons du genre ont également participé, mettant leur expérience et leurs lumières au service de cette expédition. » 100 pages, en kiosque, 7,90 euros.

COMMERCE – Amazon ouvre, aux Etats-Unis, un nouveau service avec Prime Book Box Kids, box littéraire qui contient plusieurs ouvrages jeunesse envoyés chaque mois (ou tous les deux mois ou tous les trois mois) aux abonnés. Chaque box coûte 22,90 dollars, permettant de réaliser des économies sur le prix des livres vendus séparément. La plateforme propose quatre offres (0-2 ans, 3-5 ans, 6-8 ans et 9-12 ans) assortie d’une personnalisation si l’on répond à quelques questions à propos du lecteur à qui la box est destinée. Amazon ne précisant pas si la sélection est le fait d’un libraire ou d’un algorithme, on dira que c’est un algorithme.

TOURISME – L’Atomium et les Schtroumpfs fêtent ensemble leurs soixante ans et La Schtroumpf Expérience, « plongée inédite dans l’univers magique des petits lutins bleus » à partager en famille, ouvre ses portes le samedi 9 juin 2018, dans le Palais 4 de Brussels Expo, place de Belgique. Le site est ici et il est d’ores et déjà possible d’acheter son billet.

PARUTION – Vient de paraitre Hugo Pratt, lignes d’horizons, ouvrage collectif sous la direction d’Hélène Lafont-Couturier. « De l’Amérique à l’Océanie, de l’Afrique au Grand Nord, Hugo Pratt explore toutes les géographies et les musées du monde. Inspiré par ses voyages et ses lectures, il porte sur ces cultures le regard d’un historien, d’un humaniste, mais surtout d’un artiste d’exception. Dans ce livre-objet, le musée des Confluences de Lyon met en résonance l’oeuvre d’Hugo Pratt et les objets ethnographiques qui nourrissent son imaginaire. L’ouvrage se plie et se déplie au gré de ses récits. Une invitation au voyage, entre rêve et réalité. » Editions Courtes et Longues et  Musée des Confluences de Lyon, 2018, 48 pages, 16,00 euros.

SALON – La Fête du livre de jeunesse de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) organisée par l’association Eclats de lire de Manosque et l’association Croq’livres de Forcalquier se déroulera du lundi 14 au samedi 19 mai 2018. Participation de Ilya Green (invitée d’honneur), Ramona Bădescu, Juliette Binet, Delphine Bournay, Malika Doray, Evelyne Mary, Samuel Ribeyron et Stéphane Servant. « Depuis 1990, [la Fête du livre] a lieu une fois par an au printemps et s’adresse à tous les enfants, des tout-petits aux adolescents et à tous les adultes qui souhaitent découvrir la littérature jeunesse actuelle. Elle propose, sur un thème choisi chaque année, des rencontres avec des auteurs et des illustrateurs, des expositions, des spectacles, des lectures, des animations et des ateliers. » La journée professionnelle du lundi 14 mai sera consacrée au livre dans le développement du tout-petit. Programme complet ici.

RENCONTRE – A l’occasion de la parution de Harry Houdini, superhéros de la magie dans la collection « Des graines et des guides », les éditions À dos d’âne organise, le dimanche 13 mai 2018, à 17 heures, à la librairie du Théâtre du Rond-Point, 2bis avenue Franklin D. Roosevelt à Paris, une signature-dédicace des auteurs Philippe Beau et Axelle Corty et de l’illustratrice Anastassia Elias pour leur livre Les ombres, c’est magique ! en librairie le 11 juin. Philippe Beau proposera une démonstration de l’ouvrage, à 16 heures 15, à l’issue de la représentation du dimanche 13 mai, 15 heures, de Wade In The Water par la compagnie 14:20. Site du Théâtre du Rond-Point ici.

PARUTION – Vient de paraitre Jeux d’écriture(s) et de réécriture(s) du cycle des Harry Potter de J. K. Rowling par Marie-France Burgain. « Vingt ans après la sortie du premier tome, l’univers des Harry Potter est toujours présent en librairie, au cinéma et sur Internet mais également, depuis l’été 2017, sur une scène de théâtre londonienne. Cet ouvrage analyse les processus d’écriture et de réécriture à l’oeuvre à l’intérieur et autour de cet univers de fiction. En effet, les choix stylistiques et littéraires de l’auteure encouragent une lecture à la fois captive et distanciée qui peut expliquer, en grande partie, la projection des lecteurs dans ce monde et leur envie de le retrouver et de le prolonger à travers de multiples médias. » Peter Lang 2018, 362 pages, 47,00 euros.

INITIATIVE – Dédiée aux jeunes lecteurs de 4 à 12 ans, La Cigogne Volubile, huitième édition du Printemps des livres jeunesse du Maroc, racontera la famille, du jeudi 10 au samedi 12 mai 2018, dans les Instituts français d’Agadir, Casablanca, El Jadida, Essaouira, Fès, Kénitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Tanger et Tétouan. « Des auteurs, illustrateurs, conteurs, libraires, comédiens et musiciens seront présents pour accompagner les plus jeunes lecteurs à la découverte du monde merveilleux du livre. Pendant trois jours, des rencontres, des ateliers de création, des projets pédagogiques, des projections, des expositions et des spectacles de conte auront lieu. Parce que la littérature jeunesse aide les plus jeunes à construire leur regard sur le monde tout en enchantant leur univers, petits et grands sont invités à ouvrir grand leurs yeux et leurs oreilles. » La Cigogne Volubile, c’est aussi près de 3 000 livres vendus dont la moitié offerte aux enfants inscrites dans des écoles publiques et des associations grâce aux chèques-livres financés par des donateurs et des entreprises privés. A noter la participation de l’illustrateur Marc Boutavant qui signe l’affiche de la manifestation.

RENCONTRE – Une table ronde (en vietnamien) Écrire pour la jeunesse : comment toucher les cœurs ? aura lieu le jeudi 10 mai 2018, à 18 heures, à L’Espace, Institut français, 24 rue Tràng Tiên à Hanoï (Vietnam), à l’occasion du lancement de l’édition vietnamienne de Simple, roman de Marie-Aude Murail.

VENTES – Une planche datant des années 1956-1957 du dessinateur de manga japonais Osamu Tezuka (1928-1989) représentant Astro, le petit robot, a été vendue aux enchères chez Artcurial, le samedi 5 mai 2018, au prix de 269 400 euros, soit cinq fois le montant estimé. « En 25 ans, c’est la première fois que j’ai à la vente une planche de Tezuka, le Hergé de la BD japonaise. Je n’aurais jamais cru en avoir une. « Astro Boy » est une œuvre emblématique, qui a bercé l’enfance de toute une génération » explique Eric Leroy, expert chez Artcurial. Parmi les 280 lots vendus samedi, une planche d’Albert Uderzo, extraite de La galère d’Obélix, a été adjugée au prix de 123.500 euros.

JOURNEE D’ETUDE – Le Centre national de littérature pour la jeunesse-Joie par les livres (BnF) organise, le jeudi 17 mai 2018, à la Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg à Paris, une journée d’étude Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ? « A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque 68 and Boundaries of the Chilhood (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde. Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui. » Co-organisation : Fonds patrimonial Heure Joyeuse et Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international The children’s ‘68. Programme détaillé ici. Gratuit sur inscription auprès de Marion Caliyannis..

EXPOSITION – A la Bibliothèque Germaine Tillion, 6 rue du Commandant Schloesing à Paris, du mercredi 9 mai au samedi 16 juin 2018, exposition Anne Crausaz consacrée à Raymond l’escargot, personnage créé par l’illustratrice aux éditions MeMo. Les mercredis 16, 23 et 30 mai, à 15 heures 30, jeux de mémory, puzzle et coloriages « pour se familiariser avec la personnalité de Raymond l’escargot et mieux connaitre son parcours au rythme des saisons. » A partir de 4 ans. Réservations au 01 71 18 97 37.

THEATRE – Au bois est une rééécriture féministe par Claudine Galéa du Petit chaperon rouge dans laquelle la petite fille sage et naïve a cédé sa place à une adolescente d’aujourd’hui, rebelle et insolente. « Plus question pour elle de traverser la forêt pour apporter gentiment une galette et une bouteille de vin à sa grand-mère. Comme tout ado qui se respecte, la jeune femme préfère sortir avec ses copines, renvoie sa mère dans les cordes et la laisse se charger de cette visite imposée qui, pour toutes les deux, relève de la triste corvée. » Plus pour les enfants, certes, mais remarquable et très abouti, Benoît Bradel, metteur en scène, reconstituant « cet univers un rien cauchemardesque » avec un beau talent. A signaler une excellente Kristelle Paré en jeune femme insoumise et déterminée. « Entre le conte et le périph’, la légende et le fait divers, Au bois est une histoire d’insoumission et de liberté où les filles, qu’elles soient mères ou adolescentes, sont avant tout des femmes qui ne s’en laissent plus conter. Ni par les parents, ni par les loups, ni par les bois, ni par les chasseurs, ni par la rumeur, cette vox populi qui affiche sa morale puritaine et qui, sournoisement, a faim de vengeance et de sang. » Au théâtre de la Colline jusqu’au samedi 19 mai 2018. Site du théâtre ici.

INSTALLATION – A la Médiathèque Marguerite Duras, 115 rue de Bagnolet à Paris, du samedi 5 mai au samedi 30 juin 2018, mise en place d’ine installation de Claire Dé, Le petit théâtre du blanc,  pour les enfants dès 3 ans. « À partir de son album Imagine, c’est tout blanc (Les Grandes Personnes, 2015), Claire Dé a imaginé une installation jeu sensorielle où les enfants sont invités à faire l’expérience du blanc, qu’il soit couleur, matière, lumière. Tout est là à disposition des petites mains, pour s’inventer un monde et s’éveiller à l’art.  L’installation propose aux enfants d’élaborer et de développer des jeux imaginaires et sensoriels à partir de photographies et de matériaux blancs : des matériaux visuels, tactiles, sonores, moteurs qui sollicitent les cinq sens. Elle est conçue comme un réservoir d’éléments à activer, à associer, à extrapoler, par le jeu, le ressenti et l’imaginaire. » Claire Dé, artiste plasticienne et photographe, a réalisé plusieurs livres de photos pour les enfants : Arti show, Ouvre les yeux, À toi de jouer, Devine : à quoi on joue, publiés aux éditions Les Grandes Personnes. Informations complémentaires au 01 55 25 49 10.

EXPOSITION – L’Abbaye de Caunes-Minervois (Aude), place de l’église, propose, depuis le mardi 1ier mai et jusqu’au dimanche 30 décembre 2018, une exposition Spirou de main en main. « Au fil des histoires que lui ont concocté plus de trente dessinateurs et scénaristes depuis sa création, le personnage de Spirou a bien grandi. Le jeune gamin espiègle créé en 1938 pour animer les pages d’un magazine destiné à la jeunesse, est devenu un aventurier généreux dont les exploits se déclinent en plus de 80 albums. » En partenariat avec le Musée de la Bd de Bruxelles. Informations complémentaires au 04 68 78 09 44.

PRIX – Les lauréats de l’édition 2018 du Prix Chronos Suisse sont, dans la catégorie juniors, Manon Fargetton pour son ouvrage Robin, à la dernière seconde (Rageot, 2017) et, dans la catégorie seniors, Hubert Ben Kemoun pour Joyeuses Pâques et bon Noël (Thierry Magnier, 2017).

COURRIER – « À l’occasion de la parution du centième livre de la collection « Théâtrales Jeunesse », les éditions Théâtrales organisent un festival virtuel. Dix « newsletters extraordinaires » seront envoyées entre le 9 mai et le 1er juin 2018. Chacune de ces newsletters offrira à son lecteur un cadeau numérique : vidéo, test psychologique, recette de cuisine, trombinoscope, horoscope et autres minutes nécessaires et farfelues. Les auteur.rice.s et l’équipe des éditions Théâtrales vous donnent rendez-vous pour une série de festivités ». Inscription à la newsletter ici.

CONFERENCE – Le mercredi 4 mai 2018, dans le cadre d’un cycle titré Mai 68 : le littérature de jeunesse en marche ! (sic), le Centre de littérature de jeunesse de Bruxelles, 8 rue du Frontispice, reçoit Janine Kotvica, de 10 à 12 heures, pour une conférence Les « risques sublimés » de François Ruy-Vidal. Lors d’une prochaine matinée, le 31 mai, sera accueilli Christian Bruel. « Le fil conducteur de ce cycle de conférences est la question des portes ouvertes aux auteurs, illustrateurs, éditeurs de jeunesse par mai 68, qui se referment insidieusement pour de multiples raisons aujourd’hui, il nous a semblé logique de nous pencher d’abord sur le passé plus ou moins récent, puis de nous intéresser à ce qui se passe aujourd’hui. » Inscription obligatoire ici.

PRIX – Le Prix Enfantaisie 2018 a été remis le mercredi 25 avril par la Fondation Payot pour la promotion de la lecture et l’Institut suisse Jeunesse et Médias ISJM. Les lauréats sont : Le chevalier blanc de Michaël Escoffier et Stéphane Sénégas (Frimousse, 2017) et Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker et Jon Klassen (Gallimard, 2017).

CONFERENCE – Le vendredi 4 mai 2018, 18 heures, dans l’auditorium du Musée des Beaux-Arts, 1 rue Fernand Rabier à Orléans (Loiret), conférence La Jeanne d’Arc de Boutet de Monvel : enjeu et contexte par Olivier Bouzy, attaché de conservation du patrimoine, docteur en archéologie et historien médiéviste, en charge des collections du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans. Informations complémentaires au 02 38 79 21 83.

EXPOSITION – A l’occasion des commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, l’Institut de Touraine, 1 rue de la Grandière à Tours (Indre et Loire) a mis en place une exposition, Mémoire de mémoires, pour « promouvoir auprès des étudiants internationaux et des habitants de la ville leur vision de la paix. » Ouverte au public depuis le dimanche 29 avril 2018 et pour une durée de deux mois, l’exposition regroupe des objets du quotidien et de la littérature jeunesse d’époque, prêtés par la bibliothèque municipale de Tours. « Elle se compose aussi de créations des étudiants internationaux de l’établissement. Ils se sont notamment beaucoup inspirés de la réécriture du célèbre conte de Charles Perrault, Le Petit Chaperon Rouge dans La Grande Guerre paru en 1917″, souligne Sylvie Janin, professeure de français langue étrangère à l’Institut de Touraine.

PRIX – Crée en 2006, le Prix RTS Littérature Ados a pour vocation de promouvoir la création littéraire destinée aux jeunes, d’inciter ces derniers à lire et à débattre. Décerné chaque année à un ouvrage dédié en priorité aux 13-15 ans, ce sont des adolescents de cette tranche d’âge qui attribuent le prix à l’auteur de leur ouvrage préféré. Après deux heures de débats passionnés autour des cinq romans en lice, ils ont, cette année, primé Camille Brissot pour son roman La Maison des reflets (Syros, 2017). Plus d’informations ici.

EXPOSITION – L’exposition André François et la publicité, en place depuis le samedi 21 avril et jusqu’au jeudi 24 octobre 2018, au Centre André François, Centre régional de ressources sur l’album et l’illustration (CRRAI), 70 rue Aimé Dennel, à Margny-lès-Compiègne (Oise) sera inaugurée le samedi 2 juin à 17 heures. Site du centre ici.

FORMATION – Le jeudi 3 mai, de 9 heures 30 à 12 heures 30, à bibliothèque de la Part-Dieu, 30 boulevard Marius Vivier à Lyon (Rhône), matinée de réflexion J’aime la lecture, savez-vous comment ? proposée par l’association A livre ouvert autour de la place du livre dans le développement du tout-petit, à destination des professionnels de la petite enfance, du livre et de l’animation et aux parents. Intervention à deux voix avec Marie-Paule Thollon-Behar, psychologue et docteur en psychologie, spécialiste de la psychologie du développement de l’enfant. et Aline Martin, lectrice et coordinatrice de l’association « A livre ouvert ». Animation : Sophie Ignacchiti, psychologue et docteur en psychologie.

SALON – Le Salon du Livre du Grand Narbonne (Aude) qui se déroulera du vendredi 3 au dimanche 6 mai 2018 sur le Cours Mirabeau inclut deux journées dédiées aux scolaires,  les 3 et 4 mai. « Plus grande manifestation littéraire de l’Aude, le Salon du Livre du Grand Narbonne met à l’honneur tous les genres à travers des rencontres, des tables rondes, des expositions, des spectacles. Ce sont plus d’une centaine d’auteurs et de professionnels du livre qui seront présents lors de cette édition 2018. Ecrivains, illustrateurs, éditeurs et libraires participeront à ces deux jours d’échanges, reflets de la grande diversité des styles littéraires et artistiques. » Sont annoncés côté jeunesse : Philippe Archer, Mary Aulne, Fabienne Blanchut, Loïc Clément, Gwladys Constant, Catherine Cuenca, Michel Fruitet, Chrysostome Gourio, Johan Heliot, Justine Jotham, Olivier Ka, Régis Lejonc, Lorris Murail, Daniel Pagés, Ghislaine Roman, Daniel Royo, Marie Nathalie Serre, Sandrine Sirvent, Monique Subra, Laurence Talairach, Eléonore Thuillier, Flore Vesco et Vincent Villeminot  Détails à partir de cette page.

POP-UP – La bibliothèque Léopold Sédar Senghor, 4 rue Maurice Ravel à Buxerolles (Haute-Vienne) fait focus sur les pop-up avec, le mercredi 2 mai 2018, de 17 heures à 17 heures 30, une animation Pépites d’histoires sur le genre pop-up et, le mercredi 23, l’accueil de l’ingénieur papier Philippe Ug pour un atelier adultes et enfants, de 15 heures  à 16 heures 30. Signature à la librairie Gibert de Poitiers à partir de 16 heures 30. Renseignements complémentaires au 05 49 45 27 31.

TELEVISION – La Cabane aux histoires, série d’animation coproduite par Dandelooo et par Caribara Production et réalisée par Célia Rivière, a pour objectif d’initier les 4-7 ans au plaisir de la lecture en leur faisant découvrir quelques grands talents de la littérature pour la jeunesse. « Quatre enfants se retrouvent dans une cabane. Là, ils choisissent un livre et l’aventure commence. Lisette, la grande sœur, raconte une histoire fabuleuse, l’illustration prend vie, les pages s’animent. » Depuis ses débuts en novembre 2016, La Cabane à Histoires a déjà été diffusée au Portugal (RTP), au Mexique (Once Tv), au Canada (Yoopa), en Chine (Huashi), au Brésil (Globosat), en République Tchèque (Ceska tv), en Corée du Sud (CJ E&M), en Espagne (ETB), en Estonie (ERR), en Lithuanie (LTV), en Norvège (NRK), en Finlande (YLE), en Suisse (RTS), en Suède (SVT) et en Islande (RUV). Elle est le lauréat 2018 de la catégorie preschool des Emmy Kids Awards. La deuxième saison est en cours de diffusion sur Piwi+, chaîne française du cable, propriété du Groupe Canal+ et destinée aux enfants de 3 à 6 ans.

EXPOSITION – Une exposition d’originaux de l’album de Pierre Delye et Martine Bourre Le P’tit Bonhomme des bois (Didier jeunesse, 2003) est en place à la Médiathèque de La Riche (Indre et Loire), place du Maréchal Leclerc, depuis le mardi 17 avril et jusqu’au samedi 2 juin 2018. « Il était une fois un p’tit bonhomme des bois, un peu tête en l’air et espiègle avec ça. Ce jour-là, le p’tit bonhomme des bois marche dans la forêt. Il suit le chemin et ses pensées. Mais caché derrière un arbre, un blaireau le regarde et se dit : Oh, un p’tit bonhomme des bois, ce doit être bon un p’tit bonhomme des bois, je n’ai jamais mangé de p’tit bonhomme des bois, je mangerai bien du p’tit bonhomme des bois … » Atelier Méli-Mélo d’illustrations et de collages à la manière de Martine Bourre le mercredi 2 mai, 15 heures. Spectacle de Pierre Delye P’tit bonhomme & Cie, le mercredi 16 mai, 15 heures. Atelier et spectacle (à partir de 5 ans) sur inscription au 02 47 76 60 80. Exposition des travaux des élèves des écoles de La Riche du mardi 29 mai au samedi 2 juin avec un vernissage le vendredi 1er juin à 17 heures.

EXPOSITION – Du vendredi 27 avril au dimanche 16 septembre 2018, à l’Hôtel Cabu, Musée historique et archéologique de l’Orléanais, 1 square Abbé Desnoyers à Orléans, mise en place d’une exposition inédite Boutet de Monvel face à Jeanne d’Arc : la fabrique d’une icône. « En 1896, le peintre et illustrateur d’origine orléanaise Louis-Maurice Boutet de Monvel (1850-1913) publie un album pour enfants consacré à Jeanne d’Arc qui fera la renommée de son auteur jusqu’aux Etats-Unis […] Cette exposition-dossier revient sur la génèse de ce livre qui a si profondément marqué l’imagerie johannique. » Le Musée des Beaux-Arts d’Orléans avait, en 2016, acheté à la famille les crayonnés préparatoires de l’album. Informations complémentaires au 02 38 53 20 23.

RENCONTRE – Juliette Lagrange, illustratrice des albums Mon petit pot de colle écrit par Christine Naumann-Villemin (Kaléidoscope, 2018), La petite souris qui ne voulait pas devenir petit rat, écrit par Anne Boyer (La Palissade, 2018) et Le cadeau d’Hugo écrit par  Morgane de Cadier (Cépages, 2018), sera en dédicace le samedi 28 avril 2018, de 10 heures 30 à 12 heures 30, à la Librairie A titre d’Aile, 23 rue des Tables Claudiennes à Lyon (Rhone). Site de la librairie ici.

J’AI DIT – Parmi les quatre circulaires destinées aux enseignants, « textes nationaux de référence », que Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation, vient de signer et que publie, ce jeudi 26 avril 2018, le Journal officiel de la République française, l’une concerne la lecture et l’écriture. Elle recommande de passer plus de temps sur le déchiffrage des lettres et des syllabes. Circulez, il n’y a rien à voir, confirme le ministre quand on l’interroge : « Entre quelque chose qui ne marche pas, la méthode globale, et quelque chose qui fonctionne, la syllabique, il ne peut y avoir de ‘compromis’ mixte. Ce sujet ne relève pas de l’opinion, mais de faits démontrés par la recherche. » Ajoutons la fameuse dictée quotidienne de dix à quinze minutes complétée par des exercices d’écriture. Un guide de 130 pages, L’apprentissage de la lecture au CP, vient d’être envoyé par le ministère dans toutes les écoles. La circulaire préconise également que les élèves du CP au CE2 étudient cinq à dix oeuvres par année scolaire. Refusant de considérer que les textes publiés puissent être compris comme une tentative autoritaire d’homogénéisation des pratiques, le Ministre précise : « Il y a un cadre et je crois que beaucoup d’enseignants l’attendaient. La liberté pédagogique n’a jamais été l’anarchisme pédagogique. » Ce doit être la raison pour laquelle Jean-Michel Blanquer n’oublie pas de recommander d’utiliser en classe des cahiers de format 17 x 22 cm à réglure Séyès (dit aussi grands carreaux), préférables à tout autre. « Ce que nous proposons, ce ne sont pas les méthodes de la IIIe République. Ce sont celles du XXIe siècle qui puisent au meilleur de la tradition et de la modernité. »

CONFERENCE – Sophie Heywood, maitre de conférences à l’Université de Reading (Angleterre). spécialiste de l’histoire de la littérature de jeunesse et de l’édition pour enfants donnera, sur le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France (BnF), le vendredi 4 mai 2018, de 10 heures à 12 heures 30, une conférence Le 68 des enfants : livres pour enfants et contre-culture organisée par le Centre naional de la littérature pour la jeunesse. « L’effervescence mondiale créée par les mouvements de protestation de 1968 a bouleversé les structures sociales, renversé les hiérarchies culturelles, défié les idéologies politiques et stimulé l’activisme en faveur des droits des femmes, des homosexuels et des minorités ethniques. Ces années ‘68 marquèrent aussi un moment charnière pour la culture à destination des enfants, qui devint un lieu d’expérimentation artistique, intellectuelle, et politique. Cette conférence explorera ce moment à travers un panorama d’ouvrages emblématiques, pour faire revivre l’imaginaire étonnant, psychédélique et parfois dérangeant de cette époque en ébullition, lorsque les livres pour enfants eurent pour un temps un statut de contre-culture. » Gratuit sur inscription au 01 53 79 49 49.

EXPOSITION – Depuis le vendredi 20 avril et jusqu’au mercredi 20 mai 2018, la médiathèque Guiraude-de-Laurac, 1 rue Jouxaygues à Lavaur (Tarn), accueille une exposition consacrée à Françoise de Guibert.  » Après avoir commencé à travailler dans le domaine éditorial du livre de jeunesse en 1993, Françoise de Guibert publie une centaine de livres pour enfants de tous âges, ainsi que 45 ouvrages, principalement documentaires. « Elle présente aujourd’hui son premier et nouveau travail d’illustratice avec l’album Dieux du stand : 30 fruits et légumes de compétition (P’tit Glénat, 2018. Une rencontre dédicaces sera organisée avec la librairie Attitude le mardi 15 mai, à 17 heures, ainsi qu’un atelier Catchcahuètes, pour les plus de 7 ans, le samedi 26 mai, à 10 heures 30.

INITIATIVE – A l’appel de Lauren St John, auteure des séries « Les mystères de la girafe blanche » et « Cheval d’orage » (Gallimard-Jeunesse), cinquante auteurs et illustrateurs britanniques de littérature jeunesse (Michael Morpurgo, Katherine Rundell, Chris Riddell, Quentin Blake, Jacqueline Wilson, etc) rejoignent le projet Authors4Oceans, annoncé le mardi 24 avril 2018, pour lutter contre la pollution plastique et sensibiliser les plus jeunes à la préservation des océans. L’initiative appellent les acteurs du monde du livre à réduire l’utilisation d’emballages ou de sacs plastiques dans leur démarche commerciale et invitent les grands groupes tels Waterstones à trouver des alternatives écologiques. « La plus grande faiblesse que nous avons, la plus grande erreur que nous faisons est de prendre le monde pour acquis. Nous épuisons la terre dans laquelle nous vivons à nos risques et périls. Elle est une ressource limitée et nous devons nous en souvenir. Détruis-la et nous nous détruisons. C’est aussi simple que ça. » (Michael Morpurgo). Authors4Oceans alerte également les plus jeunes sur la fragilité des océans et la nécessité de les préserver, avec un concours destiné aix 3/8 ans. « A partir du 1er mai et jusqu’au 10 novembre, les élèves sont invités à présenter la maquette d’un animal marin en voie d’extinction réalisée à partir de déchets plastiques. La classe gagnante remportera la visite d’un auteur et d’un illustrateur en plus de 50 livres, un de chaque écrivain et illustrateur qui soutiennent la campagne. »

C’EST MODERNE – Bayard Jeunesse et UrbanHello, start-up ayant développé le réveil connecté et multi-tâches Rémi, viennent de signer un partenariat élargissant notablement les fonctions de l’objet. Dans quelques jours, des histoires issues des magazines Les Belles histoires et J’aime lire et des comptines du magazine Toupie seront accessibles sur l’application et pourront être racontées par Rémi. Ce service sera accessible à partir du mois de mai, via l’application sur smartphone, à condition d’avoir souscrit à un abonnement dont le prix devrait être compris entre 2,00 et 5,00 euros par mois, somme qui s’ajoute au prix d’achat du réveil (89,00 euros). « Certes, la lecture d’une histoire par un petit appareil, fut-il mignon et connecté, ne remplace pas le câlin du soir avec une maman ou un papa. Mais cela peut être un soutien logistique utile, quand la même histoire est demandée pour la 125ème fois. Et les parents peuvent aussi se procurer les livres pour que les enfants puissent suivre les aventures de leurs héros préférés en tournant les pages. » Rémo, disponible en bleu, rose, jaune ou gris est en vente ici.

PARUTION – Vient de paraitre Publier la bande dessinée : les éditeurs franco-belges et l’album (1950-1990) par Sylvain Lesage, Maître de conférences à l’université de Lille. « Sylvain Lesage retrace l’histoire de l’édition et de l’album de bande dessinée entre Belgique et France durant la seconde moitié du XXe siècle. Il s’attache à la vie des acteurs, aux parcours souvent atypiques dans un paysage éditorial prudent devant l’audace, et montre comment une pratique au départ importée d’outre-Atlantique est devenue une branche importante de la culture européenne. » Presses de l’Enssib, 2018, 424 pages, 29,00 euros.

INITIATIVE – En Belgique, à l’initiative de l’Association des éditeurs belges (ADEB), de la Foire du livre de Bruxelles et du Centre de littérature de jeunesse de Bruxelles, la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur du lundi 23 avril 2018, dédiée à la lecture des enfants, a prix la forme d’un appel J’offre un livre à un enfant, cette journée n’étant pas « l’aboutissement d’une action, mais le début d’une mobilisation afin que le livre, mais surtout la lecture et la maîtrise de la langue française, soit à la fête tous les jours. »

EXPOSITION – Depuis le samedi 14 avril et jusqu’au samedi 19 mai 2018, au Musée de poche, 41 rue de la Fontaine-au-Roi à Paris, exposition d’illustrations originales de Kitty Crowther extraites de l’album Petites Histoires de Nuits (école des loisirs, 2017). « L’auteure-illustratrice Kitty Crowther nous emmène le temps d’une exposition dans ses contrées de prédilection, au coeur des forêts de sapins où coule tranquille la rivière entre les lourdes pierres, à la rencontre de drôles de créatures parties à la recherche du sommeil. L’artiste nous dévoile dans une série de dessins réalisés entièrement aux crayons de couleurs un univers poétique et sensible inspiré par ses propres souvenirs d’enfance passés au plus près de la nature. » Site du musée ici.

INITIATIVE – Afin de promouvoir la lecture auprès des élèves des cinquante-six collèges dont il a la charge, le département de l’Eure a décidé de leur offrir un classique de la littérature française. L’an dernier, les classes de sixième avaient reçu Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne. En cette année du centenaire de la fin de la  Première Guerre mondiale et « parce que le devoir de mémoire est plus indispensable que jamais » le choix s’est porté, pour les classes de troisième, sur Le feu d’Henri Barbusse, Prix Goncourt 1916.

PARUTION – Paru récemment Les rêves de Tintin par Pierre Fresnault-Deruelle, professeur émérite à Paris 1, auteur de nombreux ouvrages sur l’analyse de l’image. « Pourquoi les cauchemars de Tintin, puis ceux de Haddock, nous semblent aussi étranges que secrètement familiers ? Quels sont les enjeux de narration de ces séquences oniriques, et que racontent-elles ? Il suffit à Hergé de quelques cases délirantes pour nous dire ce qui « se trame » sur un mode déplacé et allégorique. Son art de conter, qui repose sur un habile équilibre entre les moments de suspens et d’humour, se caractérise aussi par cette manière incomparable d’articuler soudainement ses métaphores en d’inoubliables métamorphoses. Dans cette étude, Pierre Fresnault-Deruelle emmène le lecteur dans une exploration des rêves de Tintin, ponctuée de quelques vignettes du maître de Bruxelles mais également de dessins d’héritiers de la ligne claire, dans lesquelles le fantastique, à tout le moins le fantasque, fait système avec les cauchemars du héros à la mèche blonde. » Georg 2017, 224 pages, 20,00 euros.

EXPOSITION – La Médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg à Paris propose, du mercredi 2 mai au samedi 28 juillet 2018, Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution, exposition conçue par le Fonds patrimonial Heure Joyeuse, en collaboration avec Sophie Heywood et Cécile Vergès-Sens. « Mai 1968 et les mouvements de protestation qui ont bouleversé l’Europe et les USA durant une décennie se caractérisent avant tout par la rébellion d’une partie de la jeunesse. C’est aussi un moment charnière pour le livre pour enfants. Un grand vent de liberté traverse l’édition, dont une des grandes figures, François Ruy-Vidal, sera particulièrement mise à l’honneur, suite au don de ses archives au fonds patrimonial Heure Joyeuse. Ses collaborations au sein de plusieurs maisons en font un acteur incontournable de la période. Les dessins originaux, correspondance, dossiers de fabrication rassemblés révèlent l’émergence d’une génération de jeunes talents de l’illustration et du graphisme, comme Nicole Claveloux, Étienne Delessert, Henri Galeron, Claude Lapointe ou encore Agnès Rosenstiehl. L’ordre du jour pour ces pionniers est de bousculer toutes les conventions. Des albums pop et psychédéliques côtoient des livres d’art abstrait ; alors que le mouvement féministe publie des fables anti-sexistes pour petites filles, d’autres courants contestataires produisent des fables écologiques, des manuels de révolte politique pour écoliers ou bien des journaux radicaux écrits par des élèves eux-mêmes. Inauguration le mercredi 2 mai, de 18 heures 30 à 20 heures 30. Visites commentées les samedis 5 et 26 mai, 9 et 23 juin, 7 juillet 2018 de 10 heures 30 à 12 heures, sur inscription à cette adresse. Le  programme des activités d’accompagnement est ici.

DISPARITION – Le poète, traducteur, parolier, scénariste et auteur de livres pour enfants Pavel Šrut, né à Prague en 1940, est décédé le vendredi 20 avril 2018. Il appartenait à la génération des écrivains tchèques qui publièrent leurs premiers livres dans les années 1960. Il fut interdit d’édition pendant l’occupation soviétique, hormis pour ses livres à destination des enfants dont les textes, très appréciés, se distinguent par leur humour enjoué et leur ingéniosité linguistique. Son album Verunka a kokosový dědek illustré par Galina Miklínová figure dans la sélection IBBY de 2004. Pavel Šrut a notamment traduit Dylan Thomas, Robert Graves, Leonard Cohen, John Updike, Federico García Lorca, Roald Dahl et Arnold Lobel. Il a reçu en 2012, pour l’ensemble de son œuvre, le prix Karel Čapek décerné par le PEN Club tchèque. Adapté en français par Anne Dartigues : Une histoire pour chaque soir : 366 histoires du grand-père Noix de Coco (Grund, 2004).

GROS SOUS – La Journée mondiale du livre et du droit d’auteur est l’une des nombreuses « journées mondiales » que patronne l’UNESCO et, depuis 1995, c’est chaque année le 23 avril. L’opération très inégalement relayée selon les pays est ponctuée d’évènements (ateliers, conférences, expositions, spectacles) destinés à faire « découvrir le plaisir de la lecture ». Aucune rémunération n’est prévue pour les auteurs, illustrateurs, conférenciers, comédiens et animateurs, pas plus en France qu’ailleurs. Quand des évènements sont mis en place (à titre gracieux), l’UNESCO propose, en échange, « [de leur] offrir une large visibilité sur [son] site internet et sur les réseaux sociaux. » La colère gronde donc côté Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse : « En tant que graphiste, on m’a souvent proposé d’être payé en visibilité. Ce qui m’a permis de remplir mon frigo de visibilité pour me faire des gratins de visibilité et payer un loyer de visibilité pour un appartement de visibilité. » (Marc Lafon)

PARUTION – Paru récemment Drôles de petites bêtes : l’art d’Antoon Krings, ouvrage collectif signé Arnaud Bouron, Alexandre De Broca, Bruno Coulais, Arnaud Delalande, Antoon Krings, Anne Monier, Julien Rossire et d’Aton Soumache. Présentation de Colline Faure-Poirée. « Pour sa façon d’installer les ambiances, ses jeux de lumière comme dans un décor, le cinéma était déjà là depuis si longtemps dans le jardin d’Antoon Krings que ses  « Petites Bêtes » semblaient n’attendre que cela. De la collection publiée chez Gallimard par Colline Faure-Poirée au film d’animation, c’est le parcours d’un artiste dans le sillage des plus grands que retrace ici Anne Monier, conservatrice au musée des Arts décoratifs de Paris. La genèse d’une aventure artistique émaillée de recherches graphiques, d’images du film et des propos des membres du studio de création. »  Gallimard 2017, 140 pages, 39,90 euros.

EXPOSITION – Depuis le mardi 10 et jusqu’au samedi 28 avril 2018, à la Médiathèque de Saran (Loiret), place de la Liberté, exposition Illustrations et créations consacrée à Camille Garoche, soit les illustrations originales des albums Le lapin de neige (Casterman, 2016) et Fox’s garden (Delcourt, 2015). Site de la Médiathèque ici.

CONCOURS – La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse organise  un concours de nouvelles nommé émergences ! qui s’adresse à tous les auteurs et autrices jeunesse débutants ou en voie de professionnalisation. « À la clé de ce concours, l’édition d’un recueil réunissant les nouvelles lauréates, des journées de formation pour leurs auteurs et autrices, des rencontres privilégiées avec des éditeurs et des éditrices, et la création, début 2019, d’un spectacle théâtral à partir de ce travail littéraire. » Date limite d’envoi des nouvelles : lundi 18 juin. Délibération du jury et proclamation des résultats : mi septembre. Date de parution du recueil : mi novembre. Le règlement est ici et le bulletin d’inscription .

SALON – On ne peut pas se tromper, le Salon du livre d’expression populaire et de critique social d’Arras (Pas de Calais), c’est toujours le 1er mai. Organisé par l’association Colère du présent, il offre une place pas ridicule aux jeunes lecteurs avec, cette année, la présence assurée de Frédérique Bertrand, Olivier Douzou, Michel Galvin, Frank Margerin, Thierry Moral et Catherine Zambon. « Nouveauté proposée par Droit de Cité : une tente berbère dédiée aux enfants. Au menu : lectures, ateliers, animations, notamment autour d’un tapis de lecture réalisé par des adolescents d’Arleux (Nord) avec l’association Lectures Vagabondes, la librairie Au pied de la lettre avec le passge de l’auteur arrageois Hervé Hernu ; autant d’occasions pour les petits et leurs parents de découvrir ces histoires, d’ouvrir les livres et d’aller à la rencontre d’autres mondes. » Remise du dixième Prix Ados en colère. Le salon se fait itinérant du 18 au 30 avril. Site de Colère du présent et programme complet ici.

PARUTION – Michèle Noret publie 100 livres pour ton enfant (Sto knig tvoemu rebenku), facsimilé d’un catalogue mythique de 1931 des Editions d’état de l’URSS. Traduction : Béatrice Michielsen. « Ce guide de lecture, à l’élégante et inhabituelle mise en pages, confirme l’importance de la  littérature enfantine aux yeux du régime communiste et son ambition de développer un secteur de qualité mais aussi d’endoctrinement, essentiel à la promotion de l’utopie soviétique. Huit pages de conseils idéologiques sur un ton familier et véhément, précèdent les 100 titres individuellement commentés, assortis du nom de l’auteur, de l’illustrateur ainsi que du prix de l’album. » Editions Michèle Noret, 2018, 64 pages, 24,00 euros. Tirage limité. A commander ici, auprès de l’éditeur.

RENCONTRES – A l’occasion de la fête du village, l’Union bournienne pour l’organisatiion des fêtes reçoit à Bou (Loiret), le dimanche 22 avril 2018, de 10 à 18 heures, au 8 rue du Puits de l’Orme, les auteurs Alain Grousset, Emmanuel Bourdier et Anne Bourgeois accompagnée de l’illustratice Rose Luxey.

FORMATION – Depuis le samedi 10 mars et jusqu’au dimanche 10 juin 2018, l’Institut suédois, 11 rue Payenne à Paris, accueille, dans le cadre de sa saison Choux-la-Hop, Place des Enfants, espace entre bibliothèque créative et aire de jeux pédagogique inspiré de Room for children, projet précurseur du Kulturhuset Stadsteatern de Stockholm. A cette occasion, les professionnels de la jeunesse sont invités à des rencontres autour de la place de l’enfant et le lundi 14 mai 2018 sera une journée entièrement consacrée aux bibliothèques pour la jeunesse. Programme ici. Inscription obligatoire avant le lundi 30 avril.

ANNIVERSAIRE – Bien que sous-titré Les 80 ans de Spirou et riche de 100 pages, le numéro 4175 du mercredi 18 avril 2018 de l’hebdomadaire ne revient pas sur l’histoire du journal et ne rend hommage à aucun grand ancien. Heureusement, on se régalera en découvrant les vingt premières pages d’un nouveau récit (qui en comportera 300) qu’Emile Bravo consacre au personnage, dix ans après Le journal d’un ingénu.

DANS LE POSTE – La maison de production Tant Mieux Prod développe avec France Télévisions un projet d’adaptation de Tobie Lolness de Timothée de Fombelle (Gallimard jeunesse) en 13 épisodes de 52 minutes. Au scénario : Anne-Claire Lehembre et Marie de Banville.  Projet très casse-gueule, estime l’écrivain, en particulier parce qu’il faut à la fois, précise Anne-Claire Lehembre, resserrer le temps et combler les trous de la narration. Il reste aussi à convaincre des partenaires financiers. L’animation n’a pas encore commencé. Echéance vraisemblable en 2022.

INSTALLATION – Du 20 avril au 12 mai 2018, à la bibliothèque Assia Djebar, 1 rue Reynaldo Hahn à Paris, installation Les murs ont des oreilles, « cabane imaginée par l’illustratrice Julia Chausson pour découvrir ses albums en s’amusant. Lire à l’abri d’une drôle de cabane qui a des oreilles : gazouillis ou mélodies, ces oreilles-là aiment entendre les ritournelles. S’amuser à compter les douze cerises : en les faisant pivoter, elles sont croquées. » A partir de un an. Onforùations complémentaires au 01 84 82 19 50.

PRIX – C’est un Alexandre Chardin très enjoué qui, le vendredi 13 avril 2018, a reçu, lors de l’inauguration du Salon du livre jeunesse de Beaugency, le Prix Jacques Asklund 2018 organisés par la Ville de Beaugency et le Communauté de communes Terres du Val de Loire, pour son roman Des vacances d’Apache (Magnard Jeunesse, 2017).

PARUTION – Vient de paraitre Les journaux d’enfants pendant la grande guerre par Jean-Paul Gourévitch. Quatrième de couverture : « L’instrumentalisation de la jeunesse au temps de la Grande Guerre par les jour­naux qui lui sont destinés est un sujet mal connu. Cet album illustré montre comment à cette époque la presse en­fantine s’est transformée et, dans sa di­versité, a invité ses lectrices et lecteurs, par ses récits, ses images, ses jeux, les exploits de leurs héros comme Bécas­sine, Les Pieds Nickelés ou l’espiègle Lili, à prendre part à ce conflit mondial au même titre que les combattants au front ou les civils à l’arrière. Ils vont tricoter des chaussettes pour ceux qui souffrent du froid, apporter leurs pe­tits économies aux emprunts, devenir leurs ‘marraines de guerre’ ou faire consciencieusement leurs devoirs en classe comme ‘Papa qui fait le sien pour la France’. On y découvrira aussi comment le mélange de réalité et de fiction relève d’une approche manichéenne avec l’op­position caricaturale entre les braves et généreux alliés et les Allemands cruels et stupides. Une propagande qui laissera des traces jusqu’à la seconde guerre mon­diale. » Douin 2018, 20,00 euros

PARUTION – Vient de paraître Gaston Lagaffe, le gaffeur qui avait du nez, hors série Méga Spirou proposé par Dupuis au moment où sort en salles Gaston Lagaffe, film fraichement accueilli de Pierre-François Martin-Laval : interviews, planches signées Franquin, hommages d’auteurs et, bien entendu, un dossier promotionnel consacré à la sortie du film. Ce hors-série est disponible en deux versions : une première en kiosque, couverture souple pour 6.90 euros et une deuxième version en librairie, couverture rigide pour 11.90 euros.

PRIX – La lauréate 2018 du Prix Godot est Lola Molina pour son texte Seasonal Affective Disorder (Editions Théâtrales, 2018). « Organisé depuis 2007 par le Panta-théâtre et par le rectorat de Caen, à l’initiative de Michel Azama, le Prix Godot [a pour] objectif de promouvoir l’écriture théâtrale contemporaine auprès des collégiens et des lycéens de la région, une littérature qui leur demeure très largement inaccessible par les voies plus classiques. Ce projet vise également l’élargissement des publics et la préparation des jeunes à la confrontation avec les oeuvres contemporaines. »

CINEMA – SamSam, personnage créé en 2000 par Serge Bloch pour le magazine Pomme d’Api et qui bénéficie, depuis 2007, d’une série animée en 3D, produite par Bayard et diffusée sur France 5 en deux saisons et 91 épisodes de 7 minutes, passe au long-métrage, grâce à Bayard toujours, à la société de production Folivari, à Studiocanal et aux studios Mac Guff. Producteurs : Didier et Damien Brunner. Réalisateur : Tanguy de Kermel.

RENCONTRE – A l’occasion de ses 20 ans, Livres passerelle reçoit le mardi 24 avril 2018, à 18 heures 30, au Prieuré de Saint Cosme à La Riche (Indre et Loire), les Editions Hongfei Cultures pour leurs 10 ans, Thierry Magnier pour ses 20 ans et Didier Jeunesse pour leurs 30 ans. La soirée sera animée par Cécile Boulaire et Patrice Wolf. Entrée gratuite sur inscription sur le site de l’association.

GROS SOUS – En 1998, un jeune employé de Sony, Yair Landau, est chargé d’obtenir auprès de Marvel l’intégralité des droits pour Spider-Man, afin de pouvoir sortir le film en salles. Au bord de la banqueroute, Marvel a besoin d’argent et le patron de l’époque, Ike Perlmutter, fait une offre généreuse à Yair Landau : l’intégralité des droits de chaque personnage, Spider-Man inclus, pour 25 millions de dollars. Le patron de Sony ne suit pas : « Personne n’en a rien à foutre des autres personnages Marvel. Retourne le voir et négocie seulement pour Spider-Man. » C’est finalement Disney qui achètera, en 2010, pour un montant 160 fois supérieur puisque la firme déboursera 4 milliards de dollars.

PRIX – Le Prix des lecteurs de théâtre du Cher 2017-2018 a été attribué à Trois petites sœurs de Suzanne Lebeau (Editions Théâtrales,2017). « Le prix des lecteurs de théâtre est une opération qui s’adresse aux classes de cycle 3 et de collège. Elle est organisée par la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN) du Cher avec l’aide de plusieurs partenaires » dont l’Office central de la coopération à l’école (OCCE).

SCOOP – Chokri Mabkhout, directeur de la 34ème Foire internationale du livre de Tunis, confirme : « Nous avons reçu la réclamation d’un pédiatre qui a découvert un livre pour enfants incitant au jihad dans un rayon syrien. La décision a été immédiate. Nous avons retiré le livre et tout le rayon a été fermé. C’est une évidence. »

EXPOSITION – Depuis le vendredi 23 mars et jusqu’au samedi 21 avril 2018, à l’espace culturel et public La Gare, rue Jean-Jacques Rousseau à Méricourt (Pas de Calais), mise en place d’une exposition participative consacrée à l’illustratrice Sandra Poirot Cherif, « Ce temps fort mettra en valeur le travail de Sandra Poirot Chérif à travers une exposition conçue pour inviter le public de 3 à 103 ans à participer et à être créatif. Au programme : des illustrations originales, un arbre à mots géant qui invite le public à inventer des petites comptines et à les écrire sur les feuilles de l’arbre, une grande fresque à compléter tout en s’amusant, des jeux, des objets tirés des albums de l’auteure et bien d’autres surprises. » Informations complémentaires au 03 91 83 14 85.

PRIX – Le Prix Jean-Hugues Malineau, créé par le Groupe de recherches polypoétiques (GRP) pour rendre hommage au poète, écrivain, typographe et bibliophile récemment disparu, a été décerné à Poèmes pour mieux rêver ensemble de Carl Norac et Géraldine Alibeu (Actes Sud Junior, 2017).

FORMATION – Dans le cadre de son annuel festival des écritures contemporaines Text’Avril, le Théâtre de la Tête Noire, 144 ancienne route de Chartres à Saran (Loiret) propose, le mercredi 18 avril 2018, de 14 heures à 17 heures, une journée profesionnelle Excuse de minorité avec la participation de Lancelot Hamelin, auteur, Métie Navajo, autrice, Jorge Palinhos, auteur, Cécile Arthus, metteuse en scène, Guillaume Doucet, metteur en scène, Véronique Kapoian-Favel, metteuse en scène, Pascale Grillandini, directrice de l’association Postures et Sabine Chevallier, éditrice. Animation : Emile Lansman, éditeur. Parmi les questions traitées : peut-on tout dire, écrire, jouer devant des spectateurs ou lecteurs adolescents mineurs ? Quels censure et tabous quand les artistes s’adressent aux jeunes ? Ouvert à tous et gratuit avec réservation indispensable à cette adresse.

INITIATIVE – Pour la quatorzième année, l’opération Ouvrez, ouvrez les livres aux bébés initié par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme a permis de sensibiliser plus de 90.000 nouveau-nés et enfants adoptés du département. Outre la promotion de la littérature jeunesse, cette initiative s’est fixée pour objectif de réduire les inégalités en matière d’accès aux livres, de prévenir l’illettrisme et de rapprocher les acteurs du livre et ceux de la petite enfance. En 2018, c’est l’album Petit volcan de Michaël Crosa  qui sera envoyé au domicile de chaque bébé dans les trois à quatre mois qui suivent la naissance ou l’adoption de l’enfant.

EXPOSITION – Du jeudi 12 au mercredi 18 avril 2018, à la galerie Jeanne Robillard, 38 rue de Malte à Paris, exposition-vente Joanna Concelo : histoires fragiles. « Sur des couvertures de cahiers anciens, papiers peints et autres supports qu’elle chine dans les brocantes, Joanna Concejo tisse un univers délicat, parsemé de fleurs sauvages et de trésors d’enfance. Les figures lointaines qui l’habitent, réelles ou fantastiques, partagent avec nous leurs fragiles histoires. Sans artifices, ses illustrations au crayon ont le charme d’une pâtisserie d’antan, que l’on savoure avec gourmandise. » Soixante dessins originaux, des livres, des céramiques et des textiles réalisés pour le Petit Atelier de Paris. Vernissage le mercredi 11 avril à partir de 18 heures; Rencontre-dédicace avec l’artiste le samedi 14 avril de 14 heures à 17 heures. Site de la galerie ici.

THEATRE – Au Théâtre Paris Villette, 211 avenue Jean Jaurès à Paris, du mercredi 12 au dimanche 29 avril 2018, douze représentations, scolaires ou non, de 7 d’un coup de Catherine Marnas d’après Le vaillant petit tailleur des Frères Grimm. Avec Julien Duval, Carlos Martins, Olivier Pauls et Bénédicte Simon. « Il était une fois un petit garçon un peu trop « tout » que l’on appellera Olivier : trop petit, trop malingre, trop maladroit, moqué par des durs à capuches. Et comme si ça ne suffisait pas, même les mouches le harcèlent ! Impossible de manger sa tartine de confiture tranquillement. Excédé, il prend un torchon, frappe et en tue sept. Enchanté de son exploit, il écrit en gros sur son tee-shirt : 7 d’un coup. La suite découle évidemment du malentendu que provoque l’interprétation de ce 7. Il suivra alors un parcours initiatique, un chemin d’émancipation. […] Catherine Marnas détourne joliment le célèbre conte des frères Grimm tout en lui conservant le merveilleux propre aux histoires de l’enfance. » Détails pratiques sur le site du théâtre.

EXPOSITION – Les Médiathèques du Val d’Amour propose, à la Médiathèque Quartier Bel Air de Port-Lesney (Jura), du vendredi 13 avril au samedi 12 mai 2018, une exposition Un train pour chez nous consacrée à Catherine Louis. « Un pied à La Chaux de Fond et l’autre à Port-Lesney, Catherine Louis illustre des livres pour enfants depuis plus de vingt ans.  Elle a travaillé avec Marie Sellier, Bernard Friot (voisin bisontin), Mimi Barthélémy, et bien d’autres grands noms de la littérature jeunesse. Ici, elle donne à voir une exposition tirée du roman d’Azouz Begag Un train pour chez nous, qu’elle a mis en image en 2001 pour les éditions Thierry Magnier. » Renseignements complémentaires au 03 84 80 01 44.

RENCONTRE – L’auteur-illustrateur Antonin Louchard sera à la librairie Libr’enfant, 48 rue Colbert à Tours (Indre et Loire), le mercredi 11 avril 2018, de 10 heures 30 à 12 heures 30, à l’occasion de la sortie de son dernier album La Piscine (Le Seuil, 2018). Mise à jour : pour cause de grève des cheminots, la rencontre est reportée à une date qui sera précisée ultérieurement.

SALON – On ira et on rira à Beaugency (Loiret), du vendredi 13 au dimanche 15 avril 2018, à l’occasion du trente-troisième Salon du livre jeunesse. Sous l’intitulé Vous voulez rire ?! Val de lire a concocté un programme propre à dérider petits et grands. On notera la présence de auteurs, autrices, illustrateurs et illustratrices Antonin Louchard (invité d’honneur et créateur de l’affiche), Jeanne Ashbé, Gilles Bachelet, Samantha Bailly, Pierre Bertrand, Vincent Bourgeau, Claire Cantais, Alexandre Chardin, Benjamin Chaud, CRIP, Clothilde Delacroix, François Delebecque, Bernadette Després, Fanny Ducassé, Valérie Dumas, Camille Garoche dite Princesse Camcam, Florence Hinckel, Junko Nakamura, Fleur Oury, Cédric Ramadier, Julie Ricossé, Mickaël Roux, Isabelle Simon, Mélusine Thiry et Elsa Valentin. Des libraires, des associations, des rencontres, des ateliers, des spectacles, des expositions. Le programme détaillé est ici. Le CRILJ sera présent sur le salon pendant les trois jours.

PRIX – Le Prix Jeunesse Quais du Polar/Ville de Lyon remis lors de la quatorzième édition du Festival Quai du Polar du Lyon a été décerné au roman Le Mystère Vandam Pishar d’Anne-Gaëlle Balpe (école des loisirs, 2017). Ce roman a la particularité d’avoir été construit, relu, modifié et corrigé par des enfants dans le cadre de l’opéraion Feuilleton des incorruptibles créeé et pilotée par l’association des Incorruptibles et dont le but est de faire découvrir les coulisses de la création d’une histoire.

DISPARITION – Isao Takahata, directeur du Studio Ghibli est décédé le jeudi 6 avril 2018. Il avait 82 ans. Sa carrière avait débuté en 1959 chez Toei Animation, studio qu’il avait quitté en 1971 suite à l’échec commercial de Horus, prince du soleil. Cofondateur avec son ami Hayao Miyazaki du Studio Ghibli, il y réalisa en 1988 Le Tombeau des lucioles, conte cruel autour du traumatisme d’Hiroshima, de Nagasaki et de la guerre en général. Isao Takahata, fut nommé aux Oscars pour Le Conte de la princesse Kaguya, film sorti en 2013. Profondément pacifiste, proche du Parti communiste japonais, il étant un opposant déterminé du premier ministre conservateur Shinzo Abe. Les (anciens) enfants ont aimé regarder à la télévision la série « Heidi, la petite fille des Alpes », en 1978, sur TF1. Rediffusion sur France 5 en 2011 pour les enfants d’aujourd’hui.

SALON – La vingt-et-unième édition du Printemps des livres de Loudéac (Côtes-d’Armor)  sera dédiée à la littérature jeunesse : des libraires, des dédicaces, des animations, des rencontres, des expositions, des spectacles. Ce sera du mardi 10 au samedi 14 avril 2018, au Palais des Congrès et de la Culture, boulevard des Priteaux. Présence assurée le samedi de près de quarante auteurs et illustrateurs pour enfants et adolescents. Programme complet ici.

BELGITUDE – Pour faire connaitre le meilleur de la Belgique au monde entier, après Tintin, Magritte, les Diables Rouges et le festival de musique Tomorrowland, Brussels Airlines ajoute une cinquième icône sur l’un de ses Airbus A320 et il s’agit des Schtroumpfs, nouvel hommage à la bande dessinée de Peyo créée il y a 60 ans. Le fuselage arborera donc Gargamel, Azraël et dix-neuf Schtroumpfs, parmi lesquels, dans le cockpit, la Schtroumpfette en commandant de bord et le Grand Schtroumpf en co-pilote. On retrouve également sur les dessins d’autres références belges comme un saxophone, des frites et des gaufres. Quatorze artistes ont travaillé non-stop pendant deux semaines pour finaliser à la main cette livrée, utilisant vingt-huit couleurs différentes et quatre cents vingt litres de peinture. À quand Astérix (ou Babar) sur un avion de la flotte d’Air France ?

REVUE – Le dossier du numéro 299 de février 2018 de La Revue des livres pour enfants que publie le Centre national de la littérature pour la jeunesse (BnF) est consacré aux écoles de la création. « L’édition pour la jeunesse francophone fait preuve d’une belle vitalité maintes fois récompensée ici et ailleurs. D’année en année, de nouveaux auteurs, de nouveaux illustrateurs, de nouveaux artistes nous séduisent et nous surprennent. D’où viennent-ils, comment se sont-ils formés, quelles écoles ont-ils fréquentées ? De Strasbourg à Bruxelles sans oublier Toulouse ou Paris, partons à la découverte des écoles de la création. » Pour s’abonner, c’est ici

EN LIGNE – Sur le site de l’AFRELOCE (Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance), Le magasin des enfants, un long et minutieux texte signé Mathilde Lévêque, Maître de conférences à l’Université Paris 13, qui prenant comme point de départ la triste affaire On a chopé la puberté, rapproche, discute (et tente de faite tenir ensemble) des entrées et des points de vue généralement pensés « séparément ». Pour prendre connaissance et, le cas échéant, réagir, c’est ici.

SALON – La Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis (CASA)  aura, elle aussi, son  salon du livre pour la jeunesse. « Organisé en connexion avec l’Éducation nationale et les médiathèques communautaires, la première édition de ce salon réunira samedi 7 avril 2018, de 10 à 19 heures, au Palais des Congrès d’Antibes Juan-les-Pins, auteurs, illustrateurs, éditeurs, acteurs de la chaine du livre et, bien sûr, lecteurs petits et grands, pour célébrer la littérature jeunesse et la création graphique. Entrée gratuite. Au cours d’une journée de fête, l’invitation est de rencontrer auteurs et illustrateurs autour de séances de dédicaces, ou de participer avec eux à de nombreux ateliers adaptés à chaque âge de l’enfance : café biberon, ateliers d’illustration, d’écriture, de jeux vidéo, de slam, de manga, de cuisine ou encore de réalité augmentée ou de booktrailer. » L’inauguration aura lieu samedi à 11 heures avec Jean Leonetti et Michel Rossi, respectivement président et vice-président de la CASA. Programme détaillé ici.

EXPOSITION – Du samedi 7 avril au dimanche 16 septembre 2018, Le Centre national du costume de scène (CNCS), quartier Villars, route de Montilly à Moulins (Allier) propose une exposition Contes de fée dans laquelle La Belle au bois dormant, La Belle et la Bête, Cendrillon », Peau d’âne, Riquet à la houppe, Casse-Noisette, Hansel et Gretel, Alice au pays des merveilles, L’Enfant et les sortilèges, Le Coq d’or, Le Songe d’une nuit d’été, Le Petit Prince et Le Prince de Motordu sont à l’honneur. À travers plus de 150 costumes, l’exposition montre comment les costumiers ont interprété les personnages de ces contes, avec quelle esthétique, quel choix de formes, de textiles, d’ornements et de teintes. « L’enchantement est de rigueur, l’imagination est au pouvoir, les costumiers rivalisent de fantaisie pour habiller ces mondes. Chaque vitrine présente une quinzaine de costumes aux côtés de maquettes, vidéos, photos et croquis illustrant les incroyables sources d’inspiration des costumiers. » Site du centre ici.

EXPOSITION – Le Musée des Confluences, 86 quai Perrache à Lyon (Rhône), présente, du samedi 7 avril 2018 au dimanche 24 mars 2019, une exposition Hugo Pratt, lignes d’horizons. Pour la première fois, un musée consacre une vaste exposition à Hugo Pratt dans laquelle seront confrontés ses dessins avec des pièces d’ethnographie, mettant ainsi fc à face la fiction graphique et la réalité. Le musée annonce un parcours qui reprendra les voyages de Corto Maltese dans les quatorze albums (douze signés par Hugo Pratt lui-même, deux par Juan Díaz Canales et Ruben Pellejero). Site des Confluences ici.

MAGAZINE – Le numéro 2 du magazine Les arts dessinés (avril-juin 2018) vient de paraitre. Un sommaire éclectique, un beau papier, une mise en page inventive, Joost Swarte en couverture, c’est une réussite. La littérature pour la jeunesse n’est pas oubliée puisque le numéro offre plusieurs de ses pages à Serge Bloch, André François (l’article est signé Janine Kotwica), Claude Ponti, Albertine et Germano Zullo. A signaler également de riches pages « Actualités ». Détails ici.

PRIX – Les prix Libbylit 2018 décernés par la section belge francophone de l’IBBY ont été attribués : Prix album belge : De la terre à la pluie de Christian Lagrange (Seuil, 2017), Prix album : A pas de loup de Christine Schneider et Hervé Pinel (Seuil, 2017), Prix ovni : Cabanes de Aurélien Débat (Les Grandes Personnes, 2017), Prix roman belge : La théorie de l’élastique d’Anne-Françoise De Bruyne (Le Muscadier, 2017), Prix roman junior : Y a pas de héros dans ma famille ! de Jo Witek (Actes Sud Junior, 2017), Prix roman : Flora Banks d’Emily Barr (Casterman, 2017).

FORMATION – Le jeudi 5 avril 2018, de 16 heures à 18 heures 30, dans l’amphithéâtre de l’Enssib, 17-21 boulevard du 11 novembre 1918 à Villeurbanne (Rhône), séance du séminaire La bande dessinée en questions sur le thème Obélix et la symbolique généalogique dans Astérix, avec Nicolas Rouvière, maître de conférences à l’université Grenoble-Alpes, spécialiste d’Astérix et de René Goscinny. « Nicolas Rouvière nous parlera  non seulement de l’oeuvre sous un angle anthropologique, mais également de René Goscinny lui-même, une manière de rendre un hommage à ce grand homme de la bande dessinée. » Entrée libre. Contact auprès de Cyrielle Sogno

INITIATIVE – Deux cents cinquante acteurs du livre pour la jeunesse (auteurs, illustrateurs, éditeurs, médiateurs, etc) écrivent aux députés à propos des enfants migrants enfermés dans des centres de rétention administrative, s’opposant à la loi Asile et Immigration que les parlementaires débattront le lundi 16 avril 2018. La lettre est ici, sur le site de l’association Encrages « qui a pour but de promouvoir le livre jeunesse, la lecture, l’illustration et l’image animée, de permettre à des publics précaires de s’exprimer par des ateliers et enfin d’organiser des événements caritatifs en soutien à des personnes en précarité, à des associations et des collectifs. »

CINEMA – L’écrivain Thepodor Seuss Geiseil (1904-1991), plus connu sous le nom du Dr. Seus, sera le sujet du film Seuss que réalise Stephen Chbosky. Le scénario signé Jonathan Stewart et Eyal Podell déroule la bibliographie de l’écrivain depuis son adolescence jusqu’à la parution de ses premiers succès (dont Le Chat chapeauté en 1957) et évoque sa rencontre avec Helen Palmer, son épouse et sa muse.

IBBY – Depuis 1967, le 2 avril, jour de naissance de Hans Christian Andersen, est Journée internationale du livre pour enfants (ICBD). Chaque année, une section nationale différente d’IBBY (Union internationale pour les livres de jeunesse) est sponsor de l’ICBD. Elle décide d’un thème et invite un auteur à écrire un message aux enfants du monde et un illustrateur à concevoir une affiche. Ces matériaux sont utilisés de différentes manières pour promouvoir les livres et la lecture et de nombreuses sections d’IBBY font la promotion de l’ICBD à travers les médias et organisent des activités dans les écoles et les bibliothèques publiques. Cette année, la section lettonne de l’IBBY étant sponsor, c’esr Inese Zandere qui a écrit le message et Reinis Pétersons qui a dessiné l’affiche. Site de l’IBBY ici.

INITIATIVE – Les 48H BD des jeudi 5 et vendredi 6 avril 2018, c’est une fête de la bande dessinée, du manga et des comics partout en France et en Belgique, une réponse à l’enjeu de démocratisation de la lecture, une association composée de douze éditeurs qui s’associent afin d’organiser une grande manifestation nationale, une mobilisation de toute la chaîne du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires), 5 200 auteurs qui vont à la rencontre de leurs lecteurs et proposent des animations, une sélection d’ouvrages en vente dans plus de 1 500 librairies au prix de 2,00 euros, une action de médiation dans les bibliothèques et les écoles grâce à la fourniture d’un kit pédagogique, des actions sociales avec des dons d’albums pour les écoles, les collèges, les lycées et les bibliothèques. Il doit bien y avoir de la jeunesse dans tout ça et le site qui vous le dira est ici.

SALON – Le Journée du livre et des auteurs jeunesse de Firmi (Aveyron) se déroulera le samedi 7 avril 2018, de 10 à 17 heures, dans la salle d’animation de la commune. Présence de Gérard Moncomble, Yael Hassan, Guillaume Guéraud, Ingrid Chabbert, Marianne Barcillon et Stéphane Sénégas. Des livres par milliers, des expositions, des rencontres, des dédicaces.

PRIX – L’IBBY (International Board on Books for Young People) revéle à la Foire du livre pour la jeunesse de Bologne ses lauréats 2018. Il s’agit de l’écrivaine japonaise Eiko Kadono dont nous connaissons en France Docteur Ours (école des loisirs, 1989) et Bébé arrive ! (Nobi Nobi, 2016) et de l’illustrateur russe Igor Oleynikov dont le seul ouvrage publié en français, Une surprise pour Pâques (Nord-Sud, 2005), est épuisé. Le Prix IBBY-Asahi 2018 de promotion de la lecture récompense l’association française Les Doigts Qui Rêvent qui propose des livres tactiles illustrés depuis 1983.

PARUTION – Le nouveau (et très riche) dossier de la revue en ligne Takam Tikou titré Histoires sans paroles s’intéresse à la lecture et la création de livres sans texte. « La lecture de l’image est-elle universelle ? Lisons-nous tous un album sans texte de la même façon, indépendamment de notre culture ? Comment un album sans texte est-il créé, quelles sont les contraintes en jeu ? Comment utiliser en bibliothèque un livre sans texte, comment le faire vivre, de quelles expériences s’inspirer ? Et sur quels fonds s’appuyer ? »  Le dossier complet est ici.

EXPOSITION – Du mercredi 4 au samedi 28 avril 2018, exposition consacrée à Thierry Dedieu, au Puzzle, 1 place Malraux à Thionville (Moselle). « Auteur et illustrateur pour la jeunesse, ses livres ont du mordant et un style graphique toujours différent. Il aime faire voyager ses lecteurs dans des univers souvent décalés. Avec lui, pas d’albums de princesses, de poneys, de corsaires ou alors, c’est pour les détourner, parfois de façon brutale. Thierry Dedieu ne fait pas dans le mièvre et la dentelle. » Informations complémentaires au 03 82 80 17 30.

PRIX – L’auteure américaine Jacqueline Woodson obtient le Prix Astrid Lindgren au titre de 2018. Elle recevra à Stockholm, le 28 mai prochain, des mains de la princesse Victoria de Suède, un chèque de 5 millions de couronnes suédoises (500 000,00 euros). Déclaration du jury : « Jacqueline Woodson nous présente des jeunes gens qui se battent pour trouver un endroit où leur vie peut prendre racine. Dans un langage aussi léger que l’air, elle raconte des histoires d’une richesse et d’une profondeur retentissantes. Jacqueline Woodson capture une note poétique unique dans une réalité quotidienne tiraillée entre tristesse et espoir. » Traductions françaises, pour la jeunesse : Le secret (Pocket junior, 2001) et Mon bel amour, ma déchirure (Livre de poche jeunesse, 2004).

EXPOSITION – Du mardi 3 avril au samedi 26 mai, à la Bibliothèque Diderot, 42 avenue Daumesnil, à Paris, exposition des illustrations de Régis Lejonc pour La poupée de Ting-Ting (Seuil jeunesse, 2015). Texte : Ghislaine Roman. « Un matin, en partant aux champs avec sa grand-mère, la petite Ting-Ting cherche en vain sa poupée. Son inquiétude grandit car elle craint que sa mère ne l’ai prise avec les autres poupées qu’elle vend au marché. À cette idée, le coeur de Ting-Ting se serre. Son père lui a offert cette petite poupée qu’il avait fabriquée, le jour de sa mort. La voyant si inquiète, sa grand-mère lui conseille de confier des soucis au creux d’un vieil arbre. » Atelier de dessin à la mine de plomb et papier calque en compagnie de Régis Lejonc, le samedi 28 avril, à 10 heures, suivi, à 12 heures, d’une rencontre-dédicace. En partenariat avec la librairie La Terrasse de Gutenberg et La Maison Rouge. Atelier sur réservation au 01 43 40 69 94.

PAS SCOOP – Un éclair de lucidité du philosophe Raphaël Enthoven : « Le Petit Prince ? Cent pages de trop pour cette salade consensuelle […] Le Petit Prince n’est pas le livre de l’enfance. C’est le livre de l’idée que les adultes se font de l’enfance. D’ailleurs, c’est bien simple : personne n’aime ce livre. Tout le monde l’a aimé. Et je ne connais aucun enfant qui n’avoue, pour peu qu’on le cuisine deux secondes, que ce livre lui tombe des mains mais qu’il se couperait la langue plutôt que de le dire à ses parents. » (Le Point, dimanche 25 mars 2018)

RENCONTRE – Dans le cadre du programme Grands témoins de la recherche en littérature de jeunesse mis en place par Francis Marcoin, le vendredi 6 avril 2018, de 14 à 16 heures, à la Maison de la recherche de l’université d’Artois, 9 rue du Temple à Arras (Pas-de-Calais), rencontre avec Jean Perrot sous l’intitulé Entre littérature comparée et littérature de jeunesse : un propos international. « Jean Perrot reviendra sur son parcours d’enseignant, de chercheur et d’auteur, ainsi que sur ses actions concrètes dans l’institution. La séance se terminera par un temps particulier accordé aux deux ouvrages  destinés aux enfants qu’il a publiés récemment, l’album Dans les rêves de grand-père (Albin-Michel, mars 2017) et le recueil de poèmes Les Hirondelles de la République (Edilivre, septembre 2017). Ces ouvrages, marqués à la fois par un engagement personnel, moral et citoyen, seront présentés et discutés avec Danielle Dubois-Marcoin. »

ANNVERSAIRES – Pif le chien, créé par José Cabrero Arnal pour le journal L’Humanité, a 70 ans puisqu’il fit sa première apparition quotidienne le dimanche 28 mars 1948, en remplacement de Félix le chat. Spirou, imaginé par Rob-Vel (et par sa femme) en 1938, a 80 ans car il entama ses aventures dans l’hebdomadaire qui porte son nom le 21 avril 1938. Mickey Mouse a 90 ans, sa première apparition datant de 1928 dans Plane Crazy, court-métrage d’animation muet des studios Disney. Pas d’anniversaire en chiffre rond pour Tintin et pour Milou puisqu’il ne visitèrent le Pays des Soviets qu’en 1929.

TOUS ENSEMBLE – Grace à McDonald’s et en partenariat avec Hachette Jeunesse, après Alexandre Jardin et Marc Levy, Katherine Pancol va écrire de la littérature pour la jeunesse, certaine du succès puisque ses textes seront offerts avec le menu Happy Meal. « Dans certaines villes, il n’existe pas de libraires, dans d’autres, on ne trouve qu’une très humble bibliothèque où personne ne se rend. En réalité, si McDonald ne distribuait pas ces livres, les enfants n’en auraient jamais. » (Pascal Jardin). Rappelons que McDonald est également partenaire de Partir en livres, initiative du Centre national des lettres.

EXPOSITION – Les Studios Warner Bros de Londres accueilleront, du vendredi 30 mars au dimanche 23 septembre 2018, une exposition géante dédiée à Harry Potter et la Coupe de feu. Au programme : « des costumes époustouflants, des décors à couper le souffle, des secrets de tournages, des effets spéciaux. » La tombe de Tom Jedusor, devant laquelle renaît Voldemort sous les traits de Ralph Fiennes, sera également exposée. Chaque visiteur repartira avec un parchemin de champion.

EN LIGNE – Le très riche et très professionnel site Internet du Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) fait peau neuve. De nouvelles habitudes à prendre ici.

CINEMA – Pierre Lapin (Peter Rabbit en anglais), célèbre personnage de Beatrix Potter, arrive sur les écrans le mercredi 4 avril 2018 dans un film qui mélange personnages modélisés en 3D et acteurs réels (Domhnall Gleeson, Rose Byrne, Sam Neill). Coécriture : Rob Lieber et Will Gluck. Réalisation : Will Gluck. Au casting des voix, pour la version originale, on retrouve James Corden, Margot Robbie, Daisy Ridley et Elizabeth Debicki.

DISPARITION – Philip Kerr, écrivain écossais, auteur de trente-cinq ouvrages appréciés par un lectorat fidèle, est décédé le vendredi 23 mars 2018. Il avait 62 ans. Célèbre pour la série des « Bernie Gunther » qu’il entame en 1989, pour treize titres, et dont le personnage récurrent est un ancien policier devenu détective privé pour survivre dans l’Allemagne nazie. Son autre série, « Scott Manson » qu’il entame en 2016, pour trois titres, prend place dans l’univers peu reluisant du football anglais. Il est également l’auteur d’une série à suspense pour les jeunes lecteurs, « Les enfants de la lampe magique », dont cinq titres sur sept ont été publiés chez Bayard jeunesse, traduits par Pascale Jusforgues, entre 2006 et 2011. Philip Kerr, incontestablement antifasciste, se revendiquait conservateur, fan de Margaret Thatcher. « Je ne vois pas, disait-il volontiers, avec un solide bon sens, pourquoi tous les écrivains devraient être de gauche. »

EXPOSITION – Le Signe, centre national du graphisme, 1 place des Arts à Chaumont (Haute-Marne) convie, le vendredi 30 mars 2018, 18 heures, au vernissage de l’exposition Chemin Papier : l’illustration et ses marges, « rencontre des créateurs contemporains parmi les plus talentueux de la scène internationale de l’illustration (Bráulio Amado, Blexbolex, Alexis Beauclair, Paul Cox, Kitty Crowther, Cristina Daura, Bettina Henni, It’s Raining Elephants, Mari Kanstad Johnsen, Simon Roussin, Yann Kebbi, Jockum Nordström, Hannah Waldron, et Philippe Weisbecker) » Commissariat de l’exposition : Vincent Tuset-Anrès, en collaboration avec Fotokino et Cucufa. Exposition en place du vendredi 31 mars au dimanche 16 septembre. Site du Signe ici.

PARUTION – Après un ouvrage, en 2004, où il présentait les moments clés de l’histoire de la bande dessinée et un autre, en 2012, où il nous révélait ceux de l’Association, François Ayroles, dans Moments clés du journal Spirou (1987-1985), parcourt les cinquante premières années du journal. Dupuis, 2018, 312 pages, 26 euros.

PARUTION – Vient de paraitre L’excellence de chaque art par Thierry Groensteen, spécialiste réputée de la bande dessinée. « Dans nos temps post-modernes, nous vivons sous l’empire du dogme du métissage heureux entre les arts, du multi- ou trans-média, du crossover. À contrecourant, cet essai porte sur l’idéologie de la pureté. Il se propose de montrer que l’idée d’un domaine de compétence ou d’excellence propre à chaque art n’est pas devenue obsolète, mais continue d’être à l’horizon de nos pensées. Musique, littérature, arts plastiques, cinéma et bande dessinée sont convoqués tour à tour au long de cette méditation esthétique. » Presses universitaires François Rabelais 2018, 120 pages, 13,00 euros.

FORMATION – L’Institut international Charles Perrault, Hôtel de Mézières, 14 avenue de l’Europe à Eaubonne (Val-d’Oise) propose le vendredi 6 avril 2018, de 9 heures à 17 heures, une journée de formation L’humour dans les albums destinés aux petits avec Marie-Hélène Routisseau, docteur en littérature générale et comparée. « L’humour brise les codes, les structures, les motifs. Il s’inscrit dans une logique (intellectuelle) propre à l’enfance en manifestant une humeur joyeuse par le rire ou par le burlesque. Il introduit l’enfant à l’interprétation, à la relativité des points de vue, ainsi qu’à une réalité d’autant plus acceptable qu’elle est en mesure de désamorcer les dangers de la toute-puissance. Cette formation se propose d’explorer les formes de l’humour dans les albums destinés aux tout-petits (3-6 ans), d’en définir les fonctions, d’en saisir les effets (bénéfiques) sur le psychisme de l’enfant. » Pour s’inscrire, c’est ici.

EXPOSITION – Bénéficiant du label du Centenaire, une exposition 1914-1918 l’enfant dans la grande guerre se tiendra, du vendredi 30 mars au vendredi 27 avril 2018, dans le salon d’honneur de l’Hôtel du département, avenue Victor Hugo, à Moulins (Allier), en collaboration avec le Musée de l’illustration jeunesse (mij). Cette présentation-hommage « réunit les plus belles pièces de la collection de Jean-Hugues Malineau : affiches, imagerie, cartes postales, livres d’enfants, etc. De nombreux documents illustrés par André Hellé, sont mis à l’honneur, dont une série de six lettres manuscrites du soldat Emile Vasseur à sa famille, toutes datées de 1915 sur des papiers à lettre ornementés par l’artiste de sujets guerriers. Quelques régiments de bois, créés par Hellé et son compère Carlègle pour le Catalogue de jouets des Grands Magasins du Printemps, complèteront la sélection. » Inauguration le mercredi 4 avril, 18 heures. Informations complémentaires ici.

RENCONTRES – L’artiste plasticienne Kveta Pacovska bientôt à Paris, pour deux rencontres Sculpture pour lire, livres à regarder, le mardi 27 mars, à 19 heures 30, au Centre Tchèque, 28 rue Bonaparte et le mercredi 28 mars, de 17 heures à 19 heures, à la librairie Flammarion du Centre Pompidou. Informations complémentaires auprès des Editions des (Grandes Personnes) au  01 77 16 71 35.

FORMATION – Le vendredi 6 avril 2018, de 10 heures à 12 heures, en salle R3 de la Maison de la recherche de l’université d’Artois, 9 rue du Temple à Arras (Pas-de-Calais), l’équipe Littérature et culture de l’enfance accueille Milena Šubrtová, de l’université Masaryk, à Brno, en République tchèque) qui traitera du thème La recherche en littérature de jeunesse en Tchéquie : réalités, perspectives et ouvertures internationales. Le travail scientifique de Milena Šubrtová « est orienté vers la littérature de jeunesse, tchèque et internationale. Elle a publié de nombreux travaux concernant la littérature française et elle a écrit 70 articles sur la littérature de jeunesse française pour le dictionnaire des écrivains étrangers de jeunesse (Slovník autorů literatury pro děti a mládež, zahraniční spisovatelé, Praha 2007). De sa collaboration avec François Faucher aux archives de Meuzac, de 2009 à 2015, elle a tiré quelques études concernant les débuts de l´édition Père Castor chez Flammarion et l´influence tchèque sur l’activité de Paul Faucher. »

PARUTION – Vient de paraitre Ni oui ni non : réponses à 100 questions philisophiques d’enfants par Tomi Ungerer. « Comment dire à quelqu’un qu’on l’aime ? Et se faire des amis quand on est timide ? Pourquoi on a des couleurs préférées ? Pourquoi y a-t-il de l’argent ? Dans cette compilation des chroniques parues dans Philosophie Magazine, Tomi Ungerer commente et illustre ses réponses à cent grandes questions d’enfants, entre philosophie et poésie. Répondre aux enfants, c’est se mettre à leur place. Expliquer en utilisant un vocabulaire adulte compréhensible. Illustrés par des exemples tirés de la réalité, ou soutirés de l’imagination. Démontrer que tout se surmonte avec le sourire et le respect. Et que grâce à l’absurde, nous sommes tous des apprentis sorciers. » école des loisirs 2018, 224′ pages, 16,00 euros.

BOLOGNE – Les illustrateurs lauréats de la sixième édition du voyage professionnel à la Foire du livre de Bologne sont Mai-Li Bernard, Jean-Baptiste Bourgois, Claire Brun, Aline Deguen, Maxime Derouen, Alice Dufay, Carl Johanson Linden, Fleur Oury, Hubert Poirot-Bourdain, Claire Schvartz, Adèle Verlinden et Julia Woignier. Marraines et parrain de la Charte : Géraldine Alibeu, Betty Bone, Gaëtan Dorémus et Martine Perrin. Ce projet est rendu possible grâce au soutien financier du Centre Français d’exploitation du droit de Copie (CFC), de la Copie privée et de la Sofia, du ministère de la Culture et du Centre national des lettres (CNL). Normandie Livre & Lecture était partenaire.

PATRIMOINE – L’université du Connecticut accueille une partie des archives de l’auteur-illustrateur.Maurice Sendak : épreuves, manuscrits, autres documents qui ont servi pour ses ouvrages. Ces docuuents qui resteront la propriété de la Fondation Maurice Sendak seront toutefois consultables sur place dans le département des archives et des collections spéciales. Maurice Sendak a vécu dans le Connecticut et était très attaché à l’UConn dans laquelle il intervenait souvent. Il avait reçu en 1990  le titre de « Doctor of Fine Arts ». Pages dédiées ici.

THEATRE – Sylvain Levey et Isabelle Rossignol, accompagnés de Pierre Banos (éditions Théâtrales) et Justine Haré (Talents Hauts), liront leurs textes jeunesse Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? (Sylvain Levey) et Les Âmes vives (Isabelle Rossignol) à la bibliothèque Robert-Desnos, 14 boulevard Rouget de Lisle, à Montreuil (Seine-Saint-Denis), le samedi 24 mars 2018, à 15 heures. Une rencontre avec les deux auteurs et les deux éditeurs suivra cette lecture, occasion d’échanger autour de la notion du théâtre jeunesse et engagé.

FOIRE – La cinquante-cinquième édition de la Foire du livre de jeunesse de Bologne (Fiera del libro per ragazzi) aura lieu du lundi 26 au jeudi 29 mars 2018, au Bologna Exhibition Centre, 20 Viale della Fiera, à Bologne (Italie). Le site dédié est ici.

MANIFESTATION – La dixième édition des P’tits Bouquineurs de Rennes se déroulera du lundi 19 au samedi 31 mars 2018. Créé en 2000, l’événement permet tous les deux ans à un public jeune et adulte de découvrir le talent d’une dizaine d’illustrateurs jeunesse. « Cette année onze illustratrices et illustrateurs contemporains participent à la biennale de l’illustration jeunesse. Chacun d’entre eux présentera son travail dans une des onze bibliothèques de Rennes sous de multiples formes : expositions, ateliers, performances dessinées, démonstrations, rencontres. Les animations proposées durant ces douze journées donneront la possibilité aux habitants rennais de mieux appréhender le métier d’illustrateur jeunesse et son secteur de façon interactive et accessible.[…] Les écoles rennaises ont également été très actives pour cette dixième biennale de l’illustration jeunesse puisque 85 classes ont, depuis la rentrée 2017, travaillé avec les illustrateurs. Les artistes ont sensibilisé les enfants à leur pratique et les ont invités à créer, à leur tour, des illustrations qui ont été exposées dans les différentes écoles. » Pour mieux connaitre Adrien Albert, Anouck Boisrobert, Louis Rigaud, Benjamin Chaud, Marie Dorléans, Max Ducos, Laetitia Le Saux, Olivier Philipponneau, Christine Roussey, Mélanie Rutten et Isabelle Simler. Le site qui dit tout est ici.

EXPOSITION – La Médiathèque Côte Pavée, 125 avenue Jean Rieux, et la bibliothèque Pinel, 7 place Marius Pinel, à Toulouse (Haute Garonne), accueillent une série de rendez-vous à propos de l’auteure-illustratrice Anne Brouillard : exposition Anne Brouillard, images d’album du mercredi 22 mars au mercredi 11 avril 2018, lectures d’histoires le mercredi 31 mars, 11 heures, création de cartes géographiques de lieux imaginaires ou revisités, le samedi 7 avril, 10 heures 30, rencontre avec Anne Brouillard, le même jour, à 15 heures 30. « Anne Brouillard peint et raconte des histoires qui invitent à la promenade imaginaire, tout en finesse et poésie. Cette exposition de vingt-cinq œuvres se veut un cheminement à travers ses albums et ses différentes techniques. » Informations complémentaires au 05 61 54 72 91.

CONVENTION – Les samedi 24 et dimanche 25 mars 2018, à l’Institut provincial pour l’enfance Santa Maria della Pietà à Venise (Italie), la convention internationale L’enfant et l’art réunira des conférenciers spécialistes des musées (Veronica Ceruti Mambo de Bologne, Charles Kim de la MoMA de New York, Elena Minarelli du musée Guggenheim de Venise et Isabelle Martinez du MAM à Paris) et des personnalités du monde de l’édition (Marco Dallari et Paola Ciarcià). Cette manifestation est l’une des initiatives accompagnant l’exposition Storie de bambini de Letizia Galli en place au complexe Santa Maria della Pietà jusqu’au dimanche 15 avril 2018. Le site dédié est ici.

CONCOURS – L’école CESAN, 11 rue des Bluets à Paris, est un établissement privé d’enseignement supérieur, formant plus de 70 étudiants par an aux arts narratifs (bande dessinée, illustration et narration numérique). Elle met en place, à compter du lundi 19 mars 2018, le troisième édition des 101 heures du livre de jeunesse qui consiste à concevoir un livre jeunesse de A à Z en 101 heures. A la fin de l’épreuve, les érudiants défendront leurs projets devant un jury d’auteurs et d’éditeurs jeunesse. Après une première édition sur le thème des Fables de la Fontaine, une seconde sur L’infiniment grand, l’infiniment petit ou les nouveaux voyages de Gulliver, le théme de cette année est L’histoire d’Icare. Site de l’école ici.

THEATRE – La compagnie Succursale 101 présente Les trois brigands d’après Tomi Ungerer à  Epernay, Dieppe et Cherbourg, entre le 22 mars et le 20 avril 2018. Mise en scène : Angélique Friant. Création des chapeaux : Sara Tintinger. « Comme à son habitude, pour servir ce conte, Angélique Friant convoque l’art de la marionnette avec lequel elle entretient des liens étroits. L’univers onirique qui est le sien nous guidera dans un endroit enchanteur où les illusions nous font perdre pied, nous entraînant dans une réalité parallèle. Toujours à la lisière des mondes, la danse, le théâtre et la vidéo vont se conjuguer et fusionner pour offrir un visuel étonnant aux jeunes yeux, comme aux plus aguerris. » Site de la compagnie ici.

CRILJ – Le CRILJ (Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse) tient son assemblée générale annuelle le samedi 24 mars 2018, 10 heures, dans la salle de projet du Puits-Manu, sur le Grand Mail à Beaugency (Loiret). La réunion est ouverte aux adhérents 2017 et 2018. Adhésion possible sur place.

PRIX – Le mardi 13 mars 2018, suite aux délibérations du jury présidé cette année par Timothée de Fombelle aux côtés de Michel-Édouard Leclerc et composé de libraires des Espaces Culturels E.Leclerc, Didier Lévy et Pierre Vaquez ont été désignés lauréats du Prix Landerneau Album Jeunesse 2018 pour Aspergus et moi (Sarbacane). Choisis parmi neuf candidats, ils succèdent à Beatrice Alemagna, lauréate 2017 avec Un grand jour de rien (Albin Michel Jeunesse). « Je ne m’y attendais pas. Aspergus est un livre singulier non seulement par son sujet mais aussi par son traitement graphique. Je suis très heureux que le monde de l’édition jeunesse soit capable de faire la place à des gens qui ont une esthétique qui va à l’encontre de la modernité. Ce formidable accueil va nous permettre de continuer notre collaboration dans des conditions idéales. » (Didier Lévy).

SALON – La dix-neuvième Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne (Rhône) aura lieu les samedi 24 et dimanche 25 mars 2018. « Villeurbanne s’est développée avec l’arrivée successive de populations venues d’ailleurs. Elle a construit une tradition d’accueil et une capacité à ‘vivre ensemble’ souvent citées en référence. Le monde connaît aujourd’hui des mouvements migratoires sans précédent et les territoires vont être confrontés durablement à cette question. Villeurbanne appréhende cette réalité avec responsabilité. En résonance avec cette actualité et cette histoire singulière, la Fête du livre jeunesse de Villeurbanne a souhaité décliner le thème Bienvenue ! dans tous les sens, en long, en large et en travers. » Des rencontres avec cinquante auteurs et illustrateurs, des expositions dont celle de Marie Coudray en résidence depuis le mois d’octobre, des lectures, des spectacles, de la musique klezmer, des ateliers et des stands de libraires. » Programme et informations complémentaires ici.

DISPARITION – Stephen Hawking, astrophysicien britannique qui nous a beaucoup appris sur les trous noirs et sur la brève histoire du temps, est décédé, le mercredi 14 mars 2018, à l’âge de 76 ans. Il avait, pour les jeunes lecteurs, co-signé avec Lucy Hawking, sa journaliste de fille, les cinq titres de la série « Georges et les secrets de l’univers » (2007-2016), parus chez Doubleday en Angleterre, en France chez Pocket jeunesse.

PRIX – A l’occasion du Salon du roman historique de Levallois (Hauts-de-Seine), a été remis, pour la première fois cette année, le Prix des jeunes lecteurs. Choisi par un jury composé de 300 enfants de CE2 et CM1 issus des écoles de Levallois, Emmanuel Trédez s’est vu remettre cette distinction, le dimanche 11 mars 2018, pour son roman Ali Blabla paru en 2017 chez Didier Jeunesse.

LEGS – Dans le cadre de la conservation partagée des fonds de littérature jeunesse en ex-Midi-Pyrénées, la médiathèque François Mitterrand, 58 rue Clément Ader, à Muret (Haute Garonne) conserve les œuvres de Bruno Heitz. A ce titre, l’auteur-illustrateur a lègué 450 œuvres à la médiathèque. « Ce legs donne à voir le travail artistique de création des images sous différentes formes : dessins à l’encre, aquarelles, linogravures, tirages sur papier découpés, planches de linoléum gravé, figurines éléments de décor pour la réalisation de photos, prototypes, le tout issu de 27 de ses livres. » Les premiers éléments du legs seront présentés le jeudi 22 mars 2018, à 18 heures, et une exposition d’originaux Dans l’atelier de Bruno Heitz, illustrateur jeunesse est mise en place jusqu’au samedi 28 avril 2018. Conception de l’exposition : galerie associative Macao et Cosmage. Inauguration et rencontre dessinée avec Bruno Heitz, le jeudi 22 mars, à 17 heures et 18 heures 30, séances de contes par Céline Molinari, le mercredi 28 mars et le samedi 7 avril, à 15 heures 30, visites commentées de l’exposition accompagnées de lectures, les samedis 31 mars et 21 avril et le mercredi 11 avril, à 15 heures 30. Informations complémentaires au 05 61 51 91 39.

CONTES – Le CRILJ (Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse) propose le samedi 24 mars 2018, à 15 heures, dans la salle de projet du Puits-Manu, sur le Grand Mail, à Beaugency (Loiret), Histoire de rire un peu, moment de contes pour tous, grands et petits à partir de 7 ans, avec Bruno Walerski de la compagnie Dis-Raconte. Entrée gratuite dans la limite des places disponibles.